Numéro 1039 - 07.12.2011 - 11 Kislev 5772       Imprimer

A LA UNE

GAZA - raid aérien israélien dans la nuit

Un raid aérien a pris pour cible cette nuit un groupe de palestiniens le long de la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

L'attaque aurait fait un mort et deux blessés selon les palestiniens.

Les avions israéliens ont ciblé des groupes terroristes appartenant au Djihad islamique en deux localisations différentes au nord de la bande.
Selon un porte parole de l'armée israélienne, les hommes se préparaient à tirer des roquettes sur des patrouilles de l'armée le long de la barrière de défense qui sépare Israël de Gaza, alors que l'armée tentait de d'y trouver des explosifs.

ISRAËL - Moshe Katsav est entré en prison ce matin

Tous les médias israéliens ont fait la une de leurs éditions du matin sur l'entrée en prison de l'ancien Président israélien Moshe Katsav, qui est entré en prison ce matin à 9h.

Condamné à sept ans de prisons pour viols et agressions sexuelles, Katsav est arrivé à la prison de Kiryat Malahi sous l'œil des caméras de télévision, accompagné de ses supporters, convaincus de son innocence.

Moshe Katsav va purger une peine de sept ans de prison; hier soir, le quartier où il réside était bloqué par la police, tout comme l'accès à la prison ce matin.

S'adressant aux journalistes, il a affirmé que son dossier d'appel, qui a été rejeté, contenait les preuves de son innocence ajoutant "un jour vous comprendrez que vous avez brulé un homme
vivant, un jour la vérité éclatera".

ISRAËL : la menace de guerre régionale est réelle

Selon les médias israéliens, les membres du gouvernement seraient moins divisés sur la gravité de la menace que fait peser le président Ahmadinejad sur l'Etat hébreu que sur le moment où il conviendra de frapper les installations nucléaires iraniennes.

Dimanche soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait déclaré qu'un dirigeant politique doit aussi être capable de "prendre des décisions qui pourraient être impopulaires aux yeux du monde entier ou même de son propre peuple".

Alors même que le chef du gouvernement prononçait cette allocution, sur la tombe du fondateur de l'Etat d'Israël, David Ben Gourion – la Syrie testait un de ses Scud B, immédiatement repéré par les radars israéliens, qui ont pu en suivre sa trajectoire avec précision.

Pour les renseignements israéliens, le "message" envoyé à l'Etat hébreu par le président Bachar el-Assad était clair : "Damas a encore le contrôle sur ses missiles, et qu'il pourra s'en servir contre Israël ou d'autres cibles occidentales, si des forces extérieures tentent de renverser son régime".

Par ailleurs, ces armes pourraient également servir à Damas, si une guerre avec l'Iran devait se transformer en conflit régional.
Un message analogue a été envoyé par l'Iran - le dernier allié indéfectible de la Syrie, aux occidentaux à travers la mise à sac de l'ambassade de grande Bretagne : il y a un prix à payer en cas d'ingérence ou de menaces.

Selon le Jerusalem Post, la question, pour les membres du gouvernement, n'est pas de savoir si une opération aura lieu contre les sites iraniens, mais quand elle se déroulera.

Certains, comme le Premier ministre ou le ministre de la Défense, semblent considérer que "le temps joue contre Israël", tout d'abord parce que l'Iran peut ainsi "disperser ses installations sur tout son territoire".

D'autres, comme le vice-Premier ministre Moshe Ya'alon, ou l'ancien chef du Mossad, Meïr Dagan, pensent qu'il ne faut "pas intervenir tant qu'on ne possède pas la certitude que l'Iran construit bel et bien une bombe atomique".


CULTURE

REBECCA DIGNE, la beauté et l'intelligence Du centre Georges Pompidou à Amsterdam

Née en 82 d'une mère issue du judaïsme tunisien et d'un père diplomate, mariée à un juif russe de Netanya, Rebecca Digne est une jeune artiste exceptionnelle dont les œuvres ont été exposées au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.

Ses œuvres ont été acquises par le Centre Georges Pompidou en 2011.
Elle est actuellement reçue en résidence d'artistes à la Rijksakademie d'Amsterdam, dont l'objectif est la confrontation d'œuvres internationales.

Elle expose depuis le 24 Novembre au Rijksakademie.
Toute jeune, elle fait partie de la compagnie du petit fils de Charlie Chaplin, Le Cirque Invisible, assistant Victoria Chaplin dans ses créations.

Puis diplômée de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, elle choisit la vidéo et la photographie comme champs d'investigation pour exprimer son art.

Elle explore le temps, la solitude, la simplicité, dans des images vidéos traitées comme de véritables tableaux en mouvement.
Ses œuvres appréhendent la réalité à partir d'une sensibilité dont l'esthétique est fille de Kandinsky, du Bauhaus et de Dreyer.

