Numéro 1159 - 20.11.2012 - 6 Kislev 5773       Imprimer

A LA UNE

Israël- Un plan de paix franco-qatari - L'amateurisme de Laurent Fabius

Benjamin Netanyahou a rejeté un plan franco-qatari de cessation des hostilités entre le Hamas et Israël.

Durant la visite de Laurent Fabius, dimanche, le Premier ministre a été surpris de se voir soumettre un plan en deux points proposé par la Qatar et la France, conjointement.

Le document d'une page prévoyait deux clauses simples : un arrêt des tirs des deux côtés, et une clause prévoyant que le Hamas "agirait du mieux qu'il peut pour empêcher les autres organisations de Gaza de tirer sur Israël".

Benjamin Netanyahou a immédiatement, poliment mais fermement, écarté la proposition, qui "ne répondait pas à la réalité de la situation à Gaza et n'apportait aucune garantie de la part des organisations autres que le Hamas quand à l'arrêt des tirs ou des attaques à la frontière entre Gaza et Israël".

Une proposition et une démarche surprenantes, maladroites, à l'image de la visite du ministre français des Affaires étrangères.

D'autre part, elle sapait, sans concertation, les efforts de médiation égyptienne (avec les USA en coulisse), d'autre part, il semble que les autres pays de l'Union européenne n'aient pas été avertis de la démarche – alors que la France plaide sans arrêt pour une diplomatie commune, qu'il y a une représente européenne de la diplomatie de l'Union, Catherine Ashton, et que lundi, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense étaient réunis lundi et ont abordé, entre autres, la question du proche Orient.

C'est d'ailleurs la réponse que Benjamin Netanyahou a donné à Laurent Fabius : pas question de faire dérailler la médiation égyptienne en impliquant la France ou le Qatar – qui manifeste un soutien sans failles au Hamas.

Plusieurs diplomates occidentaux commentaient en privé une démarche considérée comme "empreinte d'amateurisme"; une démarche opportuniste qui visait juste à tenter de faire entrer la France dans les négociations sur le cessez le feu.

L'ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, a refusé de confirmer ou démentir la démarche, se bornant à affirmer "que la France entretenait des contacts avec toutes les parties".

Faire exploser Tel Aviv

Les chansons traduisent souvent, mieux que tous les discours, l’air du temps et, certaines d’entre elles, marquent à jamais une époque, un événement, symboles de protestation ou de soutien à une cause

VOIR VIDÉO COLONNE DROITE

Les combats qui opposent le Hamas et Israël, saison 2012, ont déjà servi de source d’inspiration à deux palestiniens de Cisjordanie, sur un rythme rap, du rap dur, scandant un titre qui délivre un message sans aucune équivoque : Faire exploser Tel-Aviv.

La peur et l’humiliation d’Israël, la glorification des "combattants martyrs" en sont les thèmes essentiels et récurrents.
Broyer Israël, rejeter l'idée d'un cessez-le feu, se moquer des États du Golfe…
Le refrain donne le ton de l’état d’esprit du jeune palestinien de la rue, qu’il soit à Gaza ou à Ramallah et fait du fantasme que le Hamas aurait abattu un avion de guerre israélien une victoire incontestée. La légende urbaine a la vie dure.
VOIR VIDÉO COLONNE DE DROITE

Quelques extraits :
Nous ne voulons pas de trêve ou de solution,
Tout ce que nous voulons, c'est
FAIRE EXPLOSER TEL AVIV.

Voici les dernières nouvelles,
Nous avons abattu leur avion,
Et le pilote est porté disparu.
Nous avons abattu leur avion,
Et rempli leurs abris anti-aériens.
Mon peuple tout entier crie à haute voix,

FAIRE EXPLOSER TEL AVIV.
Oh États du Golfe, taisez-vous,
Vous n’êtes bon qu’à convoquer des conférences inutiles,
Ces voyous ne sont pas du même sang que moi.
Les États du Golfe et tous leurs milliards,
Ne sont durs qu’avec le soutien de l'OTAN.
Oh Fahjr fusée, explose dans les bases de l'armée et à la Knesset.
Allah huAkbar, Allah huAkbar, Terroriser Tel Aviv,

FAIRE EXPLOSER TEL AVIV
Source texte et vidéo: Middle East Media Research Institute (MEMRI), traduction française Israël-Infos, Mylène Sebbah

Einat Wilf, députée israélienne, sur BFM TV, 20h25

Einat wilf, députée israélienne - Parti Haatsmaout- , Présidente des commissions de l'éducation et du judaïsme en diaspora, commentera en direct sur BFM TV les développements du conflit à Gaza et les perspectives de cessez le feu à 20h25

Gaza - Qui tue qui...

