Numéro 930 - 12.02.2010 - 28 Shevat 5770       Imprimer

A LA UNE

El Al offre des billets d'avion : une sale blague belge

La scène se déroule au Salon des vacances à Bruxelles.
Dimanche derniers, un groupe de 8 hôtesses et stewards, en uniforme de la compagnie aérienne El Al, distribuent des billets d'avion gratuits pour Israël...

Les billets se présentaient sous forme de cartes d’embarquement (boarding card) sur lesquels était inscrit le texte suivant :

"Notre société est fière de contribuer de cette façon à l’occupation effective et professionnelle de la Palestine. En donnant suite à cette promotion exceptionnelle, vous soutenez El Al.

Depuis 60 ans, la compagnie israélienne El Al est un partenaire attitré du gouvernement israélien et prend en charge la livraison d’armes à l’armée israélienne. Depuis peu, la Belgique soutient ce trafic d’arme, l’aéroport de Liège mettant généreusement son infrastructure à disposition pour l’acheminement des armes américaines vers Israël".

L'action a été menée par le groupe "l’asbl Vredesactie", une organisation pacifiste.
Ses membres présents sur place n'ont certainement pas eu le temps de se rendre jusqu'au stand iranien; ils ont été arrêtés par des agents de la sécurité israélienne qui les a remis à la police belge.

El Al et l'ambassade d'Israël en Belgique ont déposé plainte, et le groupe devrait être présenté à un juge d'instruction dès le début de la semaine prochaine.


LIBRE OPINION

Luc Rosenzweig : les juifs de France et la gauche, que reste-t-il de nos amours...

Luc Rosenzweig est écrivain; il a été rédacteur en chef du Monde et de Libération.

(D'après Causeur.fr)
Ces dernières semaines, les gazettes se sont intéressées au renouvellement du comité directeur du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF).
Le Journal du Dimanche, suivi par Le Monde ont pointé du doigt une “droitisation” de la communauté juive organisée. Celle-ci se traduirait par la brillante élection de l’avocat Gilles-William Goldnadel, et la réélection plutôt poussive des membres de ce comité marqués à gauche, comme l’ancien président de l’UEJF Patrick Klugman, aujourd’hui conseiller de Paris (PS) ou Gérard Unger, un proche de Laurent Fabius.

Le propos de ces analyses est limpide : démontrer la tendance au “repli communautaire” des responsables associatifs juifs rassemblés au sein du CRIF. Dans la foulée, les mêmes commentateurs font le lien entre la cuisine interne de cette organisation, et l’exclusion des représentants du PC et des Verts du fameux repas annuel du CRIF, où les personnalités politiques de premier plan, de droite comme de gauche, ont coutume de participer, en dépit de la médiocre qualité de la nourriture (1).

Outre que l’on n’avait pas, sous la plume de ces mêmes analystes ou de leurs prédécesseurs, pu lire naguère d’éloges dithyrambiques du CRIF lorsqu’il était dirigé par des personnalités plutôt marquées à gauche, comme Théo Klein ou Henri Hajdenberg, on pourra objecter qu’à leurs yeux, le soutien à Israël constitue un incontestable marqueur de droite. Et inversement, la critique systématique, voire obsessionnelle, de la politique israélienne vaudrait certificat d’appartenance à la gauche.
Ainsi, hormis son activité d’avocat poursuivant ceux qu’il considère comme des antisémites (Dieudonné) ou des détracteurs d’Israël ayant à ses yeux franchi la ligne rouge - Edgar Morin et consorts – (2), il ne me semble pas avoir entendu Gilles-William Goldnadel participer de manière active au débat politique franco-français.
Pas plus que le président du CRIF Richard Prasquier, d’ailleurs, à moins que l’on ne considère qu’habiter Neuilly-sur-Seine vaut une inscription d’office à l’UMP…

Quant à la non-invitation à dîner de Marie-Georges Buffet, Cécile Duflot ou Olivier Besancenot, on peut comprendre, sinon excuser qu’une organisation se refuse à servir d’amphitryon à des gens qui ne cessent de lui cracher dessus. J’exagère ?