Ses films sont courts, superbes, intelligents.
Le travail de la lumière et de l'image permet d'entrer avec douceur dans l'expérience d'un temps immuable, silencieux, sans étouffement.
Un temps qui suspend son déroulement, et glisse presque invisible sur les images apportant une transformation sans heurt.

Ni violence, ni agressivité, mais une douce sérénité se dégage de ses images parfaitement composées.
L'utilisation du silence, le déroulement de l'image au ralenti, la maîtrise de la lumière, des teintes neutres et du noir et blanc, la répétitivité des séquences apportent un sentiment d'apaisement exceptionnel au spectateur.
Elle crée un cinéma-vidéo pensé comme une œuvre picturale, qui ne raconte ni histoire, ni déroulement de faits, mais dont la beauté calme est le seul sujet.

Son travail rappelle les rouleaux du XIV siècle japonais, quand l'art et la culture se réfugiaient dans les couvents Zen.

La pureté des images - leur caractère contemplatif refusant toute confusion - permet une entrée dans la pensée esthétique des philosophies d'extrême orient, où la répétition du rituel, le silence, la contemplation, le contrôle des émotions ont inspiré un art dont la plénitude a comme objectif l'équilibre du spectateur et de l'artiste.
L'innovation qu'apporte le langage esthétique de Rebecca Digne se trouve sur le sens donné au plan temporel : le déroulement limpide du temps, protège le spectateur et ne l'agresse plus.

La relation sans rivalité ni corrosion avec le déroulement du temps, présenté très simplement, fait des œuvres de cette artiste juive, des peintures sur pellicule, qui utilisent un langage créatif, intellectuel, sensitif, stabilisant, un calligramme contemporain. Rebecca Digne place sa part de judaïsme dans une calme éternité, dans une sérénité silencieuse et non plus dans la tourmente d'un conflit séculier.
En ce sens, son œuvre est magistrale.

www.Rebeccadigne.com
Rijksakademie Studio 13 Sarphati straat 470 Amsterdam 1018 NL

Un Enfant de la Corrèze de Ben ZIMET 18 et 19 décembre 2011 à 21 heures

Un spectacle de théâtre musical sur le thème de la mémoire de la Shoah, où des textes originaux en français, des chansons françaises de l’époque, et des chants yiddish s’entrecroisent. L’histoire d’un enfant juif caché pendant la Guerre.

Sous le Haut Patronage de
Monsieur Nicolas Sarkozy, Président de la République

En ouverture des manifestations de son centenaire, l’OSE présente
Un Enfant de la Corrèze
de Ben ZIMET

Avec le Yiddish Quartet : Maurice Delaistier (violon,guitare), Nicole Uzan (chant), Michel Derouin (piano,accordéon), Louis Derouin (contrebasse), Ben Zimet (chant,narration)

En première partie, la chorale ZAMIR
40 choristes, sous la direction d’Albert Benzaquen, professeur de piano avec, pour mission, la diffusion de la Culture juive, à travers des chants du folklore juif, israélien, yiddish et judéo espagnol.

Représentations les 18 et 19 décembre 2011 à 21 heures
Théâtre La Bruyère, 5, rue La Bruyère 75009 PARIS - M° Saint Georges ou Pigalle

Renseignements et réservations auprès de: evenements@ose-france.org - Tél. : 01 53 38 20 17
Réservations possibles par internet à partir du 4 décembre sur www.ose-france.org
Prix des places : 25 €, 40 € et 80 € pour le Carré d’Or.

Avec le soutien du
Ministère de la Culture et de la Communication - Mairie de Paris - Conseil général de Corrèze - Fondation La Poste - Fondation OSE Mémoire Enfance Solidarité –


DEFENSE

ISRAËL surveille les mouvements d'armes à ses frontières nord

Les évènements en Syrie pourraient conduire à des transferts d'arsenaux d'armes au nord d'Israël.

Au cours d'un déplacement dans le nord du pays, le ministre de la Défense, Ehud Barak, a déclaré que les essais de tirs de missiles longue portée effectués dimanche par la Syrie étaient préoccupants en raison de ce qu'ils révélaient de l'arsenal syrien et de ce qui pourrait en advenir si le régime de Bashar Al-Assad tombait.

Israël est notamment préoccupé par le fait que le Hezbollah pourrait tenter de déplacer ses armements les plus avancés pour éviter qu'ils ne tombent aux mains des opposants au régime syrien.

Barak a tenu à rappeler que "si la frontière était calme aujourd'hui, quelques jours auparavant, à quelques centaines de kilomètres, des roquettes étaient tirées sur Israël".


JERUSALEM

ISRAËL - Jérusalem : encore un plan de développement controversé

La Crete blanche, tel est le nom de la zone située au sud de Jérusalem, qui comprend des collines sur sa partie occidentale, où un nouveau plan d'urbanisme prévoirait d'intensifier la construction au détriment des quartiers déjà existants.

