Numéro 941 - 15.03.2010 - 29 AdarI 5770       Imprimer

A LA UNE

L'informateur suisse du fisc français enlevé par le Mossad

Selon Hervé Falciani, l'informaticien de la HSBC accusé d'avoir dérobé à la banque qui l'employait des données qu'il a transmises au fisc français sur les citoyens de l'hexagone détenant un compte dans ce pays, le Mossad...

l'aurait enlevé à Genève alors que le renseignement israélien enquêtait sur les liens entre le mouvement libanais Hezbollah et la banque britannique.
Falciani explique que le Mossad l'a kidnappé car il est juif et qu'on l'a supposé loyal à Israël.

Une organisation terroriste pouvait effectivement menacer sans trop de difficulté la sécurité de la banque", déclare-t-il au "Matin dimanche".
"J'ai toujours dit que ces gens se sont présentés comme étant du Mossad", a déclaré l'informaticien dans une interview du "Matin Dimanche".

Et d'ajouter: Ils m'ont dit qu'ils soupçonnaient le Hezbollah libanais de tenter d'utiliser la banque HSBC à des fins criminelles".

Info ou intox?


DIPLOMATIE

Israël , USA : escalade verbale américaine a propos des 1600 logements de Ramat Shlomo

Des commentateurs israéliens estiment que Netanyahu est confronté à une des plus graves crises israélo – américaine; en effet, depuis quelques jours, dans une escalade verbale inhabituellement dure, il ne se passe pas un jour sans que...

la décision israélienne de construire 1600 logements à Ramat Shlomo, Jérusalem est, ne soit fustigée par l'administration Obama.

Les USA ont vécu l'annonce de la construction de comme un "affront" a déclaré David Axelrod principal conseiller de Barack Obama sur la chaîne CNN. "Cela a été une insulte. Mais surtout, cela a sapé la très fragile tentative d'amener la paix" au Proche-Orient, a dit M. Axelrod. "Nous venons tout juste d'entamer des négociations indirectes. Nous faisons la navette entre les Palestiniens et les Israéliens. Et le fait que cette annonce intervienne à ce moment-là est très destructeur", a-t-il ajouté.

Hilary Clinton avait donnée le ton la veille, en déclarant considérer l'attitude israélienne comme "profondément négative" envers Washington, lors d'un entretien téléphonique de près d'une heure avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu vendredi.
Elle l'a averti que son gouvernement mettait en péril ses relations avec Washington en ne prenant pas de mesures fermes pour relancer le processus de paix.

Selon le site Debka, proche des milieux des renseignements israéliens, le Premier ministre israélien se serait soumis, dès vendredi, aux injonctions américaines exigeant le gel de toute construction à Jérusalem-Est.

Lors d’un entretien avec Hillary Clinton, Benyamin Netanyahou se serait engagé à ne permettre aucune construction, ni à Jérusalem-Est, ni en Judée-Samarie pendant toute la durée des négociations avec les Palestiniens.


Le chef du gouvernement israélien a tenté de calmer le jeu au début d'une réunion du cabinet dimanche: "A la lecture des journaux, je propose qu'on ne se laisse pas emporter et qu'on se calme. Nous savons traiter ce genre de situations avec sang-froid".
"Il s'agit d'un incident regrettable", a ajouté Netanyahu, qui s'exprimait pour la première fois en public sur le sujet. Il n'a toutefois pas envisagé d'annuler le projet de construction.

Évoquant le "timing de l'annonce", durant la visite du vice-président américain Joe Biden, Netanyahu a poursuivi "Cela a été dommageable et n'aurait assurément pas dû se produire";
il a chargé une commission d'enquête pour "établir le déroulement des événements" qui ont conduit à cette annonce et "éviter que des incidents de ce genre ne se reproduisent".

Tensions israéloaméricaines: ce qu'en dit la presse israélienne

La presse israélienne s'est alarmée dimanche 14 mars de la crise ouverte avec Washington après l'annonce de la construction de nouveaux logements à Jérusalem-est...

