Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 26 Juin 2019 / 23 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1247 - 21.06.2013 - 13 Tammuz 5773 

Autorité palestinienne : juste un p'tit tour et puis s'en va
par Gerard Fredj
Nommé il y a à peine deux semaines pour remplacer Salam Fayyad, Premier ministre palestinien démissionnaire, Rami Hamdallah vient également de donner sa démission à Mahmoud Abbas, témoignant des perturbations générées par un président de l'Autorité palestinienne pour qui un premier ministre n'est qu'une formalité encombrante.

Selon une source proche de l'Autorité palestinienne, Hamdallah aurait pris cette décision inattendue en raison d'un différend sur la répartition des taches entre le Président et le Premier ministre – les mêmes raisons, outre des désaccords de fond, qui avaient conduit Salam Fayyad à quitter son poste.

D'après des proches, Hamdallah n'avait aucune intention de partir et la décision aurait été brusque au cours des dernières heures de la journée de jeudi.
Le cabinet qu'il a formé – ou qui lui a été imposé – est composé presqu'exclusivement de membres du Fatah, le parti du Président, pour mieux l'encadrer et le contrôler, alors Hamdallah, un universitaire sans expérience politique, souhaitait former un cabinet de "technocrates gestionnaires ".

Après six années de gouvernance Fayyad, marquée notamment par une lutte féroce contre la corruption qui gangrène les rouages de l'Autorité palestinienne et une rupture avec l'establishment du Fatah , nul doute que celui-ci était pressé de reprendre les manettes du pouvoir…et des caisses!

Dès sa nomination, Hamdallah avait été flanqué de deux adjoints, Mohammed Mustafa, chef du Fonds d'investissement palestinien, et Ziad Abu Amar, tous deux proches conseillers de Mahmoud Abbas.
Depuis sa prestation de serment, Rami Hamdallah avait tenu deux conseils des ministres et fait une visite impromptue à la mosquée d'Al Aqsa, comme un signe de son intention de renforcer renforcer la présence de l'Autorité palestinienne dans la ville.

A plusieurs reprises, Salam Fayyad, qui était fortement soutenu par les occidentaux, avait menacé de démissionner, contraignant Mahmoud Abbas à faire des concessions sur l'exercice du pouvoir. On ne sait pas encore si Abbas a accepté cette démission, ou la refuse en faisant des concessions de forme,…jusqu'au prochain clash !

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)