Numéro 1033 - 24.11.2011 - 27 Heshvan 5772       Imprimer

A LA UNE

ISRAËL - Le gout du porc bienvenu

Le Grand Rabbin d'Israël, Yona Metzger,va pouvoir ramener des aliments au gout bacon chez lui.

Selon son secrétariat, le Grand Rabbin se préparerait à autoriser l'importation d'oies et d'oies en provenance d'Espagne, dont le goût serait très voisin de celui du porc.

Trois chef-cuisiniers, non juifs, consultés, auraient confirmé la similitude des goûts

Selon le Grand rabbin "les lois alimentaires juives n'interdisent pas de consommer de l'oie, peu importe quel est son goût, tant qu'elle est abattue selon les règles".

Les israéliens non pratiquants apprécient la consommation, cette importation permettrait "d'ouvrir de nouvelles saveurs aux juifs pratiquants".
Un des porte-paroles de Yona Metzger a déclaré que l'autorisation d'importation dès que les animaux auraient atteint le poids leur permettant le poids nécessaire à leur abattage.

LIBAN - Explosion d'un dépot d'armes du Hezbollah, Israël déja crédité de l'opération

Une explosion s'est produite mercredi dans un des fiefs du Hezbollah dans le sud Liban, à Siddiqin.

La déflagration concernerait un important dépôt de munition; le Hezbollah a empêché l'armée régulière libanaise d'arriver jusqu'au lieu du sinistre, qui s'est produit dans une zone où, selon la résolution 1701 du Conseil de sécurité, il est interdit au Hezbollah de posséder ou d'entreposer des armes.

Selon le bloggeur américain Richard Silverstein – le même qui avait lancé l'affirmation selon laquelle Israël serait responsable de l'explosion de la base iranienne survenue il y a une quinzaine de jours-, citant une source fiable "proche des renseignements militaires", l'explosion du dépôt d'armes serait le fait du renseignement militaire israélien (Aman), qui aurait utilisé un drone piégé.

Le drone, une fois "crashé" au sol comme si il s'était agit d'un accident, le système d'explosif aurait été actionné à distance, provoquant l'explosion du dépôt de munitions.

Mercredi, le Hezbollah a cependant nié l'explosion de ce dépôt de munitions.

ISRAËL - Archéologie : le roi Hérode n'a pas pu achever la construction du Temple

De récentes fouilles archéologiques viennent de démontrer que les théories sur la construction du Temple pourraient être remises en question.

Le roi Hérode pourrait, en effet, ne pas avoir achevé cette construction contrairement à ce qui était admis jusqu'à aujourd'hui.

Selon l'Autorité israélienne des Antiquités, la récente découverte d'un mikve (bain rituel ) le long d'une ancienne voie de drainage remet en question l'idée qu'Hérode soit responsable de la construction de la totalité de ce mur, à travers les découvertes qui y ont été faites.

Le mikve a en effet été daté comme antérieur à la construction de cette partie du mur et a été comblé en totalité pour lui servir de soutènement.

Par ailleurs, le chantier de fouilles, dirigé par Eli Shukron, assisté par un professeur de l'Université de Haïfa, Ronny Reich, a permis de mettre à jour trois lampes à huile en argile, qui étaient couramment utilisées au premier siècle de l'ère chrétienne, tout comme un lot de 17 pièces de monnaie en bronze, extraites du bain rituel en question. Or Hérode est décédé quatre ans avant l'ère chrétienne.

Quatre de ces pièces ont été identifiées comme frappées par un procurateur romain, Valerius Gratus (année 17 ou 18 de l'ère chrétienne), soit une vingtaine d'années après la mort du roi Hérode.
Ainsi, Hérode pourrait ne pas avoir achevé, ni même, peut être, construit le mur occidental du Temple (le Kotel).

Cela tendrait à confirmer les écrits de Flavius Joseph, le général juif qui deviendra historien romain; écrivant après la révolte juive contre Rome et la destruction du Temple en 70, il racontait que la construction avait été finalisée par le roi Agrippa II, arrière petit-fils d'Hérode, soit une vingtaine d'années seulement avant la destruction du Temple.

