Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 19 Juin 2019 / 16 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  ENERGIE
Numéro 1219 - 15.04.2013 - 5 Iyyar 5773 

Noble Energy - Du gaz israélien pour l'allié du Hamas
par Gerard Fredj
La société américaine Noble Energy, le plus important partenaire des sociétés israéliennes exploitant le gisement gazier de Tamar aurait l'intention de travailler sur le lancement d'un projet qui associerait Israël et La Turquie.

Alors que les deux puissances régionales tentent de normaliser leurs relations depuis deux semaines – avec un succès plus que mitigé -, Charles Davidson, le directeur général de noble Energy travaille sur l'idée d'un pipeline qui permettrait d'acheminer le gaz israélien vers la Turquie.

Selon lui, Noble Energy espère doubler la production dans les cinq ans à venir – et voir ainsi ses ressources tirées du gisement doubler.
On sait que la Turquie est intéressée à diversifier son approvisionnement pour contrecarrer la toute puissance du tout-puissant fournisseur de gaz russe, Gazprom.

Encore faut-il qu'Israël prenne la décision de d'exporter son gaz et que les relations entre les deux pays s'améliorent suffisamment pour que l'état hébreu accepte de livrer Ankara.
On n'en est encore loin : la Turquie bloque encore la participation d'Israël aux activités de l'OTAN (voir notre article).

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan a, à plusieurs reprises depuis qu'il est au pouvoir, manifesté la volonté de se rendre dans la bande de Gaza.
La dernière en date, il y a quinze jours, a provoqué la colère des Etats-Unis, dont les pressions ont, dans un premier temps, conduit au report de la visite.
Mais dimanche, Erdogan a annoncé qu'il se rendrait "prochainement" dans l'enclave; il n'a pas donné de dates précises, mais a spécifié que ce déplacement se tiendrait vers la fin mai.

Erdogan doit effectuer un déplacement officiel aux Etats-Unis cette semaine et rencontrer Barack Obama le 16 mai à Washington.
Une annonce qui sonnera comme une déception aux Etats-Unis où Barack Obama - qui a pesé de tout son poids sur Benjamin Netanyahou pour obtenir des excuses israéliennes sur l'arraisonnement du Mavi Marmara -, espérait avoir dissuadé le dirigeant turc de pencher "de l'autre côté".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)