Numéro 1029 - 16.11.2011 - 19 Heshvan 5772       Imprimer

A LA UNE

ISRAËL - Deux roquettes Qassam tirée sur le sud du pays mardi soir, l'une explose près d'un jardin d'enfants

Deux roquettes Qassam tirées depuis la bande de Gaza ont explosé dans la région de Shaar Hanegev dans la soirée de mardi.

L'une a explosé sur un local de stockage près d'un jardin d'enfants, l'autre dans un terain vague.

Selon le père d'un enfant, sept secondes à peine se sont écoulées entre les sirènes d'alarme et l'explosion.

"La roquette a touché le mur extérieur du jardin d'enfants, pour des parents c'est effrayant même si nous savons que le bâtiment est renforcé; deux heures avant, les enfants étaient sortis pour aller sur les terrains de jeu autour du bâtiment" précise-t-il.

Plusieurs adolescents jouaient autour du bâtiment; les sept secondes leur ont permis de se mettre à l'abri.

ÉGYPTE - Ces juifs qui voulaient prendre les pyramides

Le Conseil Suprême des Antiquités égyptien, le CSA, a décidé, en fin de semaine, de fermer les grandes pyramides.

Selon une rumeur, des manifestants, notamment des juifs francs-macons, étaient en route pour le plateau de Gizeh, afin d'y accomplir des rites paiens.

Selon certains médias égyptiens, ces manifestants auraient déclaré qu'ils venaient "réclamer et récupérer les pyramides", sous prétexte qu'elles constituent d'anciens "édifices hébreux". Mais comment comptaient-ils s'y prendre ?

Un responsable du CSA a expliqué au grand quotidien Al-Ahram qu'une "équipe de mille deux cents juifs" avait l'intention de "couronner d'une immense étoile de David" les trois plus grandes structures pyramidales, construites selon eux par des esclaves hébreux, afin de "nier le droit des égyptiens" sur les sites pharaoniques en question.

Rappelons que pour les égyptologues, la question de l'identité exacte des ouvriers qui édifièrent ces pyramides restent ouverte.

De son côté, Abdel Halim Noureddin, l'ancien Secrétaire général du CSA, a confié à Al-Ahram que les "événements de vendredi dernier" ne l'avaient nullement surpris, car d'après lui, "les juifs tentent de récupérer la Grande Pyramide depuis 1931".

Il semble qu'à l'origine de cette étrange polémique, comme le rapporte le quotidien anglais The Telegraph, on trouve un "groupe de numérologues polonais", auquel le gouvernement égyptien avait donné l'autorisation d'organiser une cérémonie, baptisée la "Cérémonie de l'Amour", destinée à "protéger l'humanité des forces cosmiques visant à anéantir le monde l'année prochaine".

Les "numérologues" avaient notamment projeté de "déposer des cristaux à l'intérieur des grandes pyramides de Gizeh, le 11/11/11", autrement dit le 11 novembre 2011, présentée comme une "date très importante en raison de sa signification numérologique".

Par ailleurs, certains "pèlerins" ont insisté sur "l'urgence qu'il y a leur permettre d'observer la Cérémonie de l'Amour avant le 12/12/12, le 12 décembre 2012, car ce jour-là, l'univers sera entièrement détruit".


IRAN-NUCLEAIRE

Nucléaire iranien - La route de la Chine

Le dernier rapport sur le nucléaire iranien se penche sur la question des principaux partenaires commerciaux de Téhéran, à la tete desquels se trouve la Chine.

Réagissant à cette affirmation, le porte-parole du Premier ministre Hong Lei a déclaré que "Pékin étudie actuellement le contenu de ce rapport", avant d'ajouter que son pays est partisan "d'un dénouement pacifique du dossier iranien : cela étant, je tiens à souligner que la Chine est opposée à la prolifération d'armes nucléaires".

Le porte-parole du Premier ministre a cependant estimé que "la partie iranienne devrait faire preuve de plus de souplesse et de sincérité face à la communauté internationale".

Selon plusieurs observateurs, après s'être longtemps montré "discret" sur le projet atomique iranien, le gouvernement chinois tente à présent de maintenir ses solides liens commerciaux avec Téhéran, "tout en faisant de son mieux pour éviter de contrarier l'Occident".

En tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, la Chine a soutenu des résolutions condamnant les efforts iraniens visant à devenir une puissance nucléaire, ainsi que des "sanctions limitées" contre le régime des Mollahs.

Selon la Fondation pour la défense des démocraties (FDD), les sociétés chinoises ont toutefois continué à fournir d'importantes quantités de pétrole raffiné à l'Iran, en violation des sanctions américaines.

La Chine se serait néanmoins engagée à ne pas "conclure de nouvelles affaires" avec le gouvernement iranien, mais pour Mark Dubowitz, directeur exécutif de la FDD, "étant donné que les entreprises chinoises ont déjà signé des contrats d'un total de quarante milliards de dollars, il est difficile de savoir si les affaires avec le partenaire iranien peuvent encore être freinées".

IRAN - Une chaine humaine d'étudiants pour protéger les installations nucléaires

Plus d'un millier d'étudiants iraniens ont décidé de déployer une chaine humaine autour du site nucléaire d'Isfhahan, pour protester contre le rapport de l'AIEA.

