Numéro 807 - 02.07.2009 - 10 Tammuz 5769       Imprimer

A LA UNE

"Le cuisant échec de l'Iran"

Le président Shimon Pérès a prononcé un discours au sommet interconfessionnel à Astana la capitale du Kazakhstan - boycotté par le représentant iranien qui a quitté la salle - où il a notamment appelé le roi d'Arabie Saoudite, à l'origine du plan de paix arabe, à rencontrer les Israéliens à Riyad ou à Jérusalem "pour accomplir sa vision de la paix et de la justice".

Au cours d'un déjeuner organisé ensuite pour la délégation israélienne, Pérès a rapporté que l'Iran avait vigoureusement tenté d'empêcher cette visite par tous les moyens. "Le chef du gouvernement (Benjamin Netanyahou) m'a appelé à deux reprises me demandant de reconsidérer ce déplacement" a raconté le président israélien qui a également affirmé : "C'est la première fois que je vois de mes propres yeux un musulman qui quitte un endroit alors que nous y restons avec tous les autres ! Aujourd'hui l'Iran a ressenti ce cuisant échec, et est restée isolée".


AUTORITE PALESTINIENNE

Regain de tension Fatah-Hamas

Le président palestinien a affirmé, dans un entretien accordé mercredi à une chaine de télévision russe en langue arabe, savoir de manière certaine que le Hamas amassait des armes et prévoyait de porter atteinte à des hauts responsables de l'Autorité palestinienne avant le 7 juillet, date où les islamistes et le Fatah doivent signer un accord de réconciliation.

Selon Mahmoud Abbas, des membres du Hamas arrêtés il y a peu de temps en Cisjordanie ont avoué avec reçu pour mission de perpétrer des attentats, et deux tonnes d'explosifs ont été saisies par les services de sécurité de l'Autorité palestinienne.

"Le Hamas réunit des armes légères et lourdes, des explosifs, ainsi que des uniformes de la garde présidentielle, et prépare quelque chose. Nous suivons la situation de près car nous savons qu'une cellule islamiste a l'intention d'éliminer des hauts responsables de l'Autorité palestinienne" a encore précisé le président Abbas.


IRAN

Une mort "mise en scène"

Le commandant en chef de la police iranienne, Ismail Ahmadi Moghaddam, a déclaré que le médecin ayant tenté de sauver la vie à la jeune fille Nada Soltani - tombée sous les balles des forces de sécurité lors des manifestations qui ont éclaté à la suite des élections présidentielles controversées - avait été appelé à temoigner devant les service des renseignements et Interpol.

Selon l'agence officielle Fars qui rapporte les paroles de Moghaddam, "l'assassinat de Nada est une mise en scène qui n'a absolument aucun rapport avec les émeutes à Téhéran".

Le Dr. Arash Hijazi, qui est le médecin ayant tenté de ranimer la victime, a quitté le pays et se trouve à Londres.


SHOAH

Musée juif à Varsovie

Le ministre polonais de la Culture et le maire de Varsovie ont participé à la pose de la première pierre d'un nouveau musée juif de la ville, au cœur du quartier qui abrita le ghetto de la capitale polonaise.

Ce musée, dont la construction coûtera 47 millions de dollars et qui devrait s'achever d'ici l'année 2012, contiendra aussi des salles de cinéma et de concert, et sera essentiellement dédié à la vie juive en Pologne avant la deuxième guerre mondiale.

"Beaucoup de musées sont consacrés à la Shoa, mais celui-ci présentera la culture que celle-ci a détruite" a déclaré le président du comité polonais qui soutient de ce projet.


POLITIQUE

Barak "blanchit" les implantations

L'ancien secrétaire général du parti travailliste, Eitan Cabel, a vivement critiqué le chef de sa formation et ministre de la Défense, Ehud Barak, dans une lettre qu'il lui a adressée, pour son engagement en faveur de la poursuite de la construction en Judée-Samarie.

"Le président du parti dont je suis membre s'est transformé en "blanchisseur national" des colonies, ces mêmes implantations que nous avons toujours refusées pour constituer des obstacles à la paix", écrit notamment Eitan Cabel, qui demande ensuite cyniquement, si cet engagement est bien compatible avec la formule électorale "influer de l'intérieur", utilisée pour justifier l'adhésion travailliste à la coalition de droite, lors de la formation du gouvernement Netanyahou.


