Numéro 693 - 11.02.2009 - 17 Shevat 5769       Imprimer

A LA UNE

Livni remporte les élections

Après le décompte de près de 99% des voix, c’est le parti Kadima de Tzipi Livni qui a remporté, de justesse, ces élections, avec le plus grand nombre de suffrages en sa faveur. La formation centriste a ainsi été créditée de 28 mandats, suivie par le Likoud de Binyamin Netanyahou qui en obtient 27, ce qui représente un avantage de quelque 35.000 voix.

La troisième force politique du pays, Israel Beitenou, d’Avigdor Lieberman a obtenu 15 sièges à la prochaine Knesset, et devancé ainsi les Travaillistes menés par Ehud Barak, qui ne seront représentés que par 13 députés.
Les partis orthodoxes Shas et Yahadout Hathora ont été crédités respectivement de 11 et de 5 mandats. Les formations H’adash (communiste), Raam-Tahal (arabe israélien), et Ih’oud Léumi (nationaliste religieux) devancent, avec 4 sièges chacune, Habyit Hayehudi (sioniste religieux), Meretz (extrême gauche) et Balad (arabe israélien) qui ont obtenu 3 sièges.

Or malgré la victoire de Kadima, c’est le bloc de droite, mené par le Likoud, qui l’emporte très largement, et a les plus grandes chances de former une coalition. C’est maintenant au président Shimon Pérès de décider à qui, de Tzipi Livni ou de Binyamin Netanyahou, il va confier le soin de constituer le prochain gouvernement, sachant que, selon la loi, il va tenir des consultations avec tous les partis politiques (qui auront des représentants à la prochaine Knesset), qui formuleront leurs recommandations sur le choix du prochain Premier ministre israélien.


DIPLOMATIE

L’Iran «victime du terrorisme»

Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mardi, à l’occasion des festivités marquant le 30e anniversaire de la révolution islamique, accepter le «changement profond» dans la position de la nouvelle administration américaine et sa volonté de rétablir le dialogue avec Téhéran. Il s’est dit ouvert à toute discussion avec les Etats-Unis sur la base d’un «respect mutuel».

Le président iranien a indiqué que la destruction des armes nucléaires, la refonte du Conseil de Sécurité de l’ONU et la lutte contre la drogue pourraient notamment être des sujets potentiels de discussions entre les deux pays.

«Luttons ensemble contre le terrorisme, dont l’Iran est l’une des plus grandes victimes» a également lancé le président iranien, qui a ajouté que «le monde est entré dans une ère de dialogue et de réflexion» et qu’il ne veut pas «voir le retour de la sombre époque de G. Bush».


BANDE DE GAZA

Tortures et assassinats de Palestiniens, par le Hamas

Amnesty International a appelé le Hamas à cesser sa «campagne d’élimination systématique» contre les Palestiniens soupçonnés de collaboration avec Israël, au cours de laquelle 24 personnes ont déjà été tuées, et des dizaines d’autres enlevées, séquestrées, battues et torturées, ou encore blessées par des tirs d’armes à feu aux jambes ou aux genoux.

L’ONG accuse les islamistes d’avoir commencé leur chasse immédiatement après l’opération israélienne «plomb durci», lancée le 27 décembre, et de la poursuivre encore actuellement.

Dans un rapport de plusieurs pages, Amnesty International affirme que «les forces du Hamas et d’autres milices dans la bande de Gaza ont tué et torturé des Palestiniens accusés de collaboration avec Israël, mais également leurs adversaires politiques, et ceux qui ont osé formuler des critiques contre eux».
Les victimes ont, en majorité, d’abord été enlevées de leur domicile. Après leur «traitement» ces «collaborateurs» ont ensuite été jetés, après "d’atroces tortures" - morts ou blessés - dans des endroits isolés, ou encore déposés à la morgue d’un des hôpitaux de Gaza. Plusieurs proies des islamistes sont d’ailleurs des prisonniers du Fatah qui ont pu s’échapper de prison aux premiers jours de la riposte de Tsahal contre le Hamas.

Plusieurs dépositions de témoins figurent également dans ce rapport, et notamment celle portant sur le meurtre de Jamel el Randor, 50 ans, assassiné par les balles d’un terroriste armé, dans son lit de l’hôpital Shifa, sous les yeux de sa famille, ou celle d’un Palestinien violemment battu, tiré de chez lui et trainé sur la plage avant que les hommes masqués ne lui tirent une balle dans le dos et les genoux «pour avoir trop parlé».


