Numéro 967 - 03.02.2011 - 29 Shevat 5771       Imprimer

A LA UNE

Un ancien Président américain poursuivi pour avoir divulgué de fausses informations sur Israël

Une plainte vient d'être déposée devant le tribunal fédéral de l'Etat de New York par cinq citoyens américains, dont deux sont également titulaires de la nationalité israélienne.
Outre leur demande de dommages et intérêts, ils sollicitent la possibilité d'autoriser une "class action ", qui permettrait à chaque acheteur de l'ouvrage de se joindre à l'action en justice.

La plainte vise l'ancien Président américain, Jimmy Carter, et sa maison d'édition, Simon & Schuster, au sujet du l'ouvrage " Palestine; la paix pas l'apartheid", édité en 2006.

Les plaignants accusent l'ancien Président d'avoir sciemment diffusées de fausses informations sur Israël, en tirant parti de ses anciennes fonctions et d'une aura "d'expert" du Moyen Orient pour causer volontairement des dommages à l'État d'Israël, et promouvoir des actions "anti israéliennes".

Les plaignants se basent sur des témoignages d'anciens conseillers et collaborateurs du Président, qui attestent avoir informé la maison d'édition d'un nombre important d'erreurs et de fausses allégations, présentées comme historiques, sans qu'il ne soit procédé à aucune vérification.

Compte tenu de précédents judiciaires contre des auteurs et éditeurs, l'avocat des plaignants, David Schoen, pense qu'il a de bonnes chances d'obtenir de la cour fédérale l'autorisation d'une "class action".


CULTURE

La Belgique, Gault et Millau et les Fallafels

Le célèbre guide gastronomique Gault et Millau vient d'accueillir dans ses pages un restaurant au genre plutôt atypique : il s'agit du Finjan, à Anvers, tenu par 2 israéliens.

Si vous vous joignez à la foule de curieux attirés par l'article du prestigieux guide culinaire ,et qui s'ajoute à leur clientèle habituelle, ils vous serviront leur spécialité : un plat de fallafels !

Yossi Haham, qui vient de Petah Tikva, et Simhoni Hemo, de Netanya, propriétaires du Finjan, sont les premiers surpris : " Nous ne savions même pas qu'ils avaient envoyé un critique ici. Nous ne connaissons pas bien ce guide, nous travaillons simplement et nous essayons de faire de notre mieux ".

Les critiques du Gault et Millau seraient venus au Finjan après avoir remarqué que de nombreux chefs de restaurants y venaient diner après leur journée de travail, vers minuit. Selon Hemo, " à force d'entendre le nom de Finjan, encore et encore, ils ont décidé de passer nous voir ! ".

Leur cuisine orientale, adaptée au goût européen, séduit un public hétérogène : étudiants, grand-mères, hommes d'affaires, célébrités, ... Les deux israéliens ajoutent qu'ils n'ont jamais caché leur nationalité, et que malgré les tensions au Proche-Orient, tout se passe bien : " Nous ne parlons pas de politique.

Certains de nos employés sont musulmans, nous avons même un excellent employé iranien. Il n'y a pas de problème, tout le monde travaille ensemble. "


DEFENSE

Israël sécurise sa frontière avec l'Égypte

Tsahal et la Police des Frontières ont renforcé leurs effectifs le long de la frontière avec l'Égypte, craignant que des terroristes ne tentent d'exploiter la situation pour perpétrer des attentats en Israël.

L'État hébreu se prépare aussi à la possibilité de voir arriver à ses frontières des dizaines de milliers d'Africains demandeurs d'asile, réfugiés pour le moment en Égypte, mais qui fuiraient devant les émeutes qui embrasent le pays. Des Bédouins du Sinaï pourraient aussi traverser la frontière : selon le président du Conseil régional du Néguev, " si les Bédouins commencent à fuir l'armée égyptienne, ils arriveront en Israël ".

Netanyahou soutient les aspirations des égyptiens à la démocratie, et veut un renforcement d' Israël

Devant la Knesset, mercredi, Benjamin Netanyahou, a déclaré qu'Israël soutenait les aspirations des égyptiens à des réformes démocratiques.
Il a également renouvelé ses craintes de voir un régime de type islamiste remplacer celui d'Hosni Moubarak, et renoncer au Traité de paix conclu entre les deux pays en 1979.

