Numéro 718 - 13.03.2009 - 17 AdarI 5769       Imprimer

A LA UNE

"Le 8e président de l'Etat ne sera pas inculpé"

C’est sur cette affirmation que l’ancien président, Moshé Katzav, a terminé sa conférence de presse - une virulente prise à partie du système judiciaire, des médias et, surtout, du conseiller juridique du gouvernement ayant décidé de le faire comparaitre devant la justice pour viol - qui a duré plus de deux heures et demi au lieu des 40 minutes prévues initialement.

Dans ce réquisitoire sans merci Katzav s’en est aussi pris à Aleph, la fonctionnaire qui l'accuse de l’avoir violée : «Elle était en échec complet au ministère du Tourisme, personne ne pouvait la supporter, et elle cherchait par tous les moyens à me porter préjudice. On l’a entendu dire qu’elle m’accuserait d’abus sexuel et que si elle devait mentir pour m’inculper, elle le ferait». Concernant une autre plaignante, Katzav a rappelé que la police avait refermé le dossier.

Meny Mazouz a pour sa part été qualifié «d’enquêteur, de juge et d’exécuteur», et Katzav a encore affirmé que l’attaque du système judiciaire contre sa personne relevait «d’une hystérie de haine et de mal qui a comporté éloignement de témoins, instruction d’autres témoins et pression exercées sur ceux-ci, dans le but de salir le président de l’Etat».

Il a rappelé que c’était lui-même, avant le début de cette affaire, qui avait fait appel au conseiller juridique pour se plaindre d’une tentative de Aleph de le faire chanter, et affirmé être en possession d’un enregistrement audio dans lequel on entend la plaignante exiger 220.000 dollars contre son silence.

Promettant qu’il se battrait jusqu’au bout pour prouver son innocence, l’ancien premier citoyen d’Israël a refusé, à l’issue de cette conférence de presse, de répondre aux questions des journalistes, mais son frère Lior, a assuré que l’ex-président le ferait au cours de la semaine prochaine.


DEFENSE

«Pas d’attaque des USA s'il n'y a pas menace contre notre territoire»

«Les enseignements tirés de l’échec (en Irak), où n’ont pas été trouvées d’armes de destruction massive, obligeront chaque président, dans le futur, a être extrêmement prudent pour l’ouverture d’un conflit de la sorte, en se basant sur les Renseignements». C’est ce qu’a affirmé le ministre de la Défense Robert Gates - qui occupait le même poste sous l’administration Bush après avoir dirigé la CIA - lors d’une interview accordée mercredi soir, à la chaine de télévision PBS.

A son avis, les Etats-Unis ne pourront décider d’ouvrir un conflit et d’attaquer à l’étranger que s’il y a un doute concernant leur propre sécurité territoriale, alors que «la qualité des informations, sera un critère supplémentaire à considérer».


Livres

Pleins pouvoirs aux négociateurs du Hamas

Optimisme prudent en Israël, alors que la délégation du Hamas au Caire a reçu les pleins pouvoir de la direction islamiste, de conclure un accord sans nécessité de consultations complémentaires. Du coté israélien, l’envoyé spécial Premier ministre, Ofer Dekel est resté cette nuit dans la capitale égyptienne, pour poursuivre ces négociations intensives en vue de libérer Guilad Shalit.

Un haut représentant du Hamas a d’ailleurs déclaré qu’Israël avait «assoupli ses positions, et semble plus sérieuse que par le passé», et précisé que son organisation ne se trouve pas «soumise à la pression du temps», comme l’est l’Etat hébreu.

Néanmoins, il reste 450 noms de prisonniers dont Israël doit encore autoriser la libération. Certains d’entre eux devraient être expulsés vers l’étranger, et ne pas pouvoir revenir dans la bande de Gaza, point qui fait aussi l’objet de ces négociations marathon, conduites sous l’égide de l’Egypte.


