Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 27 Juin 2019 / 24 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  DEFENSE
Numéro 1121 - 08.06.2012 - 18 Sivan 5772 

Israël - Défense : sales relents au sommet
par David Koskas
Des témoignages d'Ehoud Barak, figurant dans un rapport à paraitre du Bureau du Controleur d'Etat obtenu par le journal Yediot Aharonot, font apparaitre les luttes de pouvoir et dysfonctionnements au plus haut niveau de l'armée.

Le profond antagonisme entre le ministre de la Défense, Ehoud Barak, et le précédent chef d'État-major, Gabi Ashkenazi, est connu.

Il s'est particulièrement manifesté au cours du processus de nomination du successeur d'Ashkenazi: celui-ci s'est durement opposé au premier choix de Barak, qui portait sur le major général Yoav Galant. Une affaire de faux document, aujourd'hui traitée par la justice, a envenimé la situation.

Dans un rapport encore confidentiel mais obtenu par le quotidien israélien, différents témoignages du ministre de la Défense devant le Bureau du Contrôleur d'Etat révèlent ces fortes tensions.
"J'ai dit que je voulais un chef d'État-major, et que lui se conduirait comme un caniche", aurait ainsi dit Barak à Ashkenazi au sujet de Galant.

"Quand finalement le moment est venu de prendre une décision, Ashkenazi a dit qu'il n'avait pas confiance en Galant, qu'il ne pourrait pas travailler avec lui, et que sa nomination l'humilierait publiquement", continue Barak. "J'ai décidé de ne pas imposer la nomination de Galant à Ashkenazi et j'ai choisi Benny Gantz à sa place".

Dans un autre témoignage, Barak rapporte des menaces tenues par Ashkenazi.
"Il m'a dit que si je nommais le prochain chef d'État-major à la date que je voulais, une guerre éclaterait", se souvient Barak, qui déclare lui avoir répondu:

"Est-ce que vous entendez ce que vous dites?
Vous êtes mon subordonné. Il ne peut pas y avoir de guerre entre nous.
Je n'ai peur de personne.
Si un général de brigade vous avait parlé comme vous le faites, vous l'auriez éjecté de la pièce". Ashkenazi serait alors sorti de la salle en fureur, d'après Barak.

Barak accuse Ashkenazi et le général de brigade Avi Benayahu, porte-parole de l'armée, d'une conduite digne de la mafia.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)