"Le fondement de notre stabilité, de notre avenir, et du maintien ou du renforcement de la paix, particulièrement en des temps instables, ce fondement tient au renforcement de la puissance d'Israël", laissant ainsi entendre, pour la première fois depuis le début des manifestations en Egypte, de manière très explicite, que le pays pourrait renforcer son potentiel militaire, tout en assurant vouloir poursuivre ses efforts en vue d'un accord de paix avec les Palestiniens.


AUTORITE PALESTINIENNE

Un palestinien de 70 ans condamné à 10 ans de prison pour voir vendu des terrains à des israéliens il y a trente ans

PPA, l'Agence de presse palestinienne, annonce qu'un homme de 70 ans vient d'être condamné , mardi, à 10 ans de prison par le tribunal de Naplouse, pour avoir vendu des terres à des israéliens ….en 1981.

Il est accusé d'avoir violé l'Article 114 du code pénal jordanien datant des années 60, qui prohibe la vente de terrains "à l'ennemi", spécifiquement défini comme "demeurant en Israël ou agissant pour un habitant d'Israël".

Les jordaniens ont révisé cet article après la signature du traité de Paix avec Israël; mais les palestiniens ont conservé le texte de loi intact, même si ils ont par ailleurs introduit un délit puni de mort: "la vente de terrain à l'occupant".


BANDE DE GAZA

Israël bombarde des tunnels dans le sud de la bande de Gaza

L'armée de l'air israélienne a bombardé des tunnels dans le sud de la bande de Gaza, et réponse aux récents tirs de missiles Grad contre les villes de Netivot et Ofakim il y a deux jours.

Le porte parole de l'armée a rappelé que le "Hamas était tenu pour seul responsable du maintien du calme à Gaza, et que l'armée israélienne répondra à chaque agression".

Depuis le début de l'année 2011, alors que le Hamas à annoncé une "trêve des tirs sur Israël", 30 roquettes, obus de mortiers, ou missiles Grad on été tirés depuis Gaza sur le sud du pays.


HAMAS

Le Hamas refuse l'organisation des élections générales de l'Autorité palestinienne

Le Hamas vient d'annoncer qu'il refuse la tenue des élections générales que souhaitait organiser le Président de l'Autorité palestinienne (AP), Mahmoud Abbas, tant qu'il n'y aura pas un accord de fond entre les factions palestiniennes, rappelant "qu'il ne reconnaîtra aucun résultat électoral, aucune élection qui se déroulera sans lui".

Le porte parole des islamistes s'en est ensuite pris avec virulence au Premier ministre de l'AP, Salam Fayyad, exprimant le sentiment "que les élections ne se dérouleraient pas dans de bonnes conditions sous un gouvernement Fayyad, gouvernement illégal qui ne tire pas sa légitimité du parlement palestinien".

Pour l'organisation islamiste, il s'agit d'une tentative de l'AP de détourner l'attention de ses "crimes et scandaleux accords avec Israël" révélés la semaine dernière par Al Jazeera.

Pour Muhammad Al-Madani, membre de la Commission des lois palestinienne, c'est le comité électoral qui décidera quand et où se tiendront ces élections, ajoutant que la "situation en Palestine ne peu rester soumise aux caprices du Hamas". (d'après l'Agence de presse palestinienne Ma'an).


EGYPTE

ÉGYPTE - Le canal de Suez et les principaux pipelines sous protection

La crise Egyptienne suscite des craintes, et pas seulement sur le plan de son avenir politique. Le Canal de Suez et le pipeline Suez-Méditerranée (Sumed) font, entre autre, l'objet d'une attention toute particulière de l'armée, et de la communauté internationale.

Le pipeline est un oléoduc, qui suit un autre tracé que le Canal de Suez, pouvant transporter jusqu'à 2.5 millions de barils bruts par jour.

Cette canalisation stratégique recouvre donc un double enjeu économique et énergétique, à la fois pour le pays et pour le monde entier. Se situant près des zones de troubles, l'armée s'est déployée, tout le long de l'oléoduc, pour en assurer sa sécurité.