Connu sous l'appellation de "Plan Safdie", du nom de l'architecte Moshe Safdie, qui l'a entièrement conçu – ce projet vise à bâtir des dizaines de milliers de foyers répartis sur les collines ouest de Jérusalem.

Plusieurs organisations environnementales, parmi lesquelles la Société pour la Protection de la Nature en Israël, ont d'ores et déjà vivement condamné ce plan, et la municipalité de Jérusalem elle-même a annoncé qu'il serait plus utile pour la ville d'augmenter la densité des quartiers existants, et d'améliorer les services qu'elle a à proposer, plutôt que de s'étendre vers les collines.

Rejetée une première fois en 2007, par le Comité national de planification et de construction, cette initiative sera à nouveau examinée cette semaine, après que le 27 septembre dernier, le ministère de l'Intérieur ait approuvé l'inclusion de "la crête blanche" parmi la liste des "lieux possibles pour de nouvelles zone de logement".

Plusieurs fonctionnaires municipaux avaient qualifié cette décision de "totalement contraire à la politique de planification urbaine actuelle qui vise à renforcer et à développer la ville de Jérusalem", tout en accusant le ministère de l'Intérieur de "porter atteinte à l'autorité de la mairie et de prendre des décisions arbitraires".

Pour Naomi Tsur, qui détient les portefeuilles de l'environnement et de la planification, "le ministère de l'Intérieur sape volontairement les principes de la politique officielle de Jérusalem en matière d'urbanisme".

En 2007, Tsur avait déjà qualifié le Plan Safdie de "suicide en milieu urbain", et elle vient d'adresser une lettre au National Building and Planning Committee exigeant "l'annulation immédiate de ce projet".

ISRAËL - JÉRUSALEM : les femmes de retour sur les murs

Les habitants de Jérusalem verront à nouveau des femmes sur les panneaux d'affichage publicitaires de leur ville, du moins sur ceux qui ne sont pas situés dans des quartiers haredim.

Les premières affiches sont en place depuis quelques jours: il s'agit de publicité pour le programme télévisé Hatzuya. Leur particularité? Des femmes y apparaissent.

De peur de provoquer la colère de certains ultra-orthodoxes vivant dans la capitale du pays, les sociétés commerciales et les compagnies publicitaires avaient, peu à peu, retiré les femmes de leurs affiches, cédant ainsi aux revendications de la frange la plus radicale du public religieux.

Cette affaire a récemment provoqué un tollé dans la société israélienne, car on y a vu la mise à l'écart des femmes de l'espace public.

A force de protestations et de manifestations, le groupe dont la campagne publicitaire auto-censurée a déclenché la polémique a annoncé qu'il relançait sa campagne, en y incluant cette fois des femmes.

"Nous sommes très heureux que la campagne publicitaire soit relancée", a dit le rabbin Uri Ayalon, qui était un des leaders du mouvement qui dénonça la suppression des images de femmes.
"Cela montre que sensibiliser le public peut donner des résultats, et il faut maintenant continuer le combat".

Les femmes ne seront toutefois pas présentes sur les bus à cause des couts trop importants engendrés par leur destruction, si jamais ils étaient à nouveau incendiés.

ISRAEL- Jérusalem : les bus d'Egged circulent à nouveau dans Méa Shéarim, sous protection policière

La ligne numéro 1 de la compagnie Egged, qui relie la gare centrale des autobus de Jérusalem au Kotel -Mur occidental- a retrouvé les rues de Méa Shéarim, quartier qu'il traverse en suivant son itinéraire, un an après que la compagnie ait interrompu sa circulation, suite à l'incendie de plusieurs autobus.

Les conducteurs étaient accompagnés, pendant une phase de test, par des policiers qui ont pris place à bord de chaque autobus. "La police accompagne chaque chauffeur et réagira immédiatement en cas d'incidents" a averti le porte-parole du directeur de la police de Jérusalem.

La reprise du trafic s'est cependant déroulée sans incidents; si elle se poursuit normalement, Egged devrait également réactiver la ligne 2, qui traverse plusieurs zones de Méa Shéarim : actuellement les autobus circulent sur la principale rue du quartier, Strauss, mais refusent d'entrer dans la kyrielle de rues avoisinantes.

A l'origine du problème, toujours le même groupe marginal et extrémiste, les Sicaires (voir notre article du 2 décembre), qui avaient attaqué et incendié des bus car Egged refusaient de créer un service qui séparerait hommes et femmes; cette séparation avait été jugée illégale par la cour suprême.

Récemment, ce groupe est arrivé à imposer ses vues à une librairie orthodoxe du quartier, après des mois de harcèlement.

Les sicaires (Sikrikim) étaient un groupe de juifs qui, avant et pendant la première Guerre judéo-romaine, assassinaient Romains et Juifs.