"La crise longtemps attendue entre Israël et les Etats-Unis depuis que Benjamin Netanyahou a pris ses fonctions de Premier ministre a finalement éclaté", écrit le quotidien Haaretz (gauche). Selon le journal, "l'heure de vérité a sonné pour Netanyahou qui va devoir choisir entre, d'une part ses convictions idéologiques ainsi que son alliance avec la droite, et de l'autre la nécessité de garder le soutien des Etats-Unis".

L'ensemble des médias considère que le soutien de Washington est indispensable étant donné qu'Israël compte sur l'aide des Etats-Unis pour stopper le programme nucléaire iranien.

"La crise entre l'administration Obama et le gouvernement israélien est la plus grave depuis dix ans", estime le quotidien populaire Maariv, sous une caricature de Netanyahou, brûlant à petit feu dans une marmite assaisonnée par le président américain Barack Obama.

Selon Maariv, la réaction de Benjamin Netanyahou aux critiques américaines, "témoigne de sa panique", alors qu'il a convoqué samedi soir d'urgence sept ministres les plus proches pour décider de la création d'une commission administrative chargée d'éviter la répétition d'un tel incident diplomatique.

Pour le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot, c'est à un véritable "ultimatum" américain, portant sur un gel de la colonisation, auquel Israël est confronté après avoir "craché à la face" de son principal allié.

Le quotidien gratuit Israël Hayom, proche du Premier ministre, assure toutefois à ses lecteurs "qu'Israël a tiré les conclusions" de cette affaire jugeant la "réaction américaine exagérée", vu les regrets dont a fait part Israël.

Visite historique du Président Lula en Israël, premier incident diplomatique

Un incident diplomatique s'est produit dès dimanche soir, première journée de son étape israélienne, le président brésilien refusant de déposer une gerbe sur la tombe de Théodore Herzl, à Jérusalem, alors qu’il a l’intention de fleurir la tombe de Yasser Arafat à Ramallah...

" Lula "est arrivé un peu plus tôt à Jérusalem, première étape d'un périple de quatre jours au Proche-Orient; il s'agit de la première visite d'un chef d'Etat brésilien en Israël.

Le Président brésilien est accompagné d'une imposante délégation de chefs d'entreprises brésiliennes; il rencontrera dès lundi avec le président israélien, Shimon Peres.

Il devrait également rencontre Mahmoud Abbas mardi à Ramallah, avec de gager la Jordanie mercredi.

Au cours de son séjour, Lula s'efforcera de favoriser les négociations de paix israélo-palestiniennes et prônera le dialogue avec l'Iran, un sujet de désaccord majeur avec Israël; le Président brésilien a affirmé la semaine dernière à Hillary Clinton, qu'il s'opposerait à de nouvelles sanctions contre Téhéran, ajoutant qu'il ne fallait pas "mettre l'Iran le dos au mur"..

Dans une interview à plusieurs médias, dont le quotidien israélien Haaretz publiée vendredi, Lula a enfoncé le clou. "On doit éviter de faire en Iran ce qu'on a fait en Irak. Et avant toute sanction, on doit tout faire pour favoriser la paix au Proche-Orient. D'où ma visite en Israël, en Palestine et en Jordanie et la raison de ma visite en Iran au mois de mai", a-t-il plaidé.

En novembre dernier, Lula avait déjà accueilli successivement à Brasilia les présidents israélien Peres, palestinien Mahmoud Abbas et iranien Mahmoud Ahmadinejad.

Le Brésil a par ailleurs condamné l'annonce par les autorités israéliennes de la construction de 1.600 logements à Ramat Shlomo.


SECURITE

Israël approuve la construction d'une barrière de sécurité avec l'Egypte

Le gouvernement israélien a approuvé dimanche la construction d'une barrière de sécurité le long de la frontière avec l'Égypte pour empêcher l'infiltration d'immigrants illégaux...

La frontière avec l'Egypte n'est actuellement délimitée que par une clôture rudimentaire et poreuse.