Le Canal de Suez, a quand à lui fait l'objet d'une mesure spécifique, une autorité militaire spécifique ayant la charge de sa sécurité depuis plusieurs jours déjà.

Pour les chinois, il ne se passe rien en Égypte

Alors que le Moyen Orient pourrait n'être qu'à l'aube d'un phénomène de "dominos" en matière de révoltes populaires et de chutes de régimes, pour les internautes chinois, il ne se passe rien.

Peur de la contagion ? Le gouvernement Chinois semble avoir pris les devants, pour éviter que l'idée ne germe.
"Selon les lois en vigueur, le résultat de votre recherche ne peut être communiqué".

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères chinois à beau assurer qu'Internet est ouvert, c'est la réponse donnée pour toute requête comprenant le mot " Egypte " sur des équivalents de Google ou des réseaux sociaux.

Les médias chinois, se contentent quand à eux, de rapporter succinctement les manifestations, et mettent davantage l'accent sur la nécessité de restaurer l'ordre public.

Quatre journalistes israéliens arrêtés au Caire mercredi

Quatre journalistes israéliens ont été arrêtés au Caire mercredi.
Trois des reporters travaillent pour la chaine "Aroutz 2", le dernier travaille à Nazareth.

Ils seraient entrés avec un visa de touristes, et auraient été arrêtés alors qu'ils étaient dans les rues de la capitale égyptienne en violation du couvre-feu.

Contrôlés et brièvement interrogés, ils ont ensuite été relâchés.
Le ministère des Affaires étrangères a appelé les israéliens, notamment les journalistes, arrivant au Caire, à se tenir informés et à respecter les règles édictées par les autorités égyptiennes.

Par ailleurs, la chaîne française "France 24" faisait état de l'arrestation mercredi soir de trois de ses journalistes, qui seraient détenus et interrogés selon elle, par les renseignements militaires égyptiens.

ÉGYPTE - La journée de mercredi marquée par de violents affrontements

La journée d'aujourd'hui a débuté, comme chacun des derniers jours, par un rassemblement qui aurait du déboucher sur une manifestation exigeant le départ immédiat d'Hosni Moubarak, son intervention télévisée de la veille ayant survolé ses opposants.

Mais le déroulé de la journée a été très différent.
En nombre, des manifestants "Pro Moubarak" ont investi la place Tahir, menant des charges à cheval et en chameaux contre les manifestants.
Des violents affrontements ont ainsi opposé "pro" et "antis toute la journée, et se poursuivaient ce soir avec jets de pierre et de cocktails Molotov.
Des coups de feu ont également été tirés sans qu'on en identifie l'origine.

Alors que les rassemblements se déroulaient dans le calme depuis une semaine, on dénombrait mercredi trois morts et près de 700 blessés.
L'armée a tenté de séparer les cortèges antagonistes, sans tirer, comme elle en avait pris l'engagement.

L'opposition a confirmé son "appel à la journée du départ" vendredi prochain.

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Robert Gibbs, traduisant en langage diplomatique le "lâchage de Moubarak", a déclaré que le président Obama réclamait une "transition organisée, dès maintenant".

Les Etats Unis cherchent à tout prix à pouvoir continuer à exister sur la scène égyptienne, mais le ton est identique dans la plupart des capitales européennes.


TUNISIE

TUNISIE - Déclarations et contradictions autour de l'incendie d'un oratoire juif à Gabès

Plusieurs agences de presse, dont l'AFP, rapportaient hier les propos de Perez Trabelsi, Président de la communauté juive de Djerba, sur l'incendie d'une synagogue à Gabes dans le sud tunisien –alors que
Roger bismuth, le Président de la communauté juive tunisienne le démentait.

P. Trabelsi a déclaré à l’agence Tap qu’il n’était st pas en mesure de «confirmer l’incendie d'une synagogue , ni la prise à partie du gardien de l’édifice religieux par un groupe d'assaillants».

Il a également nié avoir tenu les propos rapportés par l'AFP "Je n’ai jamais déclaré, non plus, qu’une relique de la Torah a été brûlée dans le présumé incendie", ajoutant que n'étant pas sur place, il allait envoyer au plus vite une équipe pour faire vérifier la réalité des faits.