Organisé par le pouvoir iranien, l'évènement est censé prouver que les iraniens sont prêts à se sacrifier en cas d'attaque des sites nucléaires iraniens, pour les protéger.

Les étudiants ont prié devant l'entrée du site avant de former une chaine et d'entonner les deux tubes favoris : Mort à Israël, Mort à l'Amérique.
Leur porte parole a mis en garde les occidentaux contre toute attaque, menaçant ces pays de ripostes dévastatrices.

"Nous sommes la jeunesse révolutionnaire d'Iran, nous promettons que si les occidentaux tirent une balle sur nous, nous raserons Tel Aviv et ses habitants en trois jours", a déclaré Muhammad Jafrinejad.

Les manifestants brandissaient des portraits des leaders iraniens et des images de Barack Obama surmontées d'un "wanted" rageur.

Nucléaire iranien - Shimon Peres : une action morale des nations libres est préférable à une action militaire

Dans un entretien accordé à CNN, le président israélien, Shimon Perès, a estimé qu' action morale concertée, unissant toutes les nations libres, était de loin préférable à une action militaire contre les sites nucléaires iraniens.

Il a également rejeté l'idée selon laquelle "l'Etat d'Israël serait seul à faire face au programme nucléaire poursuivi par Téhéran, alors que c'est la stabilité même du monde qui est menacée".

"La communauté internationale doit engager une ‘attaque morale' contre le régime des Mollahs", a affirmé le président, avant d'ajouter que le soutien du gouvernement iranien aux réseaux terroristes constitue, un péril qui n'est "pas moins lourd que le danger de voir déferler une crise économique sur le monde".

Ces déclarations du président israélien interviennent une semaine après la publication du rapport des Nations unies révélant les "preuves" que les responsables iraniens, malgré leurs dénégations, œuvrent bel et bien à obtenir l'arme nucléaire.

L'option militaire, a souligné Perès sur CNN, "ne doit pas être prioritaire. Je préfère voir des sanctions économiques plus sévères, une pression politique plus étroite, sans oublier l'offensive morale que je préconise aujourd'hui contre Téhéran".

Qualifiant le régime iranien de "corrompu", le président israélien à ajouté qu'il agit avec brutalité contre son propre peuple, n'hésite pas à réprimer ses opposants et à faire ouvrir le feu sur les manifestants. "Et pour finir", a-t-il conclu, "l'Iran est le seul pays au monde à menacer ouvertement un autre pays de destruction".

Nucléaire iranien - L'Iran prete à offrir sa technologie nucléaire aux pays arabes voisins

Selon Mohammad Javad Larijani, Directeur général du Haut Conseil iranien pour les droits de l'homme -ce n'est pas une plaisanterie - , l'Iran est prete à partager sa technologie nucléaire avec les pays voisins.

L'officiel iranien a notamment déclaré que son pays pourrait aider la Turquie à accéder à la technologie nucléaire.

"L'Iran a développé une technologie et un savoir faire nucléaire très sophistiqués, qui sont prêts à être partagés avec les pays voisins et amis" a déclaré Larijani, ajoutant que "la Turquie essaie depuis plusieurs années de construire une centrale nucléaire, mais aucun pays occidental n'est prêt à le faire, nous si; et c'est vrai pour tous les états arabes de la région".

Affirmant cyniquement que cette coopération se ferait "dans le cadre du Traité de non prolifération des armes nucléaires de 1968", il s'agit, selon lui, pour l'Iran, "d'un boulevard qui s'ouvre".

Mais l'Iran pourrait essaimer son nucléaire au-delà de ses voisins : le Brésil (qui comme la Turquie, s'est opposé aux sanctions contre l'Iran décidées par l'ONU) pourrait également en bénéficier.

La Turquie essaie de construire une centrale nucléaire depuis plusieurs années et a signé plusieurs contrats avec des sociétés russes et japonaises.

Larijani, frère du président du parlement iranien, Ali Larijan, est à New York pour assister à une réunion du Haut conseil pour les droits de l'Homme, qui devrait se prononcer sur une résolution condamnant l'Iran.


CULTURE

ISRAËL - Été 2012, un défilé de vedettes internationales

L'été 2012 voit s'avancer une caravane d'artistes internationaux parmi les plus célèbres.

Selon Yedioth Ahronoth, ce ne serait pas moins que Madonna et Lady Gaga qui seraient annoncées pour l'été.

Des discussions avancées se dérouleraient avec Bruce Springsteen (le "Boss") et le groupe Red Hot Chili Peppers.

Les producteurs israéliens tentent de faire venir Bruce Springsteen depuis plusieurs années, et il devrait répondre positivement pour un concert unique en juin 2012 à Tel Aviv.

Madonna est une habituée de la scène israélienne : elle s'est déjà produite en septembre 2009 devant plus de 100 00 fans, tout comme Lady Gaga en aout 2009, mais elle n'était pas encore la pop star que l'on connait.
Le groupe de rock Red Hot Chili Peppers aurait, lui, donné un accord de principe pour un concert en juillet.


DEFENSE

ISRAËL - Binyamin Ben Eliezer : se préparer à la guerre avec l'Égypte

Le député travailliste, qui a aussi été un proche d'Hosni Moubarak, Binyamin Ben-Eliezer, a mis en garde contre l'influence croissante des Frères musulmans en Égypte.

