Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mardi 17 Septembre 2019 / 17 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  EGYPTE
Numéro 1156 - 16.11.2012 - 2 Kislev 5773 

Le paradoxe égyptien : des soldats kidnappés et vendus aux groupes terroristes du Sinaï
par Benjamin Fredj
Selon une source égyptienne, il est très probable que trois policiers égyptiens et un officier supérieur de la police soient détenus par des groupes radicaux palestiniens dans la bande de Gaza.

Les quatre hommes ont été enlevés dans le Sinaï en Février 2011, lors de la révolte contre l'ancien président Hosni Moubarak.

L'information provient de sources liées aux services de sécurité égyptiens.
Il semble probable qu'une force composée de Bédouins et d'extrémistes islamistes ait enlevé les quatre hommes à proximité de la ville d'El Arish, dans le nord du Sinaï.
Ils étaient alors en poste pour sécuriser la frontière égyptienne avec Gaza.

La même source avance que les otages ont ensuite été vendus à l'organisation terroriste se présentant sous le nom de l'armée de l'islam (Jaish al-Islam, liée à Al Qaeda), dirigée par Mumtaz Durmush.

L'Armée de l'Islam, affiliée au mouvement salafiste et au Jihad mondial, est basé à Gaza, mais intervient aussi largement dans le Sinaï.

Le but de ces enlèvements prolongés est de faire pression sur les dirigeants égyptiens pour libérer des islamistes radicaux emprisonnés, et de faire lever les restrictions à la libre circulation de Muhammad al-Zawahiri.

Ce dirigeant du Jihad islamique égyptien et plus jeune frère du numéro un d'Al-Qaïda, préconise la méfiance à l'égard du régime de Mohammed Morsi, et la guerre religieuse contre les Juifs et Israël.

Des sources égyptiennes soupçonnent les responsables du Hamas d'être impliqués dans cet enlèvement.
Le commandant Ayman Nofal, arrêté par les autorités égyptiennes pour avoir infiltré le territoire égyptien et fomenté des attentats terroristes en 2008, fait partie des suspects. Il a profité du soulèvement populaire de l'année dernière pour s'évader de prison et rejoindre la bande de Gaza.

Les familles des officiers enlevés reprochent aux dirigeants égyptiens d'avoir négligé l'enquête et de tenter d'obtenir la libération de leurs proches grâce aux liens étroits du nouveau régime avec le Hamas.
Ils condamnent également le président Morsi, lui-même membre des Frères musulmans, pour avoir refusé de rencontrer les familles des otages, l'accusant de se dérober de sa responsabilité d'assurer la sécurité des officiers égyptiens.

C'est au côté de ces groupes terroristes que Mohamed Morsi a décidé de ranger son pays dans le conflit qui oppose Israël au Hamas

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)