L'Agence de Presse belge Belga fait état, mercredi soir, d'une dépêche AFP demandant de ne pas tenir compte des informations transmises hier.


ETATS-UNIS

USA - Le commando caché du 11 Septembre

Il existe une cinquième équipe de terroristes du "11 Septembre", tous Qataris, dont les objectifs auraient été une grande ville de la côte ouest des USA ou Londres.

C'est ce qu'affirme le quotidien anglais "Daily Telegraph", s'appuyant sur des "câbles" Wikileaks tombés en sa possession.

Il s'agit d'un échange de "note confidentielle" entre l'ambassade des USA à Doha (Qatar) et le Département de la Sécurité intérieure américain.

Arrivés depuis Londres, les trois hommes auraient mené des opérations de surveillance poussées de l'immeuble de la CIA, du World Trade Center, et de la Maison Blanche. Ils auraient ensuite regagné le Qatar via Londres au lendemain des attentats.

A Los Angeles, ils étaient inscrits sur un vol American Airlines, le 10 septembre, sur lequel ils n'ont finalement pas embarqué. Le lendemain, le même vol s'écrasait sur le Pentagone, faisant 184 victimes.

Le personnel de nettoyage de l'hôtel de Los Angeles est devenu soupçonneux après avoir vu des uniformes de pilotes, plusieurs ordinateurs portables et des cartons destinées à des adresses en Syrie, à Jérusalem, en Afghanistan et en Jordanie.

Selon le câble, " la chambre contenait des listings de noms de pilotes, de compagnies aériennes, de numéros et d'horaires de vol imprimés sur ordinateur".

Une enquête ultérieure du FBI a montré que les billets d'avion et les notes d'hôtels des trois hommes avaient été payés par un "terroriste avéré".

Le Washington Post reprend l'information du Telegraph, mais affirme, sur la base d'une déclaration d'un responsable du FBI sous le couvert d'anonymat, qu'il n'était pas possible de réunir des charges suffisantes pour incriminer les trois hommes. "Il n'y a pas de chasse à l'homme en cours".


FRANCE

Visite en France de Salam Fayyad, Premier ministre palestinien

Salam Fayyad, Premier ministre de l'Autorité palestinienne, effectuera les 3 et 4 février sa première visite officielle en France.

Il sera reçu par le président de la République le Premier ministre, puis Michèle Alliot-Marie, qu'il a également rencontrée lors du déplacement récent de la ministre au Moyen Orient, et sera finalement reçu par les Présidents de l'Assemblée et du Sénat.

Le communiqué officiel français précise que "Cette visite officielle témoigne du soutien constant de la France à la mise en place des institutions du futur État de Palestine et son appréciation du travail remarquable effectué en ce sens par le gouvernement palestinien, depuis la première conférence de Paris, en 2007".

Fayyad devrait participer au dîner de travail consacré au suivi de la Conférence internationale de Paris des donateurs pour l'État palestinien, et y rencontrer Catherine Ashton.


BOYCOTT D'ISRAEL

ISRAËL - Vanessa Paradis fait bouger la Knesset

Il semble que Vanessa Paradis pourra bientôt accrocher un nouveau trophée à son palmarès.

Alors que plusieurs dizaines de concerts ont été annulés sous la pression des comités BDS (boycott, desinvestment, sanctions), l'annulation de celui de la chanteuse française fait bouger les autorités israéliennes.

La commission de l’Education, de la Culture et des Sports de la Knesset s’est réunie mardi, à l’initiative de Ronit Tirosh (Kadima), afin d’évoquer ce problème.

Elle a débattu de la question du boycott, des pressions exercées sur les artistes, du harcèlement dont certains ont fait état, et ont également auditionné les producteurs israéliens des tournées de ces artistes.

La commission a décidé de mettre en place un groupe travail chargé d’étudier les moyens de faire face au boycott culturel d’Israël, et d’aider à protéger les producteurs locaux, notamment par une meilleure prise en charge des compagnies d’assurance.

