Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Samedi 21 Septembre 2019 / 21 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  IRAN
Numéro 1226 - 26.04.2013 - 16 Iyyar 5773 

Iran - Tempete sur les produits alimentaires de base
par Mylène Sebbah
Le Rial iranien a perdu les deux tiers de sa valeur en dollars depuis 2011 à la suite des sanctions occidentales ciblant le système bancaire et les exportations de pétrole.

L'Iran a cessé de subventionner l'importation de la plupart des produits de base, un geste qui pourrait provoquer une flambée des prix à la consommation rendus encore plus instables par la perspective de l'élection présidentielle de juin prochain.

L'autre facteur d'inflation est la chute dramatique du rial.
Le dollar se négocie à environ 35 000 rials pour un dollar.
Depuis l'année dernière, le gouvernement avait cherché à atténuer l'impact pour la population de ces hausses des prix sur les produits importés en subventionnant en dollars les importations de céréales, les médicaments, la viande rouge, le poulet, le sucre et d'autres articles essentiels.

Mais désormais, selon une note publiée ce mois-ci par la banque centrale iranienne, seul le taux officiel sera disponible pour le blé, l'orge, le maïs et le soja d'importation.
L'action du gouvernement vise à unifier un système complexe de taux de change multiples, mais aussi et surtout à préserver les réserves en devises de l'Iran.

Les détracteurs du président Mahmoud Ahmadinejad ont fustigé cette décision, et dénoncent l'inflation galopante, un taux qui a atteint 31,5% sur les douze derniers mois.
Le prix de la viande a augmenté de 60%, l'huile de 35%. Certains produits comme le sucre augmentent de 30% en deux jours.
Les Iraniens se tournent de plus en plus vers des produits de fabrication nationale moins chers et surtout ils commencent à stocker des denrées, y compris la viande.
La hausse de 25% du salaire minimum, très en deçà du rythme de l'inflation, n'a pas suffi à apaiser les critiques.

L'élection présidentielle prévue pour juin sera le premier sondage grandeur nature de l'état de l'opinion depuis l'élection contestée de 2009 qui avait jeté les Iraniens dans la rue et provoqué les pires troubles depuis la Révolution islamique de 1979. Après deux mandats consécutifs, Mahmoud Ahmadinejad ne peut plus se présenter, mais il pourrait soutenir un candidat proche de lui pour maintenir son influence.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)