Numéro 1017 - 25.10.2011 - 27 Tishri 5772       Imprimer

A LA UNE

ÉGYPTE -Échange de prisonniers avec Israël, prochaine libération d'Ilan Grapel

Israël et L'Egypte sont parvenus à un accord concernant un échange de prisonniers contre la libération d'Ilan Grapel, détenu en Égypte depuis le 12 juin sous une accusation initiale d'espionnage.

Le jeune homme, sa famille comme ses proches ont toujours nié avec véhémence qu'il soit un espion. Depuis, d'ailleurs, les charges ont évolué en "incitation à la violence contre les forces de l'ordre, et destruction de bâtiments publics".

Benjamin Netanyahou devrait réunir son cabinet mardi pour faire avaliser les termes de l'accord.

Selon un communiqué du Premier ministre, Israël libèrerait 25 détenus égyptiens; aucun d'entre eux ne serait impliqué dans des attaques contre des israéliens.

En dépit de cette affirmation, le site internet indépendant égyptien al-Masry al-Youm affirme que parmi les détenus libérables, deux auraient été arrêtés alors qu'ils planifiaient des attentats avec des palestiniens.

Grapel, qui a la double nationalité israélienne et américaine, a bénéficié d'une médiation très active des Etats-Unis, qui ont exercé des pressions sérieuses sur le gouvernement égyptien.

L'aboutissement de l'échange entre les prisonniers palestiniens et Guilad Shalit grâce la médiation égyptienne, les excuses israéliennes pour la mort accidentelle de policiers égyptiens en août dernier, ont ouvert la voie à cette négociation.

Les pressions américaines ont permis de réduire la demande égyptienne de 81 à 25 détenus qui devraient être libérés. Les bonnes relations des négociateurs israéliens (l'envoyé spécial de Netanyahou Ytshak Molcho et le députe Israël Hasson, ancien dirigeant du Shin Bet) avec les autorités égyptiennes et leurs liens avec le Maréchal Tantawi ont également grandement contribué à cette issue.

L'échange pourrait intervenir dès ce jeudi.




ISRAËL - Possibles dissensions entre l'armée et le gouvernement sur la libération du second groupe de prisonniers palestiniens

Selon la presse israélienne, l'état-major de Tsahal s'appreterait à recommander la libération de détenus palestiniens appartenant au Fatah de Mahmoud Abbas.

Cette proposition aurait pour objectif de renforcer le prestige de l'Autorité palestinienne, dont l'image s'est encore "dégradée ", au profit de celle du Hamas, après le récent accord d'échange de prisonniers qui a conduit à la libération de Guilad Shalit.

La réaction du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou et de son entourage a été un refus catégorique.

Un proche du Premier ministre, qui a tenu à conserver l'anonymat, a ainsi déclaré au quotidien Haaretz : "Il y a des membres du gouvernement qui considèrent que le président Mahmoud Abbas doit être ‘sanctionné', pour avoir présenté unilatéralement à l'ONU sa proposition de reconnaissance d'un Etat palestinien ", poursuivant "nous ne souhaitons pas que l'Autorité palestinienne s'effondre, mais si cela doit arriver, ce ne sera pas non plus la fin du monde ".

L'armée a pourtant confirmé qu'elle remettrait au gouvernement, dès le mois prochain, "une liste de suggestions et de recommandations ", parmi lesquelles figurera la libération de certains détenus du Fatah.

Selon les services de renseignements militaires, "le gain obtenu par le Hamas, après l'accord de libération des 1027 prisonniers palestiniens, compromet dangereusement l'équilibre des forces entre le mouvement islamiste et le Fatah ".

Haaretz a même cité un "haut responsable politique ", selon lequel "il ne fait aucun doute pour le président Abbas qu'Israël a finalement conclu cet accord avec le Hamas dans la seule intention de le punir pour l'action diplomatique unilatérale qu'il tente de conduire l'ONU ".
Une autre proposition de l'armée devrait porter sur la "zone B de Cisjordanie ".

Il s'agirait de "transférer ce secteur aux Palestiniens, qui y exerceraient un contrôle civil, tandis que la sécurité relèverait toujours de la responsabilité de Tsahal ".

