Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 17 Juin 2019 / 14 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  TURQUIE
Numéro 1210 - 25.03.2013 - 14 Nisan 5773 

La Turquie pourrait redevenir la destination favorite des touristes israéliens
par Mylène Sebbah
Dans le sillage des excuses de Benjamin Netanyahu à la Turquie, les échanges commerciaux entre les deux pays, meme s'ils n'ont jamais cessé, devraient connaître un nouveau rebond, au premier rang desquels le tourisme, alors que la Turquie a longtemps été la destination favorite des israéliens.

En dépit de la rupture des relations diplomatiques ces dernières années, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont maintenus.
En 2011, la Turquie était encore le septième partenaire commercial d'Israël.

La plupart des contrats d'approvisionnement militaires que les entreprises israéliennes avaient avec la Turquie, avaient également été honorés, y compris des systèmes électroniques d'alerte sophistiqués pour leur flotte aérienne.

Toutefois, selon l'Institut israélien des exportations, le volume combiné des exportations d'Israël et des importations de la Turquie, à l'exclusion des diamants, a diminué de 13% entre 2011 et 2012.

Le commerce bilatéral a été évalué à environ 3,5 milliards en 2012, contre 4 milliards de dollars en 2011. Les baisses les plus importantes entre 2011 et 2012 proviennent des industries chimiques ainsi que du secteur militaire.

Une reprise s'est toutefois amorcée au cours des deux premiers mois de 2013, avec 8% d'augmentation en janvier et février 2012, hissant la Turquie à la sixième place des échanges commerciaux avec Israël.
Cette tendance devrait se développer si se confirmait la restauration de relations normales entre Ankara et Jérusalem.

Il semble néanmoins que le nouveau gouvernement israélien – et notamment le nouveau ministre de la Défense, Moshe Ayalon-, soit plus circonspect sur l'opportunité de reprendre le transfert de "technologie militaire sensible" à la Turquie dans le contexte des relations que ce pays entretient avec l'Iran et de la montée de l'Islam dans tout le Moyen-Orient.

Le problème n'est pas tant le niveau de relation entre les deux pays que le Premier ministre turc lui-même, Recep Tayyip Erdogan qui, même avant l'incident de la Flottille pour Gaza, avait adopté une attitude très hostile envers Israël.
Toujours est-il que les relations qui prévalaient entre les deux pays avant son arrivée au pouvoir en 2003, font partie d'un lointain passé.

La plus grosse attente vient du secteur touristique qui s'est véritablement effondré depuis 2010, alors qu'en 2008, un demi-million d'Israéliens y avaient séjourné pour des vacances.
En 2012, si 687.100 passagers se sont envolés vers la Turquie, la plupart n'ont fait que transiter par le pays vers d'autres destinations, notamment l'Extrême-Orient et l'Amérique du Nord (les prix étant plus attractifs qu'en vols direct à partir d'Israël).

Il existe en Israël une forte demande pour les vols vers la Turquie, principalement parmi les populations arabe et russe et, dès avant les excuses de Netanyahou, les compagnies aériennes basées en Turquie avait augmenté le nombre de sièges sur les vols à destination et en provenance d'Israël pour la semaine des fêtes de Pessah et, selon l'Autorité des aéroports d'Israël, dans les deux premiers mois de cette année, environ 85 200 personnes avaient voyagé entre Israël et la Turquie (une augmentation de 59% par rapport à janvier et février de l'année dernière).

Toutefois Yossi Fattal, directeur le l'association des agents de voyage pense que la reprise sera lente.
Les chiffres diront si les Israéliens retrouvent e chemin de leurs destinations de villégiatures favorites comme Antalya et Bodrum.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)