AUTORITE PALESTINIENNE

Autorité palestinienne : le Premier ministre Fayyad candidat à la succession de Mahmoud Abbas

Mahmoud Abbas a déclaré, à plusieurs reprises, ne pas vouloir se représenter à la présidence de l'Autorité palestinienne.

Selon des proches de Salam Fayyad, actuel Premier ministre de l'Autorité palestinienne –dont le Hamas veut résolument le départ, celui-ci pourrait alors briguer le poste si Abbas maintenait sa position de ne pas le briguer.

Dans une déclaration au journal britannique Al-Quds Al-Arabi, un membre de l'entourage de Fayyad estime que l'actuel Premier ministre aurait de bonnes chances d'être élu, en raison du travail qu'il a accompli et de sa notoriété dans l'opinion publique palestinienne.

il aurait, d'autre part, sans nul doute, le plein soutien des pays occidentaux qui lui ont manifesté une totale confiance, notamment dans sa lutte contre la corruption.

Fayyad ne devrait pas prendre de décision tant que le Fatah et Abbas n'ont pas fait connaitre leur position.
Pour l'instant, le Fatah tente de convaincre Mahmoud Abbas de se représenter.

Mais d'autres noms que celui de Fayyad circulent, notamment Nabil Sha'ath, Saeb Erekat, ancien et actuel négociateur palestinien, Azzam al-Ahmed, Mahmoud al-Aloul et Mohammed Shtayyeh.

Le Fatah est persuadé qu'il gagnera les élections palestiniennes –législatives et présidentielle -, estimant que "les palestiniens avaient pu se rendre compte par eux-mêmes que le Hamas était incapable de gouverner et d'améliorer leurs conditions de vie".


HAMAS

Israël expulse un député du Hamas dès sa sortie de prison

Israël a expulsé mardi un député du Hamas; dès sa sortie de prison, il a été conduit à un point de passage avec les territoires contrôlés par l'Autorité palestinienne.

Ahmad Attoun, dont l'autorisation de résidence à Jérusalem a été révoquée en 2006, vient de passer 70 jours en prison pour un séjour illégal dans la capitale israélienne.

Attoun a déclaré aux journalistes présents lors du passage du checkpoint de Qalandia qu'il s'agissait "de la période la plus dure de sa vie" ajoutant "que c'est l'occupant qui devrait être obligé de quitter la ville".

Attoun a été élu au Conseil législatif palestinien en 2006; après avoir perdu le droit de résider à Jérusalem, il a fait partie de trois membres du Hamas accueillis à Jérusalem-est par le Comite international de la Croix rouge pendant plus d'un an pour éviter leur expulsion.

Dans son discours à l'ONU, Mahmoud Abbas avait souligné le cas de ces trois membres du Hamas pour illustrer ce qu'était le "nettoyage ethnique" auquel se livrait Israël.

Le Hamas, classé comme organisation terroriste par les USA et l'Union européenne, ne reconnait pas l'existence d'Israël.


HEZBOLLAH

Liban - Nasrallah se montre en public pour la première fois depuis plusieurs années

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait une apparition publique, la première depuis 2008, à l'occasion de l'Achoura, une fete de l'islam chiite.

Lourdement protégé, le leader terroriste s'est adressé à la foule : ' je voulais être avec vous quelques minutes, j'ai toujours voulu être avec vous" ajoutant que sa participation au rassemblement était un message à "ceux qui nous menacent et veulent nous intimider".

"Mort à Israël", la réponse habituelle a été scandée par la foule.

Nasrallah qui passe sa vie dissimulé et ne communique avec ses fidèles que par messages enregistrés s'est ensuite retiré et a fait diffuser un message :
"Nous sommes la résistance, nous nous entrainons, nous sommes de plus en plus forts ,nous bâtissons notre confiance et renforçons notre armement" ajoutant que les roquettes du Hezbolah pouvait désormais atteindre Israël au-delà de Haïfa.

Prédisant une large victoire des islamistes en Egypte, il s'agissait pour lui de redonner un souffle de confiance dans un environnement turbulent, notamment à la Syrie et à l'Iran, ses principaux soutiens.
Il en a profité pour qualifier le régime syrien de "gouvernement de la résistance".

En Syrie, le drapeau du Hezbollah est régulièrement brulé par les manifestants anti Assad depuis quelques jours.


Minorités d'Israël

ISRAËL - Un tribunal donne raison aux bédouins contre l'Etat

Dans un jugement sans précédent, un tribunal israélien vient de donner raison aux habitants d'un village bédouins

Le jugement révoque l'ordre du gouvernement de détruire 51 habitations dans le village non reconnu d' Al-Sira.

La décision du tribunal fait suit à des procédures entamées depuis 2006 par des organisations de défense des intérêts des communautés bédouines.
On estime qu'environ la moitié de la population bédouine du Néguev (70000 personnes) vit dans 45 villages "illégaux", c'est-à-dire non reconnus par l'Etat, alors que dix autres sont en phase de reconnaissance.