A-t-on entendu Cécile Duflot désavouer la sénatrice verte Alima Boumedienne-Thiéry qui s’est affichée récemment en Sorbonne avec les représentants du Hamas et du Hezbollah ?
Faut-il faire le baisemain à une secrétaire générale du PCF qui soutient le boycott des produits israéliens ?

Si c’est se “droitiser” que de considérer que ces formations politiques ne méritent pas plus que le Front national de se prévaloir d’une amitié avec la communauté juive de France, alors va pour la droitisation. Par ailleurs, l’injonction faite aux représentants de la communauté organisée de prendre leurs distances avec les gouvernements israéliens qui se sont succédé ces dernières années n’a aucune raison d’être : cette critique est menée par les Israéliens eux-mêmes dans le cadre du débat démocratique interne à cette nation.

Si Israël était un pays totalitaire à la manière de l’URSS d’hier, on pourrait à bon droit reprocher à ses soutiens français de cautionner par leur silence des pratiques inacceptables.
Et comme l’a dit Hillel : ” Si je ne suis pas pour moi, qui le sera ?”.

Cela dit, la désaffection des juifs d’aujourd’hui pour la gauche est un phénomène que la «sociologie spontanée” pratiquée au café du commerce casher ne manque pas de souligner, soit pour le déplorer, soit, au contraire pour s’en réjouir.

Où sont passés les gros bataillons de juifs communistes lecteurs, jadis de la Naïe Presse en yiddish ? Que sont devenus les ” bundistes” de la rue René Boulanger et du cercle Gaston Crémieux ?
Bien sûr, le Cercle Bernard Lazare et l’Hachomer Hatzaïr existent toujours comme lieu de rassemblement de la gauche sioniste française, mais ce n’est pas leur faire injure que de constater leur perte d’influence au sein de la communauté.

Si l’on essaie d’aller un peu au-delà de cette sociologie spontanée, et qu’on a la curiosité de consulter les études de sociologie consacrées à ce sujet, on découvre que le comportement politique des juifs de France est banalement déterminé en première instance par le statut social. En gros, les riches votent à droite et les pauvres à gauche.

En dépit du tabou français sur les statistiques ethniques, deux éminentes sociologues, Dominique Schnapper et Hélène Strudel l’on démontré de manière brillante dans un article paru en 1983.
Lorsque dans la première moitié du 20ème siècle, les juifs d’Europe orientale fuyant la misère et la persécution trouvent refuge en France, ils ne vont pas s’installer directement dans le XVIème arrondissement.

Ce petit peuple d’ouvriers et d’artisans se retrouve mêlé au Paris populaire, celui qui vote “rouge” et vomit le bourgeois. Pourquoi aurait-il adopté un comportement électoral différent de celui de ses voisins de palier, d’autant plus que l’antisémitisme était alors massivement présent dans le “peuple de droite” ?

Quant aux “israélites français”, hormis une partie des intellectuels juifs dont Lucien Herr et Léon Blum sont les exemples les plus emblématiques, ils se comportent comme leurs équivalents de la bourgeoisie goy, à la différence près qu’ils manifestent un républicanisme intransigeant par fidélité à ceux à qui ils doivent leur émancipation.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Les enfants de prolétaires juifs polonais sont devenus professeurs, avocats, hommes d’affaires et la communauté juive de France a été profondément marquée par l’arrivée massive des juifs d’Afrique du Nord au début des années 60.
Ces derniers, traumatisés par leur arrachement forcé à la terre de leurs ancêtres, n’adhéraient pas spontanément à une gauche rendue responsable, avec de Gaulle, du “bradage” de l’Algérie française. Peu à peu, leur comportement électoral s’est normalisé et tend à rejoindre celui de l’ensemble de la population, à la notable exception du vote Front national, même si quelques juifs ont été mis en avant par Le Pen.

La sur représentation des juifs français dans les milieux intellectuels : université, presse, édition, traditionnellement orientés majoritairement vers la gauche a produit un effet acoustique pervers. Le bruit de leurs interventions publiques a donné l’impression que les juifs français échappaient au déterminisme de classe pour régler leur comportement politique sur des valeurs. Le couple Badinter en est l’illustration : l’avocat d’affaires, époux de l’héritière d’une des plus belles fortunes de France sont d’incontestés icônes de la “gauche morale”.Mais cela n’invalide pas les résultats obtenus par les tâcherons de la sociologie de terrain : le vote juif n’en est pas un, ou alors à la marge.

