Numéro 605 - 31.10.2008 - 2 Heshvan 5769       Imprimer

A LA UNE

Vers un "parti arabe uni" en Israël ?

Selon l’édition de jeudi du quotidien Haaretz, un groupe de députés arabes, dont certains ont quitté la vie politique depuis déjà longtemps, étudie actuellement la possibilité de former un «parti arabe uni», qui se présentera aux prochaines élections.

Les premières informations dont disposent les médias font état de l’intention des parlementaires de placer à leur tête le ministre travailliste de la Culture, des Sciences et du Sport, Raleb Madjala, ce que son porte-parole a d’ailleurs confirmé, en indiquant que de nombreuses demandes en ce sens étaient parvenues ces derniers jours au bureau de Madjala, lequel doit désormais s’entretenir de la question avec d’autres responsables arabes du parti Travailliste.
Le «parti arabe uni» comprendra des membres issus des communautés musulmanes, mais également druzes et chrétiennes.
Dans un entretien accordé au journal Haaretz, le député Shahiv Shenaan (travailliste) a notamment affirmé avoir été «contacté par diverses personnalités arabes» afin de prendre part à cette initiative, mais a ajouté qu’avant «d’accepter ou de refuser une telle invitation», il était «moralement indispensable» qu’il en discute avec ses partisans au sein de la population druze, mais également avec son «Conseil des sages».
«Jusqu’à nouvel ordre, je suis toujours membre du parti Travailliste», a-t-il néanmoins souligné, «auquel j’ai adhéré il y a vingt sept ans».
Contrairement aux trois autres principales formations arabes, le nouveau parti aspire à se joindre à la coalition qui sera formée après les prochaines élections, et à «ne pas s’installer dans les rangs de l’opposition».
Parmi ses priorités, Haaretz annonce «un combat social destiné à promouvoir une véritable égalité entre les juifs et les arabes qui vivent dans ce pays, et la défense des droits de l’homme».
Parmi les noms connus qui sont d’ores et déjà associés au «parti arabe uni», citons ceux des députés Abbas Zakhour (Raam/Taal), Nadia Hilou (travailliste), du maire de Qfar Qassem, Sami Issa, et de l’ancien parlementaire Mohammed Canaan.


SECURITE

Tir de Qassam sur Sdérot

Nouvelle violation de l’accord de cessez-le-feu entre le Hamas et l’Etat hébreu : tôt dans la matinée de jeudi, alors que de très nombreux élèves se rendaient dans les établissements scolaires de Sdérot, l’alerte «couleur rouge» s’est déclenchée dans toute la ville, obligeant les habitants à se réfugier dans les abris.

Une roquette de type Qassam s’est peu après abattue dans un terrain vague des environs, sans faire de blessé, ni dégât.
Selon les premiers témoignages des passants surpris par cette attaque, et recueillis par des journalistes du quotidien Yedioth Aharonoth, «un mouvement de panique s’est emparé des gens, qui craignaient pour la sécurité de leurs enfants, lesquels étaient en route vers les écoles».
De son côté, le dirigeant du Conseil de Shaar Haneguev, Alon Shuster, a appelé le gouvernement, mais également le ministère de la Défense, à «respecter leurs engagements» et à construire un «système de protection des habitations civiles de Sdérot, comme ils s’y étaient engagés».
Les médias israéliens ont indiqué que depuis le début de la semaine, les services de sécurité ont reçu de nombreux renseignements faisant état des risques de tirs, depuis la bande de Gaza, vers les localités du Néguev occidental.
Rappelons qu’il y a un mois et demi, un obus de mortier avait explosé dans un quartier de Sdérot, où un homme avait été légèrement blessé et un violent incendie s’était déclaré.

Des missiles dans le Sinaï

Alors que les services de sécurité d’Egypte et d’Israël disposent de nombreux renseignements faisant état de la volonté de cellules islamistes, plus ou moins apparentées à Al Qäeda, de s’installer dans le Sinaï, les militaires égyptiens ont découvert durant la nuit de jeudi à vendredi, dans le nord de cette région, un «bunker contenant un stock important de munitions et huit missiles prêts à l’emploi», selon un communiqué diffusé peu après par les autorités du Caire. Selon ces dernières, les missiles devaient être livrés à des groupes palestiniens armés opérant dans la bande de Gaza.