Selon le projet envisagé, la barrière se composera d'un segment de plusieurs dizaines de kilomètres près de la station balnéaire d'Eilat, sur le littoral de la mer Rouge, dans le sud, et d'un autre segment de plusieurs dizaines de kilomètres près de la localité de Nitzana, plus au nord.

De nombreux migrants africains entrent illégalement par cette frontière, notamment des réfugiés cherchant l'asile politique, ainsi que des trafiquants de drogue ou d'armes, et Israël a demandé à l'Egypte d'enrayer ce flux.

Dans un communiqué, le cabinet a indiqué que le coût de la construction de cette barrière longue de 250 km dans une région désertique serait de 1,35 milliards de shekels, soit environ 365 millions de dollars.

Le président du Conseil local de Ramat Néguev, Shmouel Rifman a déclaré que le projet de construction d’une clôture le long de la frontière avec l’Egypte allait permettre de sauver des vies et se révèle être indispensable pour protéger la souveraineté de l’Etat d’Israël.


JERUSALEM

Au coeur de la vieille ville, la "Hourva" renaît

Construite en 1694, par les disciples de "Yehuda le Hassid", venu de Pologne, la synagogue de la "Hourva" (ruine) située en plein cœur du quartier juif de la vieille ville de Jérusalem, a été détruite une première...

fois en 1721, reconstruite en 1864 par les disciples du Gaon de Vilna (avec le soutien financier des familles Rothschild et Montefiore), puis détruite une seconde fois en 1948 par les jordaniens qui la dynamitèrent. De 1864 jusqu'à sa destruction en 1948, elle fut le centre de la vie juive à Jérusalem et le siège du Bet Din.

Depuis 1948, il ne subsistait de ce qui fût la plus grande synagogue d'Israël, qu'un magnifique arc de pierre.

Après plusieurs années de travaux d'envergure, plusieurs Sifrei torah ont été à nouveau déposés dans la synagogue, qui sera inaugurée ce lundi.
La reconstruction de la synagogue a coûté 15 millions d'euros, dont une partie provient de donateurs étrangers. Le bâtiment est la réplique exacte de l'ancienne synagogue.

Le président de la Knesset, Reuven Rivlin, plusieurs ministres et les grands rabbins d'Israël assisteront à la cérémonie.


HAMAS

Arrestation d'un responsable de l'aile militaire de Ramallah

L'armée israélienne a arrêté, dimanche, Maher Oddeh, un terroriste recherché pour des attentats ayant fait plus de 70 morts israéliens, a été arrêté près de Ramallah...

Le Hamas, au pouvoir à Gaza, a accusé l'Autorité palestinienne d'avoir collaboré avec Israël pour permettre l'arrestation : « son arrestation est le fruit d'une coordination dangereuse en matière de sécurité entre l'Autorité palestinienne et les occupants "a déclaré le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum.
Maher oddeh était recherche par Israël et l'Autorité palestinienne.
Israël le présente comme l'un des fondateurs du Mouvement de la résistance islamique à Ramallah .


EGYPTE

Egypte : annulation de la cérémonie de réouverture de la synagogue Maïmonide au Caire

Israël Infos s'est fait l'écho de l'inauguration, après sa restauration, de la vieille synagogue Maïmonide du Caire, le 7 mars dernier, en présence de l'ambassadeur d'Israël en Égypte et de nombreuses personnalités exclusivement juives, notamment américaines...

Changement d'attitude aujourd'hui, les autorités égyptiennes annulant la cérémonie officielle prévue dimanche pour la réouverture de la synagogue, invoquant les "agressions" israéliennes à Jérusalem-est et le comportement "provocant" des participants lors d'une précédente cérémonie.

La cérémonie devait, cette fois réunir des responsables égyptiens pour célébrer la réouverture d'un édifice appartenant au patrimoine historique du pays.