Les villages non reconnus ne reçoivent aucun service de l'Etat, notamment eau et électricité; c'est le cas d'Al-Sira.

Pour Khalil Alamour, habitant et porte parole de ce village, " la cour vient de nous faire le plus beau cadeau possible, si la démolition avait été approuvée, 300 personnes se seraient retrouvées sans habitation" ajoutant "nous voulons juste vivre en paix, comme des citoyens à part entière, rien de plus que cela".

ISRAËL - Le Développement du Neguev se heurte aux bédouins

Les défenseurs des droits de la communauté bédouine en Israël s'inquiètent de l'investissement d'un milliard de shekels destiné au développement du Néguev par le Fonds National Juif –KKL.

Avec cet investissement, le KKL compte améliorer l'infrastructure du Néguev et y construire des milliers de logements, afin de réaliser la "vision sioniste", selon les mots de son président Efi Stenzler.

Mais, selon les organisations qui défendent les intérêts des bédouins, faire fleurir le Néguev, comme le rêvait David Ben Gourion, et y installer une population nouvelle, nuit à la communauté bédouine, déjà présente sur ces terres avant l'indépendance du pays.

"Le plan du KKL révèle qu'il continue non seulement d'ignorer la diversité de population du Néguev, mais aussi qu'il embrase les relations entre les communautés juives et bédouines", déplore Haia Noach, directrice exécutive du Forum de la coexistence dans le Néguev pour l'égalité civique.

"Il est clair que la mission du KKL est de judaïser le Néguev aux dépens des citoyens bédouins d'Israël".

Le Néguev a une surface de 1,2 millions d'hectares, soit 60% de la superficie du pays, et n'y vivent pourtant que 600 000 personnes, soit 8% de la population totale.

Le KKL veut attirer les populations jeunes du centre vers le Néguev, en y étendant les zones d'habitations déjà créées ( comme Karmit, Bnei Netzarim ou Neveh Netzarim), et en y créant de nouvelles.
Sont également prévus 200 logements destinés à des Israéliens évacués du Goush Katif en 2005, et qui ne disposent toujours pas d'habitation définitive.

Et l'agriculture n'est pas en reste: le KKL prépare, notamment, 6500 hectares de terre pour la culture du citron.

Mais l'organisation compte aussi développer des infrastructures de loisirs pour la population bédouine du Néguev, d'après son communiqué, en créant des zones vertes.
Les défenseurs des Bédouins, quant à eux, craignent que des "villages entiers" soient détruits, comme ce fut le cas d'al- Arakib en 2010, lors de semblables projets de boisement.


IRAN

IRAN - La capacité à tirer des missiles longue portée serait durablement affectée

L'explosion qui s'est produite en novembre dans une base militaire iranienne pourrait avoir, en fait, détruit un important site de test de missiles, qui constituerait un sérieux revers pour le programme d'élaboration de missiles de longues portées de l'Iran.

Ces missiles sont supposés transporter sur de logues distances, notamment des charges nucléaires.

Selon le New York Times, qui cite des sources proches des services de renseignement américains et israéliens, ainsi que des experts du nucléaire, les images satellites du site prises après l'explosion montrent que celui-ci a été totalement "rasé" par les explosions qui s'y sont produites.

Aucune explication officielle n'a été donnée, mais selon les américains, la cause pourrait être simplement accidentelle, traduisant l'inexpérience iranienne en matière d'utilisation de produits très volatiles et dangereux.

L'Iran a déclaré, pour sa part, qu'il s'agissait d'un accident, dont certains officiels déclaraient qu'il s'agissait d'un sabotage, sans que l'on sache si leurs affirmations relevaient de preuves ou de rumeurs.


SYRIE

SYRIE : le ton monte avec la Turquie

Les gardes frontières syriens auraient bloqué une tentative d'infiltration à travers la frontière turque.

Selon l'agence officielle syrienne SANA, 35 "terroristes" ont été interceptés alors qu'ils tentaient d'entrer en Syrie via la Turquie, alors que les troupes fidèles à Assad combattent les "rebelles et les déserteurs de l'armée régulière qui les ont rejoints".

Selon SANA, plusieurs de ces infiltrés auraient été blessés et auraient rebroussé chemin vers la Turquie où ils auraient été pris en charge par l'armée turque, qui les auraient notamment transportés dans ses propres véhicules militaires.

Les relations entre les deux pays, autrefois alliés, n'ont cessé de se dégrader ces derniers mois.

La Syrie accuse la Turquie de laisser se développer à la frontière commune un trafic d'armes qui équiperaient les opposants à Bashar al-Assad et, plus généralement, "les terroristes organisés et financés par l'étranger".


SOCIETE

ISRAËL - Société : un plan pour lutter contre les suicides

D'après les chiffres officiels fournis par le ministère de l'Intérieur, le suicide en Israël est sensiblement moins répandu que dans les sociétés européennes, mais reste cependant important avec un taux de près de 10 hommes et 4 femmes pour 100 000 habitants.

