Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 27 Juin 2019 / 24 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1250 - 27.06.2013 - 19 Tammuz 5773 

Le terrorisme islamiste et la haine d'Israël dans le monde musulman ont été attisés par l'Union soviétique
par Gerard Fredj
Mihail Pacepa a été le chef des services de renseignements roumains à l'époque ou, le pays, appartenait à la sphère soviétique.

Désinformation, le livre qu'il a coécrit avec Ronald Rychlak, un professeur de Droit de l'Université du Mississipi montre comme l'Union soviétique a été, par l'intermédiaire du KGB, le fer de lance de la dissémination de la propagande antisémite dans les pays musulmans, dans lesquels l'URSS exerçait une forte influence.

Dans son livre, Mihail Pacepa, qui avait fait défection vers l'ouest en 1978, déclare que selon lui, les racines de terrorisme islamique contre les Etats Unis et Israël sont directement liées à l'activité du KGB dans les années 1970.

Dans les "feuilles" publiées par le quotidien Daily Mail, il apparaît clairement que le KGB a activement disséminé, dans l'ensemble du monde musulman, une propagande intense qui a excité à la haine contre l'état hébreu et les Etats Unis.

Mihail Pacepa affirme que Youri Andropov, qui dirigea le l'agence de renseignement soviétique avant d'accéder à la Présidence de l'union soviétique a, pour remplir ces objectifs, envoyé des centaines d'agents du KGB dans les pays musulmans, porteurs de dizaines de milliers de documents de propagande.
L'objectif était de persuader le monde musulman qu'Israël complotait ave les Etats Unis pour "transformer le reste du monde en une zone soumise au sionisme".

D'après les analyses d'Andropov, "le monde musulman était une boite de Pétri ou pourraient croître les bactéries de la haine des USA, permettant de développer le marxisme léninisme dans les pays musulmans".

En 1967, quelques jours avant la guerre des Six jours, Andropov devient chef du KGB. Ses méthodes à la tête de l'agence de renseignement sont réputées pour être moins dures que celles de ces prédécesseurs.Mais pas concernant Israël.

En 1973, il devient membre à part entière du Politburo, l'exécutif suprême du Parti communiste de l'union soviétique (PCUS). En 1982, à la mort de Leonid Brejnev, il devient secrétaire général du PCUS puis Président de l'union soviétique, en dépit d'une santé déjà chancelante.
Andropov est à l'origine de la traduction en arabe des "Protocoles des sages de Sion", un faux grossier, antisémite, qui a trouvé son audience dès sa diffusion.
Les Nazis se sont largement appuyés sur Les Protocoles pour justifier la politique d'extermination des juifs.

L'ouvrage révèle de soi-disant complots, issus de discussions secrètes tenues en Suisse, à Bâle (par hasard la ville de plusieurs congrès sionistes) entre des organisations juives internationales complotant pour conquérir le monde et les Francs Maçons.

Andropov a fait largement distribuer les Protocoles dans les pays musulmans, bien qu'en 1983, un tribunal de l'Union soviétique ait jugé qu'il s'agissait d'un montage antisémite et interdisait sa diffusion en Union soviétique….pays où il était le plus diffusé.

Pacepa raconte que ses services ont reçu, en 1972, du KGB, des milliers d'exemplaires de l'ouvrage traduits en arabe, des documents à distribuer dans les pays musulmans, "pour montrer la volonté de conquête du monde des sionistes avec la complicité de l'Amérique".

"Durant mes dernières années d'activité en Roumanie", explique Pacepa, "chaque mois, la police secrète, la DIE, diffusait des milliers d'exemplaires des Protocoles dans ses zones d'influence en pays musulman. Dans mes contacts avec d'autres services homologues, comme les renseignements Bulgares, je constatais qu'il en était de même".

Mais, raconte-t-il, les soviétiques ne se contentaient pas de diffuser de la littérature antisémite; ils se sont activement impliqués dans des attentats anti israéliens. Au mois deux, déclare Mihail Pacepa : l'un est l'attaque terroriste à l'aéroport Ben Gurion en 1972 qui fit 24 morts et des dizaines de blessés et une attaque à la bombe en juillet 1975 sur Kikar Tsion, à Jérusalem, qui tua 15 personnes.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)