Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 16 Septembre 2019 / 16 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  SOCIETE
Numéro 1084 - 09.03.2012 - 15 AdarI 5772 

Israël - Société : le fast food ou l'école
par David Koskas
Une jeune fille de Dimona a été renvoyée de son lycée pour avoir travaillé dans un fast food avec des employés masculins.

Le lycée Shalhevet HaDarom estime que la décision d'Efrat, âgée de 18 ans, de travailler dans un environnement mixte est contraire aux règles de l'établissement.

En conséquence, elle a passé les trois derniers mois chez elle.
Ses parents ne sont pas non plus épargnés par le lycée.
Il les accuse de ne pas s'être engagés à respecter le "code de pudeur" en vigueur.

"En décembre, ils ont appris qu'elle avait travaillé et lui ont dit de rentrer chez elle", raconte la mère de la jeune fille, qui se décrit comme quelqu'un qui se rapproche de la religion.

"Cela fait maintenant trois mois qu'elle est à la maison, déprimée. Je ne crois pas que ce soit un problème de travailler dans un endroit mixte: nous vivons tous les jours dans la mixité".

Pour le dirigeant du lycée, rav Yaakov Hemed, l'infraction au règlement justifie le renvoi d'Efrat.
"L'école a un règlement que la mère et la fille ont signé.
Nous sommes engagés vis-à-vis de tous les autres parents.
Quand une fille fait quelque chose qui est en contradiction avec le règlement, nous lui parlons, et si besoin, nous la suspendons un ou deux jours, voire plus", explique-t-il.

D'après Efrat et sa mère, l'école a accepté de la reprendre à condition qu'elle s'engage à suivre un séminaire religieux pour filles après l'obtention de son diplôme, ce qui l'empêcherait d'effectuer son service militaire. Faux, selon Hemed. "Je n'ai jamais rien entendu de tel.
Les filles font ce qu'elles veulent après leur diplôme, même si nous les guidons vers les séminaires et nous ne les encourageons pas à faire leur service national", répond-il.

La municipalité de Dimona est intervenue pour qu'Efrat puisse retourner au lycée. Mais sa mère, scandalisée par la conduite de ses dirigeants, ne veut pas qu'elle réintègre l'établissement.

"Je ne compte plus la renvoyer à l'école", dit-elle. "Quel crime a-t-elle commis, pour l'amour du ciel? Je veux me battre pour qu'ils ne fassent pas la même chose à d'autres filles".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)