Selon lui, avec l'Egypte qui pourrait basculer dans un régime islamiste, et les récents basculements politique dans le monde arabe, "Israël pourrait se retrouver dans une situation de "confrontation directe avec ses voisins".

D'après Ben-Eliezer, le pays devrait "se préparer à un conflit avec l'Egypte", a-t-il déclaré devant la commission de la Défense et des Affaires étrangères de la Knesset, ajoutant "nous sommes au milieu d'un séisme, et je ne peux pas dire quand il se calmera, mais certainement pas dans un futur proche, alors que les élections en Egypte approchent; il apparaît désormais clairement que les Frères musulmans pourraient remporter au moins un tiers des sièges du Parlement : l'islamisme prendra la place du nationalisme".

Selon le député, "personne ne peut dire à quoi ressemblera le prochain pouvoir égyptien mais nous devons prendre en compte que nous pourrions nous retrouver dans un conflit avec l'Egypte", rappelant qu'Israël avait déjà "des problèmes avec le nord du Sinaï qui, bien que sous souveraineté égyptienne, est clairement devenu un territoire aux mains des terroristes".

ISRAËL- Défense : Benny Gantz, une action militaire d'envergure à Gaza

La récente montée de violence le long de la frontière d'Israël avec Gaza pourrait conduire à une opération militaire d'envergure de l'armée israélienne.

La déclaration est à prendre au sérieux : elle a été faite par Benny Gantz, chef d'Etat major de Tsahal, pour qui, la démarche unilatérale des palestiniens à l'ONU et son échec –pour l'instant – pourrait aussi se traduire par une explosion de violence.

S'exprimant devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, Gantz a commenté les raids de représailles menés lundi sur Gaza, après qu'in tir de roquettes ait été effectué sur le tir du pays.

Selon Ganz, l'armée de l'air a ciblé un groupe qui procédait a des essais de lancement de missiles longue portée.

"Les attaques qui se multiplient, les blessés, ainsi que les graves perturbations que les tirs de Gaza provoquent chez les habitants du sud du pays nous amènent à envisager une réalité pour les faire cesser : une action significative, agressive sur la bande de Gaza" a déclaré le Chef d'état-major, ajoutant que celle-ci devait être "préparée et organisée".

S'agissant du calme relatif qui règle en Cisjordanie, pour Ganz, "Septembre – la demande d'admission palestinienne à l'ONU, Ndlr- n'est pas une date mais un processus; l'armée se tient prête mais au regard des déceptions palestiniennes continuelles, la possibilité d'une explosion n'est pas à écarter".

Au sud du pays, Ganz insiste sur les changements survenus à la frontière avec l'Egypte : calme depuis la signature du traité de paix entre les deux pays, la frontière est aujourd'hui un nouveau front qui s'ouvre, avec la présence de groupes terroristes liés au Hamas et au Djihad islamique, en "violation de la souveraineté égyptienne" sur la péninsule du Sinaï.

"L'armée revoit totalement sa vision de la défense dans le sud du pays; aujourd'hui, 30 entreprises et 400 ouvriers travaillent à la construction d'une barrière de défense le long de la frontière égyptienne" a annoncé le chef d'Etat-major, ajoutant que "70 kms sont déjà construits, la barrière devant être totalement achevée au plus tard fin 2012".


AUTORITE PALESTINIENNE

Autorité palestinienne -Vers un accord de réconciliation avec le Hamas; les islamistes obtiendraient le départ de Salam Fayyad

Les frères ennemis palestiniens, l'Autorité palestinienne et le Hamas, viennent de se mettre d'accord sur les élections générales qui doivent se tenir en mai prochain.

Selon Azzam al-Ahmad, un officiel du Fatah, les deux parties seraient arrivés à un accord de principe qu'ils devraient formaliser plus tard, vraisemblablement au cours d'une rencontre entre Abbas et le leader du Hamas réfugié en Syrie, Khaled Meshaal, prévue au Caire le 25 novembre prochain.

Cet accord prévoirait notamment un nouveau gouvernement chargé de préparer les élections, gouvernement dont ne serait pas Salam Fayyad, actuel Premier ministre, dont le Hamas n'a de cesse de demander le départ.

Ecarter Fayyad demeure pour Mahmoud Abbas un pari sur l'avenir : son Premier ministre a une réputation de modéré, la confiance des occidentaux; il a également à son actif la lutte contre l'immense corruption qui gangrenait l'AP, ce qui a permis que des centaines de millions de dollars occidentaux affluent à nouveau dans les caisses palestiniennes.

Al-Ahmad a d'ailleurs fait allusion à la mise à l'écart de Fayyad , qui était, selon lui, "un obstacle avant la réconciliation car le Hamas le voyait comme un pion des occidentaux; j'espère que ce ne sera plus un obstacle désormais".

Autorité palestinienne et Hamas ont signé il y a un an, sous les auspices d'Hosni Moubarak, encore Président de l'Egypte, un accord de réconciliation qui n'a jamais été mis en œuvre, notamment en raison de la présence de Salam Fayyad

Salah Bardawil, un des leaders du Hamas, a confirmé que son organisation était prête à la réconciliation, si "Fayyad n'était plus dans la photo".


