Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Mercredi 18 Septembre 2019 / 18 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 471 - 23.05.2008 - 18 Iyyar 5768 

Assad "exige les terres syriennes occupées du Golan"
Le Premier ministre israélien, Ehud Olmert, a rencontré jeudi après midi le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, afin d’aborder ensemble la question des pourparlers de paix «indirects» avec la Syrie, actuellement menés sous l’égide de la Turquie.

Revenant sur une formule qu’il a souvent prononcée ces dernières semaines, le chef du gouvernement israélien a d’emblée déclaré : «Les Syriens savent ce que nous voulons, et nous savons ce qu’ils veulent».
Il a ajouté que l’Etat hébreu avait l’intention de persévérer dans un double processus diplomatique, en menant des discussions (qu’il a qualifiées de «sérieuses et fondamentales») avec l’Autorité Palestinienne, et simultanément, avec le pouvoir de Damas.

Olmert a également répété que les Israéliens sont prêts à faire de «douloureuses concessions» afin de parvenir à un dénouement pacifique du conflit qui les oppose à leur puissant voisin du Nord, lequel a d’ailleurs peu après réagi de façon cinglante : «Olmert ne fait aucune concession et n’a mal nulle part», a notamment affirmé le Dr Mohsen Bilal, ministre syrien de l’Information, dans un entretien accordé à la chaîne arabe Al-Jazeera, avant de souligner que «la Syrie n’a jamais nié que le Hamas et le Hezbollah, avec lesquels elle s’identifie clairement, bénéficient de sa part d’un soutien politique».
Il a enfin précisé qu’avant tout, le régime baasiste «exige» qu’Israël se retire «des terres syriennes occupées du Golan».

Le leader de l’opposition israélienne, Binyamin Nethanyahou, a pour sa part évoqué à Tel Aviv, dans la soirée de jeudi, devant des membres de sa formation, l’annonce de la reprise du dialogue entre l’Etat hébreu et le gouvernement de Bachar El Assad, en assurant «qu’il existe aujourd’hui un consensus très large, à gauche, au centre et à droite de l’échiquier politique, pour empêcher que des négociations servent de cité-refuge à des personnalités publiques en difficulté avec la justice».

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)