Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Dimanche 16 Juin 2019 / 13 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  EUROPE
Numéro 1241 - 04.06.2013 - 26 Sivan 5773 

Union européenne : l'Allemagne devrait soutenir la labellisation des produits israéliens fabriqués au delà de la Ligne Verte
par Mylène Sebbah
Le gouvernement allemand a donné son approbation tacite au souhait de l'Union européenne d'étiqueter les produits fabriqués sur les territoires controlés par Israël au-delà de la Ligne verte.

"À notre avis, est-il écrit, il n'est permis d'étiqueter avec les autocollants "Made in Israël" que les produits fabriqués dans les frontières de 1967".

Dans une lettre datée du 13 mai, le Dr Emily Haber, secrétaire d'État au ministère allemand des Affaires étrangères, fixait la position nouvelle et plus explicite du gouvernement de la chancelière Angela Merkel : "Le label "Made in Israël" est, selon l'avis du gouvernement fédéral, seulement autorisé pour les produits à l'intérieur des frontières de l'État d'Israël avant 1967", déclarait cette lettre.

Interrogé à son sujet, le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères se défendait de participer aux tentatives de boycott des produits israéliens et évoquait plus pudiquement la "nécessaire information due aux consommateurs" sur l'origine des produits.

Jusqu'à présent, toutes les exportations israéliennes vers les marchés européens, quelles qu'elles soient-y compris les produits fabriqués dans les implantations de Judée-Samarie-, sont étiquetées "Made in Israël".

Mais tout au long de l'année, le débat a fait rage au sein des pays membres de l'Union Européenne (soumis par ailleurs à la pression des groupes pro-palestiniens BDS qui prônent le boycott d'Israël) pour faire la distinction entre les produits fabriqués à l'intérieur et au-delà de la Ligne verte.

Andrew Stanley, l'envoyé de la diplomatie de l'UE, lors de sa mission en Israël, a déclaré à la radio militaire qu'aucune décision définitive n'a été prise par les États membres et que des discussions sont en cours.
Il a ajouté que le débat est vif sur cette question et est le reflet de "l'impatience croissante de l'Europe face à la politique de colonisation du gouvernement israélien".

Selon la radio militaire israélienne, les gouvernements européens sont déterminés à aller jusqu'au bout de cette étape, niant ainsi les rumeurs selon lesquelles ils avaient abandonné leurs discussions dans ce domaine à la demande de l'administration Obama.

La défection de l'Allemagne serait un coup dur pour Israël qui a toujours pu compter sur son soutien (ou sa neutralité bienveillante) en diverses occasions dans un cénacle - l'UE - dont beaucoup de membres ne cachent pas leur soutien inconditionnel aux Palestiniens.
Mais Angela Merkel, dit-on, est furieuse de la poursuite de la "colonisation" de Jérusalem.

Au ministère israélien des Affaires étrangères, on prend la chose très au sérieux.
Les diplomates israéliens craignent que l'étiquetage de la production des implantations ne soit en fait qu'une première étape vers un éventuel boycott européen des produits israéliens dans leur ensemble. "Nous allons nous battre et nous avons les outils pour le faire ", a déclaré, le vice-ministre des Affaires étrangères Ze'ev Elkin à la radio militaire.
"Il n'est pas une réunion, une délégation de diplomates ou une rencontre avec des ministres européens où cette question n'est pas soulevée".

Mais Ze'ev Elkin se souvient aussi du temps où l'ONU avait adopté la résolution assimilant le sionisme au racisme en 1975 qui a finalement été abolie en 1991. "Ce n'est pas une cause perdue", assure-t-il.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)