Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 26 Juin 2019 / 23 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1247 - 21.06.2013 - 13 Tammuz 5773 

Le nouveau Président modéré de l'Iran mouillé dans l'attentat contre la communauté juive d'Argentine
par Gerard Fredj
Le président iranien élu Hasan Rohani est donc prudemment considéré comme un modéré par la plupart des observateurs.

Il serait pourtant impliqué dans l'attentant meurtrier commis en 1994 à Buenos Aires contre l'AMIA, le centre nerveux de la communauté juive – et aussi un centre communautaire.

Son nom apparait dans l'acte d'accusation relatif à l'attentat, planifié par l'Iran – au plus haut niveau de ses dirigeants – et réalisé par le Hezbollah.

L'attentat avait fait 85 victimes et plusieurs centaines de blessés.
L'attentat avait été décidé par un comité spécial lié au Conseil de sécurité iranien; Rohani aurait appartenu à ce comité et ne pouvait donc pas ignorer la décision relative à l'attentat.

Il est visé par l'acte d'accusation des procureurs généraux argentins Alberto Nisman et Marcelo Martínez Burgos en charge du dossier.
Rohani aurait assisté aux délibérations et lé décision finale aurait été prise par le Guide suprême de la révolution iranienne, l'ayatollah Khamenei et le Président de la République de l'époque, Ali Akbar Hashemi Rafsanjani, lui aussi considéré comme un "réformiste" après avoir été pendant des années l'exécuteur des basses œuvres de la république islamique.

Les procureurs argentins se sont appuyés sur le témoignage étayé d'un transfuge iranien repenti, un ancien responsable des services de renseignement, Abolghasem Mesbahi.
Mesbahi a témoigné que Rohani, alors secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale, était présent lorsque le comité des opérations spéciales a approuvé la mise en œuvre l'attentat de l'AMIA.

Rohani exerçait à ce moment une fonction importante mais non décisionnaire, mais il était obligatoirement au courant des délibérations.
L'Iran aurait planifié l'attentat pour "punir" l'Argentine d'avoir mis un terme à sa coopération avec la république islamique en matière nucléaire.

Selon le procureur Alberto Nisman, le choix d'une cible juive est "une stratégie familière" à l'Iran : "quand ils choisirent d'attaquer un pays, ils s'en prennent généralement à sa communauté juive".
Les procureurs argentins ont rédigé en 2013 un rapport de 500 pages qui démontre la création de l'Iran de réseaux terroristes dormants dans de nombreux pays d'Amérique latine, avec la complicité du Hezbollah.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)