Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 27 Juin 2019 / 24 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 620 - 18.11.2008 - 20 Heshvan 5769 

Hébron : haine et déclaration de guerre
Alors que sur décision de la Cour suprême, les forces de l’ordre s’apprêtent à évacuer, cette semaine, la «maison de la discorde» - un immeuble de quatre étages actuellement occupé par des familles juives et situé en plein quartier musulman de Hébron - les médias couvraient longuement, lundi matin, les mesures, qualifiées «d’antidémocratiques» et de «dangereuses» par les journalistes israéliens, d’ores et déjà prises par les groupuscules ultranationalistes.

Pour commencer, Barouch Marzel, un activiste radical bien connu des services de sécurité, a fait une véritable «déclaration de guerre», dimanche soir, lorsqu’il a confié au site Internet Ynet, dans le cadre d’une cérémonie organisée à l’occasion des dix huit ans de l’assassinat de Méïr Kahana, le célèbre rabbin dont le parti avait été interdit par les autorités israéliennes, à la fin des années 80, en raison de sa «xénophobie» : «Je suggère à tout le monde d’oublier ce que fut Amona», allusion à un démantèlement particulièrement violent, en 2006, qui avait fait des dizaines de blessés parmi les soldats et les manifestants, «car cette fois, nous allons vers une période de guerre au plein sens du terme, et la Judée, la Samarie, et toute la terre d’Israël ressentiront les secousses de ce crime terrible que le gouvernement a l’intention de perpétrer contre nos populations».

Pour sa part, Michaël Ben Horin, a lancé un véritable défi aux autorités en déclarant, au cours de la même soirée «d’hommage» à Kahana : «La maison des putains», expression par laquelle il n’a cessé, tout au long de son discours, de désigner la Cour suprême, «prend des décisions, et alors ? Pourquoi les habitants de la ‘maison de la paix’ devraient-ils s’en aller ? Et puis c’est quoi ce truc qui se donne pour nom ‘la Cour suprême’ ? Un bureau des gauchistes de Meretz ou des communistes de Hadash à Jérusalem ?». Pour mieux faire passer son message, et être certain que ses auditeurs ont capté ses intentions guerrières, Ben Horin a prévenu l’armée qu’en cas d’évacuation, «il y aura de la violence, et beaucoup de haine».

Enfin, Noam Federman, dont la «ferme» construite illégalement a été récemment rasée par les bulldozers de l’armée, a expliqué à l’assemblée que lui et ses amis «ont toujours élevé leurs enfants dans l’esprit, et selon la voie, du rabbin Kahana».
«Ce que nous avons appris de lui, c’est le sens de la sanctification mais aussi le refus de toute capitulation», a-t-il souligné, bien que ses propres «troupes» aient échoué dans leur tentative de s’opposer à la destruction de sa «ferme», et que Federman ait lui-même estimé avoir été victime, ainsi que les siens, d’un «vaste pogrom».

Cela étant, il a «décrété» que la «vision du Grand Israël se réalisera, malgré tous les obstacles qui pourront se dresser, sous les yeux du gouvernement d’Israël», dont il a qualifié les membres "d’individus pervers, qui sont venus nous attaquer en pleine nuit, et en grande nombre, pour détruire, pour déporter" ajoutant "qu'à chaque fois qu’ils viennent, ils repartent en emportant des blessés, et juste après, nous nous attelons à reconstruire, car c’est ainsi que les choses doivent se passer".

On notera d'ailleurs qu'en prévision de l'affrontement, les "défenseurs de la maison de la discorde" y ont fait venir des familles supplémentaires et prêtes à en découdre, dont certaines comptent des enfants en bas âges.
Pour finir, évoquant justement le rôle «héroïque» de la jeunesse, et parfois même de pré-adolescents, dans les violences commises à l’égard des policiers, Federman a salué - dans un style dont certains commentateurs ont estimé qu’il «rappelle les discours fascistes» - «cette nouvelle génération qui est saine, qui combat, et qui est préservée de la confusion et des hésitations qui paralysent les adultes».

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)