BANDE DE GAZA

Condamnation du Hamas des tirs sur Israël

Le mouvement islamiste a critiqué, dans un communiqué, les tirs de roquettes Qassam et Graad sur Israël à partir de la bande de Gaza, affirmant que le Hamas n’en était pas responsable et que ses services enquêtaient pour découvrir qui en était à l’origine.

Selon le quotidien Haaretz, ce qui est en cause dans ce message, n’est pas le bien-fondé de ces tirs, mais le moment inopportun où ils sont perpétrés, alors que des progrès substantiels sont enregistrés dans les négociations pour l’échange de prisonniers palestiniens contre Guilad Shalit.


BOYCOTT D'ISRAEL

Le lanceur de chaussures contre Bush, condamné

Le tribunal de Bagdad a condamné le journaliste irakien, Mountazer al Zaïdi - qui avait lancé ses chaussures au visage du président George Bush lors d’une conférence de presse le 14 décembre 2008 dans la capitale irakienne, en traitant ce dernier de chien - à trois ans de prison ferme.

Accusé d’agression contre un chef d’Etat étranger, faute passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans d’emprisonnement, le journaliste, devenu célèbre dans le monde entier, a justifié son acte, au cours de son procès, par «le massacre d’un million d’Irakiens, la profanation de mosquées, et le viols de femmes» affirmant avoir ressenti que «cet homme était l’assassin du peuple». Ses avocats ont indiqué qu’ils comptaient se pourvoir en appel.


SANTE

Dépistage du glaucome

Des tests de dépistage gratuits du glaucome, ont eu lieu ce jeudi dans de nombreux hôpitaux et centres commerciaux de tout le pays, cette maladie étant la 3e cause de cécité en Israël. On estime qu’environ 2% de la population locale souffre de glaucome, affection qui touche surtout les adultes de plus de 40 ans, alors qu’un traitement entrepris à temps permet d’éviter la lente destruction du nerf optique.


JUSTICE

Noam Katzav accuse

Noam Katzav, le fils de l’ancien président de l’Etat, Moshé Katzav (qui doit donner ce jeudi soir une conférence de presse suite à la décision du conseiller juridique du gouvernement de le traduire en justice sous l’accusation de viol, et qui a promis de dévoiler des informations inédites) porte, dans les colonnes du quotidien Yedihot Aharonot, des accusations extrêmement virulentes contre la police et le système judiciaire du pays.

«Nous avons beaucoup appris au cours de ces 32 derniers mois, sur nous-mêmes, sur nos amis, et sur la société israélienne. En particulier sur ceux qui se proclament éclairés, démocratiques et poursuiveurs de justice. Ceux qui ont écrasé, jour après jour, heure après heure, les droits de mon père comme suspect et comme être humain», affirme notamment le fils Katzav. Assurant qu’il a appris également ne plus pouvoir accorder la moindre confiance à la police, et à la justice.
Il accuse d'ailleurs spécifiquement le conseiller juridique du gouvernement, Meny Mazouz. Selon Noam Katzav, ce dernier «a fauté lors de l’enquête, et, à mon humble avis, influé explicitement sur une des opinions. Il n’a pas empêché les fuites des enquêteurs de la police, et à ma connaissance, a accordé des interviews anonymes tout au long de l’enquête, alors que les policiers ont coaché les témoins concernant ce qu’il y avait à dire et à ne pas dire».

« Ces enquêteurs » poursuit encore le fils de l’ex-président, «ont menacé nos propres témoins de la défense, falsifié des témoignages, ignoré des preuves concrètes, et mis dans la bouche de la principale accusatrice, Aleph du ministère du Tourisme, des mots corroborant leur propre thèse du viol».


ECONOMIE

332 milliardaires de moins en 2009

Selon le classement publié mercredi par le magazine Forbes, le monde compte en 2009, 793 milliardaires (en dollars), au lieu de 1.125 l’année précédente, et le total de la fortune mondiale est estimé avoir baissé de quelque 2.000 milliards.

Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, retrouve cette année sa place de numéro un avec une fortune estimée à 40 milliards de dollars (au lieu de 58 en 2008), suivi de Warren Buffet (37 milliards, soit 25 de moins que l’année passée).

