Numéro 613 - 10.11.2008 - 12 Heshvan 5769       Imprimer

A LA UNE

Hanyieh : "Oudna de longue durée"

Selon un article publié dans l’édition de dimanche du quotidien Haaretz par Amira Hass, une journaliste israélienne installée dans les territoires autonomes, le Premier ministre palestinien du gouvernement Hamas établi dans la bande de Gaza, Ismaïl Hanyieh, est prêt à accepter une solution politique au conflit avec l’Etat hébreu, prévoyant la création d’un Etat palestinien indépendant dans les frontières d’avant 1967.

Hanyieh a fait ces déclarations lors d’une rencontre avec onze membres du parlement européen, arrivés samedi dans la région, sur le bateau à bord duquel se trouvaient des activistes anti-israéliens «exigeant» la levée du blocus.
Selon lui, Israël a jusqu’ici refusé les appels du Hamas à conclure une «oudna de longue durée», ce qui dans la terminologie islamiste signifie non pas la signature d’un traité de paix définitif, mais la mise entre parenthèses du conflit.
Interrogé sur «l’impression» des pays occidentaux selon lesquels il existe aujourd’hui «deux Etats palestiniens», l’un sous contrôle des milices du Hamas, l’autre sous celui des services du Fatah, Hanyieh a répliqué : «Nous n’avons même pas un seul Etat, ni en Cisjordanie, qui demeure un territoire occupé, ni dans la bande de Gaza, isolée du monde, et j’ajoute que l’Etat palestinien qui verra le jour couvrira l’ensemble de ces deux régions».
Abordant la question des relations entre le Hamas et le régime des mollahs, Hanyieh a notamment indiqué : «Nos rapports avec Téhéran sont les mêmes que ceux que nous entretenons avec l’ensemble du monde musulman».
Selon lui et par ailleurs, «le Hamas n’est pas en guerre avec les juifs» et n’a «nullement l’intention de les jeter à la mer».

Enfin, il a confirmé que son organisation ne participera pas aux échanges qui doivent se dérouler cette semaine au Caire entre les différents groupes armés palestiniens, afin de parvenir à une «réconciliation» d’ores et déjà mise à mal par cette décision du gouvernement d’Haniyeh.


SECURITE

Fermeture maintenue

Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a décidé que les points de passage, menant vers la bande de Gaza, demeureront fermés jusqu’à nouvel ordre, après l’attaque palestinienne de samedi soir, au cours de laquelle une roquette de type Qassam a été tirée vers les localités du Néguev occidental, peu après la tombée de la nuit, où elle s’est abattue sur un terrain vague, à proximité d’un kibboutz situé au sud d’Ashkélon, sans faire de blessé, ni de dégât.

Un peu plus tôt dans la journée, l’armée de l’air avait mené une opération contre une cellule de lanceurs de roquettes, opérant à partir du nord de la bande de Gaza, dont les membres s’apprêtaient à tirer vers le territoire israélien. Tsahal a ensuite publié un communiqué confirmant que cette frappe aérienne a neutralisé le groupe palestinien.


AUTORITE PALESTINIENNE

"Précisions" du Hamas

Alors que le journal Haaretz annonçait dimanche que le gouvernement Hamas était prêt, selon les déclarations faites par le Premier ministre Ismaïl Hanyieh devant des diplomates européens, à accepter une solution diplomatique au conflit avec l’Etat hébreu qui passerait par la fondation d’un Etat palestinien souverain «dans les limites de la Cisjordanie occupée», et tandis que plusieurs observateurs israéliens avaient prévu que ces positions, pour le moins inédites, ne tarderaient pas à être atténuées par un autre représentant du Hamas - selon le schéma traditionnel consistant à manifester une volonté de paix devant les responsables occidentaux, quitte à y apporter de nombreux correctifs dès leur départ de la région - les médias israéliens ont diffusé, en début de soirée, les propos d’un important leader du mouvement islamiste, Mahmoud a-Zahar, qui a affirmé qu’il n’y a actuellement «aucune possibilité de négocier un cessez-le-feu pour une longue période» avec Israël, comme l’ancien leader «spirituel» du Hamas, le cheikh Ahmed Yassine, «l’avait proposé».

