Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Vendredi 23 Août 2019 / 22 Av 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  Lire aussi...
Numéro 1153 - 05.11.2012 - 20 Heshvan 5773 

Vingt quatre ans plus tard, Israël endosse l'exécution d'Abou Jihad
par Gerard Fredj
Pour la première fois, Israël a admis être responsable de l'exécution d'Abu Jihad, cofondateur et numéro deux de l'Organisation de Libération de la Palestine – OLP – à Tunis en Avril 1988.

C'est un journaliste d'investigation du quotidien Yedioth Aharonot, Ronen Bergman, qui a obtenu cette révélation de Nahum Lev, commandant de l'opération et, à priori, celui qui a exécuté le responsable palestinien.

L'interview, réalisée en 2000 peu de temps avant le décès de Lev dans un accident de voiture, avait été frappé d'interdiction par la censure militaire depuis lors.

En levant ce blocage, les autorités israéliennes confirment les conditions de la mise en œuvre de l'opération.

Abu Jihad (un nom de guerre signifiant le Père du Djihad), de son vrai nom Khalil al-Wazir, était considéré par Israël comme une menace importante pour sa sécurité.
Il fut la tête pensante de nombre d'attentats qui coutèrent la vie à des dizaines de civils (notamment l'attaque d'un bus sur la route côtière qui fit 38 morts et en blessa grièvement 70, et de nombreux autres dans les années 1970-80).

Depuis Tunis, il avait unifié les différentes factions de l'OLP et était accusé d'avoir orchestré la montée de violences qui conduisit à la première intifada en 1987.

Lev était le fils d'un physicien renommé, et le premier officier "religieux" de la prestigieuse unité "Sayeret Matkal".
Après sa formation d'officier, soldat d'élite, il fut nommé commandant en second de cette unité des forces spéciales, adjoint de Moshe Ya’alon (actuel Vice Premier ministre qui fut aussi chef d'état major).

Le commandement de l'opération fut confié à Lev, elle devait combiner la Sayeret et le Mossad.
Lev a expliqué au journaliste avoir "étudié chaque page, chaque détail du rapport transmis par les services secrets sur Abu Jihad"; il confesse qu'après avoir lu de combien de morts de civils il était responsable, il l'avait "exécuté sans hésitation".

Le 15 avril 1988, les commandos de la Sayeret Matkal et ceux de Shayetet (unité d'élite de la marine) naviguent vers le rivage tunisien. Lev commande le groupe de huit soldats qui doit investir la maison d'Abu Jihad tandis que les autres serviront, si nécessaire, de renforts.

Les soldats s'arrêtent à moins de 500 mètres de la maison; Lev et un autre soldat, vêtu en femme, déambulent comme un couple de touristes. Il porte une grande boîte de chocolat qui renfrme un pistolet. Le silencieux est dans son autre main.

Ils éliminent rapidement un garde du corps d'Abu Jihad qui s'est endormi dans sa voiture.
Le reste de l'unité rejoint alors et sécurise les issues de la maison et éliminent au passage un second garde du corps et le jardinier du chef terroriste qui avait décidé de dormir sur place.

Lev avoue "être attristé d'avoir du tuer le jardinier", mais, continue-t-il, dans ce type d'opération, "on est obligé que rien ne viendra entraver sa réussite".
Entrés dans la maison, un des officiers commence à ouvrir le feu et Lev confie que les chose se passent très vite : " Abu Jihad semblait avoir un pistolet dans la main, je lui ai tiré dessus d'une longue rafale, en évitant de toucher sa femme qui était apparue près de lui; nous l'avons touché et il est mort rapidement".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)