Lior Carmel, directeur du plan de prévention, a notamment déclaré que "face au nombre de suicides annuels, un programme national s'imposait, au même titre que pour la prévention routière".
Après avoir rencontré un certain "succès" dans trois villes israéliennes - Rehovot, Ramleh, et Kafr Kana -, un nouveau programme de prévention contre le suicide pourrait s'étendre à l'échelle nationale.

Selon une première étude, les taux de suicides ont connu une baisse sensible dans ces trois agglomérations, au cours des deux années qui ont vu l'apparition, puis la diffusion de la campagne de prévention : alors que Ramleh et Rehovot cumulaient un total de dix sept suicides durant les vingt quatre mois qui ont précédé la mise en application du programme, ils sont "retombés" à cinq de 2009 à 2011, tandis qu'après avoir enregistré "deux cas de suicide entre 2006 et 2009", aucun nouveau cas n'a été signalé dans la ville arabe de Kafr Kana.

La campagne de prévention contre le suicide, promue par le ministère de la Santé, et qui doit encore être approuvée par le gouvernement, devrait coûter environ quarante millions de shekels annuellement.

Jusqu'à présent, ce sont le ministère de la Santé ainsi que l'American Joint Distribution Committee, qui avaient assuré le financement – près de 6 millions de shékels, du projet pilote mis en œuvre dans les trois villes pilotes.
Si le Cabinet l'approuve, il permettra aussi la formation de professionnels dans divers domaines (médecins, travailleurs sociaux, psychologues).

Membre du Conseil de l'organisation The Path of Life, qui représente les familles dont un membre s'est donné la mort, Avshalom Aderet a pour sa part déclaré que "le phénomène du suicide en Israël doit enfin être abordé d'une manière responsable".

Selon lui, "le public n'a pas conscience de la détresse qui précède et conduit au passage à l'acte, et la plupart des gens ignorent que plus de quatre cents personnes se suicident chaque année en Israël".


JUSTICE

ISRAËL - Les proches de Lee Zitouni veulent mobiliser la communauté juive francaise

Claude Isaac et Eric Roubi, les deux francais accusés d'avoir renversé et tué une jeune israélienne de 25 ans, Lee Zitouni, ont fui vers la France et n'ont pas l'intention de se présenter devant les tribunaux israéliens.

C'est ce qu'on déclaré, mardi, leurs avocats au cours d'une conférence de presse, précisant que leurs clients souhaitaient être jugés en France.

Pour l'instant, Israël a demandé l'extradition des deux français –mais la France n'extrade pas ses ressortissants. L'Etat hébreu pourrait donc accepter un procès en France. Mais, selon un avocat proche du dossier, il y aurait actuellement une "lutte de prérogatives" entre les deux pays.

En attendant, des groupes proches de la famille et des amis de la victime mènent des actions en direction des passagers français qui arrivent en Israël, les appelant à agir auprès du gouvernement français pour demander l'extradition des deux hommes, dont ils estiment "qu'ils sont protégés en France": les panneaux d'accueil sont clairs 'Permis de tuer".

Pour les proches et les amis, il s'agirait désormais de sensibiliser la communauté juive française pour augmenter la pression sur les deux meurtriers supposés.


EDUCATION

ISRAËL - Education : les yeshivot ne sont plus controlées depuis 5 mois - arrestations de fonctionnaires soupconnés de fraudes aux subventions

Le ministère des Finances d'Israël a suspendu les controles des yeshivot qui reçoivent des subventions de l'Etat depuis 5 mois, et ne les a toujours pas rétablis.

C'est le député Moshe Gafni, du parti religieux Yahadout haTorah (Judaïsme de la Torah), qui a demandé leur interruption en juillet dernier, lors d'un débat à la Knesset, jusqu'à ce que de nouvelles procédures, mieux définies, soient mises en place.
Depuis 2005, la responsabilité des inspections des yeshivot et des centres d'études de la Torah subventionnés par l'Etat incombe au ministère des Finances, et plus précisément au Comptable général du ministère, après que des enquêtes aient montré que les celles menées jusqu'alors par le ministère des Affaires religieuses n'étaient pas efficaces.

La méthode de contrôle consiste, pour les inspecteurs, à se rendre dans les yeshivot, à compter les étudiants présents et à vérifier que le nombre obtenu correspond bien à celui déclaré par la direction de ces yeshivot -c'est sur la base des étudiants présents que se calcule la subvention accordée.

Mais cette façon de faire, pour le moins archaïque, ajoutée au nombre réduit d'inspecteurs et à la suspicion de fraude semble conduire à des incidents.

