Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 19 Septembre 2019 / 19 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1039 - 07.12.2011 - 11 Kislev 5772 

ISRAËL : la menace de guerre régionale est réelle
par
Selon les médias israéliens, les membres du gouvernement seraient moins divisés sur la gravité de la menace que fait peser le président Ahmadinejad sur l'Etat hébreu que sur le moment où il conviendra de frapper les installations nucléaires iraniennes.

Dimanche soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahou avait déclaré qu'un dirigeant politique doit aussi être capable de "prendre des décisions qui pourraient être impopulaires aux yeux du monde entier ou même de son propre peuple".

Alors même que le chef du gouvernement prononçait cette allocution, sur la tombe du fondateur de l'Etat d'Israël, David Ben Gourion – la Syrie testait un de ses Scud B, immédiatement repéré par les radars israéliens, qui ont pu en suivre sa trajectoire avec précision.

Pour les renseignements israéliens, le "message" envoyé à l'Etat hébreu par le président Bachar el-Assad était clair : "Damas a encore le contrôle sur ses missiles, et qu'il pourra s'en servir contre Israël ou d'autres cibles occidentales, si des forces extérieures tentent de renverser son régime".

Par ailleurs, ces armes pourraient également servir à Damas, si une guerre avec l'Iran devait se transformer en conflit régional.
Un message analogue a été envoyé par l'Iran - le dernier allié indéfectible de la Syrie, aux occidentaux à travers la mise à sac de l'ambassade de grande Bretagne : il y a un prix à payer en cas d'ingérence ou de menaces.

Selon le Jerusalem Post, la question, pour les membres du gouvernement, n'est pas de savoir si une opération aura lieu contre les sites iraniens, mais quand elle se déroulera.

Certains, comme le Premier ministre ou le ministre de la Défense, semblent considérer que "le temps joue contre Israël", tout d'abord parce que l'Iran peut ainsi "disperser ses installations sur tout son territoire".

D'autres, comme le vice-Premier ministre Moshe Ya'alon, ou l'ancien chef du Mossad, Meïr Dagan, pensent qu'il ne faut "pas intervenir tant qu'on ne possède pas la certitude que l'Iran construit bel et bien une bombe atomique".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)