BANDE DE GAZA

GAZA- Le chef d'antenne consulaire francais blessé dans un bombardement israélien

Le chef d'Antenne consulaire francais à Gaza, son épouse, et sa fille de 13 ans ont été blessés durant un bombardement israélien de la bande de Gaza, dimanche soir.

Majdi Shakoura et sa fille ont reçu des éclats de verre; selon le porte parole du quai d'Orsay, Bernard Valero, les blessures sont dues à des éclats d'obus.
Leur domicile était à 200 mètres du point ciblé par l'aviation israélienne, une base du Hamas.

"La France condamne les conséquences de ce raid", a déclaré Valero, qui a ajouté que la France "soutient les exigences de sécurité d'Israël, mais rappelle la nécessité d'éviter les atteintes aux civils".

La nature des blessures du diplomate et de sa famille n'a pas été précisée.

L'implantation de bases terroristes au milieu des habitations civile a toujours été une pratique courante du Hamas.


ETATS-UNIS

USA - Pourquoi les États Unis n'iront pas au delà de certaines sanctions contre l'Iran....

Malgré la parution de l'alarmant dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur l'évolution nucléaire de l'Iran, les responsables américains ne seraient pas tous convaincus qu'il faille imposer de nouvelles sanctions sur Téhéran.

D'après certaines sources à New York, les Américains craignent que ces sanctions aient un impact sur le marché mondial de l'énergie. L'Iran est en effet le troisième plus important exportateur de pétrole, après l''Arabie saoudite et la Russie.

Frappé par des sanctions encore plus sévères que celles qu'il supporte déjà, le pays d'Ahmadinejad pourrait réagir de façon vindicative, notamment en fermant le détroit d'Ormuz, par lequel passe près de 40% de la production mondiale de pétrole.

Des réactions encore plus agressives ne sont pas non plus écartées: une vague de terrorisme pourrait toucher les Etats-Unis et d'autres cibles occidentales.

Mais le principal obstacle à de nouvelles sanctions se dresse au sein même du Conseil de sécurité des Nations unies: les Etats-Unis, avec l'aide de la France et de la Grande-Bretagne, devront convaincre la Russie et la Chine, importants partenaires économiques de l'Iran, qui ont déjà annoncé qu'elles s'opposeraient à de nouvelles mesures contre Téhéran.


UNION EUROPEENNE

EUROPE - Grèce : deux négationnistes antisémites obtiennent des portefeuilles ministériels dans le nouveau gouvernement grec

Après la démission de George Papandréou, le nouveau gouvernement grec, conduit par le premier ministre Lucas Papademos, a prété serment vendredi dernier.

Pour la première fois depuis la fin de la dictature des Colonels en 1974, ce gouvernement compte des membres d'un parti d'extrême droite xénophobe et antisémite, le LAOS.

On trouve en effet au poste de Ministre des transports Makis Voridis, un avocat issu de l'organisation de jeunesse du parti d'extrême droite Epen, longtemps proche du Front national français de Jean-Marie Le Pen.

Adonis Georgiadis, nommé secrétaire d'Etat au développement et à la Marine est coéditeur d'un pamphlet antisémite. Jean-Marie Le Pen était l'invité d'honneur de son mariage et Carl Lang son témoin à l'église.

Deux ministres fascistes sur un gouvernement ramassé de 17 membres.
Comme en France, le LAOS, est venu combler un vide politique; progressant au gré des élections locales, il compte aujourd'hui 16 députés. Aux élections locales, des candidats ouvertement néo nazis étaient présents sur les listes.

Comme le front National, le LAOS tente de faire oublier son sulfureux passé et de gagner une image de respectabilité.

Mais les écrits ont la vie dure.
Ainsi, George Karatzaferis fondateur et leader du Laos, lecteur et commentateur du "Protocole des Sages de Sion, avait déclaré : "que peut-on attendre d'une race qui a crucifié Dieu la seule fois qu'Il est venu sur terre ? Est-ce que des tueurs de Dieu peuvent-il se soucier du sort de quelques centaines d'enfants innocents? Malheureusement c'est bien connu, dans le monde, que le Juif a une odeur de sang ".

Quant à Adonis Georgiadis, en 2006, il publie un livre du néo-nazi Konstantinos Plevris intitulé "Juifs: l'entière vérité", faisant l'apologie d'Hitler et appelant à l'extermination des Juifs.

Il créé un incident à la télévision grecques en 2009, accusant George Papandréou d'avoir "vendu la Grèce à la communauté juive".
Le conseil Central des juifs d'Allemagne, dont le pays est fortement impliqué dans le sauvetage financier de la Grèce, a fait part de son indignation au gouvernement Merkel.

Dieter Grauman a déclaré "qu'un antisémite avéré ne pouvait pas faire partie d'un gouvernement avec lequel le gouvernement allemand devra négocier une aide d'un milliard d'euros".


KNESSET

ISRAËL - Dan Meridor, vice Premier ministre, s'inquiète des réformes judiciaires en cours

Le ministre Dan Meridor s'est dit préoccupé par l'approbation de deux projets de lois à la Knesset, qui ont par ailleurs déjà suscité de nombreuses critiques.