Simultanément aux réactions d'ores et déjà négatives du gouvernement, des responsables de l'Autorité palestinienne ont fait savoir que le "geste "qu'ils attendent réellement, "à l'occasion des prochaines fêtes musulmanes ", touche à la libération de "tous les palestiniens issus des rangs du Fatah arrêtés et emprisonnés en Israël depuis les Accords d'Oslo de 1993 ".

Alors qu'il accueillait les premiers prisonniers libérés, Abbas s'adressait à Israël, rappelant la promesse qui lui aurait faite, selon lui, de libérer un grand nombre de prisonniers palestiniens.

Dans l'entourage d'Ehoud Olmert, ancien Premier ministre, on confirme que celui-ci aurait effectivement fait cette promesse dans le cadre d'un accord de paix et de la libération de Guilad Shalit, qui aurait concerné la grâce de 550 prisonniers liés au Fatah.


CULTURE

Du Shtetl à la cote Ouest : "ils ont inventé Hollywood". Vienne et Paris

Nous avons relaté la semaine dernière la réouverture du Musée juif de Vienne.
A cette occasion, après neuf mois de travaux, le musée présente une exposition sur l'apport des juifs à Hollywood, alors qu'un spectacle parisien effleure également ce thème.

A Vienne, est présentée une première exposition passionnante intitulée "Bigger than life : a hundred years of Hollywood – a jewish experience", ou comment une poignée de Juifs ont créés l'usine à rêves la plus célèbre du monde.

Débarquant à New York à la fin du XIXème siècle, les Juifs fuient par milliers la misère et la pauvreté de l'Europe Centrale qui les a vus naître. Traversant le pays pour se rendre sur la côté ouest, certains d'entre eux ignorent encore à ce moment-là à quel point ils vont, une vingtaine d'années plus tard, bouleverser le monde : Adolph Zukor, co-fondateur de la Paramount, William Fox, fondateur de la Twentieth Century Fox, Samuel Goldwyn et Louis B. Mayer, fondateurs de la Metro-Goldwyn-Mayer, Carl Laemmle, fondateur d'Universal, les frères Warner, fondateurs de la Warner Bros, etc.

Se partageant les superproductions, du film muet à la révolution de la couleur, établir un inventaire exhaustif de leurs palmarès serait bien trop ambitieux. Citons cependant " Quand la ville dort ", " Autant en emporte le vent ", " Freaks ", " Le magicien d'Oz ", " Ben-Hur ", " Le facteur sonne toujours deux fois "…

L'exposition fait voyager le visiteur d'Europe Centrale à la côté ouest, de synagogues en country clubs, de salles de cinéma en coulisses. Y sont également présentés entre autres la boite à cigares en argent d'Adolph Zukor, des éléments de mobilier du film " Casablanca ", des études pour les costumes d'" Autant en emporte le vent ", etc.

Une exposition à ne pas manquer !

Bigger than life : a hundred years of Hollywood – a jewish experience, du 19 octobre 2011 au 15 avril 2012. Site officiel : www.jmw.at/en


Cette exposition est également l'occasion de revenir sur un spectacle qui se joue actuellement au théâtre Antoine, à Paris : " Hollywood ". Après un succès mondial et des millions de spectateurs à Londres, Berlin ou Melbourne, ce spectacle de Broadway s'arrête jusqu'à fin 2011 sur les planches du théâtre Antoine, à Paris.

Los Angeles, 1939. Les studios du producteur David O. Selznick sont en crise, et le tournage d' " Autant en emporte le vent ", tiré du best-seller de Margaret Mitchell, est interrompu.
Le scénario est trop long, incohérent, et l'immobilisme du projet coûte 100.000$ par jour aux studios.

Victor Fleming est débauché du tournage du Magicien d'Oz et parachuté sur celui de ce film en lequel personne ne croit. Le scénario, quant à lui, est confié à Ben Hecht, qui n'a même pas lu l'histoire, et tout aussi contrarié que Fleming à avoir à hériter d'une telle tare.

Durant cinq jours et cinq nuits, les trois hommes vont travailler sans interruption, en survolant des scènes bien connues : l'incendie d'Atlanta, l'accouchement de Mélanie Hamilton, la gifle donnée à Prissy par Scarlett – quelques secondes de tournage qui furent en vérité un réel point de mésentente entre Selznick et Hecht, tous deux juifs immigrés, ainsi que des phrases cultes telles que " je ne connaitrais jamais plus la faim " ou " demain est un autre jour ", qui suffisent à elles seules à identifier le film.