ONU

Avis négatif sur les juifs européens

Le site Ynet rapporte les résultats d’un sondage effectué par la «Ligue contre la diffamation» auprès de 3.500 personnes en Europe, montrant que près de la moitié des personnes interrogées ont un avis négatif sur les juifs de leur pays.

Selon cette enquête d’opinion - réalisée en France, Autriche, Hongrie, Pologne, Allemagne, Espagne et en Grande-Bretagne - près de 50% des sondés estiment que les juifs ne sont pas «fidèles» au pays dans lequel ils vivent, plus d’un tiers pensent qu’ils détiennent «trop de pouvoir» dans le monde financier ainsi que dans celui des affaires, et dans une proportion semblable (31%), qu’ils sont responsables de la crise financière mondiale.


BOYCOTT D'ISRAEL

Sarkozy à Bagdad

Premier président français à se rendre en Irak depuis le renversement de Saddam Hussein en 2003, Nicolas Sarkozy a atterri ce matin à l’aéroport international de Bagdad où il a été reçu par son homologue, Jalal Talabani.

Rappelons qu’après des années de violences qui ont couté la vie à des dizaines de milliers d’Irakiens et à quelque 4.000 soldats américains, une amélioration très sensible de la situation sécuritaire de ce pays a permis, le 31 janvier dernier, la tenue d’élections démocratiques régulières, alors que les Etats-Unis ont déjà planifié un retrait total de leurs troupes du territoire irakien, d’ici la fin 2009.

Le président français qui rencontrera également le Premier ministre irakien, Nouri Al-Maliki, est accompagné de son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui a été la première personnalité internationale à se rendre en Irak, en 2007, après l’invasion américaine.


ECONOMIE

100.000 téléphones à remplacer

Un projet de télécom de Tsahal estimé à plusieurs dizaines de millions de dollars a été gelé suite à la crise économique, au coût de l’opération «plomb durci», et au fait que Nortel Networks soit au bord de la faillite.

Le journal économique The Marker rapporte que l’armée israélienne prévoit, dans le cadre de ce projet intitulé «Dialogue de roses», de déployer un système de téléphonie, basé sur internet (voix sur IP), comprenant le remplacement de 100.000 postes de téléphone, et qu’un appel d’offres lancé auprès des grandes compagnies internationales de télécoms, a été remporté par Nortel, confronté à d’importantes difficultés financières.
La société israélienne, Teldor, qui commercialise les produits de Nortel Networks, a toutefois assuré que «la collaboration entre les deux sociétés se poursuit sans aucun changement».


MEDIAS

"Le Hamas? Une bande de voyous!" © Frédéric Koller / LeTemps.ch

L’écrivain Avraham Yehoshua, l’une des principales cautions morales du camp de la paix en Israël, explique pourquoi il a soutenu jusqu’au bout l’intervention militaire à Gaza malgré le tollé qu’elle a suscité dans l’opinion internationale.
A peine a-t-on franchi le seuil de son appartement, au sommet d’une tour de Tel-Aviv, qu’Avraham Yehoshua s’enflamme: «Comment ces juges espagnols osent-ils parler d’un tribunal pour juger les crimes de guerre d’officiers israéliens! C’est ridicule. L’Espagne a participé au bombardement de civils avec l’OTAN en Serbie. Elle tire sur les immigrés à sa frontière!».

Le ton est donné. Aux yeux de l’un des plus grands écrivains contemporains israéliens* que l’on présente, avec ses collègues Amos Oz et David Grossman, comme la caution morale du camp de la paix, Israël était non seulement justifié d’intervenir militairement à Gaza, mais personne n’est en position de critiquer la façon dont l’opération a été menée. «Sauf la Suisse et la Suède, qui n’ont plus mené de guerre depuis 200 ans! Alors allez-y, critiquez!» Nous ne sommes pas là pour critiquer, mais pour comprendre.

Le Temps: Vous êtes fâché contre les critiques internationales?