Le premier de ces projets de loi touche à la nomination automatique du président de l'Association du Barreau (avocats), par un "comité de l'Etat" responsable de cette nomination.

Le second vise à la réduction de la présidence de la Cour suprême : de trois ans, cette période sera désormais limitée à deux ans.

Dans un entretien accordé au site Ynet lundi soir, Méridor a notamment déclaré : "Nous sommes actuellement pris dans une vague de nouvelles législations qu'il faut à tout prix endiguer, car cette vague n'annonce rien de bon, et remet en question le rôle traditionnel du Likoud, comme protecteur de l'indépendance du système judiciaire et la garantie de son autonomie par rapport au système politique".

Le député Zeev Elkin (Likoud), a pour sa part estimé qu'il ne faut pas "succomber à la campagne orchestrée contre ces projets de loi, qui a surtout pour but de semer le doute et la peur".

Par ailleurs, plusieurs responsables du Likoud ont déclaré que le projet de loi sur le "financement étranger des ONG" devait également être rejeté, et que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, qui en avait initialement soutenu l'idée, allait désormais "prendre des mesures pour bloquer cette proposition, puisque face aux pressions internationales, le gouvernement ne pourra de toute façon pas faire autrement".

Selon le Jerusalem Post, l'Union européenne et les Etats-Unis exercent des "pressions directes" sur le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, pour qu'il renonce à élaborer une législation visant à limiter le financement par "des gouvernements étrangers d'ONG israéliennes".

D'après le témoignage d'un diplomate en poste à Jérusalem, qui a tenu à conserver l'anonymat, Andrew Standley,ambassadeur de l'UE en Israël aurait fait part à Yaakov Amidror, le conseiller du Premier ministre à la sécurité nationale, de sa "très vive inquiétude", et qualifié ces projets de lois "d'antidémocratiques, inquiétantes, des tentatives de limiter l'activité de la société civile en Israël.


SOCIETE

ISRAËL - Shimon Peres : Maantech, intégrer les arabes israéliens grace aux nouvelles technologies

Neuf mois après l'inauguration d'un programme intitulé Maan'tech, Shimon Perès, s'est vu remettre un rapport basé sur une enquete effectuée auprès d'entreprises et d'employés arabes.

Ce projet vise à encourager le recrutement et la formation de professionnels, tous issus de la communauté arabe israélienne, dans les domaines de la haute technologie.

Le président de l'Etat d'Israël en avait fait son "projet phare".

L'année dernière, Shimon Perès avait attiré l'attention des médias et du public sur "le formidable potentiel de la communauté israélo-arabe".
Peu après, en février, l'initiative Maan'tech avait été inaugurée, à l'aide de John Chambers, président de Cisco Systems, et des sociétés Kav Moshé, Tsofen et Manpower.

Un important regroupement d'entreprises s'est alors formé pour former et à intégrer ces nouveaux professionnels dans "l'Israël de la haute technologie".

Dimanche dernier, chefs d'entreprises et responsables du programme, se sont réunis à la résidence du président Perès, afin de dresser un premier bilan de la situation depuis la mise en application du programme Maan'tech.

Zika Abzuk, qui préside la branche de Cisco responsable des relations entre des entreprises israéliennes et de l'Autorité palestinienne, a indiqué que depuis février dernier, cent vingt cinq personnes issues de la communauté arabe d'Israël ont achevé leur formation, puis ont été immédiatement intégrés "à une force de travail de haute technologie".

Pour Aiman Saif, qui représente les intérêts arabes au sein du bureau du Premier ministre Netanyahou, ce résultat est encore "bien modeste, mais il prouve que nous sommes engagés dans la bonne voie".

Abzuk a enfin rappelé que Maan'tech s'est fixé un objectif clair, qui est d'intégrer à ces domaines un nombre d'arabes israéliens hautement qualifiés, proportionnellement à l'ensemble de leur communauté d'origine.

ISRAËL - Dix neuf généraux contre la discrimination des femmes dans l'armée

Dix-neuf généraux de réserve viennent d'adresser une lettre au ministre de la Défense, Ehud Barak, afin de protester contre ce qu'ils considèrent comme des phénomènes de discrimination des femmes, récemment relevés dans l'armée.

Minoritaires, ponctuels, ces phénomènes n'en ont pas moins suscité l'indignation du public israélien et des médias.

Ainsi, un petit groupe de soldats a récemment décidé de "boycotter une cérémonie militaire", sous prétexte "que des femmes y chantaient".

Dans leur lettre à Ehud Barak, les dix-neuf généraux de réserve estiment qu'un tel comportement "heurte de plein fouet les valeurs fondamentales sur lesquelles repose la société israélienne, et risque d'altérer en profondeur la motivation des femmes de servir au sein de Tsahal".

"C'est en tant que soldats ayant servi pendant de nombreuses années au sein de l'armée de défense d'Israël que nous vous écrivons sur un sujet d'importance capitale, qui risque de détériorer gravement l'image de Tsahal en tant qu'armée populaire", ainsi s'ouvre le texte adressé à Ehud Barak.

Parmi les pétitionnaires, on trouve les noms de certains des plus prestigieuses figures de l'appareil militaire israélien : Avihou Bin-Nun et Amos Lapidot, deux anciens chefs de l'Israel Air Force, ou encore les généraux Menahem Einan et Zeev Livne.