Selon Flavius Joseph, la fin de la construction laissa 18 000 ouvriers sans travail, générant un mécontentement que certains historiens lient directement à la révolte juive.

ÉGYPTE - Deux soldats égyptiens tués à la frontière avec Israël

Deux garde-frontières égyptiens mercredi soir, le long de la frontière avec Israël.

ils ont succombé aux tirs de Bédouins, alors qu'ils tentaient de les empêcher de s'infiltrer en Israël, dans la région entre Kadesh Barnea – point de passage avec Israël – et la bande de Gaza.

Un second incident a vu des soldats de l'unité "Golanim" poursuivre des trafiquants de drogue le long de la frontière.

Selon la presse égyptienne, les deux soldats ont été tués dans deux incidents séparés.

D'après la presse israélienne, la situation s'est tendue vers 20h mercredi soir, lorsqu'un groupe de trafiquants de drogue a tenté de traverser la frontière, alors que les soldats égyptiens patrouillaient le long de la barrière de séparation entre les deux pays.

C'est à ce moment qu'auraient éclaté des échanges de tirs, qui auraient conduit à la mort des égyptiens.
Compte tenu des accords entre les deux pays, les soldats israéliens présents sur la frontière ne sont pas intervenus.

Une demi-heure plus tard, l'armée israélienne a repéré des allées et venues entre la frontière égyptienne Et la barrière de défense près d'Eilat.et des soldats de la brigade Golani ont mis en fuite et poursuivi les trafiquants, qui ont ouvert le feu sur les militaires.

Les autorités égyptiennes ont immédiatement reconnu que leurs soldats avaient été tués par les trafiquants.

Depuis quelques mois, la péninsule du Sinaï est devenue une zone de trafics menés par des tribus bédouines liées au Djihad islamique, et dans une moindre mesure au Hamas.

Trafics humaines (réfugiés africains), de drogue ou d'armes se développent, trafics dont les revenus servent à financer l'organisation des groupes terroristes.

En août dernier, un incident analogue avait vu se dérouler une prise d'otages qui avait couté la vie à 11 israéliens près d'Eilat, et la mort accidentelle de cinq soldats égyptiens, tués par erreurs par les forces israéliennes alors qu'elles poursuivaient les terroristes.

Cet incident avait provoqué une vive tension entre Israël et l'Egypte, qui commence seulement à s'apaiser.

Depuis, l'armée israélienne a intensifié sa surveillance sur les routes qui longent la frontière égyptienne, route qui demeurent fermées aux civils.


CULTURE

ISRAËL - Musée de Jérusalem : Jewish avant-garde artists from Roumania

Pour la toute première fois, le Musée d'Israël de Jérusalem, en collaboration avec le Jewish Historical Museum d'Amsterdam, accueillera une magnifique exposition sur un mouvement artistique majeur : l'avant-garde roumaine.

A travers les œuvres de sept artistes de renommée internationale ayant contribués, à partir d'Europe centrale, à révolutionner la scène artistique du début du XXème siècle, l'exposition vous invite à découvrir 80 œuvres créées entre 1910 et 1938, brossant des mouvements allant des balbutiements du dadaïsme au surréalisme.

Tristan Tzara, Victor Brauner, Marcel Janco, M.H. Maxy, Arthur Segal, Jules Perahim et Paul Paun. Ces sept noms peuvent ne rien évoquer pour bon nombre d'entre nous, il s'avère cependant que ce sera sous leur influence que naîtra une nouvelle génération d'artistes, faisant de Bucarest une capitale artistique incontournable.

Longtemps ignorée, l'avant-garde roumaine fait cependant pleinement partie des révolutions et transformations qui ont renouvelés l'expression artistique de l'époque, au même titre que le constructivisme russe ou le cubo-expressionisme de Bohême.

Cinquante années de guerre froide entre l'est et l'ouest ont empêché la circulation de ces mouvements qui nous sont enfin connus, et dont nous savons désormais le rôle majeur qu'ils ont joué dans le monde l'art.

