Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 18 Septembre 2019 / 18 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1247 - 21.06.2013 - 13 Tammuz 5773 

Dans la série ces ministres gouvernent ils ensemble : Yaakov Peri endosse l' Initiative Arabe
par Mylène Sebbah
Dans les bureaux de l'ONU à Vienne, le ministre des Sciences et des Technologies Yaakov Peri, qui appartient à Yesh Atid, le parti de Yaïr Lapid, s'déclaré dit partisan de la résolution du conflit israélo-palestinien sur la base d'une solution à deux États, approuvant en cela les propositions du plan de paix de la Ligue arabe.

Après la série de déclarations ces deux dernières semaines de ministres du gouvernement s'opposant à la création d'un État palestinien dans les frontières de 1967 (Danny Danon, Naftali Bennet et dans une moindre de mesure Moshe Yaalon), les commentaires de Yaakov Peri viennent faire pencher la balance de l'autre côté ce qui met à mal tout semblant de position commune du gouvernement israélien sur le sujet.

Yaakov Perri a ainsi souligné à quel point la création d'un État palestinien lui semblait servir de façon évidente les intérêts israéliens.
Dans cette perspective, fait -t-il remarquer, l'initiative de paix de la Ligue arabe lui apparaît être une bonne base pour les négociations avec les Palestiniens.

L'initiative arabe relancée fin avril mettrait fin à des décennies de refus officiel de la part des pays arabes de reconnaître le droit d'Israël à exister en échange d'un retrait de la plupart des territoires conquis en 1967. L'innovation 2013 en provenance de la Ligue arabe est d'accepter le principe d'échanges de territoires – qui permettrait par exemple à Israël de conserver la majorité des implantations juives importantes.

Ces commentaires semblent tomber à point pour soutenir les efforts de médiation, juste avant sa visite dans la région la semaine prochaine, du secrétaire d'État américain John Kerry en vue d'une reprise des pourparlers entre les deux parties.
Officiellement, le ministre des Sciences et des Technologies est l'expert de son parti, Yesh Atid, sur la questions des pourparlers de paix et la question palestinienne.
. En tant qu'ancien chef du Shin Bet (sécurité intérieure d'Israël), sa voix est respectée dans tous les partis.

Pour autant, il ne peut pas prétendre (pas plus que Dany Danon, Naftali Benett ou Moshe Yaalon) s'exprimer au nom de la majorité dans un gouvernement de coalition où les partis qui s'opposent à de sérieuses concessions aux Palestiniens dominent. S'il n'a pas totalement rejeté l'initiative arabe, Benyamin Netanyahu a néanmoins clairement souligné qu'Israël était disposé à discuter de toute initiative pourvu que ce soit réellement une offre et non un diktat et pris ses distances d'avec les déclarations de ses ministres qui s'étaient déclarés contre une solution "à deux états".

En début de semaine, c'était Yaïr Lapid lui-même qui s'en prenait aux déclarations de Naftali Bennett (Habayit Heyehoudi) contre la création d'un état palestinien.
Israël, selon lui, doit faire tous les efforts possibles pour parvenir à l’établissement de "deux États pour deux peuples sans quoi Israël deviendra un État bi-national, ce qui serait la fin du sionisme " a-t-il averti Lapid.

Le ministre des Finances a assuré que Benyamin Netanyahou, en coulisses, avait pris des mesures – encore inconnues du grand public - pour faire avancer le processus diplomatique.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)