Le mois dernier, le général Avi Zamir, chef sortant de la Direction du personnel de Tsahal, avait déjà condamné avec véhémence, dans sa lettre de départ, ce "phénomène qui pourrait mener à l'exclusion des femmes de certains domaines de l'activité militaire".

Toutefois, les soldats issus du courant "sioniste religieux" sont de plus en plus présents dans l'armée, et particulièrement dans les unités combattantes.

Dans la Brigade Golani, par exemple, le commandant est religieux, et 6 des 7 lieutenants colonels le sont aussi.

Le Jerusalem Post a interrogé des commandants de brigade sur le sujet. "Il semble qu'il s'agisse de cas isolés", a dit l'un d'eux. "Les gens doivent être intelligents, et cela concerne les rabbins qui forment ces soldats et les commandants qui sont responsables d'eux".


SANTE

ISRAËL - Le diabète prend la dimension d'une épidémie dramatique

Le nombre d'Israéliens diabétiques devrait doubler d'ici 2025 pour atteindre le chiffre de deux millions de personnes de personnes concernées, prenant les dimensions d'une épidémie.

Environ 500 000 personnes souffrent aujourd'hui du diabète, et au estime au même nombre le nombre de patients non diagnostiqués.

Un quart des israéliens de plus de 65 ans seraient atteints par la maladie et le taux de mortalité qui lui est imputable est trois fois plus élevé que dans les pays occidentaux.

La Journée internationale du diabète a été l'occasion pour le Conseil national du diabète et la Fédération internationale des diabétiques de rappeler au gouvernement l'importance de la prévention.

Il faut, selon eux, agir en amont en favorisant une vie saine, peu compatible avec un mode de vie à l'occidentale qui prévaut en Israël, où se mêlent le manque d'exercices, la "malbouffe", l'obésité et le vieillissement de la population.

"L'épidémie" de diabètes correspond en grande partie à l'échec de la société, des systèmes de santé et d'éducation qui se sont focalisés durant des années uniquement sur le traitement des patients.

Informer pour faire prendre conscience de l'importance d'une vie saine, tout en réalisant des dépistages précoces auprès des populations à haut risque et en dispensant des soins, aurait abaissé les chiffres de dizaines de points de pourcentage dans les prochaines années" a expliqué le professeur Itamar Raz, président du Conseil national.

Le cout économique du diabète, à l'échelle nationale, est de 10 milliards de shekels, ce qui correspond à un cinquième des dépenses de santé.


ARCHEOLOGIE

ISRAËL - Une dalle vieille de 800 ans déchiffrée

Des archéologues israéliens ont déchiffré le texte en arabe d'une dalle de marbre datant de l'époque de la sixième croisade, a indiqué lundi l'Autorité des antiquités d'Israël.

L'évènement est d'importance car il s'agit du seul vestige en langue arabe de cette période découvert au Moyen-Orient.

Les archéologues avait récupéré cette pièce il y a 4 ans, à Jaffa, mais l'ont laissée de côté "par erreur" en pensant qu'il datait de l'Empire Ottoman.

On peut y lire le nom et le titre de l'empereur Frédéric II du Saint-Empire, et la date "1229 après l'Incarnation de notre Seigneur Jésus le Messie". L'empereur germanique, qui mena la sixième croisade, arriva jusqu'à Jaffa, où la dalle fût trouvée la dalle des siècles plus tard.

"L'inscription en arabe a été rédigée par des représentants officiels de Frederick, ou peut-être même par l'empereur lui-même", a expliqué le professeur Moshe Sharon de l'Université de Jérusalem, qui est un des chercheurs à l'avoir déchiffrée.


DANS LA PRESSE

L'Église de France veut relancer les pèlerinages en Terre Sainte

L’association nationale des directeurs de pèlerinages francais a souhaité, en organisant son 64e congrès à Jérusalem, encourager les pèlerinages en Terre sainte.

C'est en 1882 que les pères Assomptionnistes initièrent le renouveau des pèlerinages en Terre Sainte, entraînant la construction de l'hôtellerie de Notre-Dame de France pour accueillir les pèlerins à Jérusalem.

C'est dans ce même bâtiment que se réunit jusqu'au 19 novembre le congrès de l'Association nationale des directeurs de pèlerinages (ANDDP), qui se déplace pour la première fois en Terre Sainte.

Comme le confie le P. Patrick Gandoulas, président de l'association, "il s'agit de soutenir la présence des chrétiens sur cette terre, et de donner des preuves tangibles de fidélité de l'Église de France à l'Église Mère de Jérusalem".

La présence chrétienne en Israël et en Territoires palestiniens s'amenuise en effet, en raison notamment d'une forte émigration. Mais elle reste significative.

"En 1948, les chrétiens représentaient 10 % de la Palestine historique, mais n'étaient que 21 000. Aujourd'hui, ils représentent 2 % des populations israélienne et palestinienne, mais sont 180 000, précise l'évêque auxiliaire de Jérusalem, Mgr William Shomali. Les chrétiens sont considérés par les autorités israéliennes et palestiniennes comme des éléments modérateurs dans ce pays".