Habitants de Gaza, ils ont été blessés ou tués.
Ils n'ont pourtant pas été touchés par des tirs israéliens.

Mais de tirs ratés depuis Gaza.
On peut se demander si la question a de l'importance tant ce qui compte est le nombre de civils qui pourraient être atteints par ces tirs.
C'est bien de cela qu'il est question.

98 roquettes auraient été lancées en 4 jours mais auraient raté leur trajectoire, retombant dans Gaza city sur des zones habitées – d'autant que la plupart des rampes de lance-roquettes sont sciemment positionnés au milieu de centre urbains, ou de lieux drainant la foule –comme le grand stade de football de Gaza.

Près de 15 pour cent des tirs du Hamas, un nombre significatif, toucherait la population civile de Gaza ou ses habitations.

Pour preuve – voir notre article sur la manipulation des images -, la photo et le texte présentant un bébé de Gaza présenté par les tirs israéliens, qui s'est avéré être un bébé tué par les tirs du Hamas.


ANALYSE

Hassidim de Satmar et Netourei Karta manifestent contre Israël en Amérique du Nord, Australie, Europe

Les Hasidim de Satmar et les Netourei Karta, ont organisé dimanche un rassemblement anti israélien à Times Square, New York, dimanche.

Au cours de la manifestation, ils ont déchiré plusieurs drapeaux israéliens, brandissant des pancartes critiquant "l'entité sioniste", et le gouvernement israélien pour l'opération Pilier de Défense.

Dans plusieurs manifestations organisées en Amérique du nord, en Australie ou en Europe, des membres de ces groupes orthodoxes ont pris la parole pour critiquer violemment Israël.
Des interventions bien entendues largement reprises par la presse arabes qui a diffusé textes et films de leurs interventions.

Le site palestinien "Jerusalem Network" diffuse un film montrant certains de hommes chantant "Free Palestine" à Times Square.
Durant le week end, à Toronto, une manifestation anti israélienne faisait face, dans une atmosphère très tendue, à un rassemblement de soutien à Israël.

Une des intervenants, très applaudi, était le rabbin David Feldman qui a clôturé son intervention par un vibrant " nous sommes tous aux côtés du peuple palestinien qui souffre; cette tragédie ne date pas d'hier, Israël est une Nakba, une catastrophe, pour la Palestine, pour nous tous, pour l'Humanité" ajoutant " je suis là en tant que juif orthodoxe car tout ceci est fait en notre nom, au nom des juifs et de la torah et je dis : ce n'est pas le judaïsme".

Le rabbin Shmuel Pappenheim, porte parole de la Eda Haredit de Jérusalem (une "ombrelle" qui regroupe plusieurs courants orthodoxes) a vivement crtiqué les Neturei Karta, affirmant que la Eda Haredit n'avait "rien à voir avec les Hasidim de Satmar et les Netourei Karta".

Pour Pappenheim, les "actions des Netourei Karta sont en contradiction avec les méthodes du Rabbi de Satmar; c'est interdit, alors que le peuple juif, à Sion, souffre, de faire de telles choses et de défier notre peuple et nos soldats qui sont en danger".

L'escalade à Gaza : une opération téléguidée

Le rédacteur en chef du journal le plus lu dans le monde arabe, Al-Sharq al-Awsat, ne pense pas que le conflit à Gaza a éclaté spontanément.

Pour lui, le déchaînement de violence au sud d'Israël n'était tout simplement qu'un jeu de guerre pour cacher une autre guerre, plus au Nord, avec, dans le rôle du grand manipulateur, l'Iran.

