Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 17 Décembre 2018 / 9 Tevet 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1278 - 14.02.2018 - 29 Shevat 5778 

Vers une inculpation de Benjamin Netanyahou?
par Gerard Fredj
La Haute Cour de justice a rejeté une requête visant à empêcher la police de publier ses recommandations dans l'enquête concernant les " cadeaux" illicites liés à Arnon Mozes –le propriétaire du groupe de presse Yediot Aharonot-; ces recommandations pourraient viser l'inculpation du Premier ministre, Benjamin Netanyahou dans les affaires dites "1000" et "2000".

Le chef de la police, Roni Alsheikh, assistera à l'audience du Comité des affaires internes qui se prononcera sur l'enquête de police.

L'affaire "1000" concerne des cadeaux illicites que Benjamin Netanyahu aurait reçus de deux hommes d'affaires Arnon Milchan (un producteur et marchand d'armes israelo-américain dont la fortune approcherait les 4 milliards de dollars) et James Packer (le milliardaire australien qui possède notamment la chaîne Crown).

Le cas "2000" concerne les soupçons de corruption activie visant le Premier ministre, qui aurait proposé au propriétaire et éditeur de Yedioth Ahronoth, Arnon Mozes, des avantages en échange d'un traitement plus favorable du Premier ministre par le groupe de presse, et en particulier en laissant le "champ libre" à Israël Hayom, le quotidien gratuit de milliardaire des casinos Sheldon Adelson, un soutien inconditionnel de Benjamin Netanyahou et..Donald Trump.
La requête rejetée par la Haute Cour visait à empêcher la police de formuler des recommandations liées aux enquêtes, et notamment celles concernant Benjamin Neyanyahou.

Elle a été soumise par un avocat lié à la droite israélienne, Yossi Fuchs, qui a demandé au ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, d'imposer au chef de la police, Roni Alsheikh de ne aucune recommandation d'inculpation, à l'acte d'accusation figurant dans les conclusions de l'enquête.

Dimanche, le procureur général Avichai Mandelblit, nommé par le Premier ministre avait fait la même demande à la police, recommandant d'attendre le jugement de la Haute Cour.
Pour le Bureau du Procureur de la République, la recommandation était identique: la police devait transmettre des faits, des preuves, sans recommander ou non des poursuites ou une accusation.
Les députés proches du Premier ministre, et notamment ceux du likoud, ont demandé à Roni Alsheikh à participer à des auditions à la Knesset, pour examiner "la conduite de la police dans les enquêtes visant le Premier ministre".

Les pressions sont à peine masquées et le ton est donné, d'autant qu'Alsheikh estime que les enquêteurs de la police ont eux-mêmes été "espionnés" par des enquêteurs privés chargés de tenir aux courant "leur commanditaire "des preuves rassemblées contre le Premier ministre.
Cette assertion devrait, elle aussi, livrée à la Commission de la Knesset.
Les pressions exercées sur les enquêteurs sous-tendent un enjeu de taille: alors que le procureur de l'état (nommé par le gouvernement) recommande d'accuser Benjamin Netanyahou d'avoir reçu des "cadeaux" illicites, pour la police, il ne s'agit rien moins que de corruption active.

Le Premier ministre, ne s'est pas privé d'attaquer et de mettre en cause frontalement le chef de la police, ainsi que l'unité anti fraude, Lahav 433..
Finalement, la police, ne cédant à aucune pression, recommandait mardi soir une accusation de corruption active dans les deux dossiers. Les deux hommes d'affaire seront également inculpés

Selon la police, après l'élection de Netanyahou, le volume des cadeaux reçus à titre personnel a explosé, atteignant un million de shekels (environ 250 000 euros).
En fin de soirée, Benjamin Netanyahou répondait via son compte Facebook que les accusations étaient "ridicules" et jetaient une "ombre sur les enquêtes" de la police.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)