Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Vendredi 23 Août 2019 / 22 Av 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  IRAN
Numéro 1179 - 08.01.2013 - 26 Tevet 5773 

L'Iran isolé par l'effritement de l'Axe du Mal
par Mylène Sebbah
La Syrie et le Hezbollah ne seraient pas en mesure de se joindre au combat si Israël décidait de frapper l'Iran.

Une information qui, si elle s'avérait exacte, diminuerait considérablement la capacité de riposte iranienne en cas d'attaque israélienne sur ses installations nucléaires.

Selon un rapport du ministère des Affaires étrangères qui a été présenté aux diplomates israéliens lors d'une conférence à Jérusalem, le délitement du régime en Syrie et l'affaiblissement consécutif de la milice du Hezbollah au Liban, empêcheront ces deux alliés indéfectibles de l'Iran d'attaquer Israël.

L'armée syrienne est très érodée par deux ans de guerre civile.
Le Hezbollah, par une sorte d'effet domino, pourrait également rester en dehors de la mêlée afin de ne pas mettre en jeu sa domination militaire et politique actuelle sur le Liban, dans un paysage géopolitique incertain, d'autant que son principal bailleur de fonds – et d'armes –, le président syrien Bachar al-Assad, est aujourd'hui quasiment incapable de le soutenir.

Les deux années de guerre civile qui ont décimé l'armée syrienne, ont en effet coupé les lignes de ravitaillement vitales du Hezbollah qui empruntaient jusqu'alors les voies terrestres en provenance d'Iran via la Syrie, empêchant ainsi le flux constant de missiles et d'armes conventionnelles d'arriver jusqu'à la milice chiite.

Dans le même temps, le Hezbollah, devenu une partie importante de l'establishment politique du Liban – beaucoup plus que pendant la deuxième guerre du Liban – aurait beaucoup plus à perdre qu'en 2006 à un conflit avec Israël.

La position israélienne qui consiste à marteler que le gouvernement libanais est responsable des décisions du leader du groupe chiite, Hassan Nasrallah, semble porter ses fruits aux yeux de la classe politique libanaise qui n'a pas hésité à le critiquer ouvertement pour avoir lancé un drone au dessus du territoire israélien ( une "provocation" qui met en danger le Liban, pour la majorité de la classe politique libanaise).

Les développements récents au nord d'Israël pourraient donc annoncer rien moins que l'effritement du fameux "Axe du Mal", selon l'expression de l'ancien président George W. Bush, en prélude à sa riposte militaire aux attentats du 11 septembre 2001.

Selon le rapport, et en fonction de ces différentes données, en cas d'attaque du Hezbollah contre Israël, l'état hébreu pourrait lancer une opération massive au Liban pour éradiquer, une fois pour toutes, la menace sur sa frontière nord.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)