Dans un éditorial intitulé "La solution à Gaza ... revenir à la Syrie", Tariq Alhomayed explique qu'à son sens, ce qui se passe à Gaza n'est qu'une fuite en avant téléguidée par l'Iran dans l'espoir de sauver Bashar al-Assad ou du moins "faire en sorte que le renverser sera d'un coût exorbitant pour tout le monde.

Le plus grand architecte de ces guerres, affirme-t-il, c'est l'Iran".
Selon Alhomayed, les Iraniens ont essayé à plusieurs reprises d'"échauffer" les frontières israéliennes par l'intermédiaire de leurs agents.
Ayant échoué au Nord, sur les fronts syriens et libanais, ils se sont rabattus sur la bande de Gaza.

"Maintenant", écrit-il, "la meilleure solution pour sortir de cette guerre - ces frappes aériennes - dans la bande de Gaza est de se recentrer sur la Syrie, et fortement, en étant bien conscient qu'il n'y a pas d'équivalence
Le but de cet embrasement n'étant rien d'autre que de sauver al-Assad dont les jours sont comptés".

La violence et la guerre continuent en Syrie faisant près de 200 victimes durant le week-end. Cela n'empêche pas la Syrie de tirer parti de la crise à Gaza et de condamner, sans rire, "les crimes des barbares israéliens contre le peuple palestinien et son gouvernement dans la bande de Gaza".

Et d'appeler dans un élan de vertueuse indignation "la communauté internationale à faire pression sur Israël pour mettre fin à ces massacres".

Israël - Les hopitaux continuent à soigner les patients de Gaza

Les hopitaux israéliens traitent quotidiennement, en temps normal, des dizaines de patients de tous ages venus de Gaza pour bénéficier des soins de santé non prodigués dans l'enclave.

Des dispositions d'accueil sont également prises pour les personnes accompagnant les malades.

"Au Centre médical Rambam, nous prenons soin des enfants et adultes malades, peu importe leur religion ou d'où ils viennent" a déclaré le directeur général de l'hôpital, le professeur Rafael Beyar.
"C'est absurde que nous laissions les membres de la famille accompagner les malades, mais nous sommes habitués à cela. Nous sommes très loin de la politique. "

Travaillant à Haïfa, Beyar dit avoir été "extrêmement contrarié" quand il a appris que les étudiants arabes de l'Université de Haïfa avaient observé un "moment de silence" en mémoire d'Ahmed Jabari, le chef militaire du Hamas, tué par l'armée israélienne. "Je ne peux pas l'accepter", a-t-il dit.

Beyar a également déclaré que ne lui avait été rapportée aucune tension parmi les membres de son personnel de confession juive et musulmane.
"Nous sommes habitués à travailler ensemble pour sauver des vies."
Le Centre Hospitalo-Universitaire Hadassah de Jérusalem, pour sa part, soigne six patients de Gaza.

Le centre médical Sheba à Tel Hashomer, le centre Sourasky de Tel Aviv, et nombre d'autres se sont solidarisés de ces déclarations.
Ils déclarent tous ne pas différencier un patient israélien ou palestinien, juif ou arabe, en temps de guerre ou non.

Amir Marom, porte parole du centre Sheba imagine même son établissement hospitalier comme " un pont vers la paix", permettant la cohabitation de patients israéliens et palestiniens dans la même chambre durant leur convalescence, comme ce "garçon israélien, blessé par une roquette tombée à Kiryat Malachi la semaine dernière, qui dort dans la même pièce qu'une petite fille de Gaza, amputée de deux doigts."»

Le traitement médical des habitants de Gaza autorisés à entrer en Israël est payé par l'Autorité palestinienne ou par d'autres organismes, dont le Centre Peres pour la paix.

Israël - Des alertes plus prestigieuses que le sang qui coule

Certaines roquettes tirées par le Hamas auraient pu atteindre une très longue portée simplement car elles auraient été dépouillées…de leur charge explosive.

Le but recherché était le déclenchement de l'alarme sur une zone la plus large possible autour des grandes villes d'Israël, Jérusalem et surtout Tel Aviv.

