Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mardi 18 Juin 2019 / 15 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  HISTOIRE
Numéro 1230 - 07.04.2013 - 27 Nisan 5773 

Moshe Hirsch, le rabbin de Yasser Arafat
par Mylène Sebbah
Lorsqu'il est mort à Jérusalem le 2 mai 2010, le rabbin Moshe Hirsch était connu pour la fonction de Conseiller aux affaires juives de Yasser Arafat, un poste qu'il avait exercé jusqu'à la disparition du leader palestinien.

Moshe Hirsch, né à Brooklyn en 1923, a grandi dans un judaïsme orthodoxe - mais pas "haredi".

C'était un garçon jovial et plein d'esprit qui aimait jouer au punchball, un jeu dérivé du baseball. Excellent étudiant, il a fait des études rabbiniques à la prestigieuse Yeshiva de Lakewood dans le New Jersey. La légende veut que son colocataire n'ait été autre que celui qui deviendra le "rabbin chantant", Shlomo Carlebach.

Le point qui aurait fait "basculer sa vie", s'est produit lorsque le Rabbi Aharon Katzenellenbogen de Jérusalem a demandé au chef de la Yeshiva de Lakewood de lui envoyer son meilleur élève pour le marier à sa fille.

Aharon Katzenellenbogen était l'un des deux fondateurs, l'autre étant Rabbi Amram Blau, de Neturei Karta (littéralement, "les gardiens de la ville" en araméen).
Le groupe basé à Mea She'arim était le résultat d'une scission en 1937 du parti politique haredi Agoudat Israel, qui n'était pas jugé suffisamment anti-sioniste par certains de ses membres.

Neturei Karta s'est constitué comme une secte non-hassidique avec des membres descendant des étudiants du Gaon de Vilna, le "Sage" de sa génération qui au 18ème siècle prit la tête de l'opposition au hassidisme.

Dans les années 1950, des survivants de la Shoah créèrent des communautés Neturei Karta à New York, en France et en Angleterre mais Jérusalem est resté le centre de leurs institutions appelées collectivement Torah Veyira (Torah et la crainte de Dieu).

L'opposition de Neturei Karta à l'État d'Israël vient moins du fait qu'il est un État laïc ne fonctionnant pas selon la loi juive, mais plutôt que l'acte d'établissement de cet État vient à l'encontre d'un des principes de base du judaïsme, à savoir que les Juifs ne seront rétablis dans leur patrie qu'avec la venue du Messie.

Moshe Hirsch, désigné comme le meilleur élève de sa yechiva, est donc parti à Jérusalem où il a épousé la fille de Rabbi Katzenellenbogen, mais il n'est jamais devenu citoyen israélien.
Il a vécu à Mea Shearim et a gagné sa vie comme marchand d'étrogim (cédrats), l'une des quatre plantes rituelles utilisées au moment des fêtes de Souccot.

Contrairement à d'autres groupes orthodoxes antisionistes, les Neturei Karta ont donné à leur opposition une couleur très politique tendant publiquement la main aux Palestiniens et aux autres ennemis d'Israël pour exprimer leur soutien à la lutte contre le sionisme.

Le rabbin Moshe Hirsch, considéré comme le "ministre des Affaires étrangères" officieux de Neturei Karta, s'est fait une spécialité d'actions provocatrices, devenant par exemple un des confidents de Yasser Arafat, alors que celui-ci n'était encore que chef de l'OLP en exil à Tunis.

Il a aussi envoyé une délégation de représentants de Neturei Karta à Téhéran en 2006 pour participer à une conférence négationniste.

La haine que ses activités suscitaient chez les Juifs sionistes, particulièrement en Israël, ne semblait lui inspirer que de l'obstination à poursuivre son action - même après qu'un adversaire lui ait jeté de l'acide au visage dans les années 1990, lui faisant perdre un œil.

En 2004, alors que Yasser Arafat était dans le coma dans un hôpital parisien pendant deux semaines, Moshe Hirsch a conduit une délégation en France et organisé une veillée de prière à son chevet pour son rétablissement.

Lorsqu' Arafat est mort quinze jours plus tard, en novembre, Moshe Hirsch et un certain nombre de ses compagnons ont assisté aux funérailles du "Vieux" à Ramallah.

Au moment de sa mort, il y a trois ans, le rabbin Moshe Hirsch souffrait déjà de la maladie d'Alzheimer depuis plusieurs années et c'est son fils aîné, le rabbin Israël Meir Hirsch qui avait repris beaucoup de ses responsabilités.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)