Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Lundi 19 Août 2019 / 18 Av 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  IRAN
Numéro 1142 - 03.10.2012 - 17 Tishri 5773 

Iran - Valse de turbans après l'échec iranien en Syrien
par David Koskas
Entre l'ayatollah Khamenei, Guide suprême de la Révolution islamique, et le général Qassem Souleimani, chef des forces spéciales des Gardiens de la Révolution islamique, la tension est extreme, indique le London Times.

Téhéran fait les frais de son engagement auprès de Bachar el-Assad: le Times anglais révèle que le régime iranien a transféré près de 10 milliards de dollars à son allié syrien, ce qui, dans le contexte des sanctions occidentales, pèse lourd sur l'économie du pays, mais aussi que rien ne va plus entre deux figures de l'Iran.

Dirigeant des dangereuses Force Al-Qods, branche de l'organisation paramilitaire des Gardiens de la Révolution chargée des opérations à l'étranger, Souleimani avait assuré Khamenei que ses combattants auraient raison des insurgés syriens.

"Souleimani avait promis à Khamenei qu'il renverserait la situation en Syrie. Il n'a pas atteint ses objectifs", a résumé, pour le Times, une source du milieu de la défense occidentale.

L'ingérence iranienne n'a effectivement pas apporté la victoire à Assad, en dépit d'abondantes livraisons d'armes, la présence directe ou indirecte – à travers le Hezbollah - de combattants, ou encore l'afflux de capitaux.

Alors que les massacres se poursuivent, les rebelles, soutenus quant à eux par l'Arabie saoudite, le Qatar et la Turquie, mais aussi, de façon moins directe, par les Occidentaux, tiennent bon et marquent des points.

Souleimani pourrait bien faire les frais de cet échec militaire: Khamenei, dont dépendent directement les Pasdarans, pourrait l'évincer dans un futur proche, estiment les analystes.

Et la facture de 10 milliards de dollars ne devrait pas passer inaperçue dans le budget fragilisé de la République islamique, alors que l'économie du pays plie sous les sanctions (voir notre article dans l'édition du jour).

Mais outre la préservation d'un équilibre géopolitique, qu'attend Téhéran de la Syrie en échange de ce soutien si couteux? Selon plusieurs sources, Assad se serait engager à attaquer Israël si l'Etat hébreu décide de lancer des frappes contre l'Iran.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)