Il a précisé que l’idée d’un accord prévoyant «un arrêt des combats pendant vingt ans» n’a pas été abandonnée, «mais pour l’instant, elle ne peut être appliquée», a-t-il ajouté, car «pour cela, des intentions sincères sont nécessaires», or selon lui, l’Etat juif manque de «réelle motivation».


MONDE ARABO MUSULMAN

Ahmadinejad critiqué en Iran

Soixante économistes iraniens ont dénoncé, dimanche, dans une lettre publiée par les grands quotidiens de Téhéran, les tensions entretenues par le président Mahmoud Ahmadinejad avec les pays occidentaux et leurs conséquences, qualifiées de «critiques», sur l’économie nationale.

Selon ce texte, les sanctions adoptées par les Nations unies, lesquelles cherchent à dissuader les autorités de poursuivre leur programme nucléaire, ont d’ores et déjà entraîné une perte de «plusieurs milliards de dollars», tout en privant l’Iran de nombreuses opportunités commerciales et en l’empêchant de bénéficier d’investissements étrangers.
Rappelons qu’à quelques mois de l’élection présidentielle, le chef du régime des mollahs est de plus en plus critiqué, y compris par des responsables de son propre courant politique, dont certains n’hésitent plus à parler d’un autre candidat que lui à la tête du camp conservateur.


POLITIQUE

Dan Méridor : le retour

L’ancien ministre Dan Méridor a annoncé, dimanche matin, au cours d’une conférence de presse réunie à Tel Aviv, son intention de revenir à la vie politique, abandonnée depuis plusieurs années, et d’intégrer les rangs du Likoud : «Après plus de cinq ans durant lesquels j’ai mené une vie paisible loin des débats politiques, je constate que, ces derniers temps, la situation n’a cessé d’empirer», a-t-il indiqué, avant d’ajouter : «Comme parti politique, Kadima a réussi à réaliser un double échec, et pour chacun d’eux, ses représentants méritent de s’en aller».

Rappelons que Méridor avait quitté la direction du Likoud, et démissionné de son poste de ministre des Finances, à une époque où de graves dissensions l’opposèrent à Benjamin Nethanyahou. Interrogé par les journalistes sur la nature des relations qu’entretiennent aujourd’hui les deux hommes, il s’est contenté de préciser : «J’ai attentivement observé la politique menée par Nethanyahou lorsqu’il a lui-même été ministre, et durant ces années-là, nous avons tous beaucoup appris, et sommes parvenus à surmonter bon nombre de difficultés».


SOCIETE

Emeute au Saint Sépulcre

Le site Internet nana10 a diffusé, dimanche après-midi, une vidéo incroyablement violente retraçant les affrontements qui ont eu lieu sur l'un des sites les plus vénérés par les adeptes de la foi chrétienne, la basilique du Saint Sépulcre, située dans le secteur oriental de Jérusalem - où selon la tradition des Pères de l’église, le messie a été martyrisé puis enterré - entre des religieux appartenant à la tendance grecque orthodoxe, et des croyants issus des rangs de la communauté arménienne, lesquels se vouent un dégoût haineux aussi tenace qu'ancien, et cohabitent en ce lieu tenu pour profondément sacré dans des conditions surréalistes où la moindre messe est règlementée, chronométrée, et présentent un haut potentiel de friction inter-commnautaire.

Sur ces images reprises par les médias internationaux, où elles ont parfois donné lieu à des commentaires caustiques évoquant un «pugilat ecclésiastique», les popes n’hésitent pas à se servir des cierges comme de matraques, alors que les plus belliqueux tentent ouvertement d’arracher les soutanes des «hérétiques» du camp d’en face ou les traînent par le chignon (que portent certains fidèles qui se vouent à l’adoration du Christ), à moins qu’ils n’utilisent une croix géante en guise de massue. La police israélienne, puis des membres de l’unité des gardes-frontière, ont dû intervenir dans une panique indescriptible avant de parvenir à neutraliser les principaux «meneurs», qui avaient catégoriquement refusé de se rendre.


