Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Dimanche 22 Septembre 2019 / 22 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  PRINTEMPS ARABE
Numéro 1017 - 25.10.2011 - 27 Tishri 5772 

TUNISIE - Deux juifs tunisiens candidats aux élections de la Constituante
par David Koskas
Alors que le résultat définitif des élections tunisiennes sont annoncés pour ce mardi, et que, d'après les observateurs, le parti islamiste serait déjà crédité de 25 à 30% des voix (insuffisant cependant pour gouverner sul), le patron du seul restaurant casher de Tunis, le Juif tunisien Gilles Jacob Lellouche, est candidat aux premières élections libres du pays.

Il est en deuxième position sur la liste de l'Union Populaire Républicaine (UPR), un petit parti parmi les centaines qui ont fleuri après la chute de Ben Ali.

Gilles Lellouche déclare avoir choisi ce parti car il est "ouvert, modéré et opposé aux extrémismes". Des qualificatifs que Gilles voudrait coller à la Tunisie, son pays; il n'a donc pas hésité à rejoindre le parti quand ses membres l'ont approché.

Dimanche, cet habitant de la Goulette s'est présenté au bureau de vote à 7h du matin accompagné de sa mère, âgée de 82 ans, qui tenait à être la première à lui donner sa voix.

Pas sûr pourtant que le soutien maternel suffise à l'élire au sein de la future assemblée constituante. "Je ne sais pas si je serai élu, et ce n'est pas mon objectif", assure-t-il.

Gilles souhaite, par son geste, montrer aux Tunisiens que des citoyens issus des minorités peuvent s'investir dans la construction du pays. "Je vais essayer de représenter à l'assemblée les minorités, et pas seulement la minorité juive, parce que je pense être la seule personne non-musulmane à concourir à ces élections", explique-t-il.

Selon lui, "la communauté juive est en sécurité en Tunisie", et "malgré ce qu'on a pu entendre, la récente révolution ne l'a pas prise pour cible – en dehors de quelques exceptions" ajoute-t-il.

Quant à l'annulation des festivités de Lag Baomer, il la justifie en indiquant qu'il aurait été déplacé de se réjouir alors que des Tunisiens mourraient dans le même temps pour la révolution.

Pour Gilles, l'avenir est à la démocratie en Tunisie. "J'ai un garçon qui vit à Londres, et une fille à Paris", confie-t-il. "J'espère qu'un jour, ils reviendront ici vivre dans un pays démocratique".

Un autre candidat juif se présente également aux suffrages : il s'agit d'Elie Trabelsi, qui réside lui à Paris, où il dirige une société d'informatique. Il est le fils de Félix Trabelsi, le Président de la communauté juive de la Ghriba, à Djerba.

Il s'agit des premières élections libres pour désigner une assemblée constituante. En dépit de la révolution, un non musulman ne peut pas accéder à la Présidence de la République en Tunisie.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)