L'information provient d'une source militaire israélienne : "notre sentiment est que le fait de déclencher des alarmes en profondeur en Israël, est devenu aussi "prestigieux" que de répandre notre sang", déclare ce responsable.

L'armée commence ainsi à penser qu'une part non déterminée des tirs sur les grandes villes aurait été constituée de ce type de roquettes – ce qui traduirait aussi le fait que les missiles ayant une portée suffisante avec leur charge explosive se sont raréfiés.

Pas de chiffres mais " pas qu'un peu" rajoute cette source.
Les missiles ayant atteints Tel Aviv et les autres villes éloignées de la bande de Gaza seraient en tout cas conçus pour des portées beaucoup plus courtes.
Dans certains cas, les ogives auraient été allégées mais pas retirées.

Le Hamas n'a fait aucun commentaire tandis que les PRC - Comités de résistance populaire, une autre faction palestinienne ayant pris part aux cinq jours d'affrontements, a rejeté les allégations israéliennes.
"Les dirigeants israéliens essaient de rassurer leur opinion publique terrifiée en assurant que ces roquettes ne sont pas dangereuses" commente le porte parole du PRC Abou Moudjahid.

Le problème pour les spécialistes israéliens réside dans la difficulté a étudier les débris laissés par les missiles interceptées par le Dôme de fer, qui sont "pulvérisés" .

Israël affirme par ailleurs que l'aviation a détruit la majeure partie de l'arsenal de missiles Fajr-5 des groupes radicaux, ce que ceux-ci contestent, sans expliquer que les roquettes envoyées sur Tel Aviv soient tombées à l'eau ou aient été interceptées par Iron Dome.
Les points de chute exacts des missiles n'ont pas été divulgués, afin que les tireurs ne puissent pas ajuster leurs trajectoires.

Gaza-Israël : Cessez le feu en vue

Selon le Hamas, un accord a été trouvé avec Israël en vue d'un arret des hostilités. Les cessez le feu entrerait en vgueur à minuit heure locale.


ONU

ONU- Gaza : au Conseil de sécurité, USA, Angleterre et Allemagne bloquent un texte russe défavorable à Israël

Les États-Unis, l'Allemagne et la Grande Bretagne ont bloqué, au Conseil de sécurité, un projet de résolution présenté par la Russie concernant les affrontements entre Israël et les groupes terroristes de la bande de Gaza.

Le texte demandait un arrêt des hostilités, la fin des opérations militaires israélienne sur la bande de Gaza sans faire mention des tirs de roquettes sur l'état hébreu, ni du droit d'Israël à se défendre.

Durant le débat au Conseil de sécurité, l'ambassadrice américaine, Susan Rice, aurait déclaré n'avoir t reçu aucune consigne de Barack Obama, celui-ci étant en déplacement officiel en Asie.
Le représentant russe, Vitaly Churkin, lui aurait alors proposé de lui "prêter" son téléphone portable.

Churkin aurait été furieux de l'opposition frontale américaine, qui a entrainé celles de l'Allemagne et de l'Angleterre.

Un autre argument des trois pays est qu'une résolution du Conseil aurait parasité les efforts de cessez le feu; il s'agissait, également, en bloquant toute discussion, d'envoyer un message à la Chine et à la Russie qui empêchent tout débat sur la question syrienne et font de l'obstruction sur la question du nucléaire iranien.

Depuis jeudi dernier, les pays arabes ont tenté, à plusieurs reprises – notamment sur une initiative du Maroc – de faire passer une résolution poussant à l'arrêt des hostilités et condamnant Israël, des initiatives bloquées net par les Etats-Unis et la plupart des pays européens.


MONDE JUIF

Iran- La communauté juive condamne l'opération militaire israélienne à Gaza

La communauté juive iranienne dispose d'un siège de représentant au parlement iranien.

Siamak Marreh, qui occupe la fonction de député représentant la communauté juive a condamné les "attaques israéliennes dans la bande de Gaza" et offert le soutien des juifs d'Iran "aux palestiniens blessés".

La communauté juive iranienne compte encore 20 000 membres et ses institutions soutiennent le régime en place –probablement pas par choix.
Les juifs en Iran sont tolérés comme citoyens de seconde zone tant qu'ils restent fidèle aux mollahs.