Et c'est justement un incident qui a motivé la demande de Gafni: des inspecteurs, venus contrôler la yeshiva Beit Shmaya de Bnei Brak, ont refusé d'attendre que le dirigeant de la yeshiva finisse son cours pour compter les étudiants et ont insisté pour le faire immédiatement.
Il s'en est suivi un tollé dans le monde orthodoxe et la modalité de l'inspection a été dénoncé par les hommes politiques, parmi lesquels le Premier ministre et le président de la Knesset.

Le leader de la communauté orthodoxe lithuanienne, Rabbi Yosef Shalom Elyashiv, a estimé qu'il s'agissait de "persécution de la Torah et de ses étudiants". Le ministre des Finances, Yuval Steinitz, et le Comptable général du ministère, Michal Abadi-Boiangiu, ont dû venir en personne s'excuser auprès du dirigeant de la yeshiva .

Les responsables du ministère ont justifié cette longue absence d'inspection par les fêtes religieuses et par la mise au point d'un nouveau système de contrôle, plus efficace et moins gênant, qui devrait être appliqué dans les prochains jours.

Aujourd'hui, on apprenait que cinq membres du ministère de l'Education israélien, dont deux hauts responsables et un directeur régional, sont soupçonnés par la police d'avoir accordé de larges subventions à des séminaires orthodoxes contre d'importants pots-de-vin.
Ils auraient pour cela pris en compte dans leurs calculs des centaines d'étudiants fictifs – le nombre d'étudiants déterminant le montant des subventions.


SCIENCES HI TECH

FRANCE - Les premières journées de l'innovation France - Israël

Sous la houlette d'Eric Besson et son homologue Shalom Simhon, la première Journée de l'innovation France-Israël a réuni à Paris-Bercy, les dirigeants de 350 entreprises technologiques, pour des rencontres sous le signe des partenariats innovants.

Les 330 accords bilatéraux qui pourraient en découler concernent les énergies renouvelables (solaire et biocarburants), le paramédical et les technologies de l'information.

Une centaine d'entreprises israéliennes de tous secteurs d'activités ont rencontré PME et grands groupes français dans l'optique de "doubler en cinq ans les relations économiques entre les deux pays".

Selon Silicon.fr, des rencontres entre entreprises ont été organisées autour de quatre secteurs "d'excellence" : les technologies de l'information et de la communication (TIC), les carburants alternatifs, l'énergie solaire et, enfin, les nanotechnologies médicales.

Au cœur des négociations, les TIC, de l’avis partagé des deux chefs de gouvernement, s’affirment comme le secteur-clé dans la consolidation à long terme des relations qu'entretiennent la France et Israël.

Une opération similaire se déroulera en Israël, à l’horizon 2012, ont précisé MM. Besson et Simhon.
(D'après Itespresso.fr)


TOURISME

ISRAËL - deux hotels de Jérusalem classés dans les 10 des meilleurs établissements du Moyen Orient

Deux hotels de Jérusalem figurent désormais parmi les dix meilleurs établissements du Moyen Orient, selon un classement établi par le très select Conde Nast Travelers.

Le classement 2011 a été établi à travers une vaste étude à laquelle ont participé exactement 28,876 personnes, qui ont permis d'établir un classement prenant en compte toute une série de critères tels que la situation, la restauration, le service et le design de l'hôtel.

L'hôtel Inbal de Jérusalem se situe à la 4ème place du classement, tandis que le David Citadel partage la 6ème avec le grand Hyatt d'Amann (Jordanie).

Le Inbal a été consacré pour sa restauration, sa situation et son design, tandis que le David Citadel voit mis en avant la qualité de son service, les chambres, et sa situation en surplomb de la vieille ville. En haut de la liste se trouve le Park Hyatt de Dubai.


NOUVELLES BREVES

Israël, 9 depeches - International : 1 depeche

ISRAEL : MENACES DANS LE SUD DU PAYS – PLUS D'ACCORD DE TYPE GUILAD SHALIT – PRICE TAG : ARRESTATION DE 3 SOLDATS – IRON DOME POUR HAIFA – OBLIGES DE TRAVAILLER CHABBAT – ISRAËL AIME ET DETESTE SUR TWITTER –CHASSE AUX POLICIERS DANS L'ILLEGALITE NETANYAHOU VEUT RENFORCER SON CONTROLE SUR LE LIKOUD – TREMBLEMENT DE TERRE DANS LE NORD D'ISRAËL – AUSTRALIE :UN TORTIONNAIRE DE LA DERNIERE GUERRE AU TRIBUNAL-

MENACES DANS LE SUD DU PAYS
Le ministère israélien de l'éducation a publié lundi une instruction inhabituelle.
Il interdit aux écoles les déplacements et visites dans le sud du pays, et notamment autour d'Eilat, à la suite de menaces sécuritaires le long de la frontière israélo-égyptienne. Il fait suite à un avertissement du ministère de la défense publié dimanche.

PLUS D'ACCORD DU TYPE GUILAD SHALIT

Le gouvernement devrait avoir une marge de manœuvre moindre pour de possibles négociations en cas de nouvel enlèvement d'un soldat israélien.

