Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 15 Septembre 2014 / 20 Elul 5774
Abonnement Gratuit aux Newsletters



  HISTOIRE
Numéro 1203 - 12.03.2013 - 1 Nisan 5773 

La création des partis sionistes religieux : le Mizrahi
par Mylène Sebbah
À l'origine, la création, à Vilna au début du XXème siècle, du mouvement sioniste religieux Mizra'hi visait à insuffler au sionisme politique, essentiellement laïc, fondé par Théodore Herzl, un esprit basé sur les valeurs religieuses juives.

Dans les premières décennies du sionisme organisé, les juifs religieux considéraient le retour à Sion par des voies humaines comme blasphématoire et hérétique car il devait n'avoir lieu qu'avec la venue du Messie.
Cette attitude persiste du reste, à des degrés divers, dans nombre de mouvements orthodoxes actuels.

"Mizra'hi" en hébreu signifie littéralement "Est" mais c'est aussi un acronyme pour "Merkaz Ruhani" (centre spirituel).
Lorsqu'il crée le parti Mizra'hi, le 5 mars 1902 à Vilnius (Lituanie), le rabbin Yitzhak Yaakov Reines (1839-1915), un éducateur innovant sait qu'il va s'attirer les foudres des instances du judaïsme orthodoxe.
Il s'est déjà distingué à leurs yeux par ses tentatives de combiner l'éducation laïque avec des études talmudiques dans la yeshiva qu'il avait fondée.

Reines n'est pourtant pas le premier dirigeant orthodoxe à soutenir l'idée d'un retour à Sion (les rabbins Yehuda Alkalai Shlomo, Zvi Hirsch Kalischer et Samuel Mohilever l'avaient précédé) mais c'est lui qui répond à l'appel de Herzl aux mouvements religieux, leur demandant de s'impliquer dans le sionisme politique.

En tant que tel, il participe donc au troisième Congrès sioniste, en 1899.
En Septembre 1904, le mouvement Mizra'hi tient son premier congrès mondial dans ce qui est aujourd'hui Bratislava.
Il appelle à l'immigration en Palestine et au respect de la loi religieuse dans ce qu'on nomme alors le yichouv.

Ce qui donnera au parti Mizra'hi son véritable élan - et lui permettra de pénétrer le monde orthodoxe du ychouv-, c'est le soutien du Rabbin Abraham Isaac Kook, un rabbin visionnaire qui donne un ancrage messianique au sionisme religieux et prône la conciliation de l'orthodoxie et de la laïcité.

Il voit les sionistes laïques comme étant - sans même s'en rendre compte – ceux qui préparent le terrain "pour l'avènement de la Rédemption" et participent au plan divin de retour à Sion.

En 1929, le parti Mizra'hi crée le mouvement de jeunesse Bnei Akiva, un réseau d'écoles religieuses en Palestine et, en 1935, un mouvement de kibboutz religieux qui compte aujourd'hui 19 communautés.
Sur le plan politique, les deux partis, Mizra'hi et Hapoel Hamizra'hi (regroupement orthodoxe sioniste travailliste) fusionnent en 1956 pour former le Parti national religieux (PNR).

Les préoccupations du PNR restent essentiellement d'ordre religieux, en particulier le fait que le Grand Rabbinat ait l'autorité exclusive sur les questions liées au statut des juifs en Israël.
Ses positions très souples en matière de défense et de politique étrangère lui permettent d'être quasiment de tous les gouvernements (y compris travaillistes) de 1948 à nos jours.
Plus récemment, le PNR s'est fondu dans le nouveau parti sioniste religieux Habayit Hayehudi (Foyer juif), dirigé par Naftali Bennett.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)