Un bobo juif est bobo avant d’être juif. À Paris, il votera Delanoë comme ses copains, ou peut-être même écolo en oubliant que l’arbre Cohn-Bendit, “modéré” sur la question du Proche-Orient cache une forêt d’antisionistes rabiques peints en vert.

Ceux qui soutiennent la thèse de la “droitisation” des juifs de France mettent en avant l’itinéraire de quelques personnalités hyper-médiatisées, comme Alain Minc, André Glucksmann, Bernard Kouchner ou Alain Finkielkraut pour transposer en France le modèle américains des “néo-cons” juifs venus de la gauche et parfois de l’extrême gauche pour se faire les idéologues de George W. Bush.

C’est le procès qui fut fait, par exemple à la revue Le Meilleur des mondes aujourd’hui en sommeil, par la gauche bien-pensante, celle du Nouvel Obs notamment.
Si cette estimable revue, à laquelle je m’honore d’avoir contribué, souffre aujourd’hui de langueur, c’est justement parce qu’elle n’a pas voulu rompre totalement les ponts avec une gauche qui joue encore le rôle de surmoi pour certains de ses animateurs, notamment les plus jeunes, qui ne sont pas passés par la case antitotalitaire.

Le ralliement de quelques personnalités pipolisées à Nicolas Sarkozy ne marque pas la montée en puissance d’un courant “bushiste” français, pour l’unique et simple raison lapallissienne que la France n’est pas les Etats-Unis. Sa responsabilité réduite dans la conduite des affaires du monde ne favorise pas l’émergence d’idéologies politiques à vocation universelle, si l’on excepte la persistance d’un droit- de-l’hommisme bien fatigué.

D’autre part, on constate une radicalisation gauchiste des juifs dits ”antisionistes” qui se retrouvent à Europalestine ou l’UJFP, ceux que Shmuel Trigano nomme les “alterjuifs”. Entre eux et la masse du peuple juif de France, viscéralement attachée à Israël, mais ne se déterminant pas politiquement sur ce seul critère, il n’y a rien.
Le vacarme qu’ils produisent est inversement proportionnel à leur influence, mais ils sont les chouchous des médias qui veulent entendre dire par un juif ce qu’ils n’osent pas affirmer directement.

Ah, j’allais oublier. Il existe bien un vote juif français, mais en Israël, où ils sont près de 150 000 binationaux à faire la queue devant les consulats lors de chaque présidentielle.
En 1981, ils ont voté à 75% pour François Mitterrand contre Giscard d’Estaing.
En 2007, ils furent plus de 80% à préférer Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal.
On n’a pas besoin d’aller chercher bien loin les motivations de ce vote, mais il serait pour le moins abusif d’en tirer argument pour enfoncer le clou de la “droitisation” des juifs de France.

(1)Cette remarque gastronomique se fonde sur mon expérience des années 90, où je participais régulièrement à ces agapes. Les choses se sont peut-être améliorées depuis.

(2)On peut, comme moi, ne pas être totalement d’accord avec cette judiciarisation de la lutte contre l’antisémitisme et la diffamation d’Israël, mais cela est un autre débat.


IRAN

Provocations et répression

Une foule immense est rassemblée sur la grande place Azadi et dans les avenues environnantes du sud-ouest de Téhéran, pour les célébrations du 31e anniversaire de la révolution islamique, agitant des drapeaux iraniens vert, blanc et rouge, et des pancartes proclamant "Mort à Israël" et "Mort à l'Amérique"...

Ahmadinedjad a annoncé que son pays est devenu "une nation nucléaire", capable de produire de l'uranium hautement enrichi.

Il a affirmé que l'Iran était capable d'enrichir de l'uranium "à plus de 80% et jusqu'à 100%" mais qu'"il ne le fera pas car il n'en a pas besoin" , poursuivant que L'Iran triplerait prochainement sa production d'uranium enrichi

Fanatisés, les manifestants affirment leur "soumission" au guide de la République islamique Ali Khamenei, qui annonce que des "millions" d'iraniens étaient venus à Téhéran et dans d'autres villes d'Iran "manifester l'unité de la nation".