Explorant à la fois l'art néo-impressionniste d'Arthur Segal, les essais de Tristan Tzara, chef de file du dadaïsme, les travaux de Victor Brauner, éditeur de la revue "75 H.P" dans laquelle il écrit un manifeste, une partie des nombreux masques et paysages de Marcel Janco, l'intérêt de Maxy à partir des années 30 pour les thèmes sociaux, et l'implication de Jules Perahim et de Paul Paun pour le surréalisme, le Musée d'Israël met également en lumière l'importance et le rôle majeur de chacun de ces artistes sur l'histoire de l'avant-garde européenne.

Jewish avant-garde artists from Roumania au Musée d'Israël de Jérusalem, du 10 novembre 2011 au 18 février 2012. Tarifs, horaires et informations sur www.imjnet.org.il.

Remerciements : Musée d'Israël pour sa contribution à la rédaction de cet article.


DEFENSE

ISRAËL - Défense : sur la frontière avec Gaza, l'armée israélienne se prépare

Les unités du Génie mécanique de la division GAZA mènent un exercice qui leur permet de tester leurs énormes bulldozers Caterpilar, montrant que même si le calme est revenu à la frontière avec Gaza, l'armée reste en alerte.

Pour le capitaine Moshe Yakobovich, qui commande la compagnie, les groupes terroristes ont considérablement accru leurs capacités, mais nous également".

C'était le premier entrainement pour cette unité créée il y a un an : les engins sont utilisés pour ouvrir ou dégager des routes sécurisées pour l'infanterie et les blindés, neutralisant les champs de mines, s'entrainant à opérer de jour comme de nuit.

Mais la mission de l'unité consiste aussi à traiter une nouvelle menace : le Hamas a creusé un réseau de tunnels et de galeries de contrebandes; ceux-ci pourraient être utilisés pour lancer du missile, ou tendre des embuscades aux soldats israéliens.

Des outils de haute technologie, opérationnels depuis peu, permettent de détecter l'activité dans ces tunnels.

D'autant que la capture de Gilad Shalit, à travers ce réseau de tunnels, a incité les islamistes à le développer.

L'armée prépare sérieusement un scénario qui verrait, si les tirs reprenaient sur le sud d'Israël, une intervention encore plus massive que lors de Plomb durci.

ISRAËL - La paix avant la dé nucléarisation du Moyen Orient - Soutien des USA et de la Russie

La Russie s'est accordée avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne en déclarant, lors d'une réunion organisée par l'Agence internationale de l'énergie atomique, l'AIEA, que le schéma d'un Proche-Orient complètement dénucléarisé militairement n'était envisageable que si la paix progressait dans la région.

Le concept de zone exempte d'armes nucléaires (ZEAN) permet à un groupe d'Etats de la même région de s'engager à ne jamais posséder ou développer d'armes nucléaires.

Des systèmes de contrôle sont alors mis en place. Il existe déjà plusieurs zones, comme en Amérique latine, en Afrique ou en Asie centrale.

Lors de la réunion, plusieurs pays arabes ont affirmé que le plus grand danger pour la stabilité du Proche-Orient était l'arsenal nucléaire israélien, dont l'Etat hébreu n'a jamais officiellement admis ou nié l'existence, ce qui fait qu'il n'est pas signataire du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et n'est donc soumis à aucun contrôle extérieur.

Pour Israël, qui participait à la réunion, on ne peut parler de ZEAN dans la région avant d'arriver à la paix.

La Russie partage ainsi la vision israélienne, ce qui est plutôt inhabituel, Moscou soutenant généralement les positions des pays arabo-musulmans, comme elle le fait actuellement avec l'Iran.

"Si les zones exemptes d'armes nucléaires améliorent la sécurité de l'ensemble de la communauté internationale, elles ne peuvent exister indépendamment d'autres facteurs de sécurité", peut-on lire dans la déclaration commune.


JERUSALEM

ISRAËL - Jérusalem : rencontre entre le patriarche orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, et des leaders juifs pour apaiser les tensions dans la Vieille ville

Plusieurs personnalités juives ont rencontré le patriarche orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, pour s'excuser au nom de leur communauté de la conduite de certains Juifs ultra-orthodoxes dans la vieille ville.