Avraham Yehoshua: Quand elles se font de cette façon, oui. Je suis un des grands critiques d’Israël sur la question de l’occupation et des colonies dans les territoires palestiniens. Cela fait 42 ans que je suis pour un Etat palestinien, pour parler à l’OLP. Mais quand il y a un groupe vicieux comme le Hamas qui nous attaque après notre retrait de Gaza et qu’il tire depuis trois ans sur des civils israéliens, ce n’est pas acceptable.

– Depuis huit ans, les roquettes des islamistes du Hamas ont provoqué la mort de 10 personnes en territoire israélien. En trois semaines, Tsahal élimine 1300 personnes dont une majorité de civils et de nombreux enfants… On peine à comprendre.

– Le but n’était pas de tuer des civils, mais d’arrêter le feu du Hamas. Si on veut tuer des civils pour tuer des civils, comme le Hamas le fait, on peut en tuer des milliers. Le problème était d’éviter la mort de soldats israéliens. Nos soldats ont peur. Nous avons peur. Il fallait intervenir à un prix acceptable. Cela n’a rien à voir avec l’idée de revanche ou de donner une leçon en tuant des civils.

– Pourquoi avez-vous soutenu cette guerre?

– On aurait dû intervenir beaucoup plus tôt lors des premiers tirs de roquettes après notre retrait de Gaza en 2005. Avant, lorsque le Hamas était en guerre contre l’occupation, il avait le droit de tirer, mais pas après le retrait unilatéral de Gaza.

– L’armée israélienne est vite intervenue par des frappes «ciblées» contre des responsables du Hamas.

– Si on avait coupé l’électricité dès le premier tir de Qassam on aurait pu éviter cette guerre.

– Cela aurait été une punition collective contre une population qui n’a pas forcément choisi le Hamas.

– Qu’est-ce que vous voulez? Qu’on continue de les laisser tirer sur nos concitoyens? Cela aurait été plus utile pour stopper ces tirs de roquettes, on aurait évité tous les morts et les dégâts qui ont suivi. Au lieu de cela on a dit «c’est pas grand-chose» et le Hamas a continué, y compris pendant cette guerre. Si le Hamas, après une semaine de guerre, avait dit qu’il acceptait le cessez-le-feu – comme l’Egypte et la Syrie l’avaient fait lors de guerres précédentes – Israël aurait immédiatement arrêté de tirer. Mais ils ne l’ont pas demandé. Ils étaient dans leurs bunkers. Ils se foutaient totalement du sort de leurs citoyens qui souffrent.

– L’an dernier, le Hamas avait accepté une première trêve de six mois. Mais aucune des deux parties ne l’a respectée.

– Elle a été respectée plus ou moins.

– L’armée israélienne est intervenue le 4 novembre pour tuer des membres du Hamas, malgré la trêve en cours. Israël n’a pas non plus ouvert les frontières de Gaza comme promis.

– La question des frontières est très bizarre. Il y a une frontière avec l’Egypte. Pourquoi l’Egypte, un pays arabe, n’ouvre-t-elle pas le passage pour le Hamas? Pourquoi après notre retrait serions-nous responsables de Gaza alors que le Hamas veut liquider l’Etat juif? Pourquoi leur offririons-nous le passage? Il y a un passage, celui de Rafah (à la frontière égyptienne). On l’aurait respecté. Mais qui comprend pourquoi l’Egypte ferme le passage?

- L’Egypte ne veut pas importer le problème palestinien sur son territoire alors qu’elle est déjà confrontée à la menace des Frères musulmans.

– Ah! Eux ne veulent pas le problème palestinien et nous, nous devrions ouvrir des passages! Ce n’est pas notre problème, c’est le leur! Pourquoi y aurait-il une responsabilité morale d’Israël à ouvrir de tels passages alors qu’il n’y a plus un soldat israélien à Gaza et qu’il n’y a plus d’occupation?

– Le blocus freinait de facto l’approvisionnement de 1,5 million de Palestiniens. Il n’y a pas, côté égyptien, les infrastructures nécessaires pour acheminer l’aide internationale.

– Que le Hamas arrête de tirer, qu’il commence à construire, et on ouvrira des passages même sans lui demander de changer sa charte qui demande la destruction d’Israël.

– Vous étiez d’accord sur le but de la guerre et sur la manière dont elle a été menée?