Rappelons que jeudi soir, l’organisation «Hezbollah-Palestine», qui tente par ailleurs de diffuser l’islam chiite dans les territoires autonomes, où l’écrasante majorité se réclame du sunnisme orthodoxe, a revendiqué le tir de roquette, qui a eu lieu dans la matinée, contre le territoire israélien.
Le mois dernier, la police égyptienne avait découvert dans le Sinaï, au cours d’une «opération de routine contre le trafic d’armes et d’héroïne», un impressionnant arsenal dont le détail avait ensuite été publié par les médias locaux : deux cent douze missiles, cent soixante et onze obus de mortier, et «des dizaines de caisses de munitions».


AUTORITE PALESTINIENNE

"Volonté d'apaisement" du Hamas

Le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza a annoncé, jeudi matin, son intention de libérer tous les détenus du Fatah, qui ont été arrêtés durant les violents combats qui ont opposé, l’été dernier, les milices des deux mouvements palestiniens.

Le Premier ministre Ismaïl Hanyieh a pour sa part déclaré que cette initiative s’inscrivait dans la volonté d’apaisement qui est celle de la direction de son parti, afin de «se retrouver dans une atmosphère détendue le 9 novembre prochain», date à laquelle des négociateurs des deux organisations se rencontreront au Caire afin d’inaugurer «le dialogue de l’unité et de la réconciliation nationale» censé rétablir les relations entre l’Autorité du président Mahmoud Abbas et les groupes islamistes armés.
Rappelons que des dizaines d’activistes du Fatah sont prisonniers à Gaza, tandis qu’inversement, des centaines de militants du Hamas le sont dans les prisons contrôlées par les forces de Mahmoud Abbas, lequel pourrait à son tour «faire un geste» avant les discussions qui commenceront en novembre prochain.


MONDE ARABO MUSULMAN

Emeute anti-américaine à Damas

Jeudi matin, quelques heures à peine après la diffusion de l’annonce selon laquelle les autorités syriennes ont décidé de fermer l’ambassade des Etats-Unis à Damas, celle-ci a été littéralement assiégée par des centaines de manifestants, qui ont tenté d’affronter les responsables de la sécurité du bâtiment.

Alors que des hélicoptères survolaient la zone où s’étendaient les désordres, des membres de la brigade anti-émeute, lourdement armés, ainsi que deux camions de pompiers, sont arrivés sur place, peu après que des protestataires aient tenté de briser les portes de l’ambassade, et de s’y introduire par les fenêtres des bureaux.
Selon la police, la manifestation avait été autorisée, «à condition de se dérouler dans des conditions pacifiques et à une distance d’environ deux kilomètres de la représentation américaine».
Le porte-parole de cette dernière a par ailleurs déclaré que «les menaces de mort et d’attentats» n’avaient cessé de se multiplier, depuis l’opération menée par l’armée US, dimanche dernier, dans le village d’Al-Soukkariya.
Il a encore souligné que «les citoyens américains séjournant en Syrie doivent s’attendre à se retrouver dans une situation où ils risquent d'être en danger physique, simplement parce qu’ils sont américains».


ONU

Evasion d'un Israélien, au Ghana

L’homme d’affaires israélien kidnappé au Ghana, il y a une dizaine de jours, a réussi à échapper à ses ravisseurs, lesquels exigeaient une rançon de centaines de milliers de dollars en échange de sa libération, avant de se réfugier dans un commissariat, et de retrouver, peu après, les membres de sa famille, arrivés dans le pays au moment de son enlèvement.

Rappelons qu’il y a environ deux mois, un autre ressortissant israélien, Ehud Avnaï, était tombé dans une embuscade tendue par des rebelles nigérians.
Il semble qu’il n’ait été relâché que grâce à l’intervention de la société pour laquelle il travaillait, et qui a versé une somme d’argent dont elle n’a pas précisé le montant, mais qui selon les médias locaux, «pourrait s’élever à 200 000 dollars».
Ces derniers ont par ailleurs indiqué que le versement «s’est effectué en deux temps : une première partie de la somme avant la libération d’Avnaï, et la seconde au moment où ses ravisseurs l’ont remis à un intermédiaire».
Jomo Gabomo, le porte-parole du «Mouvement de libération du Delta du Niger», avait alors adressé un communiqué au quotidien Haaretz, dans lequel il déclarait notamment : «Naturellement qu’une très forte rançon a été payée, mais je ne vous en donnerai pas le montant exact». Un des responsables de la compagnie Gilmor interrogé par le journal à ce propos, Elie Golder, avait également préféré taire la somme que la direction avait accepté de transmettre.