SOCIETE

Procès des lyncheurs du terroriste juif.

Le procès de 12 habitants de Shfaram s'est ouvert mercredi matin au tribunal de Haïfa, qui sont accusés d'avoir participé activement au lynch du terroriste juif, le soldat Eden Natan-Zada, qui a tué 4 arabes dans un autobus en août 2005.

Plusieurs suspects ont déclaré être totalement innocents alors qu'un autre accusé affirmait : "ce soldat a commis un attentat, et celui qui commet un attentat doit mourir".

A l'extérieur du tribunal se tenait une manifestation, à laquelle étaient présents le chef de la branche nord du mouvement islamique, le cheikh Raad Salah, des parlementaires arabes du parti communiste Hadash, les familles des victimes et des militants de gauche, qui ont appelé les autorités israéliennes à cesser immédiatement toute poursuite judiciaire "contre les victimes d'un attentat qui, par miracle, n'ont pas péri".


JUSTICE

La justice militaire remise en question

Suite à la décision de la Haute cour de Justice, de demander la réouverture du procès d'un officier et d'un soldat de Tsahal - accusés d'avoir tiré sur un Palestinien à Naaline - jugeant à l'unanimité que la sentence prononcée était totalement disproportionnée, par sa légèreté, par rapport à la faute commise, la justice militaire a réagi avec stupéfaction à ce verdict.

"Nous ne nous attendions nullement à un tel jugement. Il s'agit d'un coup dur porté à la justice militaire, qui nous oblige tous à une réflexion profonde" ont affirmé des représentants du parquet de Tsahal, pour qui cette décision est une double remise en cause. D'abord de par le verdict lui-même exigeant une aggravation des sentences prononcées, mais également parce que la formulation de celui-ci laisse entendre que les considérations des juges militaires n'ont pas été prises en compte par la Cour suprême.


MEDIAS

BEN LADEN DEVOILE

© Le blog de Mohamed Sifaoui
J'ai dû délaisser quelque peu ce blog au cours de ces deux derniers mois. Mais c'était pour la bonne cause, enfin je l'espère. Il fallait finaliser ma première BD - une expérience formidable - qui paraîtra le 10 septembre prochain. Son titre, « Ben Laden dévoilé », est dessinée par mon ami, Philippe Bercovici, qui a ce talent de croquer les personnages avec beaucoup de subtilité. Mais alors pourquoi une BD sur le chef d'Al-Qaïda ?

J'avoue que c'était un projet qui avait germé dans ma tête en 2003 après l'enquête que j'avais menée au Pakistan et en Afghanistan pour la réalisation de l'ouvrage et du documentaire tous deux intitulés « Sur les traces de Ben Laden ». Les personnages que j'avais rencontrés, à l'instar de tous les islamistes, étaient, le pensais-je, de véritables acteurs de Bandes dessinées. Ces illuminés qui cherchent à nous terroriser se caricaturent en réalité à chaque phrase qu'ils prononcent, dans chaque attitude et à travers chaque posture.

Il n'était pas dès lors très compliqué de reproduire ce qu'ils sont sous forme de dessins satiriques. Mais en réalité, ce projet a commencé à prendre forme après « l'affaire des caricatures » et des positions ridicules adoptées par ceux qui se sont autoproclamés les représentants exclusifs de l'islam, je parle de ces sectes sataniques qui se réclament tantôt du wahhabisme tantôt des Frères musulmans et de tant d'autres courants idéologiques qui ont préféré l'obscurantisme, l'ignorance et la bêtise comme ligne de conduite pensant ainsi plaire à Dieu en détruisant ce qu'il a créé.

« Ben Laden dévoilé » est une manière de comprendre la nature de l'islamisme, sa progression et le côté cynique qui caractérisent ceux qui ont choisi l'instrumentalisation politique de la religion comme mode d'action. Mais au-delà, c'est aussi une façon de rire de ceux qui cherchent à nous terroriser, c'est une façon d'assumer le nécessaire rapport de force avec ceux qui rêvent d'attenter à notre liberté d'expression, une sorte de réaffirmation des valeurs universelles à travers la dérision et la satire. Bref, cette BD se voudra une modeste contribution visant à dévoiler la réalité de l'idéologie islamiste et d'enlever la burka sur ces imposteurs qui se réclament de l'islam.