– S’il y a eu de la brutalité, de l’agressivité de la part de l’armée israélienne, évidemment que je ne suis pas d’accord. Mais la question était: peut-on arrêter le feu des roquettes? Le but n’était pas de détruire le Hamas.

– Ce matin encore (vendredi) des roquettes ont été tirées depuis le sud de la bande de Gaza sur Israël.

– Ah bon.

– Faut-il à nouveau frapper Gaza?

– Non. Qu’est-ce que vous voulez? Que feriez-vous s’il y avait tous les cinq jours un tir de roquette sur votre bureau à Genève?

– Quelques voix – très rares – en Israël estiment qu’il y avait une marge de négociation avant de frapper pareillement. De toute façon, il faudra bien un jour parler avec le Hamas.

– Le Hamas ne veut pas parler avec nous.

– En ce moment, il y a des discussions entre le Hamas et Israël à travers l’Egypte.

– Oui, indirectement. Les Egyptiens supplient le Hamas d’arrêter le feu. Mais ils ne veulent pas. Vous ne comprenez pas que c’est une bande de voyous? Ils ne veulent pas parler avec nous et nous ne voulons pas parler avec eux car ils nient notre existence. Nous avons négocié avec l’OLP dès qu’il a reconnu l’existence d’Israël en 1988. Je ne dis pas que toutes les négociations ont réussi. Il reste le problème des réfugiés, de Jérusalem, etc.

- En Cisjordanie, beaucoup de gens ne croient plus à la solution des deux Etats car la colonisation est allée trop loin. Les extrêmes se renforcent dans les deux camps. Comment relancer le processus de paix?

– Le Likoud de Netanyahou, qui va gagner les élections, peut envoyer des fleurs au Hamas pour dire «merci, vous avez renforcé la droite». C’est pour cela que les pays arabes sont en colère avec le Hamas et qu’il n’y a pas eu de manifestations en Cisjordanie pour soutenir le Hamas. Pendant trois semaines de guerre, un million et demi de Palestiniens en Israël aurait pu crier «qu’est-ce que vous faites»! Ils n’ont rien dit.

– Ils sont déjà qualifiés de traîtres par certains politiciens. Des manifestations ont eu lieu en Cisjordanie mais elles ont été réprimées par la police du Fatah. Et le Hamas peut envoyer des fleurs au gouvernement israélien et en particulier à Sharon qui leur a offert le pouvoir.

– Peut-être que le Hamas peut envoyer des fleurs à Sharon. Evidemment que la colonisation des Territoires est très mauvaise et négative.

– On revient au cœur du problème: la colonisation qui se poursuit.

– Oui, c’est la source du problème. Mais si on enlève les colonies, qu’est-ce qui se passe? Au lieu de dire «merci, très bien, on commence à travailler», le Hamas dit «Vous nous quittez! Nous allons vous poursuivre, nous allons tirer des roquettes plus puissantes!». Comment pouvez-vous convaincre le peuple israélien de se retirer de Cisjordanie?

– Vous oubliez des étapes entre le retrait unilatéral des troupes israéliennes et la prise du pouvoir par le Hamas. Israël et la communauté internationale n’ont rien fait pour empêcher ce scénario. N’est-ce pas le résultat d’une politique aveugle?

– Oui. Mais que pouvait-on faire? Oui, mais les Etats-Unis ont voulu des élections. Alors on accepte la démocratie. Le Hamas gagne. Bien, c’est la volonté des Palestiniens. Mais qu’il arrête de tirer. Si on veut la paix, une solution de deux Etats, il faut faire la guerre au Hamas. Ce n’est pas contradictoire. C’est pour cela que les Arabes d’Israël et de Cisjordanie n’ont pas été solidaires avec le Hamas.

- Mais aujourd’hui, en Cisjordanie, le Hamas est plus populaire que le Fatah.

– Alors que veulent-ils de nous?

– Vous avez frappé. Que fait-on maintenant pour la paix?

– L’Egypte a pris les choses en main sérieusement. Elle a compris après cette guerre que la situation devient très dangereuse. L’Egypte est responsable de tout cela. Elle aurait pu ouvrir le passage de Rafah et contrôler la contrebande de roquettes. Les puissances européennes doivent aussi donner leur accord pour une solution de paix et stopper les trafics. Croyez-moi, le Hamas va arrêter ses tirs et va commencer à construire des maisons pour le malheureux peuple de Gaza et ils vont cesser de fabriquer des roquettes dans leur cuisine.