BOYCOTT D'ISRAEL

Al Qaëda : "Humilier Bush"

Le cheikh Abou Yahya Al-Libi, un des responsables de l’organisation terroriste d’Oussama Ben Laden, a lancé un appel, jeudi après-midi, mis en ligne par de nombreux sites proches de la mouvance salafiste et diffusant une propagande de type djihadiste, dans lequel il demande à tous les sympathisants d’Al Qäeda, et «à tous les pieux musulmans», de s’organiser et de lancer des «opérations spectaculaires» destinées à «humilier le président Bush et son administration à l’approche des élections».

Le document filmé dans un des repères d’Al Qäeda largement diffusé jeudi sur Internet montre Abou Yahya Al-Libi, de son vrai nom Mohammed Hassan - bien qu’il se fasse encore appeler «Hassan Qayid», voire «Yunis al-Sahrawi» - au moment où il prononce une prière «antiaméricaine», qui s’ouvre par ces mots de supplication : «Dieu, humilie George Bush et son parti politique, ô Seigneur des mondes, abaisse-le, et entraîne leur défaite».
Al-Libi, qui bénéficie justement d’une réputation de «poète» dans les rangs d’Al Qäeda, mais également de «combattant» et de «théologien», toujours vêtu d’un treillis et portant un turban noir censé témoigner de son statut d’érudit, fait partie du petit groupe d’islamistes qui avaient réussi à s’échapper, en juillet 2005, de la prison militaire américaine de Bagram, en Afghanistan.
Depuis son évasion, il annonce régulièrement, par le biais de communiqués ou de vidéos, «les signes avant-coureurs de la victoire» qui, d’après lui, «pointent à l'horizon, en Irak, en Afghanistan, en Palestine et en Tchétchénie, où la victoire de l’islam sur les impies et les apostats est inéluctable».


JUSTICE

Arrestation de Ben Ishaï

Quatre jours après avoir souhaité, sur les ondes de Galéi Tsahal (la radio de l’armée), aux soldats israéliens d’être «égorgés» et de «tomber aux mains de l’ennemi, comme Guilad Shalit, car c’est ce qu’ils ont mérité», Shmuel Ben Ishaï, habitant de Kyriat Arba, qui avait tenu ces propos, a été arrêté, dans la matinée de jeudi, après avoir reçu deux convocations de la police, auxquelles il n’avait pas daigné répondre.

Mardi dernier, Ben Ishaï avait publié une lettre, reprise par l’ensemble des médias, dans laquelle il indiquait «n’avoir souhaité la mort qu’aux membres des forces de l’ordre qui ont pris part au démantèlement de la ferme de Noam Federman, et non pas à tous les militaires de Tsahal».
«J’étais révolté par la brutalité des agents de la sécurité vis-à-vis des femmes et des enfants, et par la destruction des habitations avec tout ce qu’elles contenaient», a-t-il tenté de se justifier, «cela étant, je n’ai pas l’habitude de généraliser, et ma colère n’était dirigée que vers les hommes qui ont participé à cette évacuation».


NOUVELLES BREVES

Israël, le 30/10/08

Autorité palestinienne : Tagrid Saadi, la terroriste complice de l'attentat perpétré en 2002 au marché Mahané Yéhuda de Jérusalem, dans lequel six personnes avaient été tuées et des dizaines d'autres blessées, se présente aux élections municipales de Djénine. Libérée en début d'année après six ans de détention, la candidate, placée en 6è position sur la liste du maire actuel, bénéficie d'une popularité certaine auprès de la population locale.

