Numéro 1121 - 08.06.2012 - 18 Sivan 5772       Imprimer

A LA UNE

Israël - Un Ovni traverse le ciel

Des milliers d'israéliens ont pris d'assaut les lignes téléphoniques de la police jeudi soir déclarant avoir vu un Ovni dans le ciel du pays.

Pour les astronomes israéliens, l'objet volait dans le ciel du Liban et n'était pas une météorite.
L'objet lumineux était clairement visible également depuis les Territoires palestiniens.

Apparu d'abord dans le nord, l'objet mystérieux était rapidement visible depuis l'extrême sud du territoire, Le commandement militaire de la région nord précisait qu'aucun exercice militaire ne pouvait être à l'origine du phénomène, de même que l'armée de l'air.

L'Ovni a été décrit comme un gros cercle lumineux laissant une trainée de fumées dans son sillage.
Il a également été repéré par l'observatoire de Givataim et le docteur Yigal Pat-El, Président de l'association israélienne d'astronomie confirmait la présence d'une forte luminosité dans le ciel, sans, précisait-elle, pouvoir en identifier l'origine.

"Cela ressemble à un petit objet qui soudainement se met à grossir et à entamer des mouvements en spirale, semblant se désintégrer en un nuage au bout d'un moment; nous avons d'abord vu un large tracé lumineux", rapporte un témoin.

On apprenait jeudi soir que l'objet lumineux avait aussi été aperçu depuis Chypre et la Turquie notamment.
Des observations similaires ont été faites en Norvège en 2009; il s'agissait de l'échec d'un test de missile russe.

Le ministère de la défense russe annonçait vers 21h30 avoir procédé au tir d'un missile balistique avec succès. Mais l'annonce a brusquement disparu du site internet du ministère, signifiant peut être, finalement, l'échec du tir.
Ceci expliquerait peut être cela.

France - Francois Hollande recoit un émissaire particulier de Benjamin Netanyahou

Quelques semaines après l'élection de Francois Hollande à la Présidence de la république, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou a envoyé un de ses plus proches conseillers à la sécurité, Yaakov Amidror, à Paris.

A côté des entretiens sur le nucléaire iranien, Amidror s'est entretenu avec le Président de la république – fait peut habituel – d'un message personnel de Netanyahou.

Amidror est arrivé avant-hier à Paris avec d'autres officiels israéliens, -notamment Jeremy Issacharoff, le directeur de la division stratégique du Ministère des Affaires étrangères-, qui ont rencontré leurs homologues français du Quai d'Orsay.

Il s'agissait de faire le point sur le dossier du nucléaire iranien, avant la 3è rencontre du groupe de contact P5+1 le 18 juin à Moscou.

Mais la partie la plus significative du déplacement reste la rencontre Hollande –Amidror, rare dans son genre : traditionnellement un Président de la république française rencontre ses homologues ou des ministres, jamais des officiels, fussent ils de "haut niveau" –Nicolas Sarkozy a par exemple rencontré Netanyahou, Shimon Peres ou Ehud Barak.

Les éléments de la rencontre ont même été rendus publics à travers un communiqué de la Présidence : ainsi François Hollande a exprimé le souhait " d'approfondir les liens entre les deux pays et de développer les relations existantes dans tous les champs entre les sociétés civiles israélienne et française ".
Le communiqué poursuit "une coopération en confiance intensifiera les contacts diplomatiques autour des questions d'intérêt commun et renforcera les liens qui rapprochent les deux peuples".

Selon un officiel français, le Président de la République aurait fait part de son souhait de rencontrer Benjamin Netanyahou et aurait répondu à son message.

Le contenu du message du Premier ministre israélien n'a pas été divulgué mais il pourrait avoir trait au développement des relations de travail entre les deux dirigeants, ainsi que les questions iranienne et palestinienne.

Durant la campagne présidentielle, François Hollande avait dépêché un émissaire en Israël, en la personne de Laurent Fabius, nommé depuis Ministre des Affaires étrangères, qui avait assuré les israéliens que la position française sur la question iranienne ne changerait pas en cas d'élection du candidat socialiste.