Nous avions rapporté les plaintes de chrétiens arméniens et orthodoxes, au sujet d'agissements déplacés auxquels ils étaient en butte, et le retentissement de cas faits dans la presse israélienne.

Une minorité de juifs orthodoxes, quand ils croisent des membres du clergé chrétien ou arménien, crachent par terre, et parfois même sur eux, pour signifier leur mépris, n'hésitant pas à manier l'insulte.

Les membres de l'Église orthodoxe de Jérusalem et ceux de l'Église apostolique arménienne – dont les représentants recevront aussi la visite d'une délégation juive, la semaine prochaine – endurent depuis maintenant plusieurs années ces humiliants crachats. Il est même devenu quasiment quotidien pour certains d'entre eux.

Un conseil de rabbins haredis a condamné l'année dernière cette attitude, la qualifiant de "profanation du nom de Dieu", mais cela n'a pas mis fin au phénomène.

Le maire adjoint de Jérusalem, Yosef Alalu, le rabbin Arik Ascherman, qui dirige l'organisation Rabbins pour les droits de l'homme, ainsi que les conseillers municipaux Laura Wharton et Meir Margalit faisaient partie de la délégation.


TURQUIE

TURQUIE - Israël renvoie ses drones à la Turquie; clash entre les deux pays sur les gisements gaziers en méditerranée

La presse turque rapporte que les drones israéliens de type Héron, achetés par Ankara, et envoyés en Israël pour des opérations de maintenance, viennent d'être renvoyés en Turquie.

A cette occasion, les journalistes n'hésitent pas à qualifier l'évènement d' "important développement entre les deux pays".

Il y deux mois, le Premier ministre turc, Recep Erdogan, avait accusé Israël de ne pas respecter les accords signés en matière de Défense avec la Turquie, ajoutant aux tensions croissantes depuis l'Affaire de la flottille de Gaza en 2010.

Selon le site turc Zaman, durant une longue période, les techniciens israéliens ne se sont pas rendus en Turquie, craignant pour leur sécurité. Les israélien ont finalement envoyés ces techniciens travailler sur les drones dans des bases militaires turques.

Selon les israéliens, les drones ont été réparés et retournés dans les délais prévus.

Dans le même temps, mercredi, le ministre de l'énergie turc, Taner Yildiz, a violemment attaqué les explorations gazières menées en méditerranée de manière conjointe par Chypre et Israël, les jugeant "illégales".

Chypre et Israël ont entamé ces explorations après avoir défini leurs zones maritimes exclusives respectives.

La Turquie juge ces arrangements "hors la loi" car ils excluent la partie nord de l'Ile, qui a fait sécession à la suite d'un "putsch", dont la Turquie est le seul état à reconnaître la validité juridique.

La réponse israélienne a été claire, par l'intermédiaire du ministère des Affaires étrangères : "si la Turquie a une réclamation à faire, qu'elle la fasse à l'ONU plutôt que dans les médias".

TURQUIE - Selon des sources israéliennes, possible intervention militaire en Syrie

Selon des officiels des forces de sécurité israéliennes, la Turquie serait proche d'une intervention militaire en Syrie, qui consisterait à sécuriser des zones tampons pour protéger les activistes de l'opposition à Bachar Al Assad.

La Turquie accueille déjà 20 000 réfugiés syriens qu ont fui la répression à travers la frontière entre les deux pays (frontière sud de la Turquie) et accueille avec bienveillance plusieurs organisations de l'opposition syrienne. Selon les israéliens, ces zones tampons permettraient aux opposants de se regrouper et de s'organiser.

Le Premier ministre turc, Erdogan, a considérablement durci le ton à l'égard du régime syrien, autrefois son allié, évoquant pour la première fois une intervention militaire alors qu'il l'avait écartée jusqu'à présent (sauf dans le cas d'une coalition onusienne).

Ces dernières semaines, les désertions se sont multipliées dans l'armée syriennes, ces ex soldats créant des poches de résistance importantes dans trois villes du nord du pays, proches de la frontière turque (Idlib, Homs, Hama).

A Idlib, il semble que l'armée syrienne ait totalement perdu le contrôle de la situation, et que toute la zone soit, potentiellement, en passe de devenir une enclave "indépendante" (comme a pu l'être Benghazi en Libye) et servir de base et de point d'appui aux opposants.


