Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Vendredi 16 Novembre 2018 / 8 Kislev 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  CULTURE
Numéro 1075 - 17.02.2012 - 24 Shevat 5772 

Israël - Talent éthiopien : Benny Baboo Voodoo, l'art Nabis dans la photo israélienne
par Saskia Shoshana Cohen Tanugi
Par l'art de la photographie, tout volume se métamorphose en surface, toute réalité restituée dévoile une part sensible, rendue perceptible par l'ingéniosité du photographe.

Benny Baboo Voodoo est l'un des meilleurs photographes israéliens de ce début du XXI e siècle.
Ses œuvres sont nées d'une perception particulière des ondes lumineuses qui lui permettent de rendre les contrastes colorés des paysages de la terre d'Israël d'une façon exceptionnelle.

Le contraste ocre-jaune de la terre devient sous son objectif, jaune de mars et cuivre mis en contrepoint par des verts cobalts sous des cieux nuancés de gris et turquoise.
C'est un art qui utilise le langage pictural des Nabis par sa simplification des formes, par l'emploi de couleurs vives en aplat, par l'utilisation de la palette des Fauves, le refus de perspective, et le choix précis de certains éléments dans la nature.

Les œuvres de Paul Sérusier, ou celles de Maurice Denis conservées au Musée d'Orsay utilisent le même langage.
Les Nabis (de l'hébreu, les prophètes) Bonnard, Denis, Sérusier, Roussel Vuillard donnent comme Baboo Voodoo l'essentiel de leur intérêt à la planéité et à la tonalité des pigments.

Le photographe Israélien Benny Baboo Voodoo est né dans un petit village de la région du Gondar, en Ethiopie.

Après un cruel passage dans les camps de personnes déplacées au Soudan, à la disparition de son père, il arrive à l'âge de cinq ans, avec sa mère, ses frères et sœurs en Israël.
Dès la sortie d'avion, les enfants sont séparés de la mère et placés dans des internats différents. " Je me suis senti perdu surtout après le camp au Soudan."

Le courage et l'affection de sa mère, la fidélité à ses racines, sa force vive et créatrice l'ont protégé de tout ressentiment. La qualité plastique de ses œuvres en est une preuve, tout comme sa loyauté aux valeurs du Peuple.

A l'armée, il intégrera les Givati, et participera à la guerre du Liban: "Ce fut un combat difficile, voir mourir est horrible".
Après un voyage aux U.S.A, il suivra la formation de photographie digitale au collège d'Art Sapir de Sederot.
Le collège dirigé par Michal Shamir propose une culture des arts multi disciplinaires.
Là, il réalisera que très peu d'artistes, peu de photographes se sont intéressés au patrimoine que représentait pour Israël, la communauté éthiopienne.

Il se met alors à travailler en studio, à la recherche d'un rendu précis des personnes, afin de conserver une mémoire vivante d'une communauté riche en émotions, en art, en pensée, en spiritualité.
Puis, il commence à traverser la région sud du pays, à la rechercher de paysage qui apaisent. Il photographie la beauté qui se renouvelle dans ses couleurs, ce qui lui permet une palette harmonieuse.

"Je cherche les détails que l'œil ne perçoit pas immédiatement, pour moi, la photographie est une mission". Ses premières expositions datent de cette période.

La communauté Ethiopienne est d'une richesse artistique non encore explorée en Israël.
L'activité de ces artistes - peintres, photographes, musiciens, auteurs, poètes, calligraphes - correspond à la vie du groupe, son histoire, ses origines, ses beautés linguistiques et éthiques.

La formation dans les meilleures écoles d'art du pays, la publication de leurs œuvres, l'unité du groupe, devraient enrichir Israël d'un patrimoine humain hors pair et nécessaire au renouvellement iconographique de la création. L'art est le meilleur ambassadeur d'un pays.
Il est l'inspirateur d'un langage retrouvé.

La richesse spirituelle de la communauté éthiopienne, son tempérament foncièrement gai, où le sourire est réalité et non cynisme, est capable de renouveler un judaïsme qui risque de se sclérosé en ne se voulant qu'exclusif.

Benny Voodoo http : // archive.bennyvoodoo.com
Sapir College School of Arts – Direction Michal Shamir eng.sapir.ac.il

Sapir College Sderot 08 68 02 802 Direction Michal Shamir

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)