Placé sous la responsabilité du ministère de la Culture, ce comité de travail devra présenter ses conclusions à la commission parlementaire de la Knesset dans 3 mois.
Ses conclusions pourraient déboucher sur le vote d'une loi (IsraelValley)


KNESSET

Affaire Galant : Ehud Barak malmené à la Knesset

Les députés de la Commission de la Knesset pour les Affaires étrangères et la Défense n'ont pas retenu leurs attaques, mercredi, contre le ministre de la Défense Ehoud Barak,...

à propos de la récusation de Yoav Galant comme Chef d'Etat major de l'armée israélienne.

Barak s'est impliqué personnellement et a soutenu la nomination de Galant, et propose maintenant de confier un intérim au général Yair Naveh, en attendant une nouvelle nomination.

Barak refuse de simplement prolonger le mandat de l'actuel chef d'État-major Gabi Ashkenazi, avec qui il entretient des relations conflictuelles.

Pour Shaul Mozaf, lui-même ancien chef d'Etat-major et ancien ministre de la Défense, "Galant doit avoir la possibilité de se défendre et l'actuel chef d'État-major Gabi Ashkenazi doit être autorisé à rester en place jusqu'à la sélection d'un nouveau chef d'État-major ".

Selon lui, " Ehoud Barak et Benyamin Netanyahou n'ont pas l'intelligence ou le bon sens de faire ce qui est juste pour l'État ".

Benyamin Ben-Eliezer, lui aussi ancien ministre de la Défense, et collègue de Barak au parti travailliste jusqu'à ce que celui-ci le quitte pour créer son propre parti, s'est dit " surpris que le premier ministre ait accepté les ordres de Barak ".

Faisant allusion à la situation en Égypte, il a ajouté que " le ministre de la Défense compromet la sécurité d'Israël par sa décision de ne pas prolonger le mandat d'Ashkenazi, tout ça à cause d'une obsession personnelle ".

Enfin, au sujet de Galant, il a déclaré " regretter le fait qu'à cause de la stupidité d'un système, une personne doive payer un prix élevé après avoir servi Israël pendant 34 ans ".

Le secrétaire général du parti travailliste, le député Eitan Cabel, a affirmé que " Barak se comporte comme un hooligan ".

Barak a répondu en conseillant " la retenue à certains membres du Comité ", et a invité "qui le souhaite à le rencontrer en début de semaine " pour une explication sur les avancées du dossier.

ISRAËL - La commission de contrôle des ONG de gauche bientot opérationnelle

La Knesset a approuvé mercredi la composition des deux panels de la commission chargée d'enquêter sur les sources de financement des organisations de gauche actives en Israël.

La plupart des membres de l'opposition ont boycotté la commission.

Les deux panels seront chacun dirigés par l'un un des inspirateurs de cette commission : Fania Kirshenbaum, députée d'Israel Beitenou, qui déclare viser " les organisations israéliennes prenant par dans la campagne de délégitimisation des soldats de Tsahal ", et Danny Danon, député du Likoud, qui lui entend " enquêter sur l'implication des gouvernements étrangers et d'organisations dans le soutien à des activités contre l'État, et aux tentatives d'acquisitions organisées de terres nationales ".

Le Likoud a demandé à ses membres de soutenir la commission (Benny Begin, Dan Meridor, Michael Eitan et Reuven Rivlin s'y opposent), tandis que Kadima a donné une consigne de vote négative, - même si trois députés de Kadima l'avaient soutenue lors du dernier scrutin parlementaire).

ISRAËL - La Knesset vote une loi controversée de limitation d'acquisition des terres

La Knesset a approuvé mercredi une loi controversée, qui autorise l'activité de " commissions d'admission " dans certaines communautés .

Ces commissions ont la possibilité de refuser à des gens souhaitant s'installer dans leur communauté (villages) la possibilité de le faire.

Cette loi a été proposée par David Rotem d'Israël Baitenou, déjà auteur de la fameuse " Loi de la loyauté " au nom de laquelle les citoyens devraient promettre leur loyauté à un " État juif et démocratique ", et par les membres de Kadima Yoel Hasson et Shai Hermesh.

Les partis de gauche ont dénoncé cette loi, destinée selon eux à empêcher les Arabes israéliens d'acheter des maisons dans les communautés juives, violant ainsi les décisions de la Cour Suprême.
Le président de la Knesset Reuven Rivlin, du Likoud, a lui aussi exprimé des réserves à son sujet.