En dépit des menaces et de la répression, les opposants ont défié le pouvoir en manifestant, se dispersant avant d'être chargés par les "pasdarans", pour se regrouper à nouveau.
Les rassemblements ont donné lieu dans la capitale à plusieurs affrontements apparemment isolés mais parfois violents, entre les forces de l'ordre massivement déployées et des partisans de l'opposition qui tentaient de manifester.

Les forces de l'ordre ont procédé à des dizaines d'arrestations, selon des témoins, et se sont attaquées aux leaders de l'opposition.
Mohammad Khatami et Mehdi Karoubi, ont été agressés, sans être blessés, par des hommes en civil dans leur voiture alors qu'ils se rendaient aux rassemblements officiels, l'ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi, a été empêché de se rendre au rassemblement officiel par les forces de l'ordre.
Sa femme a été agressée et "battue", selon son site internet.


SYRIE

Ahmadinejad demande à Assad d' "achever" Israël

Ahmadinejad a déclaré, au cours d'un entretien téléphonique avec son homologue syrien, Bachar el Assad, qu'il faudrait ...

résister à Israël et "l'achever" si ce dernier lançait une attaque militaire contre le Liban ou la Syrie.
"Nous avons des informations fiables (...) selon lesquelles le régime sioniste cherche un moyen de faire oublier ses défaites ridicules face au peuple de Gaza et au Hezbollah libanais", a déclaré le dictateur iranien lors d'une conversation téléphonique mercredi soir, selon la chaîne.

"Si le régime sioniste devait répéter ses erreurs et déclencher une opération militaire, il faudrait alors lui résister de toutes les forces pour l'achever une fois pour toutes", a ajouté le chef de l'État iranien.


FRANCE

Boycott de produits israéliens : incitation à la haine raciale

Boycott de produits israéliens = mille euros d'amende pour incitation à la haine raciale...

Sakina Arnaud, 54 ans, militante de la "Ligue des droits de l'homme", a été condamnée par le tribunal correctionnel pour incitation à la haine raciale.
Elle devra verser 1 000 € d'amende et des dédommagements symboliques de 1 € à la chambre de commerce France-Israël et à Avocats sans frontières.

En mai dernier, elle avait été arrêtée dans une grande surface de Mérignac, alors qu'elle posait un autocollant "boycott apartheid Israël" sur des jus de fruits provenant d'Israël..

L'autocollant représentait un mur avec mirador stylisé sous la forme d'un code-barres, éclaboussé d'une tache rouge; un message destiné à provoquer "frayeur et culpabilité chez les consommateurs", avait estimé le procureur. Pour seule défense, Sakina Arnaud a indiqué qu'elle appelait "au boycott contre un État colonial" niant toute volonté antisémite. Elle a déclaré vouloir faire de sa condamnation.

Les députés français approuvent l'utilisation des scanners corporels dans les aéroports

Les députés ont approuvé, jeudi après-midi, l'utilisation des scanners corporels à titre expérimental, pour une période de 3 ans, afin d'aider au renforcement de la sécurité dans les aéroports.

L'utilisation de ces scanners fera partie du dispositif de a loi sur la sécurité intérieure (Loppsi 2), actuellement en discussion dans l'Hémicycle.

Le dispositif reste facultatif et le passager pourra le refuser, mais il ne sera pas, dans ce cas, autorisé à embarquer.
L'analyse des images sera faite anonymement et aucun stockage d'image n'a été autorisé.
Un décret en Conseil d'Etat déterminera les aéroports et destinations pour lesquels le recours aux scanners sera autorisé.
La DGAC (Direction générale de l'aviation civile) a annoncé qu'un scanner corporel serait installé à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle dès la fin du mois de février.
Tous les vols à destination vers les USA seront soumis à ce dispositif.


CONTINENT AFRICAIN

Coopération sécuritaire israélo-kenyane

George Kinuthia Saitoti, ministre de l'intérieur Kenyan a rencontré jeudi son homologue israélien, Isaac Aharonovitch.
Les questions sécuritaires ont été au centre des échanges...

