Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 18 Septembre 2019 / 18 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  POLITIQUE
Numéro 1179 - 08.01.2013 - 26 Tevet 5773 

Israël : alcool et cigares, l'ancien chef du Shin Beth tire à vue sur le gouvernement
par Mylène Sebbah
Dans un entretien en fin de semaine par le quotidien israélien Yedioth Aharonoth, l'ancien chef du Shin Beth, Yuval Diskin, n'a pas de mots assez durs contre le duo aux commandes du gouvernement israélien, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense, Ehud Barak, qui pourraient fort bien être reconduits après les élections du 22 janvier.

Yuval Diskin revient sur un événement qui avait déjà été révélé il y a deux mois dans l'émission d'investigation de la deuxième chaîne israélienne, Uvda ("Fait") : une réunion au siège du Mossad en 2010, au cours de laquelle le Premier ministre et le ministre de la Défense, après avoir ordonné aux Forces de défense israéliennes de se préparer à une attaque contre l'Iran, s'étaient heurtés à l'opposition résolue de l'ex-chef d'état-major Gabi Ashkenazi et du chef du Mossad de l'époque, Meir Dagan, opposition telle que l'ordre ne fut pas exécuté.
L'ancien chef du Shin Beth y rajoute sa touche personnelle.

Il décrit, au-delà de l'opposition frontale entre les hommes, ce qui lui est apparu dans le comportement de Netanyahu et de Barak lors de cette réunion comme "un manque total de respect pour les gens présents" :
Netanyahou et Barak fumant le cigare avec ostentation devant leurs subordonnés, le ministre de la Défense se versant des verres d'alcool, les chefs du Mossad dans leurs chapeaux blancs…

Contrairement à son ami Meir Dagan, Yuval Diskin ne s'est pas opposé pas un projet d'une frappe des réacteurs nucléaires de l'Iran.

Diskin estime qu'une guerre avec l'Iran est inévitable ; il lui semble seulement que Netanyahou et Barak "s'en vont en guerre" pour des motifs inappropriés, d'ordre "messianique" et qu'ils seront, selon lui, incapables de gérer la crise qui ne manquera pas de s'ensuivre.
l y rajoute un jugement moral : les deux hommes sont pas dignes de mener Israël à la guerre contre l'Iran.

Ce qui semble émerger de ses propos, c'est le climat délétère qui régnait entre les hommes dans toute la chaîne de commandement et l'impréparation critique des forces israéliennes, ce qui s'est révélé, dit-il, dans la gestion de la crise de la flottille pour Gaza (qui a conduit à l'abordage du Mavi Marmara).

De ce point de vue, il ne ménage pas ses critiques à l'égard de l'ancien chef d'état-major, pourtant son ami, Gaby Ashkénazi dont l'opposition à l'attaque de l'Iran n'était, selon lui, qu'une façon de masquer son échec.

Il lui semble par ailleurs "inouï' que Barak et Netanyahou aient envisagé d'entrer en guerre contre l'Iran, sans dicsussion au Conseil des ministres ni au Cabinet restreint de sécurité.

D'où il ressort que le Premier ministre et le ministre de la Défense ont complètement échoué à gagner la confiance des mêmes subordonnés qu'ils auraient eu à "mener au combat" le moment venu.
Avec un bémol cependant : cette réunion avait lieu en 2010 et aucun de ceux qui s'en sont fait l'écho, de manière critique, ne sont plus aux commandes.
Ces deux dernières années ont-elles suffi à inverser la tendance ?

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)