Selon le chef des Conseil suprême des antiquités égyptiennes, Zahi Hawass, la première inauguration a mis en avant des "pratiques considérées comme une provocation à l'égard des sentiments de centaines de millions de musulmans en Egypte et dans le monde".
Il reproche aux participants d'avoir "dansé et consommé des boissons alcoolisées dans la synagogue comme l'ont mentionné plusieurs journaux et médias", alors que "les lieux saints musulmans en Palestine occupée font l'objet d'agressions de la part des forces d'occupation israélienne et des colons juifs".

L'Egypte annonçait il y a quelques années, un vaste plan de rénovation des sites juifs.
Les autorités égyptiennes sont généralement discrètes sur ce programme de rénovations, par crainte de réactions négatives dans les milieux islamistes ou laïques opposés à une normalisation avec Israël.

Forte de près de 80.000 personnes dans les années 1940, la très ancienne communauté juive d'Égypte a massivement quitté le pays dans les décennies suivantes au plus fort des tensions israélo-arabes. Elle se trouve aujourd'hui réduite à quelques dizaines de membres.


IRAN

Réconciliation Hamas, Fatah : l'Iran propose ses bons offices

Le président palestinien Mahmoud Abbas avait accusé vendredi l'Iran d'être derrière l'échec de la réconciliation des principaux mouvements palestiniens, le Fatah, de M. Abbas, et le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza...

"L'Iran ne veut pas que le Hamas signe le document de réconciliation du Caire", avait déploré M. Abbas. Cet accord, négocié pendant plusieurs mois sous les auspices de l'Égypte, a été signé par le Fatah, mais son rival le Hamas a refusé jusqu'ici de l'endosser.

Téhéran se déclare disposer désormais à aider à la réconciliation palestinienne, a déclaré un responsable iranien : "la République islamique d'Iran est prête à aider pour une entente entre le Fatah et le Hamas", a déclaré un responsable politique du ministère des Affaires étrangères iranien.
"La position de principe de la République islamique est de soutenir l'unité des groupes palestiniens".


FRANCE

Mosquée de Drancy : les pro palestiniens harcèlent Hassan Chalghoumi

La mosquée de Drancy, en proie à de vives tensions depuis six semaines, a rouvert vendredi dernie,i dans une ambiance agitée pour la grande prière, après trois jours de fermeture...

L’association al-Nour , qui gère le lieu de culte, avait décidé mardi de fermer la mosquée, estimant ne pas être en mesure d’assurer la sécurité des fidèles.
Avant la prière, des bousculades se sont produites entre les deux camps qui s’affrontent pour le contrôle de la mosquée: l’association culturelle des musulmans de Drancy dirigée par Hassan Chalghoumi, et le collectif pro-palestinien Cheikh Yacine.

“Ça fait six ou sept semaines qu’on subit des pressions vraiment énormes, on a perdu notre sérénité, on veut la paix, on veut le calme” a déclaré Hassan Chalghoumi vendredi aux nombreux journalistes venus à sa rencontre.

La veille, plusieurs dizaines de ses fidèles s’étaient rassemblés devant la préfecture, à Bobigny, pour réclamer de bonnes conditions de sécurité.

Ils ont reçu le soutien du député socialiste et président du Conseil général, Claude Bartolone, et du maire Nouveau Centre de Drancy, Jean-Christophe Lagarde.

Les pros palestiniens du collectif "Cheikh Yacine" ont été refoulés; “ces gens-là ne sont pas les bienvenus chez nous”, a lancé Hassan Chalghoumi à l’adresse de la trentaine de militants pro-palestiniens rassemblés devant la mosquée, qui se sont installés sur un parking pour prier.

Le collectif a accusé une nouvelle fois M. Chalghoumi d’être “un agent des sionistes”, rejetant une nouvelle fois “l’islam de France”, “l’islam dénaturé”.

Un porte-parole de la Grande mosquée de Paris a souhaité que le calme revienne à Drancy et déploré que le collectif Cheikh Yacine “s’érige en police religieuse”.

Hassan Chalghoumi entretient des rapports privilégiés avec la communauté juive et a pris position pour une loi contre le voile intégral.