– Et Israël va démanteler ses colonies et se retirer de Cisjordanie?

– Ça il faut le faire. Il faut de très fortes pressions européennes et américaines sur Israël et les Palestiniens. J’ai aimé le discours d’Obama lorsqu’il a évoqué le monde musulman et son engagement «agressif». Il faudra être agressif pour obtenir un résultat. C’est déjà une bonne chose que Bush soit parti. Israël est le seul Etat créé par l’ONU. La communauté internationale a le devoir de nous aider pour parvenir à la paix.


© Frédéric Koller / LeTemps.ch


*Dernier livre traduit en français: «Un feu amical», Calmann-Lévy, 2008.


NOUVELLES BREVES

Israël, le 10/02/09

ELECTIONS : A 18h00, soit 4 heures avant la fermeture des urnes, 50,3% des Israéliens avaient voté, soit un peu plus de 3% de plus que lors des élections de 2006, à la même heure.

CRIMINALITE : Le voleur filmé dans plusieurs bureaux de poste qu’il a cambriolés en plein jour, a reconnu avoir opéré à 7 reprises différentes. Les enquêteurs sont convaincus qu’il est impliqué dans beaucoup plus d’attaques similaires.

ELECTIONS : 68 plaintes avaient été déposées à la mi-journée sur des irrégularités dans plusieurs bureaux de vote, et alors que près de 25% de la population s’était déjà présentée aux urnes.

JUSTICE : La banque Benleumi Harishon a été condamnée à verser 1,5 million de dollars à cinq diamantaires à qui elle a fourni des informations erronées sur la fiabilité d’un partenaire commercial.

ELECTIONS : Le chef du parti Israel Beitenou a rempli ses devoirs civiques, en déposant tôt ce matin son bulletin dans les urnes. «Celui qui a suivi les campagnes électorales, a compris qu’il y avait un parti qui savait travailler» a déclaré Avigdor Lieberman.

POLITIQUE : Après l’interdiction donnée à l’activiste de l’ultra-droite Barouh’ Marzel, de superviser le bureau de votre d’Oum el Farh’em, le député nationaliste religieux Aryeh Eldad a demandé à le remplacer à ce poste. Lui-même a ensuite été évacué par la police suite à des émeutes.

ELECTIONS : Le leader du parti Ih’oud Léumi (nationaliste religieux), Yaakov Katz, dénommé Katzélé, a voté dans l’implantation de Beith-el où il réside. Il a comparé la pluie violente qui tombait à ce moment au "déluge des mandats" que son parti va certainement obtenir.

ELECTIONS : Le chef du parti de gauche Meretz, Haïm Oron, qui a voté tôt ce matin, a déclaré que ces élections portaient sur «l’avenir de l’éducation, de l’économie et de la sécurité de la société israélienne».


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

Monde, le 10/02/09

ANGLETERRE : Le diplomate britannique accusé d’avoir proféré, devant témoins, des injures antisémites et anti-israéliennes pendant l’opération «plomb durci» et affirmé qu’il fallait «effacer les soldats israéliens de la surface de la terre» restera à son poste.

AUSTRALIE : Selon un dernier bilan, les feux de forêts géants qui ravagent le sud-est du pays ont tué plus de 200 personnes.

PAKISTAN : El Qaïda a menacé l’Inde, par la voix du chef terroriste Abou al-Yazid, de nouveaux attentats, similaires à ceux de Bombay il y a plusieurs mois, si New-Delhi décidait d’une opération militaire contre le Pakistan.

SRI LANKA : Les Tigres Tamouls ont tués 17 civils qui tentaient de s’échapper de la zone des combats entre les rebelles et l’armée régulière.

NEPAL : L’assistant personnel du chef du gouvernement du Népal, Pushpa Kamal Dahal (plus connu sous le nom de Prachanda), a été hospitalisé après que des inconnus aient ouvert le feu sur lui, dans la nuit de lundi à mardi.

AFGHANISTAN : Deux soldats des forces de l’Otan ont été tués ce matin, et deux autres blessés, lors de l’explosion d’une charge, à l’est de l’Afghanistan.

Fermer la fenêtre