Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Vendredi 16 Novembre 2018 / 8 Kislev 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  EDITO
Numéro 960 - 25.01.2011 - 20 Shevat 5771 

Palestine papers - Les révélations d'Al Jazeera; à qui profite le crime
par Gerard Fredj


De manière quasi certaine, on peut affirmer que la " fuite " ne trouve pas son origine dans la classe politique israélienne; des partis au pouvoir à l’opposition, personne n’a intérêt à faire apparaître Israël comme la partie éternellement intransigeante.

Dans la plus violente des réactions palestiniennes, Yasser Abed Rabbo, conseiller de Mahmoud Abbas, pointe directement l'émir du Qatar, cheikh Hamad ben Khalifa al-Thani, (la chaîne Al-Jazeera est une TV Qatari), d'avoir organisé une campagne de sape de l'Autorité palestinienne.

Le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Maliki a d’ailleurs accusé " Al-Jazeera d'aider Israël à liquider l'Autorité palestinienne ".

Les documents n’ont, en tous cas, pu être remis à la télévision Qatari, que par un membre du premier cercle des négociateurs palestiniens, ou des proches de Mahmoud Abbas.

L’ancien homme fort de la bande de Gaza jusqu'à la prise de pouvoir du Hamas, Mohammad Dahlane, en conflit ouvert avec le Président palestinien, sous le coup d’une inculpation pour corruption, aurait un intérêt certain à déstabiliser Abbas.

Nul doute également que le frère ennemi du Hamas, en rivalité permanente avec l’Autorité Palestinienne pour le leadership politique des palestiniens, ne jubile de la publication des " Palestine papers ".
Mis au ban des négociations, il reprend la main comme seul défenseur des intérêts du peuple :

" Ces documents secrets sont graves et montrent l'implication de l'Autorité du Fatah dans les tentatives de liquidation de la cause palestinienne, en particulier sur le dossier de Jérusalem et des réfugiés ", a déclaré le porte-parole du Hamas à Gaza.

Mais on ne peut non plus écarter l’hypothèse d’une manœuvre issue du blocage des négociations.
Alors que les palestiniens multiplient les succès diplomatiques et les reconnaissances de leur État virtuel, se posent la question du passage "à l'acte".

Pour la plupart des grandes puissances, une déclaration unilatérale d'indépendance palestinienne n'est pas concevable, la position officielle étant que cet état ne peut "accoucher" que d'un accord bilatéral; sauf si il n'y a pas le choix.

Des négociateurs - où d'anciens négociateurs - exaspérés par l'absence de progrès tangibles du processus de paix, auraient pu utiliser ce moyen pour contraindre leur direction à une position plus radicale, et faire monter la pression sur Israël, qui apparaîtrait comme la partie refusant tout concession, responsable de l'échec des négociations.

"Palestine papers "montre, en effet, un leadership palestinien faible, qui ne comprend pas les demandes israéliennes, et se heurte à une administration américaine qui, somme toute, fait peu cas de lui.

Au-delà du sensationnalisme journalistique, on peut s’interroger, autant sur la source de ces documents, que sur les objectifs poursuivis par ceux qui les publient.

Ils vont, à très court terme, discréditer l’Autorité palestinienne, que le Hamas accusera de brader les intérêts palestiniens, et montre les israéliens comme des négociateurs intransigeants.

Mahmoud Abbas n'aura d'autre choix, pour recouvrer un tant soi peu de crédibilité, que de hausser le ton et le niveau de ses revendications à l'égard d'Israël, dans un cycle bien connu.

Comme si, finalement, tous autres bords disqualifiés, il ne restait, face à face, que les extrêmes.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)