SOCIETE

Israël-Tel Aviv : des sans-abris sans abri

La municipalité de Tel-Aviv a placé des employés de sécurité à l'entrée des abris publics ouverts depuis samedi soir dans la partie sud de la ville, après que des sans-abris, pour la plupart des immigrants africains, aient tenté d'y dormir.

Ces gardes empêchent l'entrée dans les abris jusqu'à ce que la sirène retentisse.
Seuls les abris du sud de la ville, qui concentre la plupart des populations immigrées, auraient besoin de gardes.
"Pouvons-nous entrer?" demandent timidement quelques enfants, la réponse est non.
"Et s'il ya une alerte?"
"Alors oui. Mais il n'y aura pas beaucoup d'alertes" tente de rassurer le garde.

"Il est triste de constater qu'en ce moment, tous les citoyens israéliens cherchent un abri, il y en a qui pensent qu'il est juste de dépenser l'argent public pour séparer ceux qui peuvent entrer dans les abris et ceux qui ne peuvent pas", commente Omer Shatz, l'avocat de l'ONG" We are refugees".

"Il est clair que les gens qui n'ont pas de domicile sont beaucoup plus exposés au danger que les personnes qui ont des espaces protégés, et par conséquent il n'y a pas lieu de distinguer entre le nord et le sud, blanc et noir", poursuit Shatz.

La municipalité a nié n'avoir placé des gardes que dans le sud de la ville et affirmé que dans le cadre d'une préparation aux situations d'urgences, la ville dispose d'un système de contrôle des abris publics partout en ville.

Le but étant de conserver les abris en état de pouvoir accueillir des civils en cas de véritable alerte. "Les abris sont censés fournir une solution pour les résidents en cas d'urgence et ne sont pas un lieu habituel pour dormir. C'est pourquoi nous n'y permettrons pas d'habitation permanente" explique un élu municipal.


MEDIAS

Gaza : Tweeter et Facebook, les internautes traquent les manipulations de l'information

L'affaire Al Dura ne cesse de faire des petits.
Les photos d'enfants palestiniens morts et ensanglantés, portés dans les bras d'adultes éplorés, inondent nos écrans. Nouveauté : les réseaux sociaux veillent.

Comme Mohamed Al Dura, Mahmoud Sadallah, un enfant de 4 ans, est tristement passé à la postérité vendredi.

Les télévisions du monde entier ont montré le Premier ministre égyptien, Hisham Kandil, à l'hôpital Shifa de Gaza et, levant le corps mort de l'enfant au-dessus d'une ambulance, demander à Israël, en retenant ses larmes, de mettre fin à ses opérations militaires, avant de jurer de défendre le peuple palestinien.(voir la photo)

Problème : au moment où l'enfant est supposé avoir été mortellement atteint par un raid aérien de Tsahal, les forces israéliennes de défense observaient un cessez-le-feu pendant précisément la visite du Premier ministre égyptien.

Cessez-le-feu que le Hamas a lui-même violé, tirant plus de roquettes sur le sud d'Israël et sur Tel Aviv.
Les experts du Centre palestinien pour les droits de l'homme en ont eux-mêmes convenu : l'explosion qui a touché l'enfant a été causée par le tir raté d'une roquette palestinienne retombée sur Gaza.

À nouveau samedi avec cette fois le cliché d'un jeune enfant soutenu par un sauveteur.
Mais aussitôt, les utilisateurs de Facebook et de Twitter identifient la photo comme ayant été précédemment publiée par Avital Leibovitch, la porte-parole de Tsahal auprès des médias internationaux.
Il s'agit d'un enfant… israélien blessé par une attaque à la roquette du Hamas.
Il suffisait de bien regarder le gilet du secouriste. Il y est écrit "Kiryat Malachi", ville proche de la bande de Gaza où trois israéliens ont été tués par des roquettes la semaine dernière. .