L'épicéa du cimetière juif de Marmoutier garde un pied dans la tombe

120 ans, 35 mètres de haut... Le grand épicéa du cimetière juif de Marmoutier a vécu ses derniers instants la semaine dernière...

Pour des raisons de sécurité, l'épicéa centenaire, malade depuis quelques semaines, a été débité, mètre par mètre, la semaine dernière.

"Quand nous avons taillé la cime, elle est tombée et s'est plantée dans le sol, dans le bons sens, on aurait dit qu'un petit sapin poussait là, rapporte une des élagueurs. Comme si l'arbre ne voulait pas quitter le cimetière."
L'épicéa restera tout de même ancré au sein des pierres tombales puisque sa souche n'a pas été déracinée, ses racines étant prises notamment dans la tombe d'un ancien instituteur.

La présence juive à Marmoutier remonte à plusieurs siècles (on en trouve des traces écrites en 1338), la communauté vivant librement et totalement intégrée dans ce village chrétien.
La communauté juive y a constitué jusqu'à 20% de la population. Marmoutier a été un des 18 rabbinats concordataires du Bas – Rhin et a même accueilli une école juive au 19è siècle (DNA).

Depuis 1965, la communauté est considérée comme éteinte.

Décès de Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat

Né un 23 décembre à Vaucresson, Jean Tenenbaum, dit Jean Ferrat est décédé le samedi 13 mars à l'âge de 79 ans à l'hôpital d'Aubenas...

Fils d'un père juif immigré de Russie, arrêté et déporté à Auschwitz, Jean, orphelin, est recueilli à l'âge de 11 ans par une famille de militants communistes qu'il n'oubliera jamais.

S'il a chanté l"humilité, l'amour et Aragon, Jean Ferrat a aussi crié sa révolte dans des textes engagés, comme "Camarades" ou "Nuit et brouillard", chanson dans laquelle il évoque la Shoah, interdite à la radio lors de sa sortie.

Le Parti Communiste Français critique le projet de Bertrand Delanoë d'inaugurer une "Promenade David Ben Gourion"

Le PCF a exprimé sa "consternation" en apprenant qu'"une promenade Ben Gourion" devrait être inaugurée le 13 avril prochain par le maire de Paris en présence du président israélien Shimon Pérès sur les quais de Seine "...

"Cet acte vise à honorer la mémoire du fondateur de l'Etat d'Israël, disparu en 1973, et ne marque aucunement une adhésion à la politique actuelle du gouvernement israélien" a déclaré la mairie dans un communiqué,
aoutant que "Le maire de Paris a toujours affirmé son attachement à la fois aux peuples d'Israël et de Palestine, soutenant systématiquement toutes les initiatives dédiées au dialogue et à la paix".

Le Maire de Paris rappelle que "le 16 juillet 2008, le groupe communiste au Conseil de Paris à approuvé par son vote l'attribution du nom de Ben Gourion à un site de notre capitale".


EUROPE

L'Europe prête à adopter des sanctions unilatérales contre l'Iran

L'Union européenne semble désormais prête, à défaut de parvenir à un accord à l'ONU, à imposer de manière unilatérale, des sanctions renforcées contre l'Iran sur son programme nucléaire, selon...

Bernard Kouchner. Interrogé par des journalistes sur l'existence d'un tel consensus entre pays de l'Union Européenne pour des sanctions unilatérales le cas échéant, le chef de la diplomatie française a affirmé : "globalement, oui".

"Mais nous devons discuter de quel type de sanctions", a ajouté le ministre;"le consensus général est aussi de ne pas cibler la population, mais de cibler l'économie, les banques, les compagnies d'assurance, les visas de certaines personnes particulières", a souligné M. Kouchner.

Il a en revanche écarté l'hypothèse, évoquée par certains stratèges, d'un blocage des exportations iraniennes par le détroit d'Ormuz.

"D'abord nous devons consacrer notre énergie et notre temps à obtenir une résolution au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, et nous y travaillons", a insisté M. Kouchner.