Des limites ont toutefois été fixées : seules pourront disposer de ces commissions les communautés de moins de 400 familles, localisées dans le Néguev ou la Galilée.

La Haute Cour de Justice devra justement traiter jeudi le cas soumis par un couple d'Arabes israéliens, qui se plaignent d'avoir été refusés par le village de Rakefet au motif de n'être " pas adaptés d'un point de vue social ".


ARCHEOLOGIE

Sur un site de fouilles archéologiques, peut être la tombe du Prophète Zacharie...

Des archéologues israéliens ont annoncé mercredi avoir découvert les ruines d'une église byzantine à Hirbet Midras, près de Jérusalem, où vivait une communauté juive à l'époque romaine, jusqu'à l'époque de la révolte de Bar Kokhba (135 EC).

Selon l'Autorité des Antiquités, le site est connu depuis plus d'un siècle, mais des fouilles ont été entreprises après que des pillards y aient été arrêtés.

De nombreuses mosaïques, extrêmement bien conservées, représentant des lions, des renards, des poissons et des paons, ont été dégagées par les archéologues dans la nef de la Basilique, ainsi que de la monnaie juive et des poteries.

Les premières fouilles ont également permis de mettre à jour des ruines de bâtiments et un dédale de souterrains qui auraient pu servir de "cachettes", lors de la révolte de Bar Kokhba.

D'après les chercheurs, le site pourrait abriter la tombe du prophète Zacharie.


URBANISME

ISRAËL - Les habitants de Tel Aviv appelés à se prononcer sur l'avenir de la Place Dizengoff

Les habitants de Tel Aviv vont donner leur avis sur la Place Dizengoff
La place Dizengoff, construite en 1938 à Tel Aviv, et dédiée à Zina Dizengoff, la femme du premier maire de Tel Aviv Meir Dizengoff, était un des lieux les plus populaires de la ville, entourée de cafés et de cinémas dans des immeubles de style Bauhaus.

En 1970, pour apporter une réponse au trafic automobile important, elle fut surélevée et perdit petit à petit de sa superbe.

Aujourd’hui des projets architecturaux promettent de redonner à la place son éclat d’antan, et la municipalité a décidé de demander l’avis des habitants grâce à un sondage qui leur donnera le choix de rénover la place, ou la raser et la reconstruire au niveau de la rue.

Le maire de Tel Aviv Ron Huldai, qui avait déjà fait savoir sa préférence pour une place au niveau de la rue a déclaré qu’il serait " indifférent au résultat du sondage.

Une autre question demeure : que deviendra la célèbre fontaine Eau et Feu, de Yaakov Agam, qui trône au milieu de la place depuis 1986 ?

Contacté par le journal Haaretz, Agam a indiqué que la municipalité lui avait promis qu’elle garderait sa place.


SPORTS

La joueuse de tennis israélienne Shahar Peer aux portes du Top 10

Le dernier classement WTA, qui concerne les 100 meilleurs joueurs et joueuses de tennis du monde, publié lundi, a vu l'israélienne Shahar Peer ...

se hisser à la 11ème place.
Sur un plan personnel, il s'agit là du meilleur classement de sa carrière. Mais cela représente surtout le meilleur rang jamais atteint par un joueur ou une joueuse de tennis Israélien.

Si elle est encore loin des légendes vivantes du tennis féminin, Peer se retrouve ainsi aux portes du "Top 10" auquel elle peut véritablement accéder.

Cette nouvelle est de bon augure pour l'équipe féminine israélienne, qui va prochainement affronter le Luxembourg, la Bulgarie et la Pologne au cours de la Fed Cup (tournoi mondial de tennis féminin disputé par équipe nationale).

Si elles ont l'avantage du terrain puisque le tournoi s'est ouvert a à Eilat, chaque match promet d'être disputé et les israéliennes devront défendre âprement leurs chances, dans une Fed Cup qui réserve toujours son lot de surprises.

Au cours de la première journée du tournoi, le Luxembourg a été battu mercredi 3-0 par Israël.

Fermer la fenêtre