Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 27 Novembre 2014 / 5 Kislev 5775
Abonnement Gratuit aux Newsletters



  HISTOIRE
Numéro 1206 - 18.03.2013 - 7 Nisan 5773 

Quand la paix entre Israël et l''Egypte a failli capoter
par Mylène Sebbah
Les Archives de l'État d'Israël publient cette semaine le procès-verbal des dernières discussions qui eurent lieu entre le Premier ministre Menahem Begin et l'ancien président américain Jimmy Carter lors de la visite de ce dernier en Israël en 1979.
Les documents révèlent à quel point les réunions qui avaient pour objet de forger les derniers détails du traité de paix israélo-égyptien, furent pour le moins tendues entre les deux hommes et faillirent bien échouer.


Acculé à des changements de dernière minute dans le texte du traité de paix israélo-égyptien, le Premier ministre israélien Menahem Begin a refusé une présence égyptienne à Gaza, et insisté pour ne pas être poussé à la signature du traité historique.

Six mois plus tôt, le 17 Septembre 1978, les Accords de Camp David avaient posé le cadre d'un traité de paix officiel entre Israël et l'Égypte qui devait être négocié sous les auspices des États-Unis.
Mais dans les mois qui suivent, les négociations s'enlisent et Jimmy Carter décide alors de rendre visite à chacune des deux parties pour user de toute son influence.

Lorsqu'il arrive en Israël le 10 mars 1979 après avoir rencontré tout d'abord le président Sadate en Égypte, c'est pour lui le moment ou jamais.
Il est à tel point désireux de conclure qu'il espère signer et faire signer le traité malgré l'opposition du Premier ministre israélien sur certains détails.

Mais Menahem Begin lui tient tête : "Monsieur le Président, nous ne signerons que ce sur quoi nous nous sommes mis d'accord, nous ne signerons pas ce qui pose encore problème."

Dès leur première rencontre, Jimmy Carter informe Menahem Begin que l'Égypte exige la présence d'une délégation égyptienne dans la bande côtière de Gaza, une demande plutôt surprenante car elle ne figurait pas dans l'accord de Camp David.
Les dirigeants israéliens craignent que la présence égyptienne dans la bande n'enflamme les Palestiniens et les amène à demander leur indépendance.

Carter demande également au Premier ministre de publier un calendrier du retrait de la péninsule du Sinaï.
Le Premier ministre israélien est furieux : "Quoi, nous en sommes déjà aujourd'hui à décider des étapes du retrait ?".
La question est alors discutée en réunion du Cabinet israélien et Menahem Begin y fustige les prétentions égyptiennes sur Gaza : "Pourquoi devrions-nous satisfaire la fantaisie de Sadate ou des Américains ?
Nous ne devons pas permettre aux égyptiens de gérer les habitants de Gaza.
Ce serait de reconnaître leurs revendications et la première étape vers l'indépendance palestinienne. Pour nous, cela signifierait la défaite dans le plein sens du terme.".

Ariel Sharon, alors ministre de l'Agriculture, surenchérit.
Pour lui, Israël ne doit même pas en discuter.
Le même homme qui, vingt-six ans plus tard, mit en œuvre le retrait de la bande de Gaza, harangua ce jour-là les membres du cabinet israélien : "Cela voudrait dire un État palestinien le mois prochain", prévient-il, "vous ne connaissez pas la bande de Gaza.
Quel qu'en soit le prix, cela ne peut pas arriver, jamais !".

Le premier ministre israélien se dit déterminé à ne rien céder sur les questions cruciales même si cela signifie annuler les accords :
"Je désire cette paix de tout mon cœur, dit-il au Président américain, "mais je veux que nous signions cet accord de paix, vous et moi, selon les termes dont nous avons convenu ensemble."

Cette fois-là, Jimmy Carter repart les mains vides mais les négociations se poursuivent par le biais des représentants des Etats-Unis.
Un appel arrive enfin à la Maison Blanche : c'est Menahem Begin.
Il se dit prêt à signer. "C'est la meilleure nouvelle de ma vie," s'exclame Jimmy Carter.

Le 26 Mars 1979, le Premier ministre israélien Menahem Begin, le Président égyptien Anouar el-Sadate et Jimmy Carter se sont retrouvés sur la pelouse de la Maison-Blanche à Washington pour la fameuse "triple poignée de mains".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)