Quelques heures après la rencontre entre le Président français et Yaakov Amidror, Mahmoud Abbas arrivait à Paris pour une rencontre avec François Hollande qui se tiendra aujourd'hui.

Des chaussures pour les touristes juifs

Un groupe de touristes juifs se trouvait dimanche en visite sur le site archéologique de Kerak, en Jordanie, pour découvrir notamment les magnifiques vestiges d'une citadelle croisée.

Salem Jeradat, un commerçant qui tient une épicerie ne cache pas sa surprise de voir arriver sur le site un groupe de touristes juifs dont les tenues montrent qu'il s'agit de juifs orthodoxes.

Lorsqu'il réalise, il saisit immédiatement une chaussure et la lance sur le groupe de visiteurs.
Appelant à la rescousse face au danger, il est rejoint par plusieurs dizaines d'habitants de la ville qui se mettent également à jeter sur les touristes pierres et chaussures.

Ils finissent par les expulser du site; Selon Jeradat, "les jordaniens n'acceptent pas que des juifs entrent sur leurs terres, et nous ne reconnaissons pas le traité signé par la Jordanie avec Israël" ajoutant "ceux qui occupent la Palestine et profanent nos lieux saints ne seront pas autorisés à se déplacer librement en Jordanie".

Le commerçant a réuni le soir plusieurs habitants afin de s'organiser pour éviter toute nouvelle visite de touriste juif…juif et pas israélien…
Ne leur dites pas qu'ils sont antisémites, ca les vexe.


CULTURE

Festival du Film israélien, Strasbourg, du 13 au 21 juin

Les cinémas Star accueillent depuis 5ans Shalom Europa, le festival du cinéma israélien de Strasbourg.

Les organisateurs (une bande de cinéphiles rêveurs et passionnés) ont à cœur de montrer Israël à travers des films tendres, incisifs, percutants et toujours sensibles.

Pendant 8 jours, les Strasbourgeois seront entrainés dans un voyage à travers Israël grâce à son cinéma libre et novateur.

Du 13 au 21 juin, le public viendra rire, pleurer, peut-être s’indigner et rêver.
Des rencontres avec les réalisateurs venus spécialement pour l’événement sont programmées tout au long du festival.

Infos Pratiques et Programme en ligne :
www.shalomeuropa.com
Cinémas Star 18 rue du 22 novembre à Strasbourg


DEFENSE

Israël - Défense : sales relents au sommet

Des témoignages d'Ehoud Barak, figurant dans un rapport à paraitre du Bureau du Controleur d'Etat obtenu par le journal Yediot Aharonot, font apparaitre les luttes de pouvoir et dysfonctionnements au plus haut niveau de l'armée.

Le profond antagonisme entre le ministre de la Défense, Ehoud Barak, et le précédent chef d'État-major, Gabi Ashkenazi, est connu.

Il s'est particulièrement manifesté au cours du processus de nomination du successeur d'Ashkenazi: celui-ci s'est durement opposé au premier choix de Barak, qui portait sur le major général Yoav Galant. Une affaire de faux document, aujourd'hui traitée par la justice, a envenimé la situation.

Dans un rapport encore confidentiel mais obtenu par le quotidien israélien, différents témoignages du ministre de la Défense devant le Bureau du Contrôleur d'Etat révèlent ces fortes tensions.
"J'ai dit que je voulais un chef d'État-major, et que lui se conduirait comme un caniche", aurait ainsi dit Barak à Ashkenazi au sujet de Galant.

"Quand finalement le moment est venu de prendre une décision, Ashkenazi a dit qu'il n'avait pas confiance en Galant, qu'il ne pourrait pas travailler avec lui, et que sa nomination l'humilierait publiquement", continue Barak. "J'ai décidé de ne pas imposer la nomination de Galant à Ashkenazi et j'ai choisi Benny Gantz à sa place".