Catherine Ashton : pressions appuyées sur Israël

L'Union européenne a demandé samedi à Israël de cesser de contrarier les efforts de reprise des négociations de paix avec les Palestiniens, à la veille de la première visite dans la région de sa chef de la diplomatie, la Britannique Catherine Ashton...

Après les USA qui ont condamné en des termes inhabituellement durs les nouveaux projets de construction de logements à Jérusalem-est, Mme Ashton s'est dite "très préoccupée" par cette initiative intervenue au moment même où le vice-président américain, Joe Biden, se trouvait en Israël, regrettant que cette annonce intervienne au moment où les pourparlers indirects allaient commencer entre Israéliens et Palestiniens.

Mme Ashton a appelé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à "faire preuve de leadership" en faisant progresser les efforts de paix, pour pouvoir régler notamment la question de la colonisation juive.

"Nous avons besoin d'un accord négocié de paix, il doit arriver rapidement, maintenant", a-t-elle ajouté.
La présidence espagnole de l'Union Européenne s'est, de son côté, inquiétée d'un échec définitif des chances de paix si rien ne bouge.
"Jusqu'à présent, il n'est pas trop tard, mais si nous attendons encore plus de deux ans il sera trop tard car il n'y aura plus d'objet à négocier, plus de territoire", du fait de la progression des colonies juives à Jérusalem et en Cisjordanie, a mis en garde le ministre espagnol des Affaires étrangères, Miguel Angel Moratinos.

Mme Ashton doit se rendre à partir de dimanche et jusqu'au 18 mars en Egypte, en Syrie, au Liban, en Jordanie, en Israël, où elle est attendue le 17 mars, et dans les Territoires palestiniens.

Catherine Ashton doit également se rendre à Gaza, où Israël lui a promis un accès, afin de se faire une idée de l'utilisation de l'aide humanitaire européenne et de la situation de la population.

Mme Ashton a prévenu qu'elle n'avait pas l'intention de rencontrer des responsables du Hamas, un mouvement considéré comme terroriste par l'Europe et les Etats-Unis.


MONDE JUIF

Norvège : une dirigeante de la communauté juive d'Oslo critique violemment Israël


La responsable de la communauté juive d'Oslo, Anne Sander, s'est livrée à une critique virulente...

du judaïsme orthodoxe, du mouvement Habad ainsi que de la conduite de la politique étrangère israélienne par Avigdor Lieberman, dans une interview à un quotidien norvégien.
Le rabbin Wilhelm, dirigeant du Beit Habad d'Oslo, à estimé que ces déclaration mettent en danger la communauté juive de la ville dans son ensemble. La quasi-totalité des 1100 juifs norvégiens vient à Oslo.


ANTISEMITISME

Des slogans anti-juifs sur un mémorial aux victimes des nazis en Pologne

La profanation a eu lieu à la veille d'une marche à la mémoire des victimes de la liquidation par les nazis du ghetto juif de Cracovie...

Des croix gammées et des inscriptions antisémites ont été tracés à la peinture sur le mémorial érigé à la mémoire des victimes du camp de concentration de Cracovie-Plaszow (qui est devenu aujourd'hui un quartier de la ville de Cracovie.

Les nazis y déportèrent 9000 juifs du ghetto de Cracovie quand celui-ci fut liquidé en mars 1943 (2000 juifs ont été exécutés dans les rues du ghetto ou déportées à Auschwitz).

Selon les historiens, plus de 50 000 personnes pourraient avoir été exterminées dans ce camp, mais les corps n'ont jamais été retrouvés.

C'est en visitant le camp de Plaszow que Steven Spielberg conçut l'idée du film "La liste de Schindler".


POLITIQUE

Kadima peut être au gouvernement...

Plusieurs responsables importants de Kadima ont déclaré qu'ils envisageaient de rejoindre le gouvernement si le Premier ministre israélien en écartait le parti Shas, ou Israël Beitenou d'Avigdor Liberman, rapporte Ynet, le site internet du quotidien Yedihot Aharonot...