EDUCATION

Nethanyahou : changer l'éducation

Le chef de l’opposition, Benjamin Nethanyahou, a annoncé, dimanche soir, lors d’un rassemblement de soutien au candidat Likoud des élections de la mairie d’Ashkélon, Shabtaï Tsour, son intention de susciter un véritable «changement dans le domaine de l’éducation», si le Likoud remporte les prochaines élections.

«Notre objectif sera de restituer aux élèves leur patrimoine, de leur expliquer que cette terre leur appartient, que Jérusalem est à nous», a-t-il notamment précisé, avant d’ajouter : «Nous allons retirer l’enseignement de la Nakba et le remplacer par ces matières, car ce sont elles qui nous relient à cette terre».


NOUVELLES BREVES

Israël, le 09/11/08

Politique : "Ehud Barak attaque un public qui sert dans Tsahal et effectue ses périodes de réserve (…) Ses déclarations sont inadmissibles et il devrait s'en excuser" a déclaré le député Ouri Ariel (Ihoud Leoumi-PNR), en réaction aux propos du ministre de la Défense qui a accusé les résidents juifs de Judée-Samarie d'être "rongés par un cancer", lors de la cérémonie de commémoration de la disparition d’Itshak Rabin. Elie Yishaï, le ministre de l’Industrie et du Commerce, s'est lui aussi indigné, affirmant que "les paroles de Barak sont une incitation à la haine".

Sport : L'équipe de Basket-ball du Mans s'est inclinée face au club israélien du Maccabi Tel-Aviv dans le cadre de l’Euroligue. A moins de 10 secondes de la fin, les Israéliens ont réussi à arracher une victoire, lors des prolongations, sur le score de 82 à 80.

Economie : Suite à la baisse du prix du carburant, les tarifs de l'électricité domestique baissent de 5,25 %, et ceux de l'électricité à usage commercial de 5,8 %.

Environnement : Le 17 novembre, la Knesset marquera la « journée de la Mer Morte » et les députés débattront des meilleurs moyens de sauver le site de la sécheresse. Des conférences, mais aussi une exposition de photos, des stickers pour sensibiliser le public, et l'apparition de Moush Ben Ari qui interprétera sa nouvelle chanson en faveur de la Mer Morte, seront au programme de cette session parlementaire spéciale.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

Monde, le 09/11/08

CONGO : Plusieurs dizaines de cas de choléra ont été détectés dans le camp de Kibati, où des dizaines de milliers de réfugiés tentent d'échapper aux combats opposant l'armée régulière aux rebelles menés par Laurent Nkunda. "Médecins sans Frontières" met en garde contre le risque d'une épidémie de choléra dans l'est de la RDC.

AUTORITE PALESTINIENNE : L'agence américaine pour le développement international remettra 14 millions de dollars à l'Autorité palestinienne. Ces fonds sont destinés à financer des projets de développement pour la région de Djénine, selon la secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice.

RUSSIE : Vingt personnes ont été tuées et 22 blessées samedi lors d'un accident à bord d'un sous-marin nucléaire de la flotte russe du Pacifique. Les victimes ont inhalé du gaz fréon émis par le déclenchement, par erreur, du système anti-incendie.

USA : Abraham Wood, ancien dirigeant du combat des Noirs pour les droits civiques, est mort vendredi à l’âge de 80 ans, à Birmingham. Autrefois pasteur baptiste, il luttait avec sa communauté contre les brutalités policières, les propriétaires de logements insalubres réservés aux citoyens Afro-Américains, et se trouvait aux côtés de Martin Luther King pendant son discours "I have a dream".

AFGHANISTAN : Deux soldats espagnols ont été tués près du village d'Azizabad lors de l'attaque d'un kamikaze conduisant une voiture piégée.

Fermer la fenêtre