Dans un autre témoignage, Barak rapporte des menaces tenues par Ashkenazi.
"Il m'a dit que si je nommais le prochain chef d'État-major à la date que je voulais, une guerre éclaterait", se souvient Barak, qui déclare lui avoir répondu:

"Est-ce que vous entendez ce que vous dites?
Vous êtes mon subordonné. Il ne peut pas y avoir de guerre entre nous.
Je n'ai peur de personne.
Si un général de brigade vous avait parlé comme vous le faites, vous l'auriez éjecté de la pièce". Ashkenazi serait alors sorti de la salle en fureur, d'après Barak.

Barak accuse Ashkenazi et le général de brigade Avi Benayahu, porte-parole de l'armée, d'une conduite digne de la mafia.


JERUSALEM

Israël - Jérusalem : des arabes lynchés par des groupes de haredim à Mea Shearim

Plusieurs haredim ont attaqué homme âgé,arabe, à Méa Shéarim, le quartier orthodoxe de Jérusalem, à la suite d'une manifestation, violente, contre la violation du chabbat.

Que les orthodoxes fassent entendre leur opposition au viol des règles religieuses dans leur quartier par des gens de passage n'est pas nouveau.

Par contre, selon un témoin de la scène qui habite à proximité de Mea Shearim, intérrogé par le Yediot Aharonot, l'attitude de certains groupes est bien plus violente qu'auparavant.

"Les haredim avaient l'habitude de crier 'Shabbos', mais les choses ont progressivement dégénéré: maintenant ils jettent des pierres sur les voitures qui passent et bloquent les rues", explique-t-il.

La semaine dernière, plusieurs dizaines de haredim se tenaient au croisement des rues haNeviim et Dvora, raconte le témoin. La plupart d'entre eux, étaient des adolescents et des enfants.
Ils sont restés après la manifestation. Ils cherchaient "une victime", selon lui.

Ils ont entouré un vieil Arabe, l'ont poussé et ont jeté des choses sur lui. Cela aurait pu se terminer en lynchage, précise-t-il. "Je suis intervenu immédiatement et j'ai essayé de l'aider. Ils m'ont poussé, m'ont lancé des ordures et m'ont traité de 'gauchiste puant'".

Un peu plus tard, ils s'en sont pris à une femme arabe et ses deux enfants avec des ceintures, criant "Mort aux Arabes", d'après le témoin. Des gardes-frontières dépêchés sur place ont dispersé la foule. "C'était effrayant, triste et honteux", déplore-t-il.


TERRORISME

Al Qaeda annonce des cibles en France, en Israël, aux USA

Al Qaeda Péninsule arabique vient de lancer une large campagne de recrutement de kamikazes pour mener des attaques suicides en Israël, en France et aux Etats-Unis – ces pays sont nommément cités – après avoir suivi une formation proposée par l'organisation islamiste radicale.

Les annonces ont fleuri sur différents sites et forum djihadistes, canal habituellement utilisé par l'organisation terroriste pour publier ses communiqués et ses revendications.

Les annonces demandent aux volontaires d'entrer en contact par email, en indiquant leurs expériences, leurs motivations.
Il leur est même suggéré de proposer des cibles, en fonction de leurs connaissances de terrains.

"Notre objectif est de poursuivre (notre action) avec nos frères qui veulent mener des actions permettant de tuer et d'abattre les ennemis de l'Islam", précise le texte qui précise le sens de la recherche : "il est clair que le djihad individuel, ce que l'on appelle le loup solitaire, se développe.

Il s'agit de mener des opérations djihadistes qui doit être menée par un porteur de bombe unique".

Le communiqué annonce des cibles économiques, militaires, et dans les médias de l'ennemi, parmi "ceux qui combattent les musulmans et l'Islam".

"Selon nos priorités, l'identité de ces cibles doit être américaine, israélienne, française et britannique", poursuit le texte.