Côté israélien, on a évoqué la question de l'entrée des migrants illégaux, dont beaucoup viennent d'Afrique.
Aharonovitch a exposé le projet israélien de "barrière" qui longera la frontière sud du pays."Ce n’est peut-être pas la meilleure solution, mais nous devons faire quelque chose et le Kenya connaît le même problème avec l'immigration en provenance de Somalie".

Le ministre kenyan a,lui, fait part de ses craintes quand au développement des organisations extrémistes et du terrorisme sur le continent africain : « Le Jihad a pris le pouvoir en Somalie et menace maintenant le Kenya et toute l'Afrique. Israël a de l'expérience en manière de lutte contre le terrorisme. Aidez nous dans cette tâche et nous vous aiderons sur les questions d'immigration illégale en provenance d'Afrique" a proposé Saitoti.


ANTISEMITISME

Alain Soral, fasciste à visage découvert

Egalité et Réconciliation, le groupuscule politique d'Alain Soral, le co-fondateur de la liste antisioniste aux élections européennes, doit se transformer en parti politique à l’issue d’un congrès fin mars à Paris...

Pour "marquer le coup" et permettre de situer son parti sur l'échiquier politique, Soral va organiser une commémoration au cimetière de Montmartre, à la mémoire de François Duprat, mort le 18 mars 1978 dans l’explosion de sa voiture piégée.

Il marchera ainsi sur les traces de son ami, Jean-Marie Le Pen, qui, chaque année, rend le même hommage à son ancien numéro deux décédé.

Ce n’est pas la première fois qu’"Égalité et Réconciliation" se positionne dans le sillon de Duprat mais c'est désormais officialisé.

Pour mémoire, Duprat fut de tous les fascismes. Après avoir au sein du groupe Occident, puis cofondé Ordre Nouveau.
Ayant des liens solides avec le Fatah et le FPLP (front populaire de libération de la Palestine, il a influence la naissance d'un courant antisioniste d'extrême droite et crée, en 1978, le Rassemblement pour la libération de la Palestine.

Soral n'a rien inventé, il a juste "pompé".
L'histoire ne dit pas s'il a une voiture.


POLITIQUE

Kadima, la guerre des chefs

Le Likoud a fait preuve d'une grande habileté politique. Jouant des dissensions au sein de Kadima, et des tensions nées de la rivalité entre Tsipi Livni, leader de Kadima, et Shaoul Mofaz, son challenger, il a ...

créé les conditions possibles d'un éclatement possible du principal parti d'opposition.

Officiellement, le mécontentement de Mofaz est lié au refus de Tsipi Livni de fixer des dates pour les élections primaires internes au parti, officieusement, Mofaz exige des primaires à court terme, car il pense qu'elles lui permettront de ravir le leadership de Kadima.

Le Likoud a proposé à Shaoul Mofaz et à 14 autres députés de rejoindre le groupe parlementaire de Netanyahou, avec, en cadeau de bienvenue, une offre difficile à refuser: un poste pour chacun d'entre eux au gouvernement (ou des présidences de commissions parlementaires).

Netanyahou dément être personnellement impliqué dans la manœuvre politique, qui, si elle se précise, permettrait à Shaoul Mofaz, avec une majorité de députés, de conserver le nom du parti "Kadima" et donc les subventions publiques qui le financent.

Cette guerre au sommet risque cependant de coûter cher aux deux leaders qui auront besoin, pour remporter les primaires, de faire le plein de voix des militants, qui eux, commencent à se décourager.

Au-delà, ce sont deux conceptions du parti qui s'affrontent: celle de Tsipi Livni, campée sur ses principes et dans l'opposition, et le courant de Shaoul Mofaz qui lui reproche d'avoir fait dériver le parti
(à l'origine de centre droit lorsqu'il a été créé par Ariel Sharon) vers des positions trop à gauche.