Une commission spéciale dirigée par an ancien Président de la Cour suprême, Meir Shamgar, chargée de l'examen de la question, vient en effet de rendre des conclusions dans ce sens au ministre de la Défense, Ehud Barak, qui a désormais deux semaines pour les accepter. Elle recommanderait de ne plus accepter un échange aussi déséquilibré que celui qui a prévalu pour la libération de Guilad Shalit.

La commission a rencontré le négociateur israélien, plusieurs responsables militaires, et le philosophe qui avait rédigé un code de conduite à tenir en cas d'enlèvement.

PRICE TAG : ARRESTATION DE 3 SOLDATS

Le porte parole de l'armée israélienne a annoncé l'arrestation de 3 soldats, soupçonnés d'implication dans l'opération "Price Tag" de ces derniers jour; (ces opérations sont menées par les habitants des implantations juives de Cisjordanie en représailles au démantèlement par l'armée d'implantations construites illégalement).

Ces arrestations interviennent deux jours après celle de sept femmes, dont six mineures, impliquées dans une même opération qui avait conduit à des destructions de matériel dans des propriétés de l'armée et dans un champ d'oliviers appartenant à un palestinien.

IRON DOME POUR HAÏFA

Israël pourrait déployer des systèmes de défense antimissiles Dôme d'acier dans la baie de Haïfa afin de protéger les raffineries de pétrole qui s'y trouvent, a déclaré mardi le ministre de la Défense intérieure Matan Vilnai, répondant ainsi au leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui plus tôt dans la journée avait prévenu que son mouvement était capable d'attaquer Israël "bien au-delà de Haïfa".

OBLIGES DE TRAVAILLER CHABBAT

Le dirigeant d'un centre commercial de Rishon Lezion a demandé aux responsables des commerces qui s'y trouvent d'ouvrir également le samedi, jour de Chabbat, durant lequel le travail est religieusement interdit.

Le président d'une chaine de magasins d'optique, qui dispose d'un établissement dans ce centre commercial, a dénoncé cette obligation implicite, qui, en outre, remet en cause selon lui des acquis sociaux: il s'agit du seul jour chômé pour les salariés israéliens.

ISRAËL AIME ET DETESTE SUR TWITTER

Voyant se propager sur le réseau social Twitter de nombreux messages qui contenaient le terme #Israelhates ("Israël hait"), Avi Mayer, qui dirige le département des Réseaux sociaux de l'Agence juive, a répondu en lançant une vagues de twits contenant le code #Israelloves ("Israël aime"). Les partisans d'Israel ont remporté ce duel numérique: alors que le message de haine était présent, à son plus haut niveau, dans 0,15% de tous les messages postés sur Twitter, ceux qui préféraient parler d'amour ont atteint les 0,2%.

CHASSE AUX POLICIERS DANS L’ILLÉGALITÉ

L'organisation non gouvernementale Regavim, qui s'emploie à combattre les logements illégaux de Palestiniens dans la zone C de Cisjordanie et celles d'Israéliens arabes et bédouins à l'intérieur de la ligne verte, a lancé une campagne demandant aux citoyens de dénoncer les policiers israéliens vivant dans des constructions illégales en postant les preuves recueillies sur la page Facebook de la police. 3 "rapports" ont déjà été faits, selon l'ONG.

NETANYAHOU VEUT CONFORTER SON CONTRÔLE SUR LE LIKOUD

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a décidé d'avancer les primaires du Likoud au 31 janvier prochain, plutôt que 6 mois avant les prochaines élections législatives, comme le veulent les textes constitutionnels du parti.
Il bénéficierait ainsi de sa forte popularité pour assurer sa réélection à la tête du Likoud. Moshe Feiglin, qui dirige la faction Leadership juif du parti, a indique qu'il serait candidat.

TREMBLEMENT DE TERRE DANS LE NORD D'ISRAËL

Un tremblement de terre de magnitude 3,8 a secoue le Nord d'Israël dimanche soir, peu avant 23h, avec pour épicentre la région de Tibériade et de la vallée de la Houla. La police a indique n'avoir enregistre aucun blesse ou dégât.

AUSTRALIE : UN HONGROIS TORTIONNAIRE PENDANT LA GUERRE

La Haute cour de justice d'Australie va entendre cette semaine les arguments du gouvernement qui souhaite extrader Charles Zentai, un ancien soldat hongrois qui vit dans le pays depuis près de 60 ans, vers son pays d'origine, afin qu'il puisse être jugé pour la torture et le meurtre d'un adolescent juif en novembre 1944, tué parce qu'il ne voulait pas porter l'étoile jaune. Zentai, âgé aujourd'hui de 90 ans, avait obtenu de rester en Australie en profitant du fait que le crime de guerre n'est pas considéré comme un motif d'extradition.

Fermer la fenêtre