MONDE ARABO MUSULMAN

Monde arabe - La traduction du Talmud en arabe est avant tout un outil antisioniste

Il y a une semaine, nous annoncions la parution de la première traduction en arabe du Talmud de Babylone, une arrivée vue avec bienveillance dans le monde juif.

C'était sans compter sur l'instrumentalisation que comptaient en faire leurs auteurs.

Car cette adaptation n'est finalement qu'un moyen de diffuser des messages antisionistes et antisémites.
Le texte a été traduit par le Centre pour les études Moyen-orientales (en anglais CMES) en Jordanie.

Le Dr Raquel Ukeles, conservateur de la collection arabe de la Bibliothèque nationale d'Israël, a "décortiqué" l'introduction en arabe.
Il dénonce clairement un texte politique.
En effet, explique Ukeles, on ne saurait être plus clair, une section de l'introduction est intitulée "le racisme dans le Talmud".
Le site web de la ligue Anti diffamation – ADL - présente des citations de l'introduction de l'ouvrage:

"Ces textes confirment la perception raciste et hostile à l'égard des non-Juifs, en particulier ceux qui menacent la "nation élue" et font obstacle à la mesure de leurs ambitions et espoirs."
ou encore
"Il ne fait aucun doute qu'Israël est le meilleur exemple de cette position raciste, à la fois au niveau de ses crimes quotidiens contre les Palestiniens mais aussi au niveau de son rejet et du mépris pour les résolutions et les lois internationales."

On peut également lire ce type de phrase "Le patrimoine talmudique a un impact significatif sur la formulation de l'identité juive basée sur le Saint principe de l'isolement racial ...
Le Talmud a également établi des positions extrêmes qui incitent à la haine envers les non-Juifs, dont la violation de leurs droits et le pillage de leurs terres et leurs biens".
Ukeles explique que ce qui est particulièrement intrigant dans l'introduction, est la tentative de lier sionisme et judaïsme.

"Jusqu'à présent, l'approche musulmane voyait le sionisme comme une variation de la nationalité européenne qui fait son chemin vers les provinces du Moyen-Orient.
En revanche, les chapitres d'introduction de déchiffrement du Talmud entendent contribuer également à mieux comprendre le sionisme.
Lier les deux est un phénomène plutôt anormal dans le débat interne musulman."

Ukeles n'a pas seulement jugé l'introduction du texte mais aussi la traduction.
Et selon lui "la traduction elle-même n'est pas mauvaise, et si on prend en considération le fait que ces chercheurs ne sont pas des experts du Talmud, leur travail n'est pas mal du tout."

Il semblerait que la version d'origine ait été une copie du Talmud en araméen, mais les rédacteurs ont souvent utilisé la traduction anglaise Schottenstein afin de mieux comprendre le texte.

Pour Ukeles, "il ya un certain écart entre la justesse relative de la traduction elle-même et une introduction problématique.
Je crois que l'introduction est une sorte de service destiné au lecteur arabe qui a une pensée arrêtée sur Israël.

Finalement, après toutes les réserves, il semble que les résultats du projet sont positifs et la traduction elle-même est utile et permettra à des locuteurs arabes de se familiariser avec le judaïsme à partir d'un point de vue déconnecté du conflit israélo-arabe."

Selon Ukeles "aujourd'hui, la connaissance du judaïsme dans le monde arabe est faible et pleine de stéréotypes. Je crois que ces stéréotypes s'estomperont chez le lecteur qui va au-delà de l'introduction."


GRANDE BRETAGNE

Grande Bretagne - Dérive antisémite en marge du Jubilé de la Reine Élisabeth

Les célébrations organisées à l'occasion du Jubilé de la reine Elisabeth ont battu leur plein au Royaume-Uni le week end dernier et en début de semaine.

Défilés, concerts, fêtes de rue mais aussi reconstitutions historiques ont eu lieu dans tout le pays.

L'une d'entre elle a mal tourné à Ramsbottom and Bury dans la région de Manchester.
Une manifestation locale du Jubilé comprenait un personnage déguisé en Hermann Goering, fondateur de la Gestapo et l'un des principaux architectes de l'Allemagne nazie.

