Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Jeudi 20 Juin 2019 / 17 Sivan 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  A LA UNE
Numéro 1153 - 05.11.2012 - 20 Heshvan 5773 

Armée et Mossad auraient bloqué les préparations d'une opération militaire contre l'Iran
par Gerard Fredj
L'armée et le Mossad auraient refusé, en 2010, de donner suite à une demande du Premier ministre, Benjamin Natanyahou, et du ministre de la Défense, Ehud Barak, de se préparer pour une opération militaire contre l'Iran.

C'est ce que révèle une longue enquête de la deuxième chaine de télévision, qui précisent que le chef du Mossad comme l'Etat major se seraient soustraits à cet ordre de peur qu'une guerre ne s'ensuive.
Les deux responsables politiques auraient finalement cédé.

Pour l'armée et le Mossad, à l'époque, il ne s'agissait pas d'un ordre formel, mais d'un "jeu de guerre".
Selon l'enquête qui sera diffusée lundi à la télévision, Gabi Ashkenazi, alors chef d'Etat major, et Meïr Dagan, directeur du Mossad s'y sont, de toutes façons, opposés.

A la fin d'une réunion qui rassemblait les sept plus importants ministres du Cabinet, réunion à laquelle participaient Ashkenazi et Dagan, Netanyahou a ordonné d'élever le niveau d'alerte et de préparation des forces de sécurité à "P plus", un niveau qui signifie la préparation à une action militaire.

Selon le magazine de télévision "Uvda", Dagan s'est élevé contre la demande en des termes très violents : " Vous êtes en train de prendre une décision illégale d'aller à la guerre, seul le Cabinet peut en décider", aurait il déclaré à Netanyahou et Barak.

Les proches d'Ahkenazi expliquent dans le reportage que le chef d'Etat major considérait que l'augmentation du niveau de préparation créait "un état de fait qui conduirait inévitablement à la guerre".

Selon Barak, le chef d'Etat major aurait simplement objecté que l'armée israélienne n'était pas prête et n'aurait pas la capacité opérationnelle d'exécuter un tel ordre.
Pour le ministre de la Défense, le niveau "P plus" ne signifiait "pas forcément d'aller à la guerre".

Barak conteste la version de la journaliste Ilana Dayan qui anime l'émission; pour lui "le Chef d'tat major peut faire des recommandations, donner des informations professionnelles sur ce qu'il est possible de faire ou pas, permettre à l'armée de construire sa capacité opérationnelle mais nous pouvons allez contre ses recommandations".

En privé, Ashkenazi aurait affirmé que l'option militaire était prête, que les forces armées étaient préparées pour une opération militaire mais que ce serait "une erreur stratégique".

Dagan s'est à plusieurs reprises élevé contre une telle option militaire au cours des cinq dernières années; et au cours de sa première apparition publique après qu'il ait quitté ses fonctions de directeur du Mossad, en mai 2011, il a qualifié le projet d'attaque contre l'Iran de " stupide".

Ashkenazi a également fait connaître publiquement son opposition à une opération armée contre l'Iran, depuis qu'il a quitté l'uniforme.
Pour l'ancien chef d'état major, la poursuite d'opérations clandestines contre le programme nucléaire iranien était "la meilleure chose".

Il a exprimé le même point de vue en août dernier dans une réunion d'experts de la sécurité nationale : " aujourd'hui encore, je pense que nous devons continuer les opérations, tout est possible, tout ce qui est en deçà de la guerre, tout ce qui est en deçà d'une opération militaire ouverte".

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)