Pour le P. David Neuhaus, vicaire patriarcal à Jérusalem, "l'ennemi le plus tenace, c'est le discours sans espoir sur ce pays, la guerre présentée comme une réalité unique pour aujourd'hui et pour demain. Or les chrétiens peuvent changer ce discours. Au lieu de parler de l'émigration, on peut parler de nos paroisses pleines de vie et semer l'espoir. Nous sommes un pays malade, une église malade, divisée, mais il faut tenir un discours prophétique de guérison ".

La France reste tournée vers Jérusalem, puisqu'elle est le quatrième pays au monde en nombre de pèlerins visitant la Terre Sainte. L'an dernier, 15 % des 290 000 touristes français à s'être rendus en Israël y étaient en pèlerinage chrétien.

Mais l'ANDDP souhaite, à l'occasion de son congrès sur place, renouveler les itinéraires, permettre à la centaine de directeurs diocésains de pèlerinages de devenir plus imaginatifs.
Pèlerins de paix

"Il ne faut pas s'arrêter aux pierres. Ce sont les chrétiens présents sur cette terre qui importent aujourd'hui", souligne le P. Jacques Nieuviarts, assomptionniste administrateur de l'association. À l'issue du congrès, une semaine de formation sera proposée aux directeurs de pèlerinages, qui pourront approfondir leur connaissance du pays et des habitants sur des terrains moins balisés.

"À travers ce congrès en Terre Sainte, nous souhaitons aussi encourager les fidèles à être des pèlerins de paix, et à ne pas prendre parti dans le conflit israélo-palestinien", poursuit le P. Jacques Nieuviarts. "Les pèlerins doivent penser aux raisons historiques des divisions, s'informer, renchérit le P. Alain Marchadour, assomptionniste également. Nous ne sommes pas des militants".

Un discours qui a touché le directeur de pèlerinage du diocèse de Tours, Michel Portais, qui veut désormais amener les pèlerins" à porter un regard plus humble sur la situation politique, sans idées préconçues forcément réductrices ". (Véronique Chocron, La Croix, 15.11.2011)


NOUVELLES BREVES

Israël, 4 depeches

PROFANATION D'UN CIMETIÈRE MUSULMAN - DES CONTRATS POUR IRON DOME - DES POLICIERS MENACES - MAZAL TOV - NAISSANCE D'UN BÉBÉ GIRAFE

PROFANATION D'UN CIMETIERE MUSULMAN

15 tombes musulmanes ont été profanées à Jérusalem, dans le cimetière de Bamamila, près du Musée de la Tolérance. Les messages "morts aux Arabes" et "Givat Asaf", du nom d'un avant-poste israélien dont la démolition est prévue, ont été tagués sur les tombes. La police n'a pour le moment pas d'indication sur l'identité des coupables.

DES CONTRATS POUR IRON DOME

Les Etats-Unis envisagent d'acheter le système antimissile Iron Dome - Dome d'acier, développé par la compagnie israélienne Rafael Advanced Defense Systems, pour protéger leurs bases en Irak et en Afghanistan des tirs de Katioucha, tandis que la Corée du Sud pourrait l'acquérir afin de perfectionner sa défense face à son voisin du Nord.

Trois Dômes d'acier, qui ont déjà interceptés plusieurs missiles venant de la bande de Gaza, sont pour le moment déployés dans le Sud d'Israël. En attendant 9 autres unités, promises par le ministre de la Défense Ehoud Barak avant 2012.


DES POLICIERS MENACES

En conclusion d'un rapport sur les dispositifs de sécurité, le ministère de la Sécurité publique a demandé que les policiers qui subissent des menaces soient mieux protégés: 10% des officiers sont personnellement menacés, d'après le rapport.


MAZAL TOV - NAISSANCE D'UN BEBE GIRAFE

La girafe Dikla, du zoo de Ramat Gan, a accouché lundi d'un petit mâle. Le vétérinaire en chef du zoo a dû lui donner un coup de main: il a déplacé une des jambes du petit qui s'était enroulée autour de son cou.

Les responsables du zoo ont sollicité l'aide des visiteurs pour trouver un nom au nouveau-né: conformément à la coutume, il devra commencer par la lettre d.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

International, 8 depeches

IRAN: UN SCIENTIFIQUE RUSSE A CONTRIBUE A LA FILIÈRE NUCLÉAIRE – AUSTRALIE- DE L'URANIUM POUR L'INDE MAIS PAS POUR ISRAËL - IRAN – CONTACTS AVEC L'OPPOSITION SYRIENNE - USA - LE VOTE JUIF ACQUIS A OBAMA - CANADA: INQUIÉTUDES POUR ISRAËL - USA : OCCUPER TAGLIT - L'AUTRICHE SPONSORISE L'IRAN - IRAN : BLOCAGE ANNONCE DU VIRUS DUQU

IRAN – UN SCIENTIFIQUE RUSSE A CONTRIBUE A LA FILIÈRE NUCLÉAIRE

Selon une ONG américaine spécialisée dans l'étude du risque nucléaire, un scientifique russe, Vycheslav Danilenko, a aidé, l'Iran à élaborer un détonateur d'arme nucléaire entre 1996 et 2002.

Dirigeant d'une entreprise de nano diamants à Kiev, les difficultés de sa société l'auraient conduit à proposer ses services à l'Iran.
Cette ONG, l'Institut pour la science et la sécurité internationale (ISIS) s'est appuyée sur le dernier rapport – ainsi que d'autres documents - de l'Agence internationale de l'Energie atomique (AIEA) pour identifier Danilenko.