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook âgé de 24 ans est sorti de la liste prestigieuse, et le premier israélien à y figurer est Samy Ofer, 87 ans, en 132e position avec 4 milliards de dollars, devant Stef Wertheimer (164e - 3,5 milliards) et la présidente de la Bank Hapoalim, Shari Arison (234e - 2,7 milliards).


MEDIAS

L’antiracisme, nouvelle idéologie des dictatures

© Pascal Bruckner écrivain - © Liberation.fr
En septembre 2001 s’est réunie à Durban (Afrique du Sud) la troisième conférence des Nations unies contre le racisme : elle avait pour ambition de réconcilier l’humanité avec elle-même à travers la reconnaissance des crimes de l’esclavage et du colonialisme. Cette noble intention a dégénéré très vite en inflation victimaire et en atmosphère de quasi-lynchage à l’égard des ONG israéliennes.

La volonté de parvenir, par une sorte de thérapie collective, à une guérison du passé et d’élaborer des normes nouvelles en matière de droits de l’homme aboutit à une explosion de haine que les attentats du 11 septembre 2001, survenus quelques jours plus tard, allaient éclipser.

Toutes les rancœurs ont été rouvertes et Durban,contre la volonté de ses concepteurs, est devenue une arène où l’on a rejoué la comédie des damnés de la Terre face à l’exploiteur blanc. Les délégués, notamment ceux issus du monde arabo-islamique, firent de la conférence, aux côtés du groupe africain, le lieu d’une revanche tiers-mondiste. L’Occident, génocidaire par nature, devait demander pardon et offrir des réparations symboliques et financières à ses anciens dominés.

La rage, attisée par les images quotidiennes de la répression de la seconde Intifada en Palestine, embrasa l’ensemble des assistants. On y dénonça sans relâche le sionisme, forme contemporaine du nazisme, mais aussi «la férocité blanche» qui a produit «ces holocaustes multiples que sont la traite négrière, l’esclavage et le colonialisme en Afrique». On exigea qu’Israël soit rayé de la carte, ses dirigeants jugés par un tribunal pénal international comparable à celui de Nuremberg. Des caricatures antisémites circulèrent ainsi que des exemplaires de Mein Kampf et des Protocoles des Sages de Sion : si Hitler avait gagné, disait une légende sous une de ces photos, jamais les Palestiniens n’auraient eu à verser leur sang. Des délégués furent menacés physiquement, des appels publics lancés à la mort des juifs.

La farce a atteint un sommet quand le ministre de la Justice soudanais, Ali Mohamed Osmar Yasin, demanda des réparations pour l’esclavage alors que son propre pays le pratique encore sans vergogne.

On aurait pu croire que cette sinistre comédie allait donner lieu à réflexion et que l’ONU ne réitèrerait pas la même erreur. C’était compter sans l’extraordinaire aplomb des dictatures et des fondamentalistes qui ont transformé le Conseil des droits de l’homme de l’ONU en plate-forme de leurs revendications.

Prévu pour avril 2009 à Genève, Durban II promet d’être une réplique de Durban I. Les projets se multiplient depuis six ans qui laissent craindre le pire. En septembre 2007, à Genève, Doudou Diène, rapporteur spécial sur les formes contemporaines du racisme, accusait les pays occidentaux d’encourager depuis le 11 Septembre les formes les plus sournoises d’islamophobie qu’il fait remonter aux premiers contacts de l’islam et de la chrétienté. S’il prend en compte également l’antisémitisme, la «christianophobie» et les autres formes de discrimination religieuse (hindouisme, bouddhisme, syncrétismes), c’est surtout le «racisme antimusulman» qui retient son attention.