Selon le Daily Telegraph, dans la foule, nombreux étaient ceux qui portaient également des insignes de la SS ou d'autres groupes responsables des camps de concentration allemands.

Un couple de juifs à la retraite s'est également vu demander de se "déguiser "en victimes de la Shoa: les organisateurs leur ont proposé de porter une étoile jaune ainsi que des valises lourdes pour avoir "l'air pauvre".

"C'était une question innocente, mais nous n'avons pas voulu le faire.
Il est très troublant de voir des gens dans ces uniformes, une insulte envers les six millions de Juifs et les autres exterminés par les nazis."

Selon le Daily Telegraph, la scène a eu lieu dans le cadre d'un week-end censé rejouer le "temps de guerre des années 1940", un événement annuel organisé par la compagnie de chemin de fer East Lancashire, qui avait déjà provoqué une controverse les années précédentes.

Par ailleurs, un sondage du journal demandant aux lecteurs si le port d'uniformes nazis en public devrait être interdite a eu des résultats qui peuvent paraître étonnants : près de 60% des sondés ont répondu que les uniformes ne devraient pas être interdits car "les gens ont le droit de s'adonner à leur passe-temps."


EUROPE

Grèce - Un reporter du Jerusalem Post passé à tabac

Gil Shefler, journaliste du Jerusalem Post en reportage en Grèce, a été passé à tabac alors qu'il photographiait une agression collective dans les rues d'Athènes, rapporte le journal.

Il était près de 20h quand un vingtaine d'hommes masqués, armés de bâtons et de matraques, ont commencé à battre des sans-abri, des réfugiés et des immigrés à l'extérieur du Musée national archéologique. L'attaque a duré environ 15 minutes.

Pas de police en vue pour aider les victimes, seulement des Grecs qui n'ont pas daigné s'arrêter. Et quand, témoin de la scène, Shefler sortit son appareil photo pour en rendre compte plus tard, il fut poursuivi par plusieurs des agresseurs. Il fut durement battu, à la tête et à la poitrine.
Transporté à l'hôpital pour y être traité. Il en sortit un peu plus tard "en bonne condition".

Shefler ne connait pas l'identité de ses agresseurs.
D'après la police, il s'agirait soit de militants d'extrême gauche, affiliés à la coalition SYRIZA, soit de l'extrême droite, proche du groupe néonazi Aube dorée.
Shefler était justement en Grèce dans le cadre d'un reportage sur Aube dorée.

"Dans le centre-ville d'Athènes, les deux groupes extrêmes font souvent la loi", explique-t-il.
"Quand j'ai vu la cruauté de l'attaque sur les gens à l'extérieur du musée, avec bâtons et matraques, j'ai fait mon devoir de journaliste et j'ai pris des photos, et c'est pour cela que j'ai été sauvagement battu".

La municipalité grecque n'a pour l'instant pas répondu aux demandes d'informations du quotidien.


HISTOIRE

Histoire - Israël : le massacre de l'aéroport de Lod

Le 30 mai 1972, une attaque terroriste particulièrement frappe avec force l'aéroport de Lod,faisant 26 morts et 80 blessés.

Ce jour-là, trois Japonais, venus de Rome par le vol 132 d'Air France, atterrissent en Israël.
Dans la zone des bagages, ils saisissent ce qui semble être des étuis de violon. Ils en sortent des mitrailleuses.

Ils ouvrent alors le feu sur la foule, en lançant des grenades.
Un des trois hommes aura le temps, avant de se tuer, d'arriver jusqu'au Tarmac et de tirer sur les passagers qui descendent d'un vol d'El Al.
26 personnes, outre les terroristes, furent tuées: 17 pèlerins chrétiens portoricains, un Canadien et 8 Israéliens.

Seul un des trois terroristes survécut à l'attaque: Kozo Okomato a été condamné à une peine de prison à vie, mais il sera libéré le 21 mai 985 dans le cadre de l'échange de prisonniers baptisé Accord Jibril, du nom d'Ahmed Jibril, le leader Front populaire de libération de la Palestine-Commandement général.