Tiré d'une histoire vraie, ce spectacle est un pur moment de divertissement, tant pas le jeu des comédiens que par la cocasserie des situations, dévoilant quantités de détails historiques insoupçonnés sur ce qui, s'annonçant à l'époque comme un fardeau, se révéla être le plus grand film d'amour de tous les temps.

Hollywood au théâtre Antoine. Avec Samuel Le Bihan, Daniel Russo, Thierry Fremont et Françoise Pinkwasser -
Tarifs, horaires et réservations sur www.theatre-antoine.com.


DEFENSE

ISRAËL - Un officier de Tsahal suspendu pour avoir tué un palestinien

L'armée israélienne a finalement pris la décision de suspendre l'officier responsable du soldat qui a tué un Palestinien par balles le mois dernier, près du village de Kousra.

Le terrible incident, décrit tout d'abord par Tsahal comme une "défaillance opérationnelle", est en fait dû, d'après les conclusions de l'enquête, à une erreur de jugement de la part de l'officier incriminé.

Face à une foule de 200 manifestants, dont certains jetaient des pierres, ses hommes et lui se sont sentis dépassés et menacés; il a alors pris la décision d'ouvrir le feu, et un manifestant fut tué.

L'armée israélienne s'attendait à des situations difficiles sur le terrain: la mort du Palestinien survint quelques heures seulement avant que le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas présente, devant les Nations unies, la demande de reconnaissance de l'Etat palestinien.

Les soldats étaient équipés de matériel de dispersion et avaient reçu des instructions précises, notamment celle donnée par le Chef d'Etat-major Benny Gantz de n'envoyer sur le terrain que des soldats expérimentés.

L'officier n'a pas respecté cette dernière consigne.
Il restera au sein de l'armée mais quittera les unités combattantes.


SECURITE

ISRAËL - Un ministre placé sous protection sur fond d'affrontement entre courants orthodoxes

Parce qu'il a reçu des menaces de mort, le vice-ministre de la Santé d'Israël, Yaakov Litzman, va être protégé par des gardes du corps privés.

La décision a été prise de façon conjointe par les services de renseignements intérieurs israéliens et du bureau du Premier ministre.

D'après des sources proches du ministre, les menaces viennent d'un groupe juif ultra orthodoxe dont les membres se font appelés les Sicaires.
Actifs à Mea Shearim, ils s'opposent violemment à la dynastie hassidique de Gour, dont Litzman fait partie, principalement autour de biens immobiliers valant plusieurs dizaines de millions de shekels.

Les Sicaires ont déjà vidé des appartements du quartier de leurs propriétaires, mis le feu à d'autres, alors que leurs occupants se trouvaient à l'intérieur, ou encore imposé leur pratique religieuse notamment à des librairies accusées de vendre des ouvrages hérétiques.

Litzman défend justement la libraire "Or Hachaim", ce qui constitue d'ailleurs une raison suffisante pour devenir une cible des Sicaires.


JERUSALEM

ISRAËL - Jérusalem : quand l'archéologie devient politique

Ir Amim, une organisation israélienne qui milite en faveur d'un rapprochement et de l'égalité entre les communautés juive et arabe de Jérusalem, s'est tournée vers la Haute Court de Justice.

Elle veut empêcher l'Autorité israélienne de la nature et des parcs (AINP) de "confier la propriété "du Parc archéologique (qui se trouve au cœur de la Cité de David) à Elad, une organisation classée politiquement à droite, et qui est impliquée dans l'acquisition de biens situés à Jérusalem est.

Le secteur dont il est question compte parmi les sites touristiques les plus populaires de Jérusalem-est.
On estime qu'environ 450.000 visiteurs viennent le découvrir chaque année.

Depuis la fin des années 90, l'AINP avait confié à Elad la seule "administration "du Parc archéologique.
La loi israélienne permettait en effet à l'AINP de "transférer la gestion des parcs nationaux à des entités privés ", à condition toutefois que les ultimes pouvoirs administratifs demeurent entre les mains de l'Etat.

Ir Amim cherche démontrer que cette "délégation de gestion "prend des allures de "privatisation "des lieux, ce qui contredit la loi.