Sécurité : Le nouveau plan de destruction d'habitations juives en Judée et en Samarie, conçu par Tsahal et l'administration civile, et approuvé par le ministre de la Défense Ehud Barak, s'appliquera principalement aux maisons en cours de construction, non habitées.

Terrorisme : Lors d'une fouille effectuée sur un Palestinien au comportement suspect, des soldats en poste près du Caveau des Patriarches à Hébron, ont découvert un poignard de 40 centimètres caché sous ses vêtements.

Sécurité : Un conducteur a été blessé, et son véhicule endommagé, par des pierres lancées dans sa direction par des Palestiniens, alors qu'il circulait non loin de la localité Carmé Tsour dans le Goush Etsion.

Sécurité : Les services de secours et les pompiers de Haute Galilée effectueront un exercice de simulation de tremblement de terre aggravé de fuites de produits toxiques, dans la ville de Kiryat Shmona. Durant cet entrainement qui débutera à 13 heures et se poursuivra durant près de trois heures, la ville sera l'objet d'une circulation intense de véhicules de secours, et de l'écho de leurs sirènes.

Environnement : Le Keren Kayemet Léyisrael a entrepris de distribuer le bois sec issu de l'élagage des forêts dans le nord du pays, afin de lutter contre le phénomène de plus en plus important, en hiver, d'abattage illégal d'arbres, utilisés comme combustible.

Sécurité : Lors d'une opération à Djénine, les forces de Tsahal ont arrêté trois Palestiniens impliqués dans des activités terroristes. Les suspects ont été transférés aux services de sécurité pour interrogatoire.

Culture : Paul Young est attendu en Israël au mois de janvier. Le chanteur britannique se produira à Tel-Aviv, Jérusalem et Haïfa.

Justice : ''Je me rendrai en France après les élections municipales et je prouverai que l'affaire de l'Angolagate est sans fondement (…) Je n'ai rien à craindre car je suis totalement innocent", a annoncé Arcadi Gaydamak, qui est accusé de trafic d'armes à destination de l'Angola entre 1993 et 1998.


NOUVELLES BREVES - INTERNATIONAL

Monde, le 30/10/08

ARABIE SAOUDITE : Pour la première fois, Israël est invité à participer à un évènement organisé par les Saoudiens. Le président israélien Shimon Pérès et la chef de la diplomatie Tzipi Livni, conviés par le roi Abdallah, assisteront le 12 novembre prochain à un congrès sur le dialogue interreligieux, à New York.

ITALIE : Le Vatican a refusé à des institutions juives l'accès aux archives concernant les activités du pape Pie XII, en poste au moment de la Seconde Guerre mondiale, "en raison de problèmes logistiques".

INDE : Onze bombes ont explosé presque simultanément dans quatre villes de l'Etat d'Assam, au nord-est du pays, faisant au moins 65 morts et 335 blessés, selon un bilan provisoire. Cette série d'attaques n'a toujours pas été revendiquée, mais la région a été souvent victime d'attentats à la bombe, perpétrés par des islamistes du Bangladesh voisin.

ESPAGNE : Un attentat à la voiture piégée a été perpétré près de l'université de Navarre à Pampelune, dans le nord du pays. Au moins quinze personnes ont été blessées, et un bâtiment a pris feu.

SOUDAN : Un inconnu a ouvert le feu sur une patrouille de soldats participant à l’Opération d’observation hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour, et abattu l'un d'entre eux.

USA : L'écart se resserre à l'approche des élections et les sondages accordent au démocrate Barack Obama 50% des intentions de vote contre 47% pour son adversaire républicain, John McCain.

USA : La police fédérale a arrêté un homme de 66 ans soupçonné de l'envoi de plus de 120 colis contenant des sachets de poudre marqués "anthrax", semblant cependant inoffensifs, à plusieurs personnalités et médias.

PAKISTAN : Un dernier bilan du séisme qui a frappé hier le sud-ouest du pays fait état de 215 morts et plus de 400 blessés. Ce bilan devrait cependant encore s'alourdir, selon les autorités.

ASIE : Dans le sillage des autres Bourses portées par la baisse des taux d’intérêt hier aux Etats-Unis, les Bourses asiatiques bondissent ce jeudi matin: Tokyo gagne 8,36%, et Hong Kong 6,9%.

Fermer la fenêtre