ETATS-UNIS

ÉTATS UNIS - Israël, au coeur de la campagne présidentielle de 2012

Si je suis Président des États-Unis, mon premier voyage à l'étranger sera en Israël pour montrer au monde que nous sommes concernés par ce qui arrive dans ce pays et dans cette région, a déclaré Mitt Romney, l'un des favoris à l'investiture républicaine pour la présidentielle américaine en 2012.

Les huit candidats à l'investiture républicaine débattaient mardi soir, à Washington, de la sécurité nationale des États-Unis.

Traditionnellement, les présidents américains nouvellement élus se rendent au Canada et au Mexique, pays limitrophes, lors de leur premier voyage à l'étranger.

Les candidats s'exprimaient sur la politique à adopter face à la menace nucléaire que l'Iran est accusé de faire peser. Ils étaient plus précisément interrogés sur le soutien qu'ils apporteraient à Israël si leur allié s'attaquait à Téhéran.

"Ce dont nous sommes en train de parler, c'est de l'incapacité du président Obama à mener une politique forte. Et c'est la raison pour laquelle nous en arrivons à évoquer l'éventualité d'une intervention d'Israël pour arrêter le programme nucléaire iranien", a déclaré M. Romney.

"Le bon comportement à adopter à propos d'Israël est de montrer que nous nous préoccupons d'Israël, qu'ils sont nos amis, que nous serons à leur côté", a souligné l'ancien gouverneur du Massachusetts.
Herman Cain, l'ancien patron d'une chaîne de pizza, a quant à lui déclaré qu'il "soutiendrait Israël si la mission était claire et si on s'entendait sur ce qui constituerait une victoire".

Le libertarien et parlementaire du Texas, Ron Paul, a déclaré qu'il "ne soutiendrait pas Israël" dans ce scénario. Selon lui Israël ne va pas s'attaquer à l'Iran mais "s'ils décidaient de bombarder quelque chose, ce serait leur affaire et ils auraient alors à en assumer les conséquences".

"Nous n'avons même pas de traité avec Israël. Pourquoi avons-nous cet engagement automatique selon lequel nous allons envoyer nos enfants et notre argent à Israël indéfiniment? Je pense qu'ils sont tout à fait capables de prendre soin d'eux-mêmes", s'est exclamé Ron Paul.

Si les Israéliens devaient attaquer l'Iran: "c'est leur affaire, mais ils devront en subir les conséquences". Israël dispose de centaines de missiles nucléaires, selon Paul, alors "ils sont capables de prendre soin d'eux-mêmes", a-t-il martelé.

Cette position s'inscrit en fait parfaitement dans la logique de Paul: adepte du courant libertarien, il défend le respect des libertés individuelles envers et contre tout et s'oppose donc toute forme d'interventionnisme de son pays.


ANNONCE

Annonce : vente véhicule

A vendre TOYOTA AYGO VIP Vitres teintées
Serie limitée VIP - 300 exemplaires -
Essence - 5 portes - Année 2008
Kilométrage: 31750 kms
EXCELLENT ETAT

Descriptif, prix, annonces :

AYGO 5 Portes - avec vitres teintées :

- noir métallisé
- jantes alliage 14"
- compte tours
- phares anti brouillard
- boite à gants fermée
- sellerie cuir spécifique noire avec surpiqures argent
- seuils de portes siglés
- bouclier coquilles de rétroviseurs et poignées de portes couleur carrosserie
- logo spécifique "Aygo VIP" sur portes/ailes arrière
Haut niveau de confort et de sécurité : lecteur cd avec prise auxiliaire en façade 6 hp , climatisation manuelle, alarme oubli feux, vitres avant électriques, abs, airbags frontaux et latéraux.
motorisation : 1.0L vvti :157 km/h

7500 euros

Contact:
annonces@israel-infos.com
référence KH


ALLEMAGNE

ALLEMAGNE - Néo nazis : le réveil brutal du pays

Dans un article publié dans Yediot Aharonot, le chercheur Manfred Gerstenfeld, membre du Centre des Affaires Publiques et de l'État de Jérusalem, a qualifié de réveil brutal, la découverte par les allemands, d'un groupe de tueurs néonazis sur son territoire.

