Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 29 Juin 2017 / 5 Tammuz 5777
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1024 - 03.11.2011 - 6 Heshvan 5772 

ÉGYPTE - Maikel Nabil, le bloggeur "sioniste" qui croupit en prison
par
Maikel Nabil est le premier prisonnier de conscience égyptien depuis la chute du président Hosni Moubarak, en février dernier, dans le sillage du mouvement de protestation qui a secoué le pays.

Le "crime "de ce bloggeur consiste à avoir formulé des critiques à l'égard de l'armée, professées des opinions pacifistes, qui ont été tenues pour "favorables au sionisme et à l'Etat d'Israël ".

D'origine copte, Nabil a notamment écrit : "Je ne veux pas pointer une arme contre un jeune israélien, engagé dans le cadre d'un service obligatoire, pour défendre le droit de son pays à exister. D'ailleurs, tout service obligatoire m'apparaît comme une forme d'esclavage ".

La semaine dernière, les membres du Conseil suprême des forces armées, qui ont "étudié "les propos dont il est l'auteur, l'ont tout simplement déclaré "fou ", avant d'ordonner son internement immédiat dans un hôpital psychiatrique, où Nabil a d'emblée entamé une grève de la faim.

Après avoir dans un premier temps ignoré cette affaire, les militants égyptiens pour la défense des droits de l'homme, plusieurs associations, des intellectuels et certains officiels ont publiquement soutenu le droit à Maikel Nabil d'exprimer ses opinions politiques, et demandé qu'il soit relâché dans les plus brefs délais.

Ainsi, Basma Abdel Aziz, directrice des médias du Secrétariat général d'Egypte pour la santé mentale, a notamment déclaré que "le transfert de Nabil en établissement psychiatrique est une affaire dangereuse et inacceptable ".

La "politique de l'internement forcé des opposants a été appliquée tout au long du règne de Moubarak. Pour Georges Ishak, un des responsables de l'Association nationale en faveur du changement, "le cas de Maikel Nabil ne fait que renforcer l'urgence qu'il y a à débattre de la liberté d'expression dans ce pays ".

"Nous n'aimons pas forcément les positions de Nabil sur Israël, mais il n'a nullement mérité ce qui lui arrive maintenant ", a ajouté Radwan.

Outre son "sionisme "supposé, Nabil avait été initialement condamné à trois ans d'emprisonnement pour "insultes au pouvoir militaire ", après avoir publié sur son blog un texte intitulé "Le peuple et les soldats n'ont jamais été main dans la main ", qui est le slogan "inversé "de celui qu'avaient scandé certains manifestants égyptiens, lors des derniers événements.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)