Ses membres ont ainsi déclaré aux médias que l'accord passé "prévoit la création d'une équipe où les membres d'Elad jouissent d'un pouvoir grandissant. Ils dressent des plans à long terme pour le site, s'occupent des budgets, et de questions qui devraient être également soumis à l'AINP et à la municipalité de Jérusalem ".

"Ainsi ", ont-ils poursuivi, "la gestion de la Cité de David devient, dans les faits, un instrument entre les mains d'Elad, dont nul n'ignore les tendances politiques ".

L'accord autorise également Elad à créer des centres d'instruction destinés à former des guides touristiques, ou encore à fermer le Parc archéologique le shabbat, ce qui est un cas unique à l'échelle de tout le pays.

"Si l'AINP veut prendre la moindre décision sur un chantier de fouilles archéologiques ", a précisé un communiqué d'Ir Amim, "elle doit au préalable obtenir l'approbation d'Elad, ce qui va à l'encontre de la loi".

ISRAËL - Jérusalem : élections des conseillers de quartier - Le processus favorise la démocratie locale et le développement des quartiers

La municipalité de Jérusalem a annoncé que le deuxième tour des élections des conseils communautaires se tiendrait le 13 décembre.

Après un projet pilote l'année dernière, ces élections permettront d'élire, dans 5 quartiers différents de Jérusalem, 9 représentants de la population qui se réuniront chaque mois avec 6 responsables de la municipalité, ces 15 personnes formant le conseil communautaire du quartier en question, qui débattront de dossiers locaux et prendront des décisions à leur sujet.

La mairie espère, en intégrant chaque année cinq nouveaux quartiers au processus, intégrer dans un futur proche tous les quartiers de Jérusalem.

Chaque année, parmi les cinq quartiers sélectionnés, figurent un quartier arabe et un quartier orthodoxe.

Lancé l'année dernière, le projet est jugé satisfaisant par toutes les parties. "Nous recevons du sang neuf, explique un des directeurs de la mairie, et les élections sont le meilleur moyen d'impliquer les habitants dans les processus démocratiques".

L'annonce des élections intervient sur fonds de conflit dans l'équipe municipale : Rachel Azaria, qui était l'élue municipale en charge de ce dossier, a été évincée de son poste par le Maire, Nir Barkat, après qu'elle ait saisi la Cour suprême au sujet de l'installation de barrières séparant hommes et femmes dans le quartier orthodoxe de Mea Shearim pour les fêtes de Souccot.

Elle accusait notamment la mairie et la police de ne pas faire respecter la loi dans " les espaces publics".


NEGOCIATIONS ISRAELO-PALESTINIENNES

MOYEN ORIENT - Le Quartette rencontre israéliens et palestiniens dans un climat empreint de pessimisme

Le Quartette pour le Proche-Orient (ONU, Etats-Unis, Russie, UE) doit rencontrer mercredi séparément responsables israéliens et palestiniens à Jérusalem.

L'objectif est d'aboutir à la définition d'un agenda qui prévoirait la relance des négociations, la reprise du dialogue direct, et la conclusion d'un accord de paix d'ici à un an.

A la veille de cette rencontre, la représentante américaine à l'ONU, Susan Rice, a déclaré devant le Conseil de sécurité que "la candidature palestinienne à un siège permanent à l'ONU ne fera pas avancer le processus de paix, mais risque de le compliquer, de le retarder et peut-être de compromettre toute négociation".

Pour le représentant israélien à l'ONU, Ron Prosor, les palestiniens sont loin de remplir les conditions pour déclarer un état.
Le Conseil de sécurité de l'ONU pourrait être amené à se prononcer dès le 11 novembre sur la candidature palestinienne.

Il faudra alors 9 voix sur 15 au Conseil de sécurité pour que l'adhésion soit acceptée, mais les USA ont déjà averti qu'ils useraient de leur droit de veto.

Tony Blair, envoyé spécial du quartette devrait rencontrer les membres de la délégation en Israël ce mardi. Pour des diplomates occidentaux impliqués dans les négociations, il "faudrait un miracle" pour que la mission du Quartette aboutisse.

La mission est compliquée par des problèmes d'agenda, le représentant israélien, Ytzak Molho ne rentrant de mission que mercredi.

