Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Dimanche 22 Septembre 2019 / 22 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1138 - 14.09.2012 - 27 Elul 5772 

Territoires palestiniens : la contestation sociale pourrait se retourner contre Israël
par Gerard Fredj
Salaam Fayyad, premier ministre de l'Autorité palestinienne tente, comme il le peut, de contenir le mécontentement qui enfle dans les territoires qu'il administre.
Mais les troublent commencent à inquiéter Israël, qui pourrait bien également en faire les frais.


Ainsi, à plusieurs reprises, dans les manifestations, on a pu entendre de nombreux slogans aux accords signés avec Israël – les accords d'Oslo – ou demandant l'abrogation des accords de Paris, signés dans la foulée en 1994, qui lient l'économie palestinienne à Israël, accords que nombre de palestiniens considèrent comme la source de tous leurs maux économiques.

A Naplouse ou Tulkarem, les slogans hostiles au gouvernement et à Mahmoud Abbas prédominaient – lui qui il y a quelques jours accueillait ces mouvements de protestation comme le "printemps palestinien", sans comprendre qu'il était le premier visé par l'expression du mécontentement.

Un professeur en communication de l'Université de Bir Zeit exprimait lui la crainte que des manifestations ne "soit que je début de quelque chose de plus important, peut être même une 3è intifada".
Selon lui, les mesures d'urgence adoptées par le gouvernement palestinien sont insuffisantes et surtout trop tardives, compte tenu de l'ampleur des manifestations.

Depuis une semaine, plusieurs d'entre elles se sont achevées en affrontements violents avec les forces de sécurité palestiniennes.
L'Autorité palestinienne (AP) est clairement menacée : cette situation n'est pas dangereuse ni pour le Hamas – qui n'hésite pas à réprimer violemment de tels mouvement de foules – alors que le gouvernement palestinien est dangereusement affaibli et ne pourra faire face à une longue vague de protestation.

D'autant que les critiques viennent également du camp du président de l'AP avec le Hamas (le parti de Mahmoud Abbas) qui a publiquement pris position contre les mesures de Salaam Fayyad, les jugeant "très insuffisantes".

Mais le porte parole du Fatah préfère rechercher la responsabilité de la situation sur Israël : Ahmad Assaf, estime que la vraie solution "est la fin de l'occupation qui contrôle nos ports, nos routes et nos ressources naturelles" ajoutant que "l'indépendance économique est indissociable de l'indépendance politique".

"Nous nous attendions à ce que la situation explose à Gaza, personne n'aurait imaginé de telles manifestations en Cisjordanie", commente un journaliste.
Au contraire, pour Hillel Freisch, un chercheur expert de la vie politique palestinienne à l'Université Bar, l'érution violente qui secoue la Cisjordanie n'a rien d'étonnant : les palestiniens y entrent dans une récession aigüe après plusieurs années de prospérité économique – ce qui n'est pas le cas de la bande de Gaza.

C'était pour éviter cette explosion que Benjamin Netanyahou et le gouverneur de la banque d'Israël, Stanley Fischer, avaient plaidé auprès du Fonds Monétaire International un prêt relais pour l'Autorité palestinienne de 100 millions de dollars. Une démarche inhabituelle qui avait été rejetée par le FMI.

Le Premier ministre israélien serait intervenu cette semaine auprès des USA et de l'Union européenne pour obtenir une aide d'urgence.
Israël craint la tournure que pourrait prendre une déstabilisation de l'Autorité palestinienne mais aussi…les possibles répercussions économiques : le marché palestinien absorbe pour 3,4 milliards de dollars d'exportations israéliennes, essentiellement pour tous les produits hors haute technologie.

Les territoires palestiniens représentent le deuxième "client " d'Israël, un marché crucial pouyr l'économie israélienne.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)