La guerre de l'image a commencé dès les premières heures de l'opération Pilier de défense. Jeudi, un certain Kassam Izzadin publiait le tweet d'une photo d'un père pleurant son enfant inanimé dans ses bras, sous le regard des médecins impuissants.
La légende annonçait la première victime des raids aériens de Tsahal sur Gaza,

De nombreux utilisateurs de Twitter remarquaient alors que la photo, déjà parue sur le site du quotidien britannique The Guardian, avait été prise à la sortie de l'hôpital Dar al-Shifa à… Alep, en Syrie.
Izzadin Kassam depuis a supprimé son tweet mais le rectificatif, lui, n'a pas eu le même succès planétaire.

La vérité commence tout de même tout doucement à émerger.
Les "intox" sont de plus en plus grossières et certains médias n'hésitent plus à publier des mea culpa.

Ainsi le Sunday Telegraph, ou CNN qui à travers son journaliste Anderson Cooper a présenté des excuses pour l'utilisation d'images dans lesquelles un homme qui semblait mort n'était finalement "pas tout à fait mort quelques instants plus tard". (notre article + vidéo du 16 novembre dernier)

"De toute évidence, explique Natalie Menaged, directeur de l'éducation pour la Hasbara, le Hamas a misé sur l'idée qu'un mensonge peut atteindre la moitié du tour du monde avant que la vérité ne le rattrape". C'était sans compter sur l'excellent travail réalisé par nombre d'utilisateurs de médias sociaux pro-israéliens.

Aujourd'hui, il est facile de vérifier l'authenticité d'une image en quelques minutes et, de ce côté-là aussi, il semblerait que le Hamas et ses soutiens pro-palestiniens aient joué avec le feu.


INSOLITE

Israël -Louisa, un système antimissiles à quatre pattes

Le chien restera décidément le meilleur ami de l'homme.
Une vérité à laquelle Alex Leibowitz et son épouse, Olga, parents de quatre enfants – une famille d'Ashkelon - croient dur comme fer depuis que Louisa, leur petite chienne, a sauvé Alex d'un tir de roquette.

Dimanche, Olga part au travail ; son mari, Alex, reste à la maison, il ne se sent pas bien, Brusquement, au cours de la matinée, Louisa, la petite chienne se met à aboyer bruyamment, sans discontinuer.

Rien ne peut la faire taire. Excédé, Alex quitte le salon et va s'allonger dans la chambre à coucher. Les aboiements du chien couvrent tout.
Alex n'entend pas la sirène d'alerte qui annonce les roquettes.

Théoriquement, il n'a que 30 secondes pour courir dans l'escalier et descendre se mettre à l'abri.
D'un coup, la déflagration le sort de sa rêverie. Hébété, il retourne au salon.

Une roquette tirée depuis Gaza a frappé son immeuble à travers le toit, découpé la porte de son appartement, transpercé son plancher laissant sur son passage une traînée de débris et d'éclats de verre brisé.

Deux personnes ont été légèrement blessées, cinq sont en état de choc.
Louisa, elle, est saine et sauve et a retrouvé les bras de ses maîtres. "C'est un miracle, s'extasie Alex, si j'avais entendu la sirène, je me serais précipité dans l'escalier. La roquette m'aurait frappé"

Leur appartement est partiellement en ruines mais Alex et Olga n'ont de regard que pour Louisa : "C'est comme si notre chien avait eu une sorte de sixième sens, s'émerveille Olga. Les aboiements de Louisa ont sauvé mon mari."

Et regardant sans le voir le trou béant dans son plancher, Olga caresse la tête de Louisa paresseusement couchée sur la terrasse :
"Nous avons un bon chien», dit Olga, caressant la tête de Louisa. "Nous sommes chanceux aujourd'hui, cela aurait pu être tellement pire !" Un peu de tendresse dans ce monde de brutes….


NOUVELLES BREVES

Israël - Large soutien de la population à l'opération Pilier de Défense

Selon un sondage réalisé par Haaretz, 84 pour cent de la population israélienne soutient l'opération militaire israélienne Pilier de Défense.

Le pourcentage monte à 90 % lorsqu'on ne considère que les israéliens juifs.
Toutefois, seulement 30% des sondés soutiendraient une intervention terrestre.