CRIMINALITE

Portail d'Auschwitz : le principal suspect arrêté en Suède

Le néo nazi suédois, Anders Hijgstrijm, principal suspect dans l'affaire du vol du portail d'Auschwitz (le panneau d'entrée du camp portant l'inscription "Arbeit macht frei") ...

a été arrêté ce jeudi à Stockholm, après avoir été mis en examen en Pologne.
Avec un mandat d'arrêt international à son encontre, la police suédoise a procédé à son arrestation à son domicile.
Anders Hijgstrijm avait reconnu être l'auteur du vol dans une interview à la presse suédoise. La justice devra décider si elle l'extrade vers la Pologne ou le juge en Suède.

Le portail a été dérobé le 18 décembre dernier par un groupe de polonais, qui avait rapidement été arrêté; les auditions avaient permis de remonter jusqu'au commanditaire suédois.


INSOLITE

Israël, 8e pays au monde pour la falsification de médicaments

On connaissait les performances de l'industrie israélienne en matière de médicaments et produits pharmaceutiques....

Israël détient également une place de choix dans l'industrie du "faux médicament", puisque selon les chiffres du ministère de la Santé et de la police, Israël est le 8e pays au monde pour la falsification de médicaments, pour un chiffre d'affaires variant de 80 et 100 millions de shekels par an.
A tel point que le géant pharmaceutique Pfizer, qui fabrique le Viagra, vendra son médicament sur un site internet israélien.
Les patients devront envoyer leur ordonnance à la compagnie qui leur livrera les pilules à la maison.


NOUVELLES BREVES

Israël, 5 dépêches

Modification du tracé de la barrière de sécurité
Rencontre Barak-Ashkénazi
Avantages fiscaux pour le Golan : la Syrie est contre
Yaakov Perry : contre le vote des israéliens de l'étranger
Les chiffres de l'émigration

MODIFICATION DU TRACE DE LA BARRIERE DE SECURITE
Israël a commencé des travaux de modification du tracé controversé d'une partie de sa barrière de sécurité, près du village de Bilin en Cisjordanie, théâtre de manifestations pro palestiniennes fréquentes.
" Nous avons proposé un nouveau tracé de la barrière approuvé par la Cour suprême. Les travaux sont en cours " a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère de la Défense, Shlomo Dror.

Les autorités de ce village palestinien avaient saisi la Cour suprême d'Israël pour dénoncer le tracé de la barrière. Dans un arrêt émis en septembre 2007, la Cour suprême avait reconnu que l'ouvrage "porte fortement préjudice" aux villageois et demandé au gouvernement israélien de procéder à des rectifications.

RENCONTRE BARAK-ASHKENAZI
Ehoud Barak, ministre de la défense, a rencontré jeudi le chef d'état major de Tsahal, au sujet des tensions apparues concernant la prolongation des fonctions de Gaby Ashkenazi. "Ce sont deux personnalités qui sont conscientes de la charge qui pèse sur leurs épaules. Bien qu'il y aient des tensions entre eux, ils savent faire la part des choses" a déclaré un proche du ministre de la défense.

AVANTAGES FISCAUX POUR LE GOLAN : LA SYRIE EST CONTRE
La Knesset a voté des avantages fiscaux dernièrement en faveur des habitants des hauteurs du Golan; pour la Syrie, cela présage de l'intention d'Israël de ne jamais restituer le plateau du Golan; Assad considère par ailleurs ces avantages comme illégaux, violant le droit international et les résolutions de l'ONU.

YAAKOV PERRY :
CONTRE LE VOTE DES ISRAÉLIENS DE L'ÉTRANGER
L'ancien chef du Shin-Bet, Yaacov Perry, a déclaré sa totale opposition au projet de loi autorisant le vote des israéliens installés à l'étranger. " Les citoyens qui ont choisi de vivre à l'étranger ne peuvent pas participer à la définition des choix et de l'agenda de l'État d'Israël" a-t-il précisé.

