Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 18 Septembre 2019 / 18 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1138 - 14.09.2012 - 27 Elul 5772 

Innocence de l'Islam : la thèse du complot juif se dégonfle
par Gerard Fredj
Alors que dans certains pays arabes et occidentaux, on continue d'évoquer comme source des émeutes qui ont conduit à l'assassinat de l'ambassadeur américain à Benghazi, un film réalisé par un israélo-américain et financé par des donateurs juifs , la thèse du complot juif se dégonfle rapidement.

La recherche de celui qui se cachait derrière le film qui a enflammé le monde musulman a rapidement mené à un californien, chrétien copte, plusieurs fois condamné et emprisonné pour des délits financiers.
Il a financé la logistique de la production du film.

Nakoula Basseley Nakoula, 55 ans, a reconnu dans une interview à l'Associated Press qu'il dirigeait la compagnie qui a produit "L'innocence des musulmans".
Il a cependant nié être le réalisateur du film mais affirmé qu'il connaissait personnellement le réalisateur, Sam Bacile –un pseudonyme.
Toutefois le numéro de téléphone communiqué à l'agence de presse qui a tenté de contacter Bacile est enregistré à la même adresse que celle de …Nakoula.

Selon des sources proches de la justice américaine, Nakoula utiliserait plusieurs pseudonymes dont Nicola Bacily – très proche de Bacile.
Associated Press aurait cependant localisé Bacile sur la base des informations fournies par Morris Sadek, également copte, qui aurait depuis plusieurs jours fait la promotion du film sur son site internet. Selon lui, le film aurait été tourné pour dénoncer l'oppression des chrétiens coptes dans les pays musulmans.

Officiellement, Bacile se cacherait par crainte de représailles; il avait initialement déclaré être né en Israël et être juif; mais seulement plusieurs acteurs du film, dont l'un très impliqué dans le projet, Steve Klein, un américain chrétien, Bacile serait un pseudonyme et le réalisateur serait et américain et chrétien – il avait mardi annoncé que Bacile était juif, pour finalement n'avouer qu'il ne connaissait que son prénom, "Sam".

Bacile avait également affirmé être agent immobilier mais l'organisme chargé de délivrer les licences n'a pas pu l'identifier.

Côte israélien, aucun citoyen n'est enregistré sous ce nom et dans le petit monde des producteurs ou réalisateurs juifs d'Hollywood, personne ne connaît ou n'a entendu parler de Bacile.

Selon un centre des Droits de l'Homme, le Southern Poverty Law Center, Klein est un ancien marine et un activiste chrétien d'extrême droite, qui a, à plusieurs reprises, entraîné des milices paramilitaires. Klein serait membre d'un groupe fondamentaliste chrétien, Courageous Christians United, qui a mené de nombreuses actions contre l'avortement et la présence des musulmans aux USA.

Quand aux acteurs, une quinzaine d'hommes et de femmes originaires de pays du Proche orient (Syrie, Irak, Turquie, Pakistan, Iran et un couple de chrétiens coptes égyptiens), ils craignent de faire les frais des émeutes qui ont suivi la diffusion du film sur Internet et cachent leur identité.
Mais ils s'estiment floués ; la plupart des dialogues considérés comme insultants ont été fabriqués après la production du film et ne correspondent pas à leurs mouvements de lèvres.

Vendredi matin, selon la chaine de télévision ABC Nakoula a reconnu avoir réalisé le film, dont le script aurait été écrit alors qu'il purgeait une peine dans une prison fédérale.

Nakoula aurait admis les faits alors qu'il cherche la protection de la justice américaine face aux menaces de mort dont il est l'objet.
Après avoir affirmé que le coût de la production, soit 5 millions de dollars, avait été financé par des donateurs juifs, il semblerait que le film n'ait couté que 50 ou 60 000 dollars, financés par la famille égyptienne de l'épouse de Nakoula.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)