Alors que Kadima avait refusé d'entrer dans un gouvernement d'union nationale au lendemain des élections, l'hypothèse pourrait devenir plausible. Des proches de a direction du parti estiment que ce revirement est justifié en raison des "dangers que ferait courir au pays la politique inconsidérée du gouvernement".

L'entourage de Tsipi Livni considère qu'aujourd'hui le gouvernement de Benjamin Netanyahou n'a pas de chances de survie politique sans l'appoint de Kadima et que "seule une intervention de Livni au sein du gouvernement pourrait sauver l’image d’Israël", allusion à la crise ouverte entre Israël, les Etats Unis et l'Europe depuis l'annonce de la construction de 1600 nouveaux logements.

Pour la même raison, la convention du Likoud prévue ce jeudi à été reportée à une date ultérieure.


SOCIETE

Jérusalem: manifestation contre la séparation des sexes dans les autobus

Plus d'un millier d'israéliens, hommes et femmes, ont manifesté samedi soir à Jérusalem contre la séparation des sexes sur certaine lignes d'autobus desservant certains quartiers orthodoxes...

Les manifestants rassemblés devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu, affirmaient sur des pancartes qu' "Israël n'est pas Téhéran".

La dirigeante de Kadima, Tzipi Livni, a adressé un message de soutien à la manifestation, proclamant "ceux qui relèguent des femmes à l'arrière des bus, les relèguent à l'arrière-ban de la société".

Le rassemblement était organisé par un forum d'organisations féministes pour lesquelles cette séparation, censée être volontaire, en oeuvre sur une soixantaine de lignes est "discriminatoire envers les femmes".

Un plan pour éviter la "fuite des cerveaux"

Comment retenir les « cerveaux » en Israël ?
Avec la question du vote des israéliens établis à l'étranger, est revenue à la lumière la "fuite des cerveaux " israéliens, enseignants de haut niveau, chercheurs, intellectuels, qui s'exilent ...

pour faire évoluer leur carrière et leur vie professionnelle.
Le gouvernement se préoccupe du problème et tente de créer des conditions pour le retour de ces savants.

Un nouveau programme universitaire étalé sur cinq ans, d'un coût global de près de 100 millions d'euros est en voie de mise en œuvre.
Il s’agit de proposer de nouvelles conditions de travail plus valorisantes et adaptées à leur niveau, et des plans de carrière à moyen et long terme.

Dès la rentrée prochaine, un centre universitaire polyvalent de très haut niveau devrait voir le jour et Israël compte ouvrir également plusieurs "grandes écoles" permettant l'obtention de diplôme universitaires de très haut niveau, avec des accès plus rapides aux voies doctorales.


TOURISME

L'association des hôteliers israéliens conteste l'optimisme du ministère du tourisme

Le ministère du Tourisme israélien a récemment publié des chiffres optimistes concernant le bilan du mois de février (222 000 visiteurs, en hausse de 46% par rapport au même mois en 2009, et 12% de mieux qu'en 2008)...

L'association des hôteliers israéliens conteste l'analyse des chiffres faite par le ministère et en fait une interprétation inverse, évoquant le tourisme "d'un jour" qui aurait concerné 44 000 personnes en 2010 (trois fois plus qu'en 2009).

Ces visiteurs d’un seul jour sont des touristes, européens et russes, chrétiens, en provenance d’Egypte (Taba et Sharm el-Sheikh), mais aussi de Turquie, de Chypre.
Leur visite du pays serait rapide et centrée sur les lieux saints, sans que le secteur de l'hôtellerie ou du tourisme en général (guides, restaurants, sites, …) n'en profite réellement.

Pour le président de l’Association israélienne des hôteliers, Eli Gonen, cette formule fausse les données, donnant une image tronquée de la réalité touristique du pays. " Alors que le nombre des touristes étrangers indique une augmentation, explique-t-il, nous constatons, nous, une baisse constante du nombre de nuitées.

Pour développer une politique de croissance, il faut arrêter de se leurrer, et ne plus prendre en compte ce type de tourisme. "(Données Israel Valley)

Fermer la fenêtre