Les chiffres montrent également une remontée de la cote de confiance de Benjamin Netanyahou et Ehud Barak, à 55 et 52% (loin cependant des taux d'approbation d'Ehud Olmert et Amir Peretz,85%,lors de la première semaine de la seconde guerre du Liban).

Israël - Nouvelles routes aériennes après les tirs sur Tel Aviv

Israël a ajusté les routes aériennes à la situation sécuritaire.

Il s'agit pour l'état hébreu de sécuriser totalement les avions atterissant et décollant de et vers le principal aéroport international d'Israël, Ben Gurion.
Cette modification a été rendue nécessaire par les tirs en direction de Tel Aviv.
Selon l'aviation civile, ces nouvelles régulations ont été mises en place dès vendredi dernier, et aucun plan de vol n'a été affecté.

Israël - Est ce que l'armée de l'air déteste le football

Samedi et dimanche soir surtout, le principal stade de football de Gaza a été la cible de plusieurs attaques aériennes.

La pelouse montre désormais quatre larges cratères et l'organisation d'un prochain match de football prendra du temps.

Un bâtiment adjacent, dépendant du ministère de la jeunesse et des sports du Hamas a également été endommagé.

L'armée israélienne a pu déterminer que plusieurs tirs de roquettes et missiles de longue portée sur Israël ont été effectués depuis ce stade.
Les installations abritent également de larges caches d'armes, notamment souterraines.

C'est notamment depuis le stade qu'auraient été tirés les missiles en direction de Jérusalem jeudi et Tel Aviv vendredi.
Le stade de Gaza est implanté au cœur de Gaza City, au milieu de la population civile.

Tentatives de piratage des données d'Iron Dome

Plus d'un million de cyberattaques ont été lancées en moins de 24 heures sur les sites gouvernementaux israéliens.

Environ un milliers de sites internet basés en Israël ont été piratés.
L'attaque la plus importante a visé les sites des industries militaires israéliennes dont deux ont visé particulièrement à extraire des données et informations concernant le système anti missiles Iron Dome, sans succès.
Plus de 3000 comptes Facebook d'israéliens ont par ailleurs été piratés.

Gaza - Journaliste et...terroriste

Le journaliste Ramiz Harb est présenté comme un reporter de l'agence palestinienne de presse Ma'an – ce qu'il est peut etre - , tué dans le bombardement de l'immeuble de presse par l'aviation israélienne.

Harb est aussi un des responsables des opérations du Djihad islamique.
Ma'an s'étonne que ses bureaux aient été détruits par l'attaque. "il n'y a pas de terroristes chez nous" proclame le site internet de l'agence de presse.

Antisémitisme -Anvers : Rouges et Bruns convergent

Extreme droite et extreme gauche belge ont trouvé une convergence politique à manifester, ensemble, à Anvers, contre l'opération militaire israélienne à Gaza.

Quelques 150 manifestants se sont rassemblés dans la ville belge dimanche devant une salle de spectacle de la capitale flamande pour manifester contre la présence de l'orchestre de l'armée d'Israël qui devait se produire sur scène.

A plusieurs reprises, les participants ont entonné un chant "Hamas, Hamas, tous les juifs au four".

La manifestation a été enregistrée et plusieurs films diffusés sur Internet.
Des partis de centre gauche étaient également présents, ainsi que Fouad Ahidar, un conseiller municipal socialiste de Bruxelles.

Tout comme Eddy Hermy, - plusieurs fois condamné pour racisme - un activiste néo nazi, présent dans le même cortège.

Les représentants de la communauté juive ne sont pas surpris : " dès lors qu'il s'agit d'antisémitisme ou d'antisionisme, nous les voyons souvent ensemble" explique l'un d'eux.

Décès du soldat israélien blessé ce matin

Le soldat réserviste blessé ce matin dans le tir de roquette d'Eshkol est décédé des suites de ses blessures

Le Hamas a fait abattre sommairement,en pleine rue, six hommes accusés de collaboration avec Israël.

Ils ont été tués sommairement sur un des carrefours les plus fréquentés de Gaza.

Les brigades Ezedine Al-Qassam, la branche armée du Hamas a revendiqué l'exécution.

