Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 16 Septembre 2019 / 16 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1107 - 30.04.2012 - 8 Iyyar 5772 

Quand l'Amérique s'opposait à la création de l'Etat d'Israël
par David Koskas
En avril 1948, l'administration Truman adresse une menace sans précédent à la communauté juive.

Le Président américain menace les leaders de la communauté juive américaine de déclencher une vague d'antisémitisme dans le pays s'ils militaient pour la proclamation de l'Etat d'Israel, selon le docteur Rafael Medoff.

Medoff, éditorialiste au Jerusalem Post, indique avoir fait ces découvertes dans des archives alors qu'il travaillait à son prochain livre, consacré aux relations entre le président américain Herbert Hoover et les Juifs.

Il consultait alors, parmi des documents appartenant à Nahum Goldmann – un des plus importants animateurs du mouvement sioniste international - conservés dans les Archives sionistes centrales de Jérusalem, un rapport de neuf pages contenant la transcription des conversations entre le sous-secrétaire d'Etat Robert A. Lovett et le leader sioniste, cofondateur du Congrès juif mondial.

"Vu la situation actuelle, il nous faut une trêve.
Si vous l'empêchez, nous allons devenir beaucoup plus durs.
Nous nous laverons les mains de tout et nous empêcherons toute aide de vous parvenir.
Nous publierons un Livre blanc, qui est déjà en préparation", aurait dit Lovett à Goldmann, selon ce dernier.

Le président Harry Truman avait apporté son soutien au Plan de partage de la Palestine de l'Organisation des Nations unies, approuvé le 29 novembre 1947, mais en novembre 1948, son administration changea d'avis : elle craignait que le partage ne réussisse pas et lui préféra une solution de tutelle internationale, évoquée par le terme "trêve" sous la plume de Goldmann.

"L'antisémitisme se développe, comme jamais auparavant, dans des groupes et dans des cercles qu'il n'avait jamais touché.
Un tel Livre blanc nuirait considérablement aux Juifs dans le pays, et, une fois publié, je doute que les leaders juifs de premier plan qui vous aident aujourd'hui continueront de le faire", aurait continué Lovett.

Une semaine plus tard, les leaders sionistes des Etats-Unis et du Yichouv se réunissaient à New York pour décider de la marche à suivre.
Tablant sur la crainte de Truman de perdre le vote juif au profit des républicains, jugés plus pro-sionistes lors élections prévues quelques mois plus tard, ils décidèrent de ne pas céder devant le département d'Etat.

Medoff n'a pu mettre la main sur ce Livre blanc en préparation, et ne peut pas donc pas formellement identifier la forme qu'auraient prise ces incitations nuisibles à la communauté juive.
Il soupçonne néanmoins qu'il aurait été question de double allégeance, de la responsabilité qu'auraient portée les Juifs sur l'envoi de soldats américains au Proche-Orient et sur les pertes potentielles qu'aurait pu subir l'armée américaine.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)