Les 3 néonazis qui ont fait la une des journaux allemands il y a une dizaine de jours, ont tué 10 personnes au cours des 12 dernières années, sans que la police ne puisse les arrêter, malgré les traces qu'ils ont pu laisser sur leur passage, a chaque crime xénophobe.

La situation parait aberrante, et c'est en partie pour cela que certains suggèrent qu'ils ont peut-être été protégés par les services de renseignements allemands, en échange d'informations.

Selon Gerstenfeld, les citoyens allemands ont cru que leur passé nazi était définitivement derrière eux, changeant même parfois leur histoire familiale pour se couper de tout lien avec le régime hitlérien.

Mais le réveil est "brutal": les idées nazies sont encore présentes dans le pays, et certains les mettent en exécution. Il se dit d'ailleurs que les groupes néonazis existent par dizaines.

Le Troisième Reich est un fardeau lourd à porter.

Les Allemands s'en délestent parfois en le faisant peser sur les Israéliens, à coup d'analogies douteuses.

L'ancien ministre du Travail d'Helmut Kohl, Norbert Blum, avait par exemple écrit en 2002 à l'ambassadeur d'Israël d'alors Shimon Stein que l'Etat hébreu menait contre les Palestiniens une "Vernichtungskrieg", c'est-à-dire une "guerre d'extermination".


RUSSIE

RUSSIE - Retour à la guerre froide : menaces aux missiles sur l'Europe

Comme au bon vieux temps de la guerre froide, le Président de la Russie, Dimitri Medvedev a menacé l'Europe de déployer des missiles à ses portes.

La menace sera mise à exécution si les USA continuaient à déployer leur bouclier antimissile en Europe (critiquant au passage l'orientation des systèmes antimissiles de l'Otan en direction de l'Iran).

Selon Medvedev, les inquiétudes russes n'étant pas prises en compte, son pays développera des "systèmes qui détruiront les installations européennes de défense antimissiles américains".

Les Etats-Unis ont balayé les demandes russes, rappelant le déploiement prévu en Europe ne menace pas la dissuasion stratégique de la Russie, ajoutant qu' "aucune modification ne sera apportée aux projets en cours", notamment aux déploiements de ces matériels en pologne et Roumanie.

La Russie pourrait également utiliser les traités START sur le désarmement comme moyens de pression sur les USA

La déclaration intervient dans un contexte de campagne électorale qui devrait voir Poutine se présenter à nouveau à la fonction présidentielle… L
'avertissement adressé aux Etats-Unis vise clairement à caresser les milieux nationalistes dans le sens du poil.


EUROPE

Belgique : la communauté juive inquiète après la violente agression antisémite d'une jeune fille de 13 ans

Vendredi dernier, en sortant d'un centre sportif de Neder-over-Heembeek, Océane, une jeune fille juive de 13 ans est rouée de coups par des des jeunes de son club, d'origine maghrébine.

Les coups sont accompagnés d'insultes : "Ferme ta gueule, sale Juive et retourne dans ton pays".

Selon son père, ce n'est pas la première fois qu'elle subissait ce genre d'agression mais jamais avec une telle violence.

S'en étant ouvert au préfet, il s'est vu éconduire.

Cette fois, difficile, Océane souffre de commotion cérébrale et d'inflammation des cervicales. C'est une députée, Viviane Teitelbaum, qui a sonné l'alarme en diffusant l'information après avoir constaté que personne ne semblait réagir à ce nouvel acte d'antisémitisme.

Dans le "Libre Belgique", le Pr Julien Klener, président du Consistoire central israélite de Belgique, évoque l'inquiétude de la communauté juive:

"Pour moi et pour notre institution, ces événements sont absolument intolérables et rien, absolument rien ne peut les justifier.
Nous disons haut et fort que les autorités publiques et les responsables de l'école concernée doivent absolument condamner ces faits et en tirer les conclusions pour leurs auteurs. Certains tentent de minimiser les faits en parlant d'un acte isolé. Ce n'est absolument pas vrai et cette banalisation récurrente fait que certaines victimes n'osent même plus réagir. Il faut aussi d'urgence mettre en place des instruments pédagogiques contre cette haine quotidienne."

