Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 24 Juin 2019 / 21 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  Lire aussi...
Numéro 1153 - 05.11.2012 - 20 Heshvan 5773 

Russie : le silence des juifs de Poutine
par Misha Uzan
Dans la Russie de Vladimir Poutine, les juifs ont choisi le silence.

Bien que les grandes organisations humanitaires juives aient contourné les problèmes jusqu’à présent, elles craignent d‘être de plus en plus touchées par la répression du pouvoir.

Après l'effondrement de l'Union soviétique, les grandes institutions juives internationales sont intervenues rapidement en Russie afin d'aider à la reconstruction des institutions de la vie juive, détruites par la répression communiste.

Au cours des deux décennies qui ont suivi la fin du communisme en Russie, la communauté juive a connu un renouveau remarquable.
Des institutions juives comme l’American Jewish Joint Distribution, l'Agence juive pour Israël ou le mouvement Habad-Loubavitch ont été omniprésentes à chaque étape.

Toutefois il semble à présent que l’environnement autour de Vladimir Poutine soit de plus en plus hostile envers les organisations non gouvernementales, et certains pensent qu’un réel danger pèse sur les juifs.

“Nous sommes dans une phase très réactionnaire”, a déclaré James Brooke, le correspondant à Moscou pour la Voix de l'Amérique.
"La direction actuelle n'est pas favorable à la société civile et préfère la vision verticale du pouvoir, un régime autoritaire.”

Le 1er octobre, signe de la montée des tensions entre Washington et Moscou, la Russie a annoncé qu'elle mettait fin à toutes les opérations de l'Agence américaine pour le développement international en Russie.
Il s’agissait d’un programme ayant investi plus de 2,7 milliards de dollars en Russie depuis 1991 pour promouvoir "une société plus ouverte et innovante, ainsi qu'un partenariat renforcé entre la Russie et les Etats-Unis."

Selon un fonctionnaire de l’agence, citant l’exemple de l’emprisonnement des Pussy Riots pour avoir interprété une chanson hostile au pouvoir dans une église, la répression se renforce et “les groupes juifs sont conscients qu'il existe un antisémitisme sous-jacent très fort en Russie”, ce qui ne les rassure pas.

Actuellement le parlement russe étudie une loi sur le blasphème qui incrimine les actes de “sacrilège” contre l'une des religions reconnues.
Par ailleurs, une nouvelle loi exige que les groupes qui acquièrent des fonds de l'étranger se déclarent “agents étrangers” - une catégorie qui semble inclure les groupes juifs internationaux qui fournissent de l’aide aux institutions locales.

Publiquement, les organisations juives disent qu'elles ne sont pas concernées, et soulignent que leur travail est humanitaire et non politique.
"Nous fournissons une assistance pour les programmes humanitaires, d’éducation et communautaires, qui n'ont rien à voir avec les processus politiques et la situation en Russie" a déclaré Misha Galperin, président et chef de la direction de l'Agence de développement international juif.

En privé, toutefois, les organisations juives s’assurent de ne pas aller à l'encontre d'un régime qui, ces derniers mois, a fortement restreint les activités des ONG étrangères en Russie. Pour Ben Cohen, ancien directeur des affaires européennes de l'Anti-Defamation League américaine – ADL -, il faut se dégager clairement de toute critique du régime.

“La communauté juive organisée a toujours été très prudente, et veille à ne pas s'aliéner le gouvernement russe", a-t-il dit, rappelant que les écoles juives, les synagogues et les centres communautaires ont fleuri en Russie depuis que Poutine est arrivé au pouvoir en 2000.

Dans l’état actuel des choses, Poutine a de bonnes relations avec la communauté juive.
Il a développé des relations personnelles avec certains dirigeants juifs - notamment le Rabbin Berel Lazar, l'un des deux grands rabbins russes.
L’ORT, le réseau international d'écoles juives travaille étroitement avec le gouvernement dans le fonctionnement des écoles et des programmes éducatifs en Russie.

L'ORT Moscou, qui a ouvert en 1996, compte 4000 élèves, et l'ORT de Gunzburg, une école juive à Saint-Pétersbourg,ont reçu le Prix du Président - la plus haute distinction en Russie pour l'innovation et l'excellence dans l'enseignement.
De même, des groupes juifs, dont la Hebrew Immigrant Aid Society et le Comité paritaire de discipline ont indiqué qu'ils n'ont pas eu de problèmes avec le gouvernement et que les tensions américano-russes n’ont pas affecté leurs opérations.

Le compromis tacite, déclare Ben Cohen, est que les organisations juives ne peuvent pas critiquer le régime.
Les tensions américano-russes n'auront pas d'incidence sur les groupes juifs, "à moins qu’elles ne défient le gouvernement.
" Poutine est un homme méprisable, mais il est très fin," ajoute Ben Cohen. “Il comprend qu'entrer dans une confrontation inutile avec les organisations juives ne servira pas ses intérêts."

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)