Les palestiniens tenteront d'obtenir du quartette une déclaration qui rendrait Israël responsable du blocage des négociations, et servirait leur demande d'adhésion à l'ONU.


PRINTEMPS ARABE

TUNISIE - Deux juifs tunisiens candidats aux élections de la Constituante

Alors que le résultat définitif des élections tunisiennes sont annoncés pour ce mardi, et que, d'après les observateurs, le parti islamiste serait déjà crédité de 25 à 30% des voix (insuffisant cependant pour gouverner sul), le patron du seul restaurant casher de Tunis, le Juif tunisien Gilles Jacob Lellouche, est candidat aux premières élections libres du pays.

Il est en deuxième position sur la liste de l'Union Populaire Républicaine (UPR), un petit parti parmi les centaines qui ont fleuri après la chute de Ben Ali.

Gilles Lellouche déclare avoir choisi ce parti car il est "ouvert, modéré et opposé aux extrémismes". Des qualificatifs que Gilles voudrait coller à la Tunisie, son pays; il n'a donc pas hésité à rejoindre le parti quand ses membres l'ont approché.

Dimanche, cet habitant de la Goulette s'est présenté au bureau de vote à 7h du matin accompagné de sa mère, âgée de 82 ans, qui tenait à être la première à lui donner sa voix.

Pas sûr pourtant que le soutien maternel suffise à l'élire au sein de la future assemblée constituante. "Je ne sais pas si je serai élu, et ce n'est pas mon objectif", assure-t-il.

Gilles souhaite, par son geste, montrer aux Tunisiens que des citoyens issus des minorités peuvent s'investir dans la construction du pays. "Je vais essayer de représenter à l'assemblée les minorités, et pas seulement la minorité juive, parce que je pense être la seule personne non-musulmane à concourir à ces élections", explique-t-il.

Selon lui, "la communauté juive est en sécurité en Tunisie", et "malgré ce qu'on a pu entendre, la récente révolution ne l'a pas prise pour cible – en dehors de quelques exceptions" ajoute-t-il.

Quant à l'annulation des festivités de Lag Baomer, il la justifie en indiquant qu'il aurait été déplacé de se réjouir alors que des Tunisiens mourraient dans le même temps pour la révolution.

Pour Gilles, l'avenir est à la démocratie en Tunisie. "J'ai un garçon qui vit à Londres, et une fille à Paris", confie-t-il. "J'espère qu'un jour, ils reviendront ici vivre dans un pays démocratique".

Un autre candidat juif se présente également aux suffrages : il s'agit d'Elie Trabelsi, qui réside lui à Paris, où il dirige une société d'informatique. Il est le fils de Félix Trabelsi, le Président de la communauté juive de la Ghriba, à Djerba.

Il s'agit des premières élections libres pour désigner une assemblée constituante. En dépit de la révolution, un non musulman ne peut pas accéder à la Présidence de la République en Tunisie.

Libye - Démocratie : le pays adopte la Charia comme loi exclusive

Après l'exécution de Kadhafi, les discussions en vue de former un gouvernement de transition ont, dès lundi, pris une vitesse de croisière.

Le Président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, a annoncé dès dimanche que "en tant que pays musulman, nous avons adopté la charia (loi islamique) comme loi essentielle et toute loi qui violerait la charia est légalement nulle et non avenue".

Devant les inquiétudes, notamment parmi les européens qui se sont engagés militairement aux côtés des insurgés contre Kadhafi, Abdeljalil s'est senti obligé de préciser lundi que les libyens sont des "musulmans modérés".

Plusieurs capitales européennes ont cependant annoncé qu'elles resteraient "vigilantes" quant à la tournure des évènements.
Plusieurs organisations de femmes libyennes se sont émues de ce que signifiait pour elles, l'application de la charia dans leur pays (notamment le rétablissement de la polygamie, la répudiation).

Pour Bernard-Henri Lévy, " J’imagine mal, personnellement, les femmes de Benghazi, les jeunes révolutionnaires internautes, les combattants qui ont sauvé Misrata , accepter la férule d’une conception archaïque de la Loi ".

A la veille de Yom Kippour, une foule de manifestants s'était rassemblée dans le centre de Tripoli pour exiger le départ de David Gerbi, un juif libyen qui voulait ré ouvrir une sysnagoue fermée par Kadhafi en 1967.

