Accueil  
  Toute l'actualité  
  Contact  
  Qui sommes-nous  
  Archives  
    Faire connaître Israel-Infos

Israel infos : Actualites Israel, Presse monde juif,
Informations communauté juive francophone
Samedi 21 Septembre 2019 / 21 Elul 5779
Abonnement Gratuit aux Newsletters

  SECURITE
Numéro 507 - 06.07.2008 - 3 Tammuz 5768 

Affaire Dana Baneth
Le mouvement des «Hommes libres de Galilée» - qui a déjà revendiqué plusieurs assassinats de civils israéliens, le massacre perpétré à l’académie religieuse du Merkaz Harav, en mars dernier, le récent «attentat à la pelleteuse», dans le centre de Jérusalem, et à propos duquel les spécialistes du renseignement israéliens sont divisés, certains penchant pour la thèse de «l’organisation fictive», «fantomatique», du mythe et du simple «prête-nom», tandis que d’autres y voient plutôt une structure ultra-clandestine, très disciplinée, recevant ses ordres «de l’extérieur» et composée de «cellules dormantes» capables de frapper avant de retourner se fondre parmi la population arabe d’Israël - a annoncé qu’il détient la jeune Dana Baneth, une israélo-américaine disparue à Tibériade, en 2003, et qu’il est prêt à «fournir des informations sur son sort», aux conditions subséquentes : si l’Etat hébreu relâche six arabes israéliens, membres du Djihad islamique, condamnés à de longues peines de détention pour leur participation directe à des attentats visant des civils, les «Hommes libres de Galilée» remettront au «régime sioniste» un enregistrement de «la jeune colonialiste qui pourra s’adresser à sa famille et à son gouvernement».

La seconde phase du «processus» consistera à mettre au point un «échange de prisonniers» qui permettra à Dana Baneth de «rentrer en Palestine occupée» en échange de plusieurs centaines de détenus.
Dans son édition du week end, le journal Al Qods Al-Arabi, qui paraît à Londres, précisait que le porte-parole du mouvement a fait parvenir à sa rédaction une photo de l’otage, sans fournir plus de détails concernant la date de ce cliché.
En début de semaine, le quotidien panarabe, connu pour ses positions radicalement pro-palestiniennes, avait même publié un échange de emails entre l’un de ses journalistes et le représentant du mouvement qui, pour la première fois, jetait quelque lumière sur l’idéologie dont il se réclame et sur son histoire.
De ces «révélations», il ressort notamment que le groupe a été fondé en 2002, en Israël, mais n’est passé à l’action que deux ans plus tard, lorsque le «martyr» Mahmoud Al Hativ essaya de dérober l’arme d’un policier avant d’être abattu par celui-ci.
Les objectifs de l’organisation sont clairement définis : il s’agit de «libérer l’homme palestinien et la terre palestinienne», en faisant notamment «régner l’effroi au sein de la société sioniste». Quant aux «moyens, ils ne peuvent qu’être militaires, car la voie diplomatique est dénuée de toute valeur».
Enfin, les Palestiniens sont invités à «se soulever à travers toute la Palestine», et les députés arabes à «démissionner dans les meilleurs délais».

Pour mettre ces infos sur votre site, Cliquez ici
Le journal video (en anglais)