Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Dimanche 16 Juin 2019 / 13 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  ONU
Numéro 1226 - 26.04.2013 - 16 Iyyar 5773 

Attentats de Boston, la faute à la visite d'Obama en Israël
par Gerard Fredj
Richard Falks est juif, mais il n'a de cesse de montrer qu'il n'aime ni Israël ni les juifs.

Dans une tribune parue dans la revue Politique étrangère, intitulée "Commentaires sur les meurtres du Marathon de Boston" Robert Falk, défenseur autoproclamé de la théorie du complot sur les attentats du 11 septembre, se demande quand l'Amérique va se réveiller de son "imaginaire géopolitique".

Faisant référence à l'attentat de Boston comme à une scène "sombrement glorifiée", il insinue que celui-ci a été causé en grande partie par le récent voyage du Président américain en Israël.
"Tant que Tel Aviv bénéficie de l'oreille complaisante de l'establishment politique américain, ceux qui veulent la paix et la justice dans le monde ne devraient pas dormir tranquilles", écrit-il.

Dans sa tribune, Robert Falk compare l'attentat de Boston à la destruction des tours jumelles à New York en 2001, deux incidents qui ont conduit, selon lui, l'Amérique à "embrasser les mensonges islamophobes".

Pour Falks, la raison de l'absence de progrès dans le conflit israélo-palestinien et les relations tendues entre les Etats-Unis et les pays arabes, sont dues à la "forte régression opérée par Israël" sous l'impulsion de "son chef de guerre", Bibi Netanyahou, qui a conduit Barak Obama à "succomber à l'ethos d'Israël".

Robert Falk décrit le récent discours de Barak Obama à Jérusalem comme une "lettre d'amour à l'opinion publique israélienne" plutôt que comme une démonstration de sa croyance en la paix.

Depuis qu'ils sont parus, ces commentaires ont été vivement condamnés par diverses organisations. Dans une lettre adressée au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et à l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice, Hillel Neuer, directeur exécutif d'United Nation Watch a déclaré que les propos de Robert Falk sont "une justification flagrante du terrorisme et une atteinte à la mémoire des victimes de Boston, une insulte au peuple américain".

Pour sa part, David Harris, le directeur exécutif de l'AJC (American Jewish Committee), s'insurge : "Compte tenu de ses positions publiques, la question est de savoir pourquoi Richard Falk occupe toujours une position de l'ONU ? N'est-ce pas une honte ?".

De son côté, le B'nai B'rith International appelle à l'éviction de Robert du Conseil des droits de l'homme en soulignant que sa "dernière série de remarques incendiaires - que ce soit sur Internet ou dans un de ses "rapports" au Conseil - n'a pas sa place au sein des Nations Unies" et que sa présence au sein du CDH "sape davantage la crédibilité du système".

Le porte-parole de l'ONU s'est contenté de faire savoir que le secrétaire général des Nations Unies se refusait à condamner Robert Falk pour son essai, Ban Ki-Moon n'étant pas, selon lui, " responsable" des points de vue indépendants" de son représentant.

UN Watch s'est dite désorientée et déçue par le silence du chef de l'ONU.
En janvier 2013, Falks avait publié un texte sur un site web, soutien du Hamas, expliquant que "le Hamas c'était comme la résistance française pendant le seconde guerre mondiale".

En juillet 2011, il avait publié une caricature antisémite sur son blog, la retirant ensuite face au tollé que cela avait provoqué, évoquant une "inadvertance".
Don't acte ! Falks est antisémite par inadvertance.

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)