Parallèlement à ce travail, je devais entamer le tournage d'un documentaire qui sera finalisé d'ici la fin de l'année et l'écriture de deux ouvrages qui paraîtront au cours des mois à venir. Tous sur des sujets similaires. Naturellement, j'ai gardé un œil attentif sur l'actualité. Et, à ce sujet, deux ou trois points retiennent mon attention.

D'abord l'Iran. Il est important, de marquer son soutien aux démocrates iraniens qui veulent en finir avec cette République islamique qui a installé une pensée inique et moyenâgeuse. Une Révolution démocratique est possible. Les Iraniens sont capables de prendre leur destin en main, de braver le danger et de chasser ces ayatollahs, incarnation d'un fascisme vert, trop souvent ignoré. Nous devons - et malgré l'arrivée de la saison estivale - continuer à soutenir les progressistes dont le sort dépend aussi de notre capacité de mobilisation. Nous devons aussi exiger des démocraties un soutien assumé à ces mêmes démocrates qui, pour renverser l'obscurantisme, ont besoin des puissances occidentales. Celles-ci sont appelées à éviter les calculs étroits et égoïstes qui avaient d'ailleurs conduit l'Ayatollah Khomeiny à la tête de ce pays, dépositaire pourtant d'une grande civilisation. Ensuite, le niqab, ou ce que certains appellent, la burka. Je pense qu'un vrai débat national doit avoir lieu. Il s'agit avant tout de comprendre la nature idéologique du projet de société dont ce chiffon est le symbole. Il n'est pas question de discuter uniquement du côté esthétique, si j'ose dire, et de la pollution visuelle que provoquent ces ombres quand elles passent devant moi. D'ailleurs, je ne sais pas s'il faut parler d'elles au féminin ou au masculin parce que sous le niqab, il n'y a pas une femme ou un homme, il y a une chose. Il y a une dépersonnalisation de l'Être, son rejet de ce que nous sommes et son adhésion à un projet sectaire qui favorise l'auto-exclusion et l'exclusion. La burka ou le niqab ne sont pas juste des habits, mais des uniformes. Il ne s'agit pas de religion, mais d'idéologie. Nous devons donc débattre justement de cette fameuse idéologie qui incite ces choses, ou peut-être ces hommes, ou peut-être ces femmes, à ne plus exister tout en existant. Si la femelle qui se cache sous cet uniforme risque de « tenter » de bons croyants, ceux-ci n'ont qu'à se crever les yeux, ou à tout le moins, à se mettre un bandage pour ne pas être tentés par l'objet du péché. Ils peuvent aussi s'acheter des cannes blanches et marcher les yeux fermés, on les aidera certainement à traverser du côté de la modernité et de l'humanisme. Le niqab ne serait pas le symbole de la bêtise, nous dit-on. Ce ne serait pas un problème, non plus. Pourtant, la seule évocation d'un débat à ce sujet, incite les émules algériens de Ben Laden, à nous menacer - aujourd'hui même - de représailles. Naturellement, aucune de celles qui sont sous le niqab ne dénoncera ces menaces et leurs auteurs. Elles diront que c'est la République et les médias qui les stigmatisent. Nous sommes nombreux à connaître la chanson.

