Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Samedi 21 Septembre 2019 / 21 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  HISTOIRE
Numéro 1064 - 31.01.2012 - 7 Shevat 5772 

Histoire - 1941 : de Palestine en Afrique, la mystérieuse odyssée
par Gerard Fredj
Un chercheur australien, Peter Keeda, s'est mis à la recherche des passagers d'un mystérieux navire qui transportait, en 1941, 384 juifs depuis Chypre jusqu'à la Palestine mandataire.

Six mois plus tard, ces passagers, ainsi que 39 autres supplémentaires étaient acheminés sans explication vers l'est de l'Afrique, dans un territoire qui correspondrait aujourd'hui au Malawi et à la Tanzanie.

Les passagers étaient des réfugiés qui avaient fui l'Allemagne nazie en direction de Chypre, des étapes obligées par les britanniques.

En 1939, l'Angleterre édite un décret connu sous le nom de "Mac Donald white paper" –du nom de son initiateur – qui limite sévèrement l'émigration juive en Palestine; la Grande Bretagne a alors, en tête, non pas deux états, mais un seul administré conjointement par les arabes et les juifs, au prorata de leurs populations respectives.

Le "Mac Donald white paper" va condamner à mort des dizaines de milliers de juifs qui fuyaient les persécutions nazies.

Keeda, un retraité de 68 ans, a découvert cette Odysée à travers l'histoire d'un ami de son "club", qui lui a un jour raconté qu'il était né à Zomba, au Malawi, de réfugiés juifs autrichiens, lui montrant également les photos de l'époque. Il a décidé d'en faire un sujet de recherche universitaire.

Selon lui, les juifs étaient évacués de Chypre pour leur propre sécurité, alors que la Crète, voisine, était tombée aux mains des allemands.
Keeda est fasciné par cette histoire, qui, selon lui, "constitue un témoignage de la période coloniale britannique, et la façon dont elle traitait "les ennemis étrangers" – la plupart des réfugiés juifs étaient à l'origine citoyens autrichiens ou allemand, pays en guerre avec l'Angleterre".

Le retraité ne ménage pas ses efforts: il s'est rendu à Londres où il a pu consulter des archives juives et des documents gouvernementaux.
Il veut aujourd'hui retrouver les passagers ou leurs descendants, pouvoir consulter leur journal, leurs correspondances, leurs photos, recueillir des témoignages.

Il a ainsi entrepris de suivre, un par un, les passagers et leurs descendants qu'il a pu identifier aux quatre coins du monde.

Les passagers étaient commerçants, médecins, ingénieurs, musiciens..
Arrivés en Palestine, ils se sont installés dans des hôtels avec leurs familles, jusqu'à ce qu'ils soient emmenés de force vers l'Afrique.

Keeda est submergé par les questions qui lui viennent à l'esprit et veut découvrir comment ces réfugiés européens se sont adaptés à un climat sub-tropical, comment ils ont vécu, quel ont été leurs emplois une fois arrivés en Afrique.

La recherche commence à porter ses fruits et produire des "pépites" : des passagers non juifs ont constitué un chœur de musique religieuse, leurs descendants ont joué en Israël.
Des juifs hongrois, embarqué sur le navire, ont ouvert une maison close en Afrique, d'autres ont fini au Mozambique, impliqué dans un réseau d'espionnage qui évoque le film "Casablanca".

Suzanne Rutland, professeur à l'université de Sidney, qui conseille Peter Keeda sur ses travaux de recherche estime que son travail "apporte un éclairage sur la politique coloniale britannique et son traitement de la Shoah".

Pour elle, "la décision de transporter ces réfugiés depuis la Palestine, où ils étaient en sécurité, vers l'Afrique, démontre à quel point les anglais voulaient garder le monde arabe à leur côté"

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)