Arrivés en camion, ils ont été extraits du véhicule, allongés sur le sol et tués.
La foule est ensuite venue les piétine; le corps d'un des 6 hommes a été attaché derrière une moto et trainé à travers les rues.

Le Hamas a fait placarder sur les murs des affiches énonçant le nom des six hommes exécutés.

Préserver les civils de Gaza

Les pilotes israéliens ont largué des milliers de tracs sur le nord de la bande de Gaza demandant aux civils gazouis de se regrouper au centre de la bande de Gaza, en prévision d'attaques à venir, afin d'éviter des victimes civiles.

Aucun cessez le feu ne sera signé ce soir, contrairement à ce qu'avait annoncé le Hamas
L'armée israélienne a mené, depuis le début de l'opération Pilier de Défense, 1500 attaques contre des cibles du Hamas et de différents groupes terroristes de Gaza, dont 133 pour la seule journée de mardi.

Israël-Explosion dans un bus à Tel Aviv

Une explosion s'est produite dans un bus à Tel Aviv ce matin selon un communiqué du Maguen David Adom. aucune autre précision sur les circonstances de cette explosion n'a été apportée

Israël - Premiers éléments recueillis après l'attentat à Tel Aviv

Au moins 15 personnes serait blessées dont 3 à 5 grièvement.
L'explosion se serait produite à l'angle des rues Shaul Hamelech et Henrietta Szold,près de l'hôpital Ichilov.

C'est vers cet hôpital que les blessés ont été transportés.
Selon les témoins, le bus était plein à cette heure.
Le bilan est provisoire car les autorités préviennent les familles avant de rendre publics les décès.
Selon un témoin dans le bus, un passager se "serait fait exploser", il pourrait s'agir d'un attentat suicide, bien que la police, dans un premier communiqué, évoquait une bombe "déposée dans le bus".

Israël - Gaza : les termes d'un cessez le feu

Selon des sources officielles, Israël cesserait le feu de manière unilatérale, espérant que les pressions qui s'exerceront sur le Hamas et les autres groupes terroristes entraineront un arrêt des tirs depuis Gaza.

Cette clause est semblable à celle qui avait suivi la fin de l'opération Plomb durci.

L'accord contiendrait, avec les signatures de l'Egypte e des USA, l'arrêt de la contrebande d'armes à travers les tunnels.
Israël accepterait un allègement du blocus naval, notamment pour les bateaux de pêche.

Israël-Gaza : cessez le feu annoncé pour ce soir

L'annonce semble crédible, elle a été faite par le ministre égyptien des Affaires étrangères, Mohamed Amr, au cours d'un conférence de presse conjointe avec la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Rodham Clinton.

Le cessez le feu serait effectif à 21h heure locale (soit 20 heures à Paris).
Dans un entretien téléphonique plus tôt dans l'après midi, le Président américain Barack Obama avait demandé à Benjamin Netanyahou d'accepter l'accord proposé.
Le Premier ministre israélien aurait "accepté de donner une chance à la trêv", tout en avertissant d'une action militaire d'envergure si elle n'était pas respectée.

Israël - La trève du Hamas:12 roquettes sur le sud d'Israël

Douze roquettes ont été tirées depuis Gaza sur Israël, dans l'heure qui a suivi la signature du cessez le feu.

L'argument employé sera le même qu'après l'Opération Plomb durci: le Hamas a cessé les tirs, il à du mal à contenir les groupes plus radicaux.

Le sentiment général à Gaza,et dans le monde arabe, est que le Hamas et les groupes radicaux de Gaza ont emporté, en huit jours, la partie sur Israël, tandis que l'état major israélien considère avoir atteint les objectifs militaires de l'opération..

Cinq soldats ont été blessés, dont l'un très grièvement, dans des tirs sur la région d'Eshkol mercredi après midi.

Israël - Des roquettes pointées depuis le Liban

L'armée libanaise a détruit jeudi un lanceur de roquette destinée à un tir sur le nord d'Israël.
Deux autres roquettes auraient effectivement été tirées mercredi, ...

mais seraient tombées tout près de la frontière.

Ces incidents se seraient produits près de Marjayoun, une ville du sud Liban à 5 kms de la frontière.

Fermer la fenêtre