AUSTRALIE- DE L'URANIUM POUR L'INDE MAIS PAS POUR ISRAËL

La Première ministre d'Australie, Julia Gillard, issue du parti travailliste, souhaite mettre fin à l'embargo sur la vente d'uranium à l'Inde, décidé à l'époque par son pays parce New Delhi n'avait pas signé le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires. Elle justifie ce changement de stratégie par le bien qu'il ferait à l'économie et au marché de l'emploi australiens.

Elle a précisé cependant qu'aucune vente d'uranium à Israël n'était envisagée: même si l'Inde n'a pas signé le traité de non prolifération, le pays ouvre cependant ses installations à l'AIEA.

IRAN – CONTACTS AVEC L'OPPOSITION SYRIENNE

Alors que régime de Damas brise avec violence la révolte populaire dirigée contre lui, des représentants du gouvernement iranien ont rencontré des membres de l'opposition syrienne modérée, révélait mardi le quotidien anglais The Daily Telegraph.

La Syrie est pourtant l'allié capital de l'Iran dans la région, puisque sa capitale abrite les quartiers généraux de deux mouvements terroristes liés à Téhéran: celui du Hamas et celui du Hezbollah.


USA - LE VOTE JUIF ACQUIS A OBAMA

Un sondage réalisé aux Etats-Unis par l'institut Gallup indique que, malgré une politique vis-à-vis d'Israël plus sévère que celle de ses récents prédécesseurs, Barak Obama n'a pas à craindre de perdre ce qu'on appelle "le vote juif": les Juifs américains approuve avec 14 points de plus, en moyenne, que le reste de la population la façon dont leur président à mener son mandat jusqu'à présent.
Dans un duel pour la présidence l'opposant à son principal rival républicain, les Juifs lui accorderaient 70% de leurs voix contre 27% pour Mitt Romney.

CANADA - INQUIÉTUDES POUR ISRAËL

Le ministre de la Défense canadien, Peter MacKay, s'est dit "particulièrement inquiet de la tension grandissante entre l'Iran et Israël" et n'exclut pas d'imposer de nouvelles sanctions contre Téhéran.
Selon MacKay, "l'Iran a démontré un déni flagrant du droit pour Israël d'exister" ajoutant "le Canada est un important allié d'Israël, et à ce titre, est très inquiet des propos très menaçants dirigés contre Israël récemment".

USA – OCCUPER TAGLIT

Une groupe de jeunes Juifs a perturbé, à New York, une conférence, organisée par un groupe d'anciens participants du programme Taglit - Birtright Israel, reprenant à leur compte un des slogans du mouvement "Occupy Wall Street".

Les Young, Jewish, and Proud (YJP) – les Jeunes, Juifs et Fiers -, apparemment liés au mouvement pacifiste Jewish Voice for Peace, n'étaient que 10 – comme un minyan, disent-ils – mais ont tout de même réussi à se faire entendre; en utilisant la méthode du "micro humain": ils ont appelé les personnes présentes à "affronter les 1% de notre propre communauté, les puissantes institutions qui aident à la domination militaire, soutenue par de grands groupes, d'Israël sur le peuple palestinien et se comportent comme les gardiens de notre communauté".

Les membres d'YJP, dénoncent l'agenda politique supposé de Birthright, et derrière lui de ses riches donateurs, qui serait selon eux de défendre la vision du conflit israélo-palestinien de la droite israélienne, à l'image du magnat des casinos, Sheldon Adelson, qui en est un des principaux donateurs, et un proche du Premier ministre Benyamin Netanyahou.

L'AUTRICHE SPONSORISE L'IRAN

La capitale autrichienne a parrainé un évènement organisé dimanche par l'ambassade d'Iran, ce qui a provoqué la colère des dissidents austro-iraniens.
Alors que se tenait l'évènement organisé par l'ambassade iranienne dans un centre d'éducation pour adultes, financé par la mairie, des militants manifestaient à l'extérieur contre le régime de Téhéran.

"Cela prouve une fois encore que l'Autriche ne compte absolument pas changé d'attitude, malgré le dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique qui apporte la preuve du programme nucléaire militaire de l'Iran et malgré toutes les preuves collectées par les Nations unies qui révèlent la détérioration des droits de l'homme en Iran" a commenté pour le Jerusalem Post la spécialiste des relations austro-iraniennes Diana Gregor.

IRAN – BLOCAGE ANNONCE DU VIRUS DUQU

Selon l'agence officielle iranienne de presse Irna, l'Iran aurait réussi à bloquer le virus informatique Duqu, proche du virus Stuxnet qui avait attaqué et endommagé en 2010 le programme nucléaire iranien.

Le général Gholamreza Jalali, responsable de la défense civile, aurait déclaré que le logiciel permettant de neutraliser le virus aurait été mis à la disposition des sociétés iraniennes "sensibles".

"Le virus a été contrôlé et éliminé là où il a été localisé" a-t-il déclaré, ajoutant que " l'unité de défense cybernétique travaille jour et nuit pour combattre les attaques et les virus informatiques."

Fermer la fenêtre