LES CHIFFRES DE L'ÉMIGRATION
Selon les derniers chiffres, environ 750 000 Israéliens vivent à l'étranger.
Parmi eux, la grande majorité est installée temporairement à l'étranger (chercheurs, étudiants,) de manière provisoire, mais un nombre non négligeable s'est installé de manière définitive.
Sans surprise, près de 60 % d'entre eux sont installés en Amérique du nord avec quelques grosses concentrations (Les grandes villes du Canada, et aux USA).
25% ont choisi l'Europe, et ils seraient ainsi 40 000 en France, 20 000 en Angleterre et autant en Allemagne. Les 15% restant se répartissent entre l'Australie, l'Amérique du sud, l'Asie.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

International, 5 dépêches

RUSSIE - Une Brigade pour tuer les juifs
AFGHANISTAN – Les troupes françaises resteront le temps qu'il faudra
USA - Bill Clinton opéré du cœur
USA - Rencontre Obama/dalaï-lama
ALLEMAGNE- Une ville autorise l'appel du Muezzin

RUSSIE - UNE BRIGADE POUR TUER LES JUIFS
La police de Zlatoust, une ville russe à la frontière du Kazakhstan a arrêté un homme de 34 ans, accusé d'avoir constitué un groupe de "tueurs de juifs".
Le criminel avait annoncé la création de cette brigade dans un journal antisémite local, désignant également, dans l'interview, une liste de "cibles" à abattre, principalement des juifs, et quelques membres d'autres minorités.
Il est inculpé d'incitation à la haine raciale et de constitution de "groupe extrémiste".

AFGHANISTAN – LES TROUPES FRANÇAISES RESTERONT LE TEMPS QU'IL FAUDRA
François Fillon s'est rendu jeudi en Afghanistan, pour une visite "éclair", au cours de laquelle il a réaffirmé que la présence française durerait "le temps qu'il faudra" pour assurer la stabilité du pays. A son arrivée dans la capitale afghane, le Premier ministre avait auparavant rendu hommage au soldat français tué le 9 février, le quarantième depuis 2001, avant de rencontrer le président afghan, Hamid Karzaï.

USA - BILL CLINTON OPERE DU CŒUR
L'ancien président américain Bill Clinton, 63 ans, a subi une intervention cardiaque jeudi à New York, qui s'est bien déroulée.
Admis à l'hôpital à la suite de douleurs à la poitrine, et après consultation d'un cardiologue, il a subi une angioplastie dans une artère coronarienne. D'après son porte-parole, l'ancien président a bon moral et récupère normalement.

USA - RENCONTRE OBAMA/DALAÏ-LAMA
Le dalaï lama, chef spirituel des Tibétains en exil, sera reçu le 18 février à la Maison-Blanche par Barack Obama, a annoncé le porte-parole du président des États-Unis, Robert Gibbs.
La Chine a exercé de fortes pressions, sans succès, pour empêcher cette audience, considérant le Dalaï-Lama comme le chef d'une "rébellion séparatiste".

ALLEMAGNE - UNE VILLE AUTORISE L'APPEL DU MUEZZIN
Malgré les vives protestations d une partie de la population, la ville allemande de Rendsburg, au nord de l Allemagne, a autorisé l appel a la prière du muezzin, lancé par haut-parleur depuis les minarets de la grande mosquée, inaugurée en automne 2009, a annoncé le maire social-démocrate, Andreas Breitner.


ISLAM

Shirin Ebadi, Prix Nobel : la burqa peut être interdite

Shirin Ebadi, l'avocate iranienne Prix Nobel de la paix 2003, estime que le voile intégral porté par certaines femmes au nom de l'islam ... n'était "pas musulman" et qu'il n'y avait donc aucun problème à

n'était "pas musulman" et qu'il n'y avait donc aucun problème à l'interdire.
Interrogée par France-Info au sujet du débat sur la burqa en France et sur l'éventualité d'une loi l'interdisant, es d'interdire le port de la burqa et du niqab, Shirin Edbadi a répondu qu'un "voile qui recouvre le visage entier n'existe même pas dans l'islam parce qu'en fait, quand on prie, si tout le visage est recouvert, la prière n'est pas valide".

Par exemple, si on va en pèlerinage à La Mecque et que les femmes ont le visage complètement couvert, ce pèlerinage n'est pas valable", a ajouté l'avocate.
"Alors, ce voile intégral, qui n'est pas musulman et qui se fonde sur de fausses traditions, peut être interdit", a-t-elle conclu.

Fermer la fenêtre