Le président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique, Maurice Sosnowski, a demandé aux autorités judiciaires de veiller à ce qu'une enquête soit diligentée sans délai et n'exclut pas de se constituer partie civile.

Il a aussi réitéré sa demande à la ministre de l'Enseignement Marie-Dominique Simonet (CDH) de mettre en place dans les écoles de la Communauté française un programme éducatif approprié visant à éviter les tensions entre communautés.

Le parquet de Bruxelles a confirmé avoir reçu une plainte mais son porte-parole a indiqué que, pour l'instant, il n'avait aucune certitude quant au caractère antisémite de l'incident.
(Source : le Libre Belgique)


SHOAH

SHOAH - Survivants et Justes se retrouvent

La Jewish Foundation for the Righteous, qui offre une assistance aux Justes, ces non-Juifs qui ont sauvé des Juifs pendant la Shoah, a organisé un repas de Thanksgiving où seront réunis la survivante Mary Katz Ehrlich et ses protecteurs Egle et Aurimas Ruzgys, 66 ans après les faits.

Lorsque l'Allemagne a envahi la Lituanie en 1941, le père d'Ehrlich a demandé à Leokadija Ruzgys, un fermier chrétien client de son magasin, d'aider sa famille. Celui-ci a accepté de les cacher chez lui, risquant ainsi sa vie et celle de sa propre famille.

"Il n'y a pas de mots pour décrire ce que je ressens", a dit Ehrlich par téléphone au Jerusalem Post. "C'était des gens formidables, et je leur dois la vie. S'ils n'avaient pas été là, je ne sais pas mes parents et moi-même aurions survécu. Nous leur devons énormément, et je suis ravie de les rencontrer à nouveau".

Les Ehrlich vivaient avec les Ruzgys, cachés dans une petite pièce de la maison.

Mary se rappelle qu'ils les ont protégés de leur mieux, même lorsque des soldats allemands qui étaient à leur recherche les ont interrogés. Les nazis ont frappé la mère de famille, qui, même sous les coups, n'a rien dit. Ils les ont pourtant trouvés et tous, fugitifs et protecteurs, furent envoyés en prison.

Les Ruzgys continuèrent d'y protéger les Ehrlich en corrompant les responsables de la prison avec l'argent obtenu en vendant leurs biens. Les Russes les délivrèrent peu de temps après.


POLITIQUE

ISRAËL- Le risque d'assassinat politique est réel

Selon le ministre de la Sécurité publique, Ytzhak Aharonovitch, le risque d'un assassinat politique en Israël est bien réel.

Le ministre a fait cette déclaration mercredi, devant la Knesset, répondant au députe travailliste Isaac Herzog, qui l'interrogeait sur "le harcèlement et les menaces que subissent certains membres" de l'organisation Peace Now – La Paix maintenant.

Ces dernières semaines en effet, des menaces, des opérations de vandalisme se sont multipliées contre cette organisation pacifiste. Ces opérations, dites "Price Tag" (le prix a payer), constituent, pour leurs auteurs, une réponse à ce qu'ils considèrent comme une menace contre les implantations juives construites illégalement –sans autorisation du gouvernement – en Cisjordanie/Judée-Samarie.

Cette question reste centrale puisqu'avant de se rétracter, le Ministre des Affaires étrangères avait menacé de quitter la coalition au pouvoir (et donc, de la faire éclater), si d'autres évacuations de ces implantations illégales étaient ordonnées.

Selon le Ministre "la police mène activement des enquêtes sur les opérations qui ont visé la Paix maintenant, et arrêtera ses auteurs ".
Estimant que le risque d'assassinat politique était pour lui une réalité, il a déclaré que "ses services, tout comme le Shin Bet, étaient en alerte", le risque étant selon lui "réel et pourrait concerner toutes les familles politiques".

Le dernier assassinat politique en Israël a été celui du Premier ministre Itzhak Rabin, tué par un activiste d'extrême droite.

Fermer la fenêtre