Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 24 Juin 2019 / 21 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1076 - 21.02.2012 - 28 Shevat 5772 

Une présence juive dans le désert blanc
par Gerard Fredj
Les émissaires du mouvement Habad-Loubavitvh – sont habitués à se rendre là où aucun autre mouvement juif ne va; un nouveau défi, l'Antarctique.

Après avoir ouvert des Beit Habad aux quatre coins du monde, le mouvement lubavitch va désormais investir le grand froid : un des émissaires a quitté l'Argentine en direction du continent froid.

Pour Meir Alfasi,il ne s'agit que d'une nouvelle mission :" le Rabbi a déclaré que le Tanya devait être imprimé dans chaque endroit où résidaient des juifs..Même si il n'y en a qu'un ". Et, selon l'émissaire, il y a de nombreux scientifique ou voyageurs juifs en Antarctique.
(Ndlr : le Tanya est le livre fondateur du mouvement loubavitch, un recueil de conseils donné par le fondateur de la hassidout habad, édité pour la première fois en 1797; le Tanya tire son nom du premier mot de l'ouvrage, Tanya, qui signifie "on a enseigné").

Meir Alfasi reconnaît qu'il va se retrouver su place face à deux défis : constituer un mynian (10 hommes) pour assurer les offices religieux, et disposer de nourriture casher sur place.
Mais il assure s'être préparé à cela : "Nous avons pris a bateau depuis Ushuaïa en Argentine, la ville située la plus au sud dans le monde; il y avait à bord six israéliens et 4 touristes juifs, nous avions donc un mynian.

J'ai emporté avec moi de la nourriture, du pain, des fruits, donc je gère".
Mais l'envoyé du mouvement loubavitch reconnaît que les premiers jours, dans une violente tempête, et ceux qui ont suivis, représentent une expérience qui n'est pas facile, mais cela ne le fait pas renoncer à ses habitudes " le premier shabbat était fantastique avec du pain et du saumon congelés, mais de magnifiques chants", raconte—t-il.

Etre au bout du monde durant l'été signifie aussi des heures de soleil en plus, avec shabbat qui se termine à 23h30 certains samedis "une façon de profiter encore plus longtemps du shabbat dans un monde tout blanc, entouré d'icebergs, de pingouins et de dauphins" apprécie Meir Alfasi.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)