Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 27 Mars 2019 / 20 AdarII 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1266 - 18.07.2014 - 20 Tammuz 5774 

Pourquoi Israël fournit gaz et électricité à Gaza en dépit de la guerre
par Gerard Fredj
Tandis que le Hamas inonde le territoire israéliens de roquettes et de missiles, et qu'une offensive terrestre suit plusieurs centaines d'attaques aériennes israéliennes sur les infrastructures qui tirent sur les civils israéliens, Israël continue à fournir eau et électricité aux résidents de l'enclave.

Et ce n'est pas par générosité.

Ainsi donc, Israel Electric Corp (IEC) continue à alimenter Gaza, ses résidents, mais aussi probablement les installations du Hamas et du jihad islamique, et Mekorot, la compagnie nationale des eaux d'Israël complète l'offre de production locale.
Tout comme est continu le trafic des camions chargés de marchandises qui transitent régulièrement par le poste frontière de Kerem Shalom.

Une anomalie? Pas vraiment.
La situation reflète une conséquence issue des accords d'Oslo : Israël assume le plein contrôle des frontières extérieures terrestres, aériennes et maritimes de la bande de Gaza ( à l'exception du point de passage de Rafah avec l'Egypte).
Au regard des lois internationales – encore plus depuis qu'Israël impose le blocus de l'enclave – Israël est tenu pour responsable des populations civiles, de leur subsistance et de leurs conditions de vie.

La fourniture d'électricité à la bande de Gaza reflète la dépendance de Gaza.
Le territoire est alimenté par 3 sources locales: les centrales en fonction dans la bande, l'Egypte et Israël.
Côté israélien, l'électricité est fournie douze heures par jours, ce qui contraint les habitants à adapter leur mode de vie.
Dans les bâtiments d'une certaine hauteur, des générateurs à essence ont été ajoutés.
Dans les grattes ciels (il y en a !) les résident adaptent leurs horaires aux heures de fourniture d'énergie pour pouvoir utiliser les ascenseurs.

Si il ne tenait qu'au patron d'Israel Electric Corporation, il y a longtemps que l'électricité aurait été coupée : l'Autorité palestinienne doit près d'1,5 milliards de shekels de factures impayées à la compagnie (près de 30 millions d'euros, une paille).
Le Président de la compagnie, Yiftah Ron-Tal, a, à plusieurs reprises, que la décision de continuer la fourniture d'énergie était une décision politique et certainement pas économie.

Des membres du gouvernement auraient recommandé à IEC de n'interrompre la fourniture d'électricité, aussi bien à Gaza que dans les territoires de l'Autorité palestinienne qu'un minimum de temps chaque jour.
Une façon pour Benjamin Netanyahou d'échapper aux vives critiques internationales, et notamment occidentales; et d'éviter une rupture de statut quo : la fourniture d'électricité, d'eau et de marchandises fait partie intégrante des accords signés au cours des précédents conflits avec la bande de Gaza (Plomb durci en 2008-2009, ou Pilier de Défense en 2012).

Sur le plan humanitaire également, l'interruption des services poserait un problème : Israël ne peut couper sélectivement l'électricité ou l'eau au Hamas et au Jihad islamique, tout en continuant à fournir la population. C'est tout ou rien, le tout pouvant engendrer un désastre humanitaire qui pourrait affecter les civils ou les hôpitaux par exemple.

L'alimentation électrique des Palestiniens est assurée par la Jérusalem-Est Electric Corporation, qui achète pour le compte de l'Autorité palestinienne (AP) l''énergie redistribuée aux résidents des territoires de l'AP.
Bien que le Hamas, dans la bande de Gaza, agisse sur ce plan indépendamment de l'Autorité palestinienne, la compagnie nationale israélienne d'électricité a pris l'habitude de transmettre les factures à l'Autorité palestinienne.
De nouvelles lois prélèvent les factures dues par la bande de Gaza directement sur les taxes perçues par Israël pour le compte de l'AP.
Les dix lignes à haute tension reliant le réseau électrique israélien à la bande de Gaza font transiter la moitié de ce que requiert une alimentation normale de Gaza.

C'est cette dépendance qui oblige Israël, à la fois légalement et pour des raisons humanitaires, à fournir de l'électricité à Gaza, et ce qui empêche le Hamas ou l'Autorité palestinienne de rompre totalement avec Israël.
Jusqu'en 2006, une ancienne centrale électrique, fonctionnant au diesel, fournissait locale de l'électricité à Gaza.
Elle a été bombardée par l'armée israélienne lors de l'opération Plomb durci.

Pour être autonome, la bande de Gaza devrait construire une centrale électrique d'environ 400 mégawatts, des travaux qui prendraient de 36 à 48 mois, pour environ 700 00 euros.
Il faudra raisonnablement une dizaine d'années pour arriver à ce résultat… si les aides éventuelles ne finissent pas dans les poches des dirigeants de l'organisation terroriste.
Pour le carburant, la situation est identique; les gazaouis ont besoin de l'essence et du diesel en provenance d'Israël pour les générateurs électrique et les véhicules.
Les carburants sont actuellement fournis à la bande de Gaza à parts égales par le groupe BAZAN Oil Refineries Ltd, contrôlée par la famille Ofer, et par Paz, les propriétaires de la raffinerie d'Ashdod.

Les deux sociétés transfèrent à Gaza environ 200 000 litres de diesel et d'essence par jour, en plus de plusieurs milliers de litres de gaz domestique.
Même durant les combats actuels, les livraisons sont assurées.
Les revenus générés par les contrats essence et diesel s'élèveraient à 2 milliards de dollars par an et par fournisseur.

Les habitants de Gaza sont dépendants d'Israël pour leur approvisionnement en eau; Mekorot fournit, comme le prévoient les Accords d'Oslo, c 5 millions de mètres cubes par an.
Le gouvernement du Hamas a également fait procéder à des forages le long de la côte pour trouver de l'eau.
Des sondages inefficaces car les sources d'eau potables de Gaza sont pour la plupart contaminées par les eaux usées; l'irrégularité de l'alimentation électrique a endommagé les systèmes drainage et de traitement des eaux usées, qui ont contaminé le réseau d'alimentation en eau.

La plupart des habitants de Gaza sont donc obligés de faire bouillir l'eau du robinet avant de la boire. Les forages de Gaza sont tellement désordonnés qu'ils ont également pollué le réseau aquifère de la région d'Ashkelon, une situation qu'Israël n'a pu faire cesser. (Avec Calcalist).

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)