(Dans le cadre de l'accord, Israël libèrera 1150 palestiniens détenus dans les prisons israéliennes en échange de trois prisonniers israéliens capturés pendant la guerre du Liban; un grand nombre de palestiniens prisonniers libérés dans cet accord formeront la colonne vertébrale première Intifada, qui débutera trois ans plus tard).

Les trois hommes appartenaient à l'Armée rouge japonaise, un groupe terroriste japonais d'extrême-gauche, mais ils avaient été entrainés et opéraient pour le compte du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), qui revendiqua l'attentat.

Le groupe terroriste palestinien baptisa l'attaque "Opération Deir Yassin", du nom du village arabe dans lequel on estime qu'en 1948, 107 Palestiniens furent tués par des combattants juifs de l'Irgoun et du Lehi.

Des forces de sécurité surveillaient l'aéroport international israélien, mais elles furent trompées par l'utilisation de terroristes japonais, plutôt que palestiniens. Devant cet échec, les règles de sécurité furent redéfinies.

Le massacre de Lod marque un tournant dans la sécurisation des aéroports israéliens, et aujourd'hui, baptisé Ben Gourion, il est un des aéroports les plus surs du monde.

Avec Shurat haDin, organisation non-gouvernementale israélienne œuvrant pour la défense des droits légaux, les membres des familles de victimes portoricaines ont poursuivi en justice le gouvernement de Corée du nord, parrain du FPLP, pour son implication dans l'attaque terroriste. Le tribunal américain a condamné la Corée du nord a versé 378 millions de dollars de dédommagement.

Parce que le souvenir de cette tragédie tend à disparaitre de la mémoire collective du pays, le gouvernement de Porto Rico a édicté une loi décrétant le 30 mai "jour du Souvenir du Massacre de Lod".

"Ces humbles religieux Portoricains furent victimes d'une alliance soi-disant révolutionnaire, qui en réalité était aveuglée par un fanatisme qui utilisait un discours antisémite pour étendre l'envergure de la violence terroriste déchainée contre des cibles juives et non-juives à travers le monde", indique le texte de loi.


ANTISEMITISME

France - Antisémitisme: Mulhouse, cinq condamnations à de la prison ferme pour agression antisémite et enlèvement

Dans une autre affaire d'agression antisémite, le Tribunal de Grande Instance de Mulhouse vient de rendre son jugement.

Deux jeunes de confession juives, âgés de 20 et 25 ans, ont subi, en décembre 2010, des violences de la part de 6 individus.

L'une des victimes a été enlevée, frappée puis abandonnée en forêt. L'autre, après avoir été frappée, a pris la fuite et a pu prévenir les gendarmes.
Lors des violences, des propos antisémites ont été proférés à l'encontre de l'une d'elles.

Les auteurs poursuivis pour "Violence en réunion avec arme, à caractère antisémite et séquestration"; ils ont été condamnés respectivement à 3 ans de prison ferme (dont 18 mois avec sursis), 1 an de prison ferme, 18 mois de prison ferme (dont 8 avec sursis), 10 et 8 mois de prison ferme pour deux autres prévenus.

Le caractère antisémite a été retenu pour l'une des 2 victimes.
Le service de protection de la Communauté Juive – dont un des avocats a représenté une des deux victimes – a accompagné les victimes et suivi le dossier depuis l'agression.

France - Antisémitisme: agression antisémite de Villeurbanne, nouvelle arrestation

Dans le cadre de l'enquete sur l'agression antisémite de Villeurbanne qui a vu trois jeunes juifs portant une kippa attaqués par une dizaine d'individus à coups de marteaux et de barre de fer, un nouveau suspect vient d'etre placé en garde à vue.

Quatre personnes étaient déjà en garde à vue; recherché par la police, lle cinquième suspect s'est présenté au commissariat.

Il est soupçonné d'être l'auteur des coups de marteau.