Partout en Occident, intellectuels et partis politiques nourriraient un stock de griefs contre la religion du Prophète. Pire : le principe de laïcité tel qu’il est défendu par la France (l’interdiction des signes religieux à l’école publique) ou l’Angleterre (la menace d’interdiction de la burqa dans les lieux publics) relèveraient, à l’en croire, de l’intolérance. Et puisque la laïcité est utilisée pour «manipuler la liberté de religion», il faut assimiler toute remise en question d’une croyance religieuse à une insulte raciste et la punir ! Voilà le délit de blasphème réhabilité deux siècles après son abolition par la Révolution française, et Jésus, Moïse, Mahomet, Bouddha, Confucius devenus des icônes intouchables !

On ne sera pas surpris que ce rapport soit soutenu par l’Organisation de la conférence islamique et par une majorité de régimes peu favorables à la démocratie. Doudou Diène se garde de critiquer les autocraties d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique latine, il ne réserve ses flèches qu’aux nations d’Europe ou d’Amérique du Nord accusées de tous les maux. Rappelons qu’en avril 2007, l’Iran a été élu vice-président et la Syrie rapporteur de la Commission pour le désarmement. Cela serait désopilant si ça n’était pas tragique ! Bref l’antiracisme est devenu à l’ONU l’idéologie des mouvements autoritaires qui le détournent à leur profit. Des dictatures ou des semi-dictatures notoires (Libye, Pakistan, Iran, Arabie Saoudite, Algérie, Cuba, Venezuela, etc.) mettent en place une Nouvelle Inquisition, fondée sur le crime de «diffamation de la religion» pour prohiber tout examen de la foi en terre d’Islam, et ce au moment où des millions de musulmans, surtout en Europe, aspirent à s’émanciper de la bigoterie et de l’intégrisme.

Renversement des valeurs : l’antiracisme est mis au service de l’obscurantisme et de la discrimination des femmes. Il sert à justifier ce contre quoi il fut élaboré, l’oppression, les préjugés, le sexisme et transforme l’ONU en instrument de régression internationale.

Face à cette bouffonnerie annoncée, l’attitude de la France et de l’Europe doit être claire : le boycott pur et simple. Peut-être faudrait-il dissoudre le Conseil des droits de l’homme ou n’y admettre que les pays qui sont d’authentiques démocraties. Faute de quoi il deviendrait pour la dignité humaine l’équivalent des paradis fiscaux pour l’économie : un centre de blanchiment des crapules.

Quand la barbarie se pare des atours de civilisation, c’est la civilisation qui est regardée comme une barbarie. Il n’est pas tolérable qu’en 2009, comme dans les années 1930, les seuls régimes qui respectent le droit, le multipartisme, la liberté d’opinion et d’expression soient traînés au tribunal de l’Histoire par des lobbies de fanatiques et de tyrans.


NOUVELLES BREVES

Israël, le 12/03/09

JUSTICE : Le tribunal de district de Tel-Aviv a rendu son verdict concernant l’assassinat d’un chauffeur de taxi arabe, Tayssir Karaki, en 2007, par un nouvel émigrant français, Julien Souffir, selon lequel l’accusé n’est pas apte à être jugé, et ordonné son internement en hôpital psychiatrique.

SECURITE : Un blindé de Tsahal a pris feu dans un camp militaire du Golan. L’incendie a pu être éteint par les soldats et les pompiers, sans qu’il ne provoque d’autres dégâts, le blindé étant vide de munitions.

CRIMINALITE : La police a arrêté trois habitants de Netanya après une perquisition dans un appartement de la ville où ont été découvertes 26 doses de haschich.

RELIGIONS : Le grand rabbin de la ville de Haïfa a rencontré le pape Benoit XVI au Vatican, qu’il a remercié pour avoir condamné officiellement la négation de la Shoah. Cette rencontre prévue de longue date avait été reportée suite à l'affaire de l'évêque négationniste Richardson.

ECONOMIE : Le dollar a clôturé à 4,215 shekels, en baisse de 0,707% par rapport à son cours de la veille, alors que l’euro augmentait de 0,796% et s’échangeait à 5,3838 shekels.

ENVIRONNEMENT : Selon le responsable des ressources en eau du pays, le lac du Kinéret atteindra la ligne noire (elle-même sous la dernière ligne rouge) dès l’été prochain.