Enfin, un dernier point tout de même. Il concerne ce fameux militant qui se fait passer pour un « chercheur ». Je ne citerai pas son nom ici tant il est pour moi le symptôme d'une escroquerie intellectuelle qui dure depuis plusieurs années dans certains départements du CNRS. Je veux parler de ces militants, que dis-je, de ces idéologues qui se cachent sous la burka du chercheur pour mieux faire gober à la société leurs théories acquises aux thèses des Frères musulmans et des salafistes du Caire, de Genève et de Navarre.
Démasqué, ce faux universitaire qui n'hésite pas à jeter l'anathème sur ses contradicteurs, crie au scandale, appelle quelques amis à la rescousse et nous sort un discours victimaire dont il est l'un des chantres. Des pétitionnaires sans envergure tentent de le repêcher, mais trop tard, le chercheur qui n'assume pas ses engagements finit toujours par se noyer dans des contradictions qu'on retrouvera facilement dans ses écrits et ses déclarations. J'avoue que je ne comprendrai jamais certains pseudo « islamologues » qui, pour plaire, tantôt au « frère » Tariq Ramadan tantôt à l'UOIF et pour avoir les grâces de tel régime obscurantiste ou de tel autre, sont capables de se délier de toute éthique, de toute rationalité et de toute honnêteté. Je ne sais pas si c'est l'appât du gain, un complexe néocolonial ou un racisme mal dissimulé qui les incitent à considérer que l'obscurantisme des salafistes est la modernité incarnée. Pour eux, les musulmans seraient probablement inaptes à apprécier les valeurs universelles et doivent donc demeurer dans leur obscurantisme crasse.
Ceux qui ont prétendu que mon ami Robert Redeker aime « chatouiller la fatwa », ceux qui soutiennent que nous n'avions pas le droit de reproduire les caricatures danoises, ceux qui croient que l'UOIF sont de respectables « représentants » de l'islam de France et enfin ceux qui pensent que les musulmans progressistes sont de simples « islamophobes » vendus à l'Occident, tous ceux-là et d'autres n'ont rien à faire dans une prestigieuse maison comme le CNRS. Ils devraient aisément trouver une place comme « conseiller » auprès du Hezbollah ou du Hamas, d'Ahmadinejad ou de Ben Laden. Comme ce dernier, eux aussi sont dévoilés. Je le savais, l'été sera chaud !


NOUVELLES BREVES

Israël, le 01/07/09

ECONOMIE : "La crise économique bat son plein et l'euphorie présentée par la presse financière est dangeureuse et prématurée" a affirmé le ministre des Finances, Youval Steinitz.

JUDEE-SAMARIE : Le comité des habitants de Samarie a accusé le ministre Ehud Barak, qui a décidé d'annuler les contrôles des piétons palestiniens au barrage de Hawara, de "parier sur la vie de juifs, comme à la roulette".

ENVIRONNEMENT : Suite à la décision de l'Autorité palestinienne de finalement participer au concours des 7 merveilles du monde, la mer morte fera partie des sites candidats à cette prestigieuse nomination.

ETRANGER : Un israélien âgé d'une trentaine d'année et une israélienne de 22 ans ont été arrêtés au Pérou alors qu'ils étaient en possession de 15 kilos d'héroïne

DIPLOMATIE : Selon le ministre Yossi Peled les Américains doivent cesser leurs pressions sur le PM concernant la construction dans les territoires, et comprendre qu'il agit aussi en fonction de considérations coalitionnaires. "Netanyahou a fait un pas de géant lors du discours de Bar-Ilan, c'est maintenant aux Palestiniens d'en faire un à leur tour".

SANTE : Le ministère de la Santé a décidé de changer les consignes de traitement des malades atteints de la grippe porcine, selon lesquelles seules les personnes à risques (problèmes cardiaques, pulmonaires, chroniques) seront désormais obligées de se présenter aux autorités sanitaires pour recevoir un traitement.

SOCIETE : Un accord entre le ministère de l'Intérieur, le Trésor et les municipalités druzes a été obtenu, selon lequel ces dernières recevront une subvention de 53 millions de shekels destinés à éponger leurs dettes.

AMERIQUE LATINE : Le vice ministre des Affaires étrangères, Dany Ayalon, qui revient d'une visite en Amérique du Nord a appelé "à endiguer la pénétration iranienne qui s'étend en Amérique latine".

DEFENSE : Le cabinet de la Sécurité Nationale s'est réuni ce mercredi dans le cadre des évaluations continues des systèmes de défense israéliens contre tout type d'attaque.

SOCIETE : Une brigade spécialisée de la police du district sud a fait une descente dans le marché bédouin d'Aroer dans le Néguev, où elle a saisi des centaines d'articles - habillement et chaussures - porteurs de grandes marques falsifiées, ainsi que des copies illégales de films et disques de musique et de jeux informatiques.

POLITIQUE : Le président de la Knesset Réuven Rivline a félicité le parlementaire démissionnaire Haim Ramon, qui fut député pendant 26 ans, qualifié "d'adversaire politique, mais ami personnel".

JUSTICE : L'humoriste et présentateur TV, Doudou Topaz, accusé avoir commandité des violences physiques contre plusieurs hauts responsables de la télévision israélienne, a demandé au tribunal d'annuler la saisie arrêt de 5 millions de shekels sur ses comptes bancaires, "verdict inapproprié" selon lui.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

Monde, le 01/07/09

SUEDE : La Suède assure à partir de ce 1er Juillet la présidence tournante de l'Union Européeenne. Le PM suédois Fredrik Reinfeldt a formulé l'espoir que les dirigeants iraniens "prendront la bonne décision et éviteront une confrontation avec la communauté internationale".

UNION EUROPEENNE : L'UE a envoyé une lettre aux autorités aériennes du Yémen les mettant en garde qu'aucun avion en provenance de leur pays ne serait autorisé à se poser sur un aéroport européen, si preuve n'était pas apportée que les appareils étaient entretenus selon les règles de sécurité internationales.

CROATIE : Le chef du gouvernement croate Ivo Sanader, a annoncé sa démission et sa décision d'abandonner totalement la vie politique après une carrière de 20 ans.

HONDURAS : L'Organisation des Pays d'Amérique (AOS) a appelé les auteurs du coup d'Etat au Honduras à permettre le retour immédiat au pouvoir du président renversé, Manuel Zelaya (expulsé vers les Etats-Unis), faute de quoi le pays sera rayé de cette organisation.

AFRIQUE : Le président iranien a annulé sa visite prévue en Lybie, à l'occasion su sommet des pays de l'Union Africaine, auquel il devait participer, sans ne fournir aucune raison à cette défection.

RUSSIE : Trois policiers ont été tués lors d'une attaque de rebelles armés contre un poste de police au nord du Caucase.

FRANCE : Des responsables des autorités aériennes françaises ont déclaré qu'une des boites noires de l'airbus Yéménite qui s'est abimé en mer mardi dans l'océan indien, a été retrouvée, et que son analyse débutera le jour même, pour tenter de comprendre les raisons de cette catastrophe.

IRAN : L'agence de presse officielle FARS annonce qu'un des 8 employés de l'ambassade britannique à Téhéran, à pris part "d'une façon exceptionnelle, et par derrière" à l'organisation des émeutes qui ont suivi l'annonce contestée de la réélection d'Ahmadinejad.

ITALIE : Selon un dernier bilan, l'accident ferroviaire en Toscane, au cours duquel un train de marchandises porteur de bouteilles de gaz, a déraillé, causant plusieurs séries d'explosions, a fait 16 morts.




Amnesty accuse Israël et le Hamas

Dans un rapport de 117 pages sur l'opération "plomb durci" menée par Israël contre les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza, paru mercredi soir, Amnesty International accuse le Hamas de tirs de roquettes contre le sud d'Israël, et Tsahal d'avoir tué des citoyens palestiniens innocents durant cette opération.

Amnesty a appelé à l'ouverture d'une enquête internationale indépendante pour traduire en justice les responsables de crimes de guerre, des deux cotés, et à instaurer un embargo militaire envers Israël et le Hamas.

Selon ce rapport, parmi les 1.400 palestiniens tués, il y avait 300 enfants, 115 femmes et 85 hommes de plus de 50 ans. 200 hommes âgés de moins de 50 ans n'étaient pas impliqués dans des activités terroristes. Par ailleurs Amnesty prétend que les victimes n'ont pas servi de boucliers humains aux combattants du Hamas, et qu'Israël pouvait faire la différence entre des cibles militaires et des cibles civiles.

Le porte parole de l'armée israélienne a réagi en rappelant que Tsahal n'avait décidé de cette opération qu'à la suite "d'une longue période de tirs de roquettes et d'obus de mortier sur des centaines de milliers de citoyens israéliens", et en affirmant que "ce rapport présente une interprétation fautive des lois de guerre, et ne prend pas en compte les règles observées par un Etat démocratique luttant contre le terrorisme".

Le communiqué poursuit en indiquant que Tsahal, qui a orienté exclusivement ses attaques contre des cibles militaires, a tout mis en œuvre pour limiter au maximum l'atteinte portée aux civils qui ont bien été utilisés comme boucliers humains, les combats se déroulant dans des zones particulièrement denses en population, et que dans de nombreux cas, Israël avait même prévenu, à l'avance, les habitants palestiniens des attaques à venir.

Fermer la fenêtre