De source policière, les cinq personnes arrêtées sont dans "la dénégation totale". Mais le dernier gardé à vue est bien, selon les éléments de l'enquête, l'homme qui a asséné les coups de marteau.


SOCIETE

Israël - Plus de 200 plants de marijuana chez un étudiant de Yeshiva

La vie en Yeshiva est parfois austère mais certains ont leur manière de l'égayer.

La police israélienne a arrêté un couple dans la ville d'Elad, après que la fouille de leur domicile ait permis la découverte de plus de 200 plants de marijuana et plusieurs centaines de grammes d'autres drogues dures.

Le mari, un étudiant de Yeshiva de 37 ans, et sa femme, ont quand même été interpellés et accusés de trafic de stupéfiants.
La police a trouvé les 210 pots de marijuana qui poussaient tranquillement de la chambre des enfants, et 400 grammes d'autres drogues.

Le suspect a expliqué qu'il cultivait en fait son traitement naturel lui permettant de faire face à des douleurs inexpliquées et continues…même si les tentatives d'obtenir une couverture médicale pour sa consommation ont toutes échoué.

La femme a affirmé à la police avoir tout fait pour dissuader son mari d'entretenir les plantations, sans succès. Elle affirme même avoir acheté un lapin afin qu'il mange les plants – pauvre bête – sans succès.

A la suite de l'arrestation de leurs parents, les trois enfants ont été confiés à des parents, tandis que les parents étaient placés en garde à vue.

Israël - Entrée interdite aux loubavitch

Un membre du mouvement loubavitch s'est vu refuser l'entrée du centre commercial de Ramat Haviv par la direction.

Interrogés le Yediot Aharonot, les dirigeants ont indiqué que des commerçants et des clients s'étaient plaints d'être harcelés par "militants" du mouvement qui, dans le centre commercial, proposent aux passants de mettre des tefilines (phylactères).

C'est une personnalité israélienne, le célèbre chanteur et comédien Yehoram Gaon, qui a informé les médias de l'incident.

"J'étais stupéfait quand j'ai vu ce hassid se tenir là, discuter avec le vigile pour qu'il le laisse entrer, en vain", a-t-il raconté sur les ondes de la radio Kol Israel. "Tout le monde pouvait entrer, mais les vêtements de cet homme, sa barbe et ses papillotes l'ont privé de la liberté des autres".

Quand Gaon demanda aux gardiens pourquoi ils ne le laissaient pas passer, ils lui répondirent qu'ils agissaient conformément aux ordres qu'on leur avait donnés.

"Vous avez bien entendu: des ordres de la direction, du centre commercial de Ramat Haviv ", martèle le chanteur.

"L'ordre est de ne pas laisser entrer les gens comme lui parce que cela met les autres mal-à-l'aise", s'indigne-t-il, comparant la situation aux humiliations que les nazis faisaient subir aux Juifs.

L'homme en question, Shneour Shneourson, ne semble pourtant pas vouloir "dramatiser":
"Le Rabbi dit que lorsqu'il y a des obstacles, c'est une grande mitzvah et qu'il comportent aussi des aspects positifs", explique-t-il lors d'une interview pour un site Internet.

"Le centre commercial de Ramat Haviv est un lieu dans lequel nous avons le privilège de faire mettre les téfilines à un grand nombre de gens. Beaucoup de commerçants sont intéressés et nous laissent la porte ouverte. J'y vais tous les jours et avec l'aide de Dieu, j'espère continuer", a-t-il ajouté.

Des hommes d'affaires orthodoxes ont exigé des excuses de la part de la direction du centre commercial et le licenciement des vigiles impliqués dans l'incident. En cas de refus, ils le menacent de poursuites judiciaires.

Confrontée à la médiatisation de l'incident, la direction a indiqué que "le centre commercial accueille et est ouvert à tout le monde, sans distinction de religion, de sexe ou de race. Des centaines de milliers de gens, de toutes les catégories de la population, y viennent chaque année.

Fermer la fenêtre