SOCIETE : La chef de Kadima, Tzipi Livni, a déclaré devant la Knesset à l’occasion de la commémoration de la Journée internationale de la femme, que les Israéliennes étaient encore loin de l’égalité avec la gente masculine.

FAITS DIVERS : 2 conducteurs, respectivement âgés de 29 et de 33 ans, et soupçonnés de violences envers des agents de la circulation qui les contrôlaient, ont été interpelés par la police.

SECURITE : 19 Palestiniens recherchés pour activités terroristes ont été arrêtés par Tsahal en Judée-Samarie. Ils ont été remis aux forces de l’ordre pour interrogatoire.

DEFENSE : L’aviation de Tsahal a détruit, au cours de la nuit de mercredi à jeudi, deux tunnels souterrains dans la bande de Gaza.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

Monde, le 12/03/09

USA : Bernard Madoff a plaidé coupable et reconnu les 11 chefs d’accusation déposés contre lui au tribunal de New-York, dans la plus gigantesque fraude de l’histoire de la finance mondiale, au cours de laquelle l’ancien chef du NASDAQ a spolié des centaines d’investisseurs pour un montant total de 50 milliards de dollars.

SOUDAN : Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, les 3 citoyens étrangers pris en otage au Darfour par un groupe d’hommes armés, «se portent bien et ne sont pas blessés».

CANADA : Un hélicoptère ayant à son bord 18 passagers, s’est abimé dans l’océan atlantique près des cotes de l’île canadienne de Terre-Neuve. Les forces de secours ont déjà repêché plusieurs survivants.

PAKISTAN : L’armée régulière a tué au moins dix huit hommes armés au cours d'une incursion dans leur cachette, à la frontière avec l’Afghanistan.

CHINE : Un tremblement de terre d’amplitude 5 sur l’échelle de Richter a été ressenti dans la province de Sichuan, au centre de la Chine. Au mois de mai dernier un séisme de magnitude 7,9 avait provoqué, dans cette même province, la mort de 90.000 personnes.

BANGLADESH : Selon le ministre du Commerce du Bangladesh, Faruk Khan, des extrémistes islamistes sont responsables du soulèvement des garde-frontières qui a couté la vie à 74 personnes, lors des émeutes du mois dernier. 40 d’entre eux sont sous le coup d’une enquête de police.

POLOGNE : Le ministre de la Défense polonais souhaite que les discussions avec les Etats-Unis portant sur l’installation de batteries anti-missiles sur son territoire, se concluent à la fin du mois prochain. Les USA affirment que ces dispositifs seront installés en protection contre la menace iranienne, alors que la Russie y voit un danger pour sa sécurité.

COREE DU NORD : Entre le 4 et le 8 avril, selon un communiqué officiel, la Corée du Nord enverra un satellite dans l’espace, et ce malgré les avertissements des USA et d’autres pays, qui craignent qu’il ne s’agisse en fait d’un envoi test d’un missile de longue portée.

MEXIQUE : 4 membres du cartel de la drogue sont morts lors d’échanges de coups de feu, qui ont duré 3 heures, avec les forces de police. 3 agents ont été blessés et 4 autres trafiquants arrêtés.

AUSTRALIE : L’Australie a menacé à son tour de ne pas participer au Congrès contre le racisme «Durban II», qui se tiendra en avril à Genève, si le texte de résolution, hostile à Israël, n’est pas changé.

IRAN : Selon des sources diplomatiques ayant requis l’anonymat, Téhéran a essayé d’acquérir une grosse quantité de fibres de carbone - matériau nécessaire aux centrales atomiques - dont la vente à ce pays a été interdite par l’ONU.

AFGHANISTAN : Le ministre américain de la Défense, Robert Gates, a affirmé que tout accord avec les rebelles devra se négocier aussi avec le gouvernement de Kaboul.

PAKISTAN : Plus de cinquante personnes ont été arrêtées par la police à Karachi, qui avaient prévu de se rendre à la manifestation organisée par l’opposition contre le gouvernement, dans la capitale Islamabad.

Fermer la fenêtre