Les nouveaux démocrates du pays brandissaient des pancartes on ne peut plus claires " Il n’y a pas de place pour les Juifs en Libye ".


BANDE DE GAZA

GAZA - blocus israélien : 137 000 tonnes de marchandises entrent dans la bande de Gaza le mois dernier

Au cours du mois écoulé, près de 5000 camions transportant 137 000 tonnes de marchandises sont entrés dans la bande de Gaza, par le point de passage de Keren Shalom.

Plus du tiers des marchandises représentait des livraisons de nourriture le reste étant constitué de vêtements, équipements électriques, matériel de sport, véhicules et appareils électro ménagers).

163 projets de construction menés par la communauté international ont été approuvés par Israël (qui laisse entrer à Gaza les fournitures liées à ces constructions), 35 projets supplémentaires ont été agréés et 57 supplémentaires sont en cours d’étude.

Par ailleurs, plus de 3000 palestiniens de Gaza sont entrés en Israël, dont plus de la moitié pour y subir des examens ou des soins dans des hôpitaux israéliens.


EGYPTE

ÉGYPTE - Sondage : les égyptiens largement favorables au maintien du Traité de paix avec Israël

Un récent sondage d'opinion réalisé par le Centre Al-Ahram pour les études politiques vient d'être publié dans le magazine Al Ahram.

Le sondage fait ressortir que 4% des sondés sont favorables à la guerre avec Israël (pour des raisons exprimées très différentes), et 7% pour l'abolition du traité de paix avec l'Etat hébreu.

12% se prononcent pour l'expulsion de l'ambassadeur d'Israël tandis que 11% souhaitent que le gouvernement égyptien rappelle son ambassadeur en poste en Israël.

A l'inverse, 62% des répondants sont favorables au respect du traité de paix, mais avec des amendements relatifs à la sécurité du pays (arrangement qui sont d'ailleurs en cours de discussion entre les deux gouvernements, notamment au sujet du Sinaï), et 23% pensent qu'il devrait être appliqué tel qu'il est, sans modification, de peur d'un regain de tension.

ÉGYPTE - JUSTICE : les assaillants de l'ambassade d'Israël traduits en justice

Le 9 septembre dernier, plusieurs centaines de manifestants tentaient de prendre d'assaut l'ambassade d'Israël du Caire, dans le quartier de Gizeh, face à la vieille ville.

Le procureur général Abdel Meguid Mahmoud vient de déférer 76 manifestants arêtes durant cet assaut, qui les avait également opposes aux forces de sécurité de l'ambassade d'Arabie Saoudite.

Pour les manifestants, il s'agissait de "venger" la mort cinq policiers égyptiens tués accidentellement par l'armée israélienne, alors qu'elle pourchassait des terroristes qui venaient de tuer 8 personnes dans la région d'Eilat dans un attentat.

Les accuses devront répondre d'"usage de la force contre des fonctionnaires et des policiers, d'avoir détruits des bâtiments et transports publics, et d'être associés à une entreprise terroriste".

Selon les éléments du procureur, les manifestants étaient pour la plupart "équipés d'armes blanches"; plus de 40 des accuses ont déjà un casier judiciaire, l'un est mineur. Un ex-officier de police figure parmi les accuses.

ÉGYPTE - Fourniture de gaz à Israël, sept plaintes internationales contre l'Égypte

Les livraisons de gaz égyptien à destination d'Israël ont repris cette semaine, après 100 jours d'interruption.

Elles ne représentent cependant que 30% des quantités qui lient contractuellement les deux pays.
Après une période d'essai, cette quantité devrait augmenter graduellement.

IEC (Israel Electric Corporation) a déjà augmentation des prix de 10% sur le marché israélien; une nouvelle hausse de 5% devrait être annoncée cette semaine.

C'est dans ce contexte que le ministre égyptien du pétrole a annoncé que sept dossiers de plaintes ont été enregistrés contre son pays, à la suite des différents arrêts de livraison de gaz à travers le pipeline du Sinaï.

Ces plaintes sont déposées devant les instances arbitrales internationales, notamment la Chambre de commerce internationale (suisse).

Depuis février dernier, ce pipeline qui amène le gaz naturel produit en Egypte jusqu’en Israël et en Jordanie s’est interrompu de fonctionner à sept reprises, bloquant dans le même temps les approvisionnements des deux pays.

L’Egypte n’a pas été à même de retrouver les auteurs des attentats qui endommagent, à chaque fois, le pipeline, mais a déterminé que le mode opératoire des attentats était identique.

Une source anonyme, proche du dossier, a déclaré au site Internet indépendant Al-Masry Al-Youm que les poursuites étaient engagées notamment par les actionnaires de EMG (Eastern Mediterranean Gas), la société qui gère les exportations de gaz égyptien vers Israël.
Des sociétés anglaises, turques et polonaises auraient également initié des actions judiciaires séparées.

D’autres groupes (dont Ampal - American Israel Corporation-, PTT, un organisme d’Etat Thaïlandais, le groupe Israélien Merhav) ont déjà déposé plusieurs plaintes devant la juridiction internationale.


ANNONCE

Annonce emploi - Recherche animateurs et directeurs diplomés

Association de tourisme juif
recherche pour voyages d'adolescents à l'étranger en juillet et aout 2012
animateurs et directeurs diplomés
Bafa et BAFD obtenus ou en cours obligatoires

Envoyer CV détaillé avec diplomes et expériences
à annonces@israel-infos.com
sous la référence VOY

Annonce emploi - recherche rewriters ou journalistes en Israël

Média Internet francophone
recherche rédacteurs-rewriters, journalistes indépendants en Israël
Bon niveau d'anglais et/ou d'hébreu pour revue de presse (environ 2h par jour)

Expérience demandée – Profil des postes sur envoi de lettre
de motivation à annonces@israel-infos.com
sous la référence RED

Annonce emploi - Recherche commerciaux indépendants en France et en Israël

Média Internet francophone
recherche commerciaux indépendants en France et en Israël
Expérience demandée – Statut de commercial indépendant ou en société indispensable

Profil des postes sur envoi de lettre
de motivation à annonces@israel-infos.com
sous la référence COM


A NE PAS RATER

APOCALYPSE HITLER - France 2, 20h35, mardi 25 octobre

Ce documentaire en deux parties est intégralement composé d'images d'archives en haute définition, restaurées et colorisées.
Les auteurs (Isabelle Clarke et Daniel Costelle), ont tenté de retracer l'ascension d'Hitler au pouvoir.

En 1924, le futur Führer écrivait : "Un état qui refuse la contamination des races doit devenir un jour maître de la terre".

Comment a-t-il réussi à imposer cette idée ? Artiste raté dans sa jeunesse, rien ne prédestinait cet homme à devenir un jour le dictateur de l'Allemagne. La première guerre mondiale le transforma en nationaliste et antisémite exacerbé, habité par une vision.

Isabelle Clarke déclare espérer, ici, " apporter un discernement et une acuité chez le téléspectateur ". Ces images perturbent et étonnent par leur violence. Notamment, une série de photographies mettant en scène le dictateur dans une répétition de gestuelles, inspirées de l’opéra, qu’il réutilise ensuite lors de ses discours face à la foule.

Les deux épisodes de la série seront diffusés à la suite l'un de l'autre.

L’acteur-réalisateur Mathieu Kassovitz prête sa voix à la narration.
A noter que France 2 a mis en ligne un site pédagogique sur la série : http://programmes.france2.fr/apocalypse-hitler/


SOCIETE

ISRAËL - Grand Rabbin LAU - Les mariages mixtes font le jeu des nazis

Alors qu'il s'exprimait devant des élèves du secondaire, à Ramat Gan, l'ancien grand-rabbin Meir Lau a suscité une vive réaction de la part de plusieurs élèves, dont certains ont immédiatement quitté la salle en signe de protestation.

Ce mouvement s'est produit après que le Grand rabbin Lau ait affirmé que “les mariages mixtes font le jeu des Nazis”.

Selon plusieurs témoins, ces paroles ont été prononcées devant des adolescents qui étaient de retour d'un voyage en Pologne, dans le cadre d'une conférence sur la destruction du judaïsme européen. Au cours de celle-ci, Meir Lau, ancien déporté au camp de concentration de Buchenwald, a évoqué son expérience personnelle de la guerre et des persécutions antijuives.

Un des élèves a notamment déclaré : "Dès que le rabbin a commencé à comparer les mariages mixtes au nazisme, je me suis levé et j'ai quitté la salle. J'étais venu l'écouter sans préjugé, dans un esprit de tolérance à l'égard des opinions religieuses, mais cette remarque, qui a été faite vers la fin de la conférence, m'a indigné, ainsi que la plupart des autres élèves. Si j'avais su que de tels mots seraient prononcés, je serais sorti immédiatement ".

Selon d'autres jeunes, Meir Lau ne s'en serait pas tenu là, et aurait accumulé les "propos douteux ".

Ainsi, un élève de terminale raconte qu'il a "relaté le cas de la fille d'un rabbin respecté qui épousa un non-juif et envoya ensuite leur enfant dans un couvent. Par ailleurs, il a estimé qu'en assassinant les juifs, les nazis avaient voulu assassiner le judaïsme. En conséquence, un juif qui se détourne de la religion s'inscrit dans leur continuité ! Ces propos sont intolérables ".

Le grand-rabbin aurait ainsi fait preuve de "condescendance ", et de "mépris ", à l'égard des juifs laïcs, raconte une jeune fille de dix-sept ans : "J'étais hors de moi ", a-t-elle ajouté, "et je voyais que mes condisciples aussi étaient à bout, parce que ce qu'il ressortait de son discours, c'était que la sécularisation est une ‘victoire spirituelle du nazisme ".

Dans un communiqué publié peu après, Meir Lau s'est dit surpris, et reconnaît n'avoir rien remarqué "de l'irritation des élèves ".

Il n'en est pas pour autant revenu sur ses propos, et a même estimé que "ce n'est un secret pour personne : le nombre de juifs diminue dans le monde, non pas à cause des départs pour Israël, mais bel et bien en raison du phénomène des mariages mixtes et de l'assimilation. Cette question devait être abordée, et je pense qu'en cette nouvelle année, un examen de conscience s'imposait ".


ECONOMIE

ISRAËL - Mac Do quitte l'aéroport Ben Gurion

Qui n'a pas connu l'envie subite d'un hamburger au "MacDo" de l'aéroport Ben Gourion...
Ce ne sera désormais plus possible.

Il va, en effet, va être remplacé par un restaurant de la chaine israélienne "Burger Ranch".

La chaine américaine avait ouvert son restaurant depuis l'inauguration du nouvel aéroport il y a 7 ans, puis un second dans la galerie commerciale du terminal 3 de l'aéroport.

Mac Donald's a perdu un appel d'offres qui visait au renouvellement de la concession exclusive, au profit de Burger ranch.
Les deux Mac Do auraient généré un chiffre d'affaire confortable (8 millions de dollars) , tiré en avant par le flux incessant de plusieurs de passagers chaque jour.

Les frères Orgad, propriétaires de la chaine burger ranch auraient offert à l'autorité aéroportuaire la redevance annuelle record de 2,2 millions de dollars, et auraient ainsi disqualifié la chaine américaine.

Selon Eli Orgad, "nous sommes fiers d'avoir gagné; notre objectif est de montrer aux touristes arrivant en Israël que nous avons une marque locale qui propose des produits de grande qualité".


CRIMINALITE

France - Affaire Lee Zitouni : la France a recu une commission rogatoire internationale d'Israël, un juge d'instruction désigné

Le 18 septembre dernier, Lee Zitouni, une jeune femme de 25 ans qui se rendait à son travail est renversée est tuée par un véhicule 4x4 qui roule très vite et brule un feu rouge.

Le conducteur et son passager sont identifiés comme deux ressortissants français, vivant une bonne partie de l'année en Israël, Eric Rubik et Claude Isaac Khayat, qui trouvent honorable de prendre le premier avion pour rentrer en France et se soustraire à la justice israélienne.

Selon un communiqué du ministère français des affaires étrangères, une commission rogatoire internationale viendrait d'être transmise par le ministère israélien de la justice.

Un juge d'instruction a été immédiatement saisi par le Procureur de la république de Créteil.

Selon le même communiqué, "les autorités françaises restent pleinement mobilisées pour que justice soit faite dans le drame qui a coûté la vie à Lee Zeitouni. Les contacts entre les autorités françaises et israéliennes n